Navigation – Plan du site
Dossier
1- À la recherche du mediascape français

Les enjeux de la circulation internationale de l’information

Tristan Mattelart

Résumés

À l’heure du satellite et d’internet, se sont développées des visions enchantées de la mondialisation de l’information, parant celle-ci de toutes les vertus. À rebours de ces visions, nous proposons ici un petit état des recherches qui se montre attentif à replacer l’étude la circulation internationale des nouvelles dans une perspective à la fois historique, géopolitique et géoéconomique, aux fins de mieux comprendre les enjeux que cette circulation recèle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ingrid Volkmer, « The global network society and the global public sphere », Development, vol. 46, (...)

1Jamais les nouvelles n’ont semblé pouvoir s’affranchir aussi facilement des frontières qu’à l’heure du satellite et d’internet. Les chaînes d’information en continu déversent, 24 heures sur 24, les mots et les images du globe ; ceux-ci sont, en permanence, à portée de clics. Cela n’a pas été sans faire naître des visions enchantées, vantant les vertus de la mondialisation de l’information. On serait ainsi entrés, à en croire certains, dans une ère où chacun pourrait tout naturellement accéder à une large « variété de points de vue » sur la planète1.

2Nous voudrions ici, à rebours de ces visions enchantées, esquisser un petit état des recherches sur la circulation internationale des nouvelles. Il s’agit d’abord d’envisager le sujet avec un peu plus de profondeur historique que ne le font les discours amnésiques louant le nouvel âge de l’information à l’heure globale. L’objectif est également de considérer les logiques géopolitiques et géoéconomiques qui, n’en déplaise à ceux qui pensent ce sujet de manière décontextualisée, participent à donner corps aux processus de diffusion transnationale des nouvelles. En nous montrant attentifs, période par période, à la configuration et à la reconfiguration des rapports de force qui existent dans ce domaine, nous espérons pouvoir cerner quelques-uns des principaux défis que recèle l’internationalisation de l’information.

La libre circulation de l’information, enjeu historique des relations internationales

3La question de la circulation de l’information par-delà les frontières des nations a constitué, tout au long du xxe siècle, comme au début du 21e, un enjeu majeur des relations internationales. Reflétant les dimensions géopolitiques et géoéconomiques dont elle est investie, des doctrines divergentes se sont élaborées autour de cette question qui ont fait l’objet d’âpres débats dans les principales enceintes diplomatiques.

  • 2 Herbert I. Schiller, Communications and Cultural Domination, New York, M.E. Sharpe, 1976, p. 35 et (...)
  • 3 Tristan Mattelart, Le cheval de Troie audiovisuel. Le rideau de fer à l’épreuve des radios et télév (...)

4La guerre froide a représenté une période décisive pour la formalisation de ces doctrines. C’est en effet après la deuxième guerre mondiale, période qui va se traduire pour eux par une expansion politique et économique sans précédent, que les États-Unis ont fait du principe du free flow of information la clef de voûte de leur diplomatie en matière de communication internationale2. Cette thèse du libre flux de l’information revêt plusieurs dimensions. Sur le plan politique, elle réaffirme d’abord l’importance du droit à la libre expression « sans considérations de frontières », proclamé par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme de l’ONU adoptée en 1948, droit dont les États-Unis se présentent comme le héraut à l’échelle mondiale. Cette thèse peut cependant aussi être envisagée comme une arme dont se sert la Maison-Blanche pour déstabiliser l’Union soviétique : c’est au nom du nécessaire respect de la libre circulation de l’information que le gouvernement américain a créé plusieurs radios perçant le rideau de fer3. Enfin, le free flow est doté d’une dimension économique. Il s’agit d’accompagner l’internationalisation des multinationales états-uniennes de la communication en érigeant ce principe comme un rempart contre les mesures protectionnistes qui pourraient frapper les produits de celles-ci : ici, libre flux rime avec libre-échange de l’information.

  • 4 Oliver Boyd-Barrett et Michael Palmer, Le trafic des nouvelles, Paris, Alain Moreau, 1979 ; Tristan (...)

5De manière révélatrice, avant que la diplomatie américaine ne fasse du free flow l’un de ses fondements, le plaidoyer en faveur d’une libre circulation avait été porté, à la fin de la première guerre mondiale, par les principales agences de presse des États-Unis, Associated Press (AP) et United Press (UP), désireuses de s’attaquer aux « monopoles » dont étaient suspectées de bénéficier les grandes agences européennes telles qu’Havas et Reuter. La campagne qu’AP et UP avaient orchestrée alors n’avait pas réussi à inscrire le free flow au premier plan de l’agenda diplomatique de la Maison-Blanche4 : il en va différemment depuis.

6L’Union soviétique a opposé, en temps de guerre froide, au principe de la libre circulation de l’information sans considérations de frontières un autre, puisé lui aussi dans le droit international : celui du respect de la souveraineté nationale. La protection de sa souveraineté informationnelle a de fait constitué, jusque dans la deuxième moitié des années 1980, une condition essentielle de la survie de son système politique, fondé sur le contrôle, à l’intérieur, des moyens de communication.

  • 5 Mustapha Masmoudi, The New World Information Order, International Commission for the Study of Commu (...)

7Les débats diplomatiques autour de la circulation internationale de l’information sont d’autant plus complexes que cette question n’est pas seulement au cœur de la rivalité Est-Ouest, mais également, en particulier dans les années 1970 et au début des années 1980, au centre des rapports Nord-Sud. Le mouvement des Non-Alignés va en effet, pendant cette période, faire de la critique des « profonds déséquilibres » existant dans le « système international de l’information », considéré comme étant dominé « d’un bout à l’autre » par des entreprises des pays occidentaux5, une priorité de son action. Ce mouvement réussira, dans la deuxième moitié des années 1970, à introduire dans l’agenda de l’Unesco la revendication en faveur d’un Nouvel ordre international de l’information (NOII), bientôt englobée dans celle plus large d’un Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (NOMIC).

  • 6 Ibid., p. 1, 3-4.

8Le constat que dresse Mustapha Masmoudi — qui coordonne alors le dossier de l’information pour les Non-Alignés — est accablant. Les quatre grandes agences de presse occidentales de l’époque — AP, United Press International (UPI), Reuters et l’Agence France Presse (AFP) — sont, dans un document de 1978 où sont exposées les revendications des Non-Alignés, accusées d’être à la source de « presque 80 % » de l’information médiatique produite dans le monde. Cette domination s’accompagne des conséquences les plus nocives concernant la représentation des pays en voie de développement dans les médias de la planète. Les grandes agences sont de fait soupçonnées de n’accorder que « 20 à 30 % de leur couverture des nouvelles aux pays en voie de développement », alors même que la population de ceux-là « représente les trois-quarts de l’humanité ». Au-delà, ce sont les logiques mêmes du système d’information des pays occidentaux qui sont mises en question, ce système se montrant incapable de rendre compte des réalités du Tiers-Monde. Les pays composants celui-ci ne sont couverts, dénonce le document, que « d’une manière des plus défavorables, à l’occasion de crises, grèves, manifestations, coups d’État, etc.6 ».

  • 7 Ibid., p. 11. Voir, sur ces débats, Armand Mattelart, La communication-monde. Histoire des idées et (...)

9Contre ce système de l’information internationale dominé par des acteurs occidentaux, Mustapha Masmoudi promeut, au nom des Non-Alignés, un « Nouvel ordre international de l’information » qui devrait être fondé sur des « relations d’égalité » et qui entend substituer au principe de la libre circulation de l’information, celui de la « circulation libre et équilibrée » de celle-ci, une circulation devant se montrer respectueuse de « la souveraineté et de l’intégrité territoriale des États7 ». Les capitales occidentales, Washington et Londres en tête, auront beau jeu de souligner les ambiguïtés de certaines des revendications du NOII — notamment celles relatives au respect de la « souveraineté » informationnelle — pour mieux ignorer la légitimité des critiques adressées à un système d’information international profondément inégalitaire.

Le rôle négligé des radios internationales

  • 8 Mustapha Masmoudi, op. cit., p. 13.

10Il est dans ces débats appelant à un NOII un grand absent : les radios internationales qui, pourtant, jouent un rôle central, et fort ancien, dans la circulation sans frontières des nouvelles. Celles-ci ne sont mentionnées qu’une fois dans le document cité de Mustapha Masmoudi et encore, ce n’est qu’au chapitre des recommandations adressées aux « pays développés » : ceux-ci sont invités à « mettre fin aux activités pernicieuses des stations étrangères établies à l’extérieur des frontières nationales8 ».

  • 9 Bernard Bumpus, La radiodiffusion internationale, Commission internationale d’étude des problèmes d (...)

11L’accent qui est mis dans ce document sur les seules radios occidentales peut étonner. De fait, le paysage mondial des radiodiffuseurs extérieurs tranche par rapport à celui des agences de presse — largement dominé par une poignée d’acteurs européens ou états-uniens. Ainsi, dans le classement des principales radios internationales en 1979 figurent, en bonne place, après, dans l’ordre, les radios d’URSS, des États-Unis, de la République populaire de Chine, de l’Allemagne de l’Ouest ou la BBC, celles de la Corée du Nord, de l’Albanie, ou encore celles d’Égypte, d’Inde et de Cuba. Encore faudrait-il, il est vrai, pouvoir mesurer si toutes ces radios sont en mesure d’« être entendues » un tant soit peu à la hauteur de leur puissance d’émission9.

  • 10 J.F. Wilkinson, cité in Sydney Head, Broadcasting in Africa : A Continental Survey of Radio and Tel (...)

12Pour comprendre combien le rôle de la radio internationale a pu être important — et l’est encore dans nombre de contextes — dans la circulation des nouvelles, il faut cesser de la considérer comme un vecteur d’« activités pernicieuses » et se pencher sur la manière dont elle a pu contribuer aux efforts mis en œuvre par les populations vivant dans des régimes autoritaires aux fins d’accéder à une information différente. En décrivant, dans les années 1970, les usages de la radio en Afrique, Sydney Head montre ainsi comment l’auditeur africain, confronté qu’il est aux contrôles gouvernementaux qui s’exercent sur les médias nationaux, s’efforce, pour contourner ceux-ci, sur son poste de radio, de naviguer entre la ou les stations de son propre pays, celles des pays voisins et celles de nombreux autres radiodiffuseurs internationaux diffusant depuis l’Afrique ou depuis l’extérieur du continent. « Ce faisant, quand il compare les contenus des autres stations avec ceux de la radio nationale, l’auditeur peut se demander pourquoi il peut entendre, depuis les ondes étrangères, des informations sur son propre pays, avant même de les entendre à l’antenne de la radio nationale. Parfois, il ne les entend jamais sur celle-ci10. »

  • 11 Tristan Mattelart, op. cit. ; Jacques Semelin, La liberté au bout des ondes. Du coup de Prague à la (...)

13Plus récemment, plusieurs ouvrages ont analysé, à partir d’autres contextes, la manière dont les radios occidentales ont, pendant la guerre froide, nourri les tactiques d’auto-information mises en œuvre par les populations vivant à l’est du rideau de fer et alimenté, plus particulièrement, les stratégies de résistance des dissidents dont une des grandes priorités était la lutte contre les politiques de secret de l’État-Parti11.

  • 12 Sur ce dernier point, voir Lebona Mosia et al., « From revolutionary to regime radio : Three decade (...)

14Les radios occidentales ne sont bien entendu pas les seules à avoir cette fonction stratégique de contournement des monopoles informationnels gouvernementaux. Il ne faut pas négliger la contribution des acteurs régionaux — même si celle-ci reste peu étudiée. L’illustrent le rôle historique qu’a pu avoir la radio du Caire dans le détournement d’un certain nombre de censures étatiques du continent africain et du monde arabe, celui des ondes en provenance de La Havane dans les régimes militaires latino-américains dans les années 1970 et 1980, ou encore celui des émissions de Radio Tanzanie dans une Afrique du Sud en proie au régime de l’apartheid12.

  • 13 C’est le titre de l’ouvrage, déjà cité, de Jacques Semelin.

15L’importance que revêtent les émissions des radios internationales dans les contextes autoritaires ne doit cependant pas amener à sous-estimer le fait que les radiodiffuseurs extérieurs constituent des instruments des diplomaties dont ils dépendent, au moins pour partie. De cette façon, ces radiodiffuseurs n’offrent pas, comme l’écrivent un peu rapidement certains auteurs, « la liberté au bout des ondes13 », mais d’autres conceptions du monde, peu ou prou en consonance avec les agendas de leurs gouvernements respectifs.

« L’internationale des images » d’actualité

  • 14 Dominique Marchetti, « L’internationale des images », Actes de la recherche en sciences sociales, n (...)

16Les logiques qui organisent, dans les années 1980 et 1990, la circulation des images d’actualité ne sont pas moins placées sous le signe de la domination occidentale que ne l’est la diffusion internationale des dépêches d’agences de presse. Le commerce des images d’information télévisée est en effet alors largement concentré autour d’une poignée d’acteurs, principalement des agences anglo-américaines — Reuters et Associated Press Television News (APTN) —, auxquelles on peut ajouter, pour l’Europe, les échanges d’actualité réalisés au sein de l’Union européenne de radiodiffusion (UER), via les Eurovision News (EVN)14.

17À ces « grossistes » de l’information télévisée internationale sont venues s’ajouter, à partir de la seconde moitié des années 1980, des chaînes d’information internationales en continu — à l’image de CNN ou de la BBC — qui jouent un rôle non négligeable sur le marché des images d’actualité en revendant celles qu’elles produisent.

  • 15 Ibid., p. 78.

18La place qu’occupent ces acteurs anglo-américains, agences ou chaînes, dans la production d’informations télévisées internationales n’est pas sans avoir, comme le note Dominique Marchetti, « des effets plus ou moins directs sur la hiérarchisation des journaux télévisés » des petits écrans du monde. Le menu de ceux-ci est de fait composé, au moins en partie, de choix éditoriaux opérés en amont par ces entreprises et ce, en fonction de leurs principaux clients15.

  • 16 Chris Paterson, « Global Battlefields », dans Oliver Boyd-Barrett et Terhi Rantanen (eds.), The Glo (...)

19Dans ce contexte, la situation dans laquelle se trouve le « monde en développement » ne semble pas, à en croire Chris Patterson, beaucoup plus favorable que lorsque se faisaient entendre des appels en faveur d’un NOII. Ces pays « sont aujourd’hui, écrit-il en 1998, plus exclus que jamais, dans l’impossibilité qu’ils sont de contribuer aux flux globaux d’informations télévisées16 ».

20Il serait cependant réducteur de ne lire les enjeux que recèle l’émergence des grandes chaînes occidentales d’information en continu par satellite que sous l’angle des problèmes que pose, dans les années 1990, leur position de domination — même si ceux-là sont réels. Ces télévisions ont également, par leur capacité à déborder des frontières que les censeurs voudraient maintenir fermées, joué, comme les radios internationales avant elles, des fonctions à bien des égards stratégiques dans différents contextes géopolitiques, comme l’illustre l’exemple du monde arabe.

  • 17 Naomi Sakr, Satellite Realms. Transnational Television, Globalization and the Middle East, Londres, (...)

21Dans le livre où elle retrace l’émergence de la « télévision transnationale » au Moyen-Orient, Naomi Sakr montre bien comment la vivacité des émissions de la chaîne CNN, diffusées en direct de Bagdad pendant la guerre du Golfe de 1990-1991, mit, aux yeux des téléspectateurs équipés, en évidence les turpitudes de l’information diffusée par les chaînes d’État nationales arabes. N’est-ce pas par CNN que les Saoudiens possédant une parabole apprendront les débuts de l’intervention militaire en Irak, pourtant lancée à partir de leur propre pays ? Au-delà, le « facteur CNN » stimulera la création, quelques années plus tard, au sein du monde arabe, de chaînes d’information en continu régionales qui contribueront à repousser les limites des censures nationales17.

  • 18 Ratiba Hadj-Moussa, « New media, community and politics in Algeria », Media, Culture and Society, v (...)

22Dans les pays du Maghreb, c’est dans une large mesure la télévision française qui, à partir de la fin des années 1980, a contribué aux pratiques mises en œuvre par les populations afin de s’affranchir des politiques nationales de contrôle de l’information. Ratiba Hadj-Moussa a analysé comment ces chaînes ont accompagné les tentatives des téléspectateurs du sud de la Méditerranée d’« échapper aux formes de discours univoques » tenues par les médias de leurs États respectifs et la manière dont ces télévisions ont alimenté, parmi leur public maghrébin, une « réflexion critique » à l’encontre de leurs gouvernants. L’esprit critique, prévient-elle, s’exerce néanmoins également à l’égard des télévisions françaises dont les « constructions orientalistes » sont sévèrement condamnées18.

23Mais, la carte des flux transnationaux d’information télévisuels — contrairement à celle que nous avons esquissée jusqu’ici — ne comprend pas que des acteurs occidentaux : il est temps d’y introduire un peu plus de complexité.

L’émergence de « contre-flux » informationnels

  • 19 Oliver Boyd-Barrett et Daya K. Thussu, Contra-Flow in Global News : International and Regional News (...)

24Dans le rapport qu’ils rédigent pour l’Unesco en 1992 où ils évaluent l’apport des mécanismes d’échange d’information régionaux mis en place sous l’impulsion des idées du NOII — en particulier le Non-Aligned News Agencies Pool (Nanap), la Pan-African News Agency (Pana), la Caribbean News Agency (Cana) et l’Inter Press Service (IPS) —, Oliver Boyd-Barrett et Daya K. Thussu notent que ceux-ci, pour des raisons tant politiques qu’économiques, n’ont pas réussi à transformer les « inégalités structurelles du système d’information internationale », toujours autant dominé par les « transnationales occidentales ». Aucun « contre-flux », en mesure de rééquilibrer la circulation internationale des nouvelles, n’a, à cette date, encore émergé. Au contraire, avec l’entrée « de nouveaux acteurs comme CNN dans le champ de l’information internationale », le poids des entreprises occidentales dans celui-ci n’a fait, aux yeux des auteurs, que s’accroître19.

25Si, dans la première moitié des années 1990, le paysage des télévision internationales d’information en continu est de fait dominé par des acteurs occidentaux — CNN, BBC World, Euronews… —, il va voir, à partir de la deuxième moitié des années 1990, se créer des chaînes en provenance des pays des Suds qui seront bientôt en mesure de concurrencer efficacement les entreprises occidentales, d’abord sur leurs marchés régionaux de prédilection, puis, pour certaines, à une échelle internationale.

  • 20 Naomi Sakr, « Challenger or lackey ? The politics of news on Al Jazeera », dans Daya K. Thussu (ed. (...)

26La chaîne qatarie Al Jazeera, née en 1996, constitue l’un des plus importants exemples de ce mouvement : elle est devenue le symbole de ces logiques de « contre-flux », celle qui « défie le monopole occidental sur les informations télévisées internationales ». Pourtant, rien ne la prédisposait à l’être. Comme le rappelle Naomi Sakr, Al Jazeera, forte d’une équipe constituée à partir de celle issue du projet avorté d’une Arabic BBC financée par des capitaux saoudiens, avait au départ pour vocation « de fournir des nouvelles en arabe, en fonction de critères informationnels conformes à ce qui se pratiquait à l’Ouest20 ». Des principes qui lui ont permis de s’imposer dans le monde arabe comme l’un des premiers acteurs satellitaires du détournement des censures nationales.

  • 21 Ibid., p. 105.
  • 22 Tine Ustad Figenschou, « A voice for the voiceless ? A quantitative content analysis of Al Jazeera (...)

27Mais, de plus en plus accusée, notamment par la Maison-Blanche, à partir du 11 septembre 2001, d’offrir une trop grande publicité à l’islamisme radical, la chaîne va progressivement s’ériger en « alternative à l’agenda dominant des informations occidentales21 ». Jusqu’à créer en 2006 une déclinaison en anglais de sa chaîne, destinée à une audience mondiale, ayant explicitement pour but de « rééquilibrer les flux d’information entre le Sud et le Nord22 ». Ce n’est pas le moindre des paradoxes que de voir une chaîne financée par un riche émirat prétendre réaliser les objectifs que s’était assigné le NOII…

  • 23 Naomi Sakr, « Challenger or lackey ? », op. cit., p. 113.

28Illustration des enjeux attachés au « contre-flux hégémonique23 » qu’Al Jazeera entend représenter, plusieurs gouvernements occidentaux — les États-Unis, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni… — ont mis sur pied, à partir du début des années 2000, pour concurrencer ses émissions et celles des chaînes qui se sont créées dans son sillage, des télévisions d’information en continu par satellite en langue arabe.

29L’accent qui est mis sur le rôle — fort relatif à une échelle globale — que joue Al Jazeera dans le rééquilibrage des flux d’information télévisés ne doit néanmoins pas faire oublier que la chaîne, financée par le Qatar, est aussi un outil au service de la politique extérieure de cet émirat.

  • 24 Gustavo Gomez-Mejia, « “Notre nord, c’est le sud” ? L’Amérique latine face aux projections géopolit (...)

30D’autres télévisions affichent — en accord avec les diplomaties des gouvernements qui les financent — leur ambition de porter un projet « contre-hégémonique », allant à l’encontre de la domination exercée dans le commerce des nouvelles par les acteurs occidentaux. En Amérique latine par exemple, la chaîne TeleSUR a été fondée en 2005, à l’initiative du gouvernement vénézuélien et associe plusieurs autres pays dirigés par des partis de gauche, avec comme but explicite de lutter contre les émissions de CNN en Español et d’offrir « une voix pour la construction d’un nouvel ordre communicationnel24 » sur le sous-continent.

  • 25 Voir sur les chaînes chinoises et russes, les contributions de Sun Jiangeng et d’Ilya Kiriya, dans (...)

31De même, la Russie et la Chine, deux grandes puissances de la radiodiffusion internationale, ont-elles créé depuis le début des années 2000 plusieurs chaînes d’information en continu — CCTV (China Central Television) News et CNC (China Xinhua News Network Corporation) World, diffusant en anglais ; Russia Today, émettant également en anglais et comprenant des déclinaisons en espagnol et en arabe —, avec l’objectif affiché de rivaliser avec les chaînes occidentales… et celles du groupe Al Jazeera25.

La mondialisation de l’information en question

  • 26 Voir, pour une illustration de cela, l’article déjà cité d’Ingrid Volkmer.

32Nombre de recherches portant sur les chaînes internationales d’information en continu reposent sur l’idée que le développement des technologies de l’ubiquité — telles que le satellite — s’accompagne, naturellement, de l’amélioration des conditions dans lesquelles circule mondialement l’information26. Une apparente évidence qu’il est nécessaire de remettre en question.

  • 27 Daya K. Thussu, News as Entertainment. The rise of Global Infotainment, Londres, Sage, 2007.

33Daya K. Thussu a ainsi bien montré comment, dans un contexte, celui des années 1980 et 1990, où progressaient considérablement les conditions technologiques d’acheminer les mots et les images en provenance des pays étrangers, les nouvelles consacrées à ceux-ci se raréfiaient à l’antenne des journaux télévisés des grandes chaînes généralistes occidentales sous l’effet combiné d’une compétition accrue pour l’audience en temps de déréglementation et de la baisse des budgets consacrés à l’actualité internationale. En plus de se raréfier, cette actualité a tendu, note-t-il, à changer de nature et à évoluer vers des formats de plus en plus légers, divertissants — ceux du « global infotainment27 ».

  • 28 Dominique Marchetti, « La fin d’un Monde. Les transformations du traitement de la “politique étrang (...)
  • 29 Dominique Marchetti, « L’internationale des images », op. cit., p. 73.

34Le résultat de cette dynamique, comme l’ont mis en évidence les travaux de Dominique Marchetti, est le déclin des informations relatives à la politique étrangère sur les grandes chaînes généralistes nationales au bénéfice d’une information intérieure davantage susceptible de satisfaire les attentes supposées du « grand public28 ». Les nouvelles sur l’étranger ont, dans ce contexte, de plus en plus tendance à migrer vers les écrans des télévisions internationales d’information, visant un public plus restreint. La situation est à cet égard des plus paradoxales : alors que le nombre des chaînes et que les capacités d’acheminement des images du globe ont considérablement augmenté, la possibilité pour le public ordinaire — celui qui ne suit pas quotidiennement les télévisions internationales d’information en continu — d’avoir accès aux nouvelles du monde tend, elle, à considérablement diminuer. « Les images internationales sont aujourd’hui surtout visibles sur ces chaînes transnationales d’information en continu, c’est-à-dire par des téléspectateurs à fort capital culturel et/ou économique […] et beaucoup moins par le large public des chaînes nationales29. »

  • 30 Ulf Hannerz, Foreign News. Exploring the World of Foreign Correspondents, Chicago, The University o (...)

35Le paradoxe est souligné par nul autre que l’un des principaux promoteurs des théories de la mondialisation culturelle, Ulf Hannerz. Dans son ouvrage consacré aux correspondants de presse à l’étranger, l’anthropologue souligne qu’« à l’ère d’une intense globalisation, la couverture de l’information étrangère s’est, dans de nombreux médias, récemment, considérablement réduite30 ». Et il n’est pas certain qu’internet puisse apporter un correctif en la matière.

Internet : les limites d’un nouvel espace circulatoire pour l’information internationale

  • 31 Stephen D. Reese et al., « Mapping the blogosphere. Professional and citizen-based media in the glo (...)

36Internet, par ses vertus ubiquitaires, permettrait, aux yeux de certains commentateurs, d’échapper aux logiques dominantes qui structurent la circulation de l’information à une échelle mondiale. Le web offrirait en particulier un nouvel « espace pour l’information », un espace où des individus ou des collectifs, tirant parti des outils du réseau, contribueraient activement, grâce à la capacité de celui-ci de « s’émanciper de la géographie », à la diffusion internationale des nouvelles31. Tout se passe selon cette vision comme si les intermédiaires que constituent les médias traditionnels pour cette diffusion internationale se voyaient de plus en plus concurrencés par ces nouveaux entrants, ce qui produirait une diversification croissante des sources de nouvelles en ce domaine.

  • 32 Chris Paterson, « International news on the internet : Why more is less », The International Journa (...)

37Il est nécessaire d’interroger ces croyances. Il suffit pour cela de souligner d’abord la forte dépendance des principaux sites composant le web d’actualité, en matière de nouvelles sur l’étranger, à l’égard des grandes agences de presse occidentales. Dans la continuité de ses travaux antérieurs, déjà cités, Chris Paterson a ainsi mis en évidence, dans ses recherches sur la présence de l’information internationale sur le web sur la période 2001-2006, que les nouvelles en anglais figurant dans les versions numériques des médias affiliés à de grands groupes de communication — tels que CNN Interactive, MSNBC.com, abcnews.com, news.sky.com — ou, encore plus, les informations des sites agrégateurs de contenus — Yahoo, Altavista, Google ou Excite — proviennent majoritairement, et de plus en plus, d’une poignée d’agences occidentales, AP, Reuters ou l’AFP. « L’économie politique de l’information [internationale] en ligne, conclut l’auteur, n’est pas celle de la diversité, mais celle de la concentration32. »

  • 33 Emmanuel Marty et al., « Diversité et concentration de l’information sur le web », Réseaux, n° 176, (...)

38L’analyse de Chris Paterson ne prend néanmoins pas en compte la multitude de sites d’information de taille plus réduite, proposant des contenus produits par des journalistes ou des amateurs désireux d’offrir un autre traitement des nouvelles — multitude de sites qui est pourtant constitutive du web d’actualité. L’inclusion de ceux-ci l’aurait peut-être amené à considérer avec plus d’attention cette variété de voix qui, reléguées parfois aux « confins de l’internet », participent à leur manière, certes en marge des acteurs dominants, à faire circuler une information différente, bien qu’ils « pein[e]nt à trouver une visibilité33 ».

  • 34 Ethan Zuckerman, « Meet the bridgebloggers. Who’s speaking and who’s listening in the international (...)

39Cependant, rien ne garantit que cette multitude de sites ne contribue à une modification substantielle des conditions dans lesquelles circule internationalement l’information. Un article qu’Ethan Zuckerman consacre à la « blogosphère internationale » l’illustre. De manière intéressante, l’analyse de celle-ci part d’une critique acerbe du peu d’attention qu’accordent les médias généralistes états-uniens, dans leurs actualités, aux pays du monde non occidental. Et il fait à cet égard explicitement siennes certaines des dénonciations ayant servi d’assise à la revendication d’un NOII. Mais, les critiques qu’il formule s’adressent également aux blogueurs américains qui se montrent, accuse-t-il graphes à l’appui, encore plus ignorants du monde non occidental que les médias généralistes34 !

  • 35 Aurélie Aubert, « L’actualité internationale à l’heure des médias participatifs », dans Michael Pal (...)

40Une autre recherche, consacrée par Aurélie Aubert à « l’actualité internationale à l’heure des médias participatifs », va dans le même sens. Mesurant la place des nouvelles sur l’étranger sur la version française du site de journalisme participatif AgoraVox, l’auteur constate la faible proportion de celles-ci, de même que leur concentration autour des États-Unis et du Proche ou Moyen-Orient… alors que l’on « s’attendrait […] à lire sur ce site une information alternative focalisée sur des endroits peu couverts par les médias de masse35 ».

De nouvelles sources pour l’actualité internationale ?

41Comprendre les apports du web en matière de circulation sans frontières de l’information n’est pas, étant donné la relative rareté de la littérature sur le sujet, chose aisée. Les travaux portant sur la contribution des blogueurs à la production des nouvelles internationales permettent pourtant de cerner certains de ces apports. Ces recherches identifient, parmi les blogueurs, ceux qu’ils vont considérer comme de nouveaux acteurs de la couverture de l’actualité étrangère.

  • 36 Ethan Zuckerman, « Meet the bridgebloggers », op. cit., p. 2. Je suis redevable, pour cette référen (...)

42Aux côtés de l’immense majorité des blogs qui « s’adressent à des amis, à la famille, à une audience aux caractéristiques démographiques similaires à celles de leur auteur », il existe, met en avant Ethan Zuckerman, une autre variété de blogueurs qui s’efforcent de « dépasser les barrières de la langue, de la culture et de la nationalité » aux fins de communiquer avec « des individus vivant dans différents endroits du monde ». Ceux-ci — qualifiés par l’auteur de « bridgebloggers » — entendent « être lus par une audience appartenant à une autre nation, religion, culture ou langue » que la leur et, pour ce faire, recourent à une langue que le public visé pourra comprendre — très majoritairement l’anglais dans les exemples donnés par Ethan Zuckerman36.

43Si les informations qu’ils dispensent ne profitent souvent qu’à un public transnational spécialisé, en nombre relativement limité, certains bridgebloggers peuvent, quand ils deviennent une source pour les journalistes des grands médias internationaux, contribuer à faire circuler les nouvelles qu’ils produisent, sous une forme transformée, à plus ou moins grande échelle. Certains travaux empiriques tendent à confirmer l’importance de ces bridgebloggers pour la couverture de l’actualité étrangère, tout en invitant à considérer avec prudence la fonction de « pont » qu’ils peuvent avoir entre une réalité nationale donnée et les publics des médias vivant à l’extérieur de celle-ci.

  • 37 Rebecca MacKinnon, « Blogs and China correspondence : Lessons about global information flows », Chi (...)

44Rebecca MacKinnon montre ainsi que les correspondants occidentaux en Chine utilisent largement les contenus produits par certains de ces blogueurs. Ceux-ci servent d’intermédiaires plus ou moins obligés — des « gate-keepers » — à partir desquels les correspondants glanent « de nouvelles informations, perspectives et idées en provenance de la [très vaste] blogosphère chinoise37 ». L’auteur décrit néanmoins l’économie politique des bridgebloggers influents comme étant concentrée autour d’un nombre limité d’intervenants, pour certains des expatriés occidentaux sinisants, tous parfaitement anglophones.

  • 38 Ethan Zuckerman, « International reporting in the age of participatory media », Daedalus, vol. 139, (...)

45Le rôle qu’ont joué différentes plateformes du web — blogs, tweets, Facebook, YouTube… — dans la contestation de l’élection présidentielle en Iran en 2009 ou dans le « Printemps arabe » en 2011 a fait se répandre l’idée que celles-ci sont en mesure d’opérer des « changements sismiques dans la structure de la couverture des informations internationales ». Grâce à ces plateformes, des amateurs seraient désormais en mesure de contourner les plus sévères mesures de censure pour « s’adresser à une audience globale », avance Ethan Zuckerman à partir de l’expérience iranienne38.

46Poser cela, c’est certainement faire un peu trop facilement fi des contraintes liées à l’économie politique de la production et de la circulation internationale de l’information. Or, ces contraintes ne se sont pas évanouies avec l’essor du web. L’on dispose toutefois de trop peu d’études empiriques explorant les différents niveaux de médiation qui permettent, ou non, aux voix qui s’expriment au travers de ces plateformes numériques de circuler par-delà les frontières : quelles langues, quels discours, quels canaux ces voix doivent-elles employer, à l’attention de quels publics, pour espérer voir se diffuser internationalement leurs nouvelles ? Et à quelle échelle ? Difficile dans ce contexte de mesurer de façon un tant soit peu précise la capacité des acteurs opérant à l’aide de ces plateformes de renverser les logiques dominantes qui organisent la diffusion internationale de l’information.

  • 39 Sean Aday et al., Blogs and Bullets II. New Media and Conflict after the Arab Spring, Washington, U (...)

47Une chose est sûre, il est important de se défaire de la vision binaire qui consiste à opposer radicalement les médias d’un côté et les outils de communication issus du web de l’autre en ce qui concerne la circulation sans frontières des nouvelles. Il faut plutôt chercher à mieux comprendre comment, ensemble, ils participent à cette diffusion. Comme le constate un rapport s’intéressant à la contribution des « nouveaux médias » pendant le Printemps arabe, « il est de plus en plus difficile de séparer [ceux-ci] des vieux médias. […] Alors qu’Al Jazeera et les autres chaînes de télévision par satellite ont beaucoup utilisé [dans leurs informations] Twitter et d’autres sources en ligne, les nouveaux médias ont quant à eux souvent, en retour, fait référence à ces mêmes chaînes39 ».

La libre circulation de l’information à l’heure numérique

48Il est d’autant plus nécessaire de ne pas considérer les nouveaux médias comme échappant par nature aux logiques qui structurent leurs aînés que ceux-là sont comme ceux-ci utilisés comme des vecteurs de circulation de l’information à l’échelle internationale par des gouvernements désireux de défendre leurs intérêts sur la scène mondiale. Le thème de la libre circulation de l’information est, plus encore que pendant la guerre froide, à cet égard, considéré, à l’heure d’internet, par le gouvernement américain en particulier, comme un enjeu politique majeur.

  • 40 Evgeni Morozov, The Net Delusion. The Dark Side of Internet Freedom, New York, Public Affairs, 2011 (...)

49Il y a d’ailleurs une grande continuité entre les objectifs qui sont assignés aux programmes d’appui développés par Washington en faveur des « cyber-dissidents » évoluant dans des contextes autoritaires — programmes s’efforçant de renforcer leur capacité à diffuser des informations online — et ceux qu’ils attribuaient à leur appareil de radiodiffusion extérieure pendant la guerre froide. Les politiques états-uniennes qui font d’internet un instrument majeur pour « défaire les adversaires autoritaires » en s’attaquant aux « rideaux informationnels » que ceux-ci élèvent s’inscrivent, avance Evgueni Morozov, dans le droit fil des efforts entrepris pour propager les ondes au-delà du rideau de fer40.

  • 41 Hillary R. Clinton, « Remarks on Internet freedom », discours prononcé au Newseum, Washington D.C., (...)

50Dans le discours qu’elle a prononcé en janvier 2010 où elle plaçait la libre circulation de l’information à l’ère digitale au cœur des principes poursuivis par la diplomatie américaine, Hillary Clinton, alors secrétaire d’État, a elle-même situé la défense de ce principe dans cette continuité historique. À un moment, a-t-elle proclamé, où, après la disparition du Mur de Berlin, de nouveaux « murs, virtuels », des « barrières électroniques » s’érigent aux fins « d’empêcher les populations [des pays autoritaires] d’accéder aux réseaux du monde », les États-Unis, garants de ce droit, ont « la responsabilité d’aider à assumer le libre-échange des idées41 ».

  • 42 Armand Mattelart, « Vers une globalisation ? », Réseaux, n° 100, 2000, p. 96.

51Mais la défense de la libre circulation de l’information est porteuse, aujourd’hui comme hier, pour le gouvernement américain, d’enjeux plus importants. Ainsi que l’a montré Armand Mattelart, la Maison-Blanche a fait, au lendemain de la fin de l’URSS et suite au développement d’internet, du free flow of information le pivot d’un projet à la fois géopolitique et géoéconomique qui recherche tant « la construction d’une planète stable » que l’extension, à l’échelle du monde, des marchés pour les produits des entreprises états-uniennes de la communication42. Des entreprises qui comprennent en leur sein quelques-uns des principaux acteurs globaux de l’économie de l’information née d’internet — les Google, Facebook, Twitter, YouTube…

52L’arrivée de ces nouveaux entrants dans le champ de la circulation internationale de l’information s’est traduite par la domination accrue qu’exercent, sur celui-ci, les sociétés occidentales, en premier lieu américaines. Loin d’être porteur d’un rééquilibrage des flux de nouvelles en faveur des pays émergents, l’avènement d’internet tend de ce point de vue, sous bien des aspects, à aggraver les déséquilibres existants.

Haut de page

Bibliographie

Aday Sean, Farrell Henry, Lynch Marc, Sides John, Freelon Deen, Blogs and Bullets II. New Media and Conflict after the Arab Spring, Washington, United States Institute of Peace, 2012.

Aubert Aurélie, « L’actualité internationale à l’heure des médias participatifs », dans Palmer Michael et Aubert Aurélie (dir.), L’information mondialisée, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 109-119.

Boyd-Barrett Oliver et Palmer Michael, Le trafic des nouvelles, Paris, Alain Moreau, 1979.

Boyd-Barrett Oliver et Thussu Daya K., Contra-Flow in Global News : International and Regional News Exchange Mechanisms, Londres, John Libbey, 1992.

Bumpus Bernard, La radiodiffusion internationale, Commission internationale d’étude des problèmes de la communication, document n°60, Paris, Unesco, 1979.

Figenschou Tine Ustad, « A voice for the voiceless ? A quantitative content analysis of Al Jazeera English’s flagship news », Global Media and Communication, vol. 6, n° 1, 2010, p. 85-107.

Gomez-Mejia Gustavo, « “Notre nord, c’est le sud” ? L’Amérique latine face aux projections géopolitiques de la chaîne TeleSUR », dans Koch Olivier et Mattelart Tristan (dir.), Géopolitique des télévisions internationales d’information, Paris, Mare et Martin, à paraître fin 2014.

Hadj-Moussa Ratiba, « New media, community and politics in Algeria », Media, Culture and Society, vol. 25, n° 4, 2003, p. 451-468.

Hannerz Ulf, Foreign News. Exploring the World of Foreign Correspondents, Chicago, The University of Chicago Press, 2004.

Head Sydney, Broadcasting in Africa : A Continental Survey of Radio and Television, Philadelphie, Temple University Press, 1974.

Koch Olivier et Mattelart Tristan (dir.), Géopolitique des télévisions internationales d’information, Paris, Mare et Martin, à paraître fin 2014.

MacKinnon Rebecca, « Blogs and China correspondence : Lessons about global information flows », Chinese Journal of Communication, vol. 1, issue 2, 2008, p. 242-257.

Marchetti Dominique, « La fin d’un Monde. Les transformations du traitement de la “politique étrangère” dans les chaînes de télévision françaises grand public », dans Arnaud Lionel et Guionnet Christine (dir.), Les frontières du politique. Enquêtes sur les processus de politisation et de dépolitisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 49-78.

Marchetti Dominique, « L’internationale des images », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 5, 2002, p. 71-83.

Marty Emmanuel, Rebillard Franck, Pouchot Stéphanie, Lafouge Thierry, « Diversité et concentration de l’information sur le web », Réseaux, n° 176, 2012/6, p. 27-72.

Masmoudi Mustapha, The New World Information Order, International Commission for the Study of Communication Problems, document n° 31, Paris, Unesco, 1978.

Mattelart Armand, « Vers une globalisation ? », Réseaux, n° 100, 2000, p. 81-104.

Mattelart Armand, La communication-monde. Histoire des idées et des stratégies, Paris, La Découverte, 1992.

Mattelart Tristan (dir.), La mondialisation des médias contre la censure. Tiers-Monde et audiovisuel sans frontières, Paris-Bruxelles, Ina-De Boeck, 2002.

Mattelart Tristan, Le cheval de Troie audiovisuel. Le rideau de fer à l’épreuve des radios et télévisions transfrontières, Grenoble, PUG, 1995.

Morozov Evgeni, The Net Delusion. The Dark Side of Internet Freedom, New York, Public Affairs, 2011.

Mosia Lebona, Riddle Charles et Zaffiro Jim, « From revolutionary to regime radio : Three decades of nationalist broadcasting in Southern Africa », Africa Media Review, vol. 8, n° 1, 1994, p. 1-24.

Paterson Chris, « International news on the internet : Why more is less », The International Journal of Communication Ethics, vol. 4, n° 1/2, 2007, p. 57-66.

Paterson Chris, « Global Battlefields », dans Oliver Boyd-Barrett et Terhi Rantanen (eds.), The Globalization of News, Londres, Sage, 1998, p. 79-103.

Reese Stephen D., Rutigliano Lou, Hyun Kideuk, Jeong Jaekwan, « Mapping the blogosphere. Professional and citizen-based media in the global news arena », Journalism, vol. 8, n° 3, 2007, p. 254-280.

Sakr Naomi, « Challenger or lackey ? The politics of news on Al Jazeera », dans Thussu Daya K. (ed.), Media on the Move. Global Flow and Contra-Flow, Londres, Routledge, 2007, p. 104-117.

Sakr Naomi, Satellite Realms. Transnational Television, Globalization and the Middle East, Londres, I.B. Tauris, 2001.

Schiller Herbert I., Communications and Cultural Domination, New York, M.E. Sharpe, 1976.

Semelin Jacques, La liberté au bout des ondes. Du coup de Prague à la chute du Mur de Berlin, Paris, Belfond, 1997.

Thussu Daya K., News as Entertainment. The Rise of Global Infotainment, Londres, Sage, 2007.

Volkmer Ingrid, « The global network society and the global public sphere », Development, vol. 46, n° 1, 2003, p. 9-16.

Zuckerman Ethan, « International reporting in the age of participatory media », Daedalus, vol. 139, n° 2, printemps 2010, p. 66-75.

Zuckerman Ethan, « Meet the bridgebloggers. Who’s speaking and who’s listening in the international blogosphere ? », présentation au colloque « The Power and Political Science of Blogs », University of Chicago, 16-17 septembre 2005.

Haut de page

Notes

1 Ingrid Volkmer, « The global network society and the global public sphere », Development, vol. 46, n° 1, 2003, p. 15.

2 Herbert I. Schiller, Communications and Cultural Domination, New York, M.E. Sharpe, 1976, p. 35 et suivantes.

3 Tristan Mattelart, Le cheval de Troie audiovisuel. Le rideau de fer à l’épreuve des radios et télévisions transfrontières, Grenoble, PUG, 1995.

4 Oliver Boyd-Barrett et Michael Palmer, Le trafic des nouvelles, Paris, Alain Moreau, 1979 ; Tristan Mattelart, op. cit., p. 12-17.

5 Mustapha Masmoudi, The New World Information Order, International Commission for the Study of Communication Problems, document n° 31, Paris, Unesco, 1978, p. 1.

6 Ibid., p. 1, 3-4.

7 Ibid., p. 11. Voir, sur ces débats, Armand Mattelart, La communication-monde. Histoire des idées et des stratégies, Paris, La Découverte, 1992, p. 219 et suivantes.

8 Mustapha Masmoudi, op. cit., p. 13.

9 Bernard Bumpus, La radiodiffusion internationale, Commission internationale d’étude des problèmes de la communication, document n° 60, Paris, Unesco, 1979, p. 15 et annexe 1.

10 J.F. Wilkinson, cité in Sydney Head, Broadcasting in Africa : A Continental Survey of Radio and Television, Philadelphie, Temple University Press, 1974, p. 224.

11 Tristan Mattelart, op. cit. ; Jacques Semelin, La liberté au bout des ondes. Du coup de Prague à la chute du Mur de Berlin, Paris, Belfond, 1997.

12 Sur ce dernier point, voir Lebona Mosia et al., « From revolutionary to regime radio : Three decades of nationalist broadcasting in Southern Africa », Africa Media Review, vol. 8, n° 1, 1994, p. 1-24.

13 C’est le titre de l’ouvrage, déjà cité, de Jacques Semelin.

14 Dominique Marchetti, « L’internationale des images », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 5, 2002, p. 71-83.

15 Ibid., p. 78.

16 Chris Paterson, « Global Battlefields », dans Oliver Boyd-Barrett et Terhi Rantanen (eds.), The Globalization of News, Londres, Sage, 1998, p. 96.

17 Naomi Sakr, Satellite Realms. Transnational Television, Globalization and the Middle East, Londres, I.B. Tauris, 2001, p. 10, 84 et suivantes.

18 Ratiba Hadj-Moussa, « New media, community and politics in Algeria », Media, Culture and Society, vol. 25, n° 4, 2003, p. 460-464. Voir aussi les contributions de Lotfi Madani et de Riadh Ferjani dans Tristan Mattelart (dir.), La mondialisation des médias contre la censure. Tiers Monde et audiovisuel sans frontières, Paris-Bruxelles, Ina-De Boeck, 2002.

19 Oliver Boyd-Barrett et Daya K. Thussu, Contra-Flow in Global News : International and Regional News Exchange Mechanisms, Londres, John Libbey, 1992, p. 23 et 141.

20 Naomi Sakr, « Challenger or lackey ? The politics of news on Al Jazeera », dans Daya K. Thussu (ed.), Media on the Move. Global Flow and Contra-Flow, Londres, Routledge, 2007, p. 115.

21 Ibid., p. 105.

22 Tine Ustad Figenschou, « A voice for the voiceless ? A quantitative content analysis of Al Jazeera English’s flagship news », Global Media and Communication, vol. 6, n° 1, 2010, p. 86.

23 Naomi Sakr, « Challenger or lackey ? », op. cit., p. 113.

24 Gustavo Gomez-Mejia, « “Notre nord, c’est le sud” ? L’Amérique latine face aux projections géopolitiques de la chaîne TeleSUR », dans Olivier Koch et Tristan Mattelart (dir.), Géopolitique des télévisions internationales d’information, Paris, Mare et Martin, à paraître fin 2014.

25 Voir sur les chaînes chinoises et russes, les contributions de Sun Jiangeng et d’Ilya Kiriya, dans Olivier Koch et Tristan Mattelart (dir.), op. cit.

26 Voir, pour une illustration de cela, l’article déjà cité d’Ingrid Volkmer.

27 Daya K. Thussu, News as Entertainment. The rise of Global Infotainment, Londres, Sage, 2007.

28 Dominique Marchetti, « La fin d’un Monde. Les transformations du traitement de la “politique étrangère” dans les chaînes de télévision françaises grand public », in Lionel Arnaud et Christine Guionnet (dir.), Les frontières du politique. Enquêtes sur les processus de politisation et de dépolitisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 49-78.

29 Dominique Marchetti, « L’internationale des images », op. cit., p. 73.

30 Ulf Hannerz, Foreign News. Exploring the World of Foreign Correspondents, Chicago, The University of Chicago Press, 2004, p. 23.

31 Stephen D. Reese et al., « Mapping the blogosphere. Professional and citizen-based media in the global news arena », Journalism, vol. 8, n° 3, 2007, p. 254.

32 Chris Paterson, « International news on the internet : Why more is less », The International Journal of Communication Ethics, vol. 4, n° 1/2, 2007, p. 62-63.

33 Emmanuel Marty et al., « Diversité et concentration de l’information sur le web », Réseaux, n° 176, 2012/6, p. 51 et 63.

34 Ethan Zuckerman, « Meet the bridgebloggers. Who’s speaking and who’s listening in the international blogosphere ? », présentation au colloque « The Power and Political Science of Blogs », University of Chicago, 16-17 septembre 2005, p. 27-28.

35 Aurélie Aubert, « L’actualité internationale à l’heure des médias participatifs », dans Michael Palmer et Aurélie Aubert (dir.), L’information mondialisée, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 115.

36 Ethan Zuckerman, « Meet the bridgebloggers », op. cit., p. 2. Je suis redevable, pour cette référence et les deux suivantes, à Julien Saada.

37 Rebecca MacKinnon, « Blogs and China correspondence : Lessons about global information flows », Chinese Journal of Communication, vol. 1, issue 2, 2008, p. 254.

38 Ethan Zuckerman, « International reporting in the age of participatory media », Daedalus, vol. 139, n° 2, printemps 2010, p. 67-70.

39 Sean Aday et al., Blogs and Bullets II. New Media and Conflict after the Arab Spring, Washington, United States Institute of Peace, 2012, p. 14 et 21.

40 Evgeni Morozov, The Net Delusion. The Dark Side of Internet Freedom, New York, Public Affairs, 2011, p. XII, 44.

41 Hillary R. Clinton, « Remarks on Internet freedom », discours prononcé au Newseum, Washington D.C., le 21 janvier 2010, disponible à : http://www.state.gov/secretary/rm/2010/01/135519.htm

42 Armand Mattelart, « Vers une globalisation ? », Réseaux, n° 100, 2000, p. 96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Mattelart, « Les enjeux de la circulation internationale de l’information », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1145 ; DOI : 10.4000/rfsic.1145

Haut de page

Auteur

Tristan Mattelart

Tristan Mattelart est professeur de Communication internationale à l’UFR Culture et communication de l’Université Paris VIII et chercheur au Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (Cemti). Ses travaux portent sur les enjeux sociaux, culturels, politiques et économiques de l’internationalisation des médias et des technologies de la communication. Il a notamment coordonné les ouvrages La mondialisation des médias contre la censure (Ina-De Boeck, 2002) et Piratages audiovisuels. Les voies souterraines de la mondialisation culturelle (Ina-De Boeck, 2011). Il dirige actuellement, avec Olivier Koch, un livre sur la Géopolitique des télévisions internationales d’information, à paraître en 2014, aux éditions Mare et Martin.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page