Navigation – Plan du site
Dossier
1- À la recherche du mediascape français

Recherches sur le journalisme. Un savoir dispersé en voie de structuration

Nicolas Pélissier et François Demers

Résumés

Cet article accorde une attention particulière aux travaux français portant sur le journalisme caractérisés — jusqu’il y a peu — par leur fragmentation disciplinaire et institutionnelle. L’objectif est double : contribuer à une meilleure délimitation d’un champ de recherche (les Journalism Studies au sein des SIC) mouvant et complexe, à l’image de la profession dont il est indissociable ; présenter un certain nombre de jalons théoriques et géopolitiques (comparaison avec le contexte nord-américain) témoignant d’un processus en cours de structuration du savoir académique produit.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de François Demers

Texte intégral

1Jusqu’à la fin du xxe siècle, le mediascape (Appadurai, 2001) français est demeuré relativement stable, dominé par les grands médias généralistes : quotidiens, magazines, chaînes de radio et de télévision. Cependant, cette configuration est entrée dans une grande turbulence. Sur le plan de la recherche sociale, l’Ordre émergé dans l’après-guerre a servi de toile de fond, implicite pour l’essentiel, à la réflexion, à l’analyse et même à la contestation de l’activité médiatique pendant au moins un demi-siècle. Pour caricaturer : encore tout récemment, il était « évident » que les grands médias étaient tout-puissants dans l’univers des discours, qu’il importait de les contrôler socialement et de dénoncer leurs travers, voire de révéler leur production structurelle d’aliénations. Puis, le sentiment que les choses changent en profondeur s’est lentement répandu dans la recherche pour se cristalliser sur l’objet Internet qui joue le rôle de symbole du nouveau monde médiatique.

2Ce texte postule que ce changement a fait du journalisme un lieu privilégié d’observation de la mutation du paysage médiatique français, et qu'il va le maintenir dans cette position au cours des prochaines années, au cœur du champ des Sciences de l’Information et de la Communication (SIC). Nous défendons que le journalisme a été le lieu d’apparition des symptômes de ces transformations et d’une expression d’alarme en direction du monde de la recherche. Leurs conséquences sont grandes, tant pour le maintien symbolique de la nation française au sein de l’Europe (Anderson, 1986) et dans le monde, que pour le rôle — prêté par le discours démocratique au journalisme et à la pluralité de médias — de phare de la conscience citoyenne et de la vie politique (Tétu, 2008).

3Dès lors, le nouvel intérêt de la recherche française pour le journalisme paraît une conséquence logique des changements de grande ampleur, comme l’avait été, dans les années 80 et 90, la réorientation nord-américaine de la recherche en communication vers la réception. Dans ce dernier cas, la déréglementation des activités économiques au cours des années Reagan et Thatcher avait en effet provoqué un bond en avant de la concurrence. Pour la recherche, il fallait porter le regard, non plus prioritairement sur les messages ou sur leurs producteurs et procédés de production, mais sur leurs consommateurs, davantage sollicités et potentiellement plus volatils.

4Nous souhaitons donc, dans ce texte, montrer que l’appel social invitant à porter une plus grande attention au journalisme dans le système médiatique a connu, au cours des deux dernières décennies, un écho favorable dans le milieu de la recherche. À l’appui de nos propositions, nous allons d’abord rappeler les principales conclusions d'un travail au long cours (Pélissier, 2008), qui nous avait permis de montrer comment le tournant du siècle a vu un bond en avant des Journalism Studies au sein des SIC françaises et leur cheminement vers une plus grande structuration. Puis, pour mieux appréhender le nouveau mediascape en émergence, nous opérerons des rapprochements entre les travaux de chercheurs français, québécois et américains, dans l’objectif de mieux mettre en évidence la contribution spécifique de la recherche en SIC.

Un domaine de recherches à délimiter

5Qualifiées de Journalism Studies dans la littérature académique anglo-saxonne, les recherches sur le journalisme n'ont guère d'équivalent en France. Ce déficit de nomination n'est pas sans influence sur les problèmes de reconnaissance et de mise en visibilité de ce domaine. De fait, ces recherches spécialisées constituent bien un sous-domaine des SIC, susceptible également d'intéresser d'autres disciplines telles que l'histoire, la sociologie, les sciences politiques ou du langage, etc. Pour caractériser ce champ scientifique, on peut mettre en avant trois caractéristiques. La première est une focalisation sur l'activité de production des messages médiatiques. Si l'on considère que, dans tout processus d'information et de communication, il existe au moins un producteur, un produit et un public, c'est au premier de ces trois P que s'intéresse en priorité le chercheur en journalisme. Cette insistance est tardive dans l'histoire des sciences humaines et sociales, qui se sont d'abord préoccupé des questions des effets, puis du contenu de la structure des messages médiatiques, avant de se pencher plus en détail sur cette activité productive. Si le développement des Journalism Studies aux États-Unis est bien plus précoce pour des raisons culturelles et politiques, en France, il faut attendre les deux dernières décennies pour que les travaux académiques sur le journalisme prennent leur véritable essor.

6La deuxième caractéristique de ces derniers est une insistance toute particulière sur la collecte, le traitement et la diffusion de l'information d'actualité, celle-ci étant entendue comme une mission civique d'intérêt général. Les chercheurs en journalisme centrent donc leur attention sur les informations « chaudes » produites par les rédactions des organisations spécialisées mais aussi par toute instance, collective ou individuelle, s'attribuant cette prérogative. Le temps et le registre de ces « nouvelles » d'actualité sont à distinguer de celui du document, traité par les historiens, ou celui des données, objet d'études des chercheurs en Information and Library Sciences. Cette distinction devient d'autant plus complexe et pertinente, à l'heure où toutes les données disponibles sur le Web ont tendance à être assimilées à des informations d'actualité. Quant à la fonction citoyenne et civique de ces dernières, elle renvoie à l'idée d'un service de l'information accompli par les journalistes et ceux qui se revendiquent comme tels.

7Le journalisme serait un service public — dans le nouveau contexte, cet axiome est questionné — dont la légitimation, dans nos sociétés démocratiques, passe par la recherche de la vérité, via la vérification de l'exactitude des faits observés et rapportés. Bien sûr, l'activité journalistique est de plus en plus hybride, métisse et s'entremêle de fait avec d'autres activités sociales où la communication occupe une place prépondérante (Bougnoux, 1995). Et ces activités gagnent aussi à être mieux prises en compte par les chercheurs qui s'intéressent au journalisme en soi (Schlesinger, 1992) : c'est en l'observant depuis l'extérieur de ses frontières traditionnelles que l'on peut parfois mieux approcher une formation discursive (Ringoot et Utard, 2005) qui a tendance à se mélanger à d'autres, voisines et concurrentes. Cependant, l'étude de l'activité journalistique ne relève pas de la même approche que celle des animateurs de jeux télévisés ou de présentateurs de programmes de télé-réalité. Si les logiques économiques convergent, les logiques politiques et sociales de ces différentes activités sont, elles, bien différentes. C'est d'ailleurs ce qui permet de distinguer les Journalism Studies au sein de l'espace académique, plus vaste mais aussi plus diffus, des Media and Cultural Studies (Mulhman, 2004). Dans les sociétés savantes internationales telles que l'International Communication Association (ICA), l'International Association for Media and Communication Research (IAMCR) ou l'European Communication Research and Education Association (ECREA), ces Journalism Studies font d'ailleurs l'objet d'un groupe d'études et d'une section spécifique et distincte.

8Pour nombre de chercheurs, le journalisme reste bien lié à une mission civique et critique que nos sociétés lui ont confiée. Et s'il devient victime de son succès auprès d'autres activités sociales, connexes ou rivales, c'est précisément en raison de son rapport intime et privilégié, d'essence politique, avec l'information d'actualité. Sur le Web, par exemple, le journaliste reste un référent informationnel, un « infomédiaire » (Smyrnaios et Rebillard, 2011). Un privilège précieux qu'un géant de l'Internet tel que le moteur Google partage avec les journalistes… mais surtout qu’il leur envie au point de démultiplier ses propres services de fournisseur d’actualités.

9Enfin, un troisième trait caractéristique de nombre d'études sur le journalisme est qu'elles mettent l'accent sur les processus d'interactions internes aux organisations médiatiques entre les journalistes professionnels et les autres métiers liés à la production d'information (techniciens, documentalistes, veilleurs, marketeurs, etc.), ainsi que sur les interactions externes entre ces organisations et leur environnement : sources, annonceurs, partenaires, collaborateurs, et surtout publics/citoyens. Au niveau théorique, différentes modélisations de l'activité journalistique vont dans ce sens, qu'il s'agisse du système médiatique (Mathien, 1992), du champ journalistique (Champagne, 1990, Bourdieu, 1996), de la configuration journalistique (Rieffel, 2007) ou des mondes sociaux du journalisme (Ruellan, 2011). Ce dernier modèle, inspiré de la sociologie interactionniste d'Howard Becker, met en relief le rôle des amateurs et apprentis journalistes dans leurs relations au quotidien avec les organisations professionnelles. D'où l'intérêt croissant que portent les chercheurs à la production d'information par les citoyens, sur les blogs, Twitter ou d'autres plateformes participatives dédiées telles qu'Agoravox, une production singulière et complémentaire que Denis Ruellan qualifie d'ordinaire du journalisme, en référence aux travaux de Michel de Certeau sur les activités buissonnières des usagers « ordinaires » de la communication.

Un savoir problématique

10Comme nous l'avions souligné en citant Barbara Zelizer : « si le journalisme pose de nombreux problèmes, la recherche sur le journalisme en pose tout autant » (Pélissier, 2008, 1). Ce que nous avions traduit en plusieurs questions, notamment : comment ce savoir spécifique s'est-il progressivement constitué en France ? Comment est-il parvenu à se distinguer au sein de l'ensemble plus vaste des recherches sur les médias et la communication ? Quels sont les freins et les obstacles qui ont limité son développement et rayonnement, au sein du champ académique mais aussi auprès des professionnels et de la société ? Quelles sont les principales disciplines qui ont produit un tel savoir et ont-elles élaboré un projet interdisciplinaire cohérent autour de cet objet ? Quels ont été les principaux auteurs et courants de pensée marquants, et les principales méthodes mobilisées pour conduire les enquêtes de terrain ? Quelles ont été les institutions d'enseignement et de recherche, les lieux de production et de diffusion scientifiques qui ont joué un rôle structurant ? En France, quelle a été la place spécifique occupée dans la discipline des sciences de l'information et de la communication ? Enfin, la recherche française sur le journalisme a-t-elle été en phase avec celle produite dans d'autres pays, notamment par les chercheurs anglophones et ceux en provenance d'autres pays francophones ?

11Pour répondre à cet ensemble d’interrogations, nous nous sommes appuyés sur les méthodes suivantes qui ont déjà été développées dans l'ouvrage Journalisme, avis de recherches (Pélissier, 2008). D'une part, une approche socio-historique inspirée par le groupe Théorie et Pratiques Scientifiques de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (Boure, 2003). Il s'est agi d'élaborer une histoire globale de notre domaine de recherche, « qui ne se limite pas à l'analyse des productions intellectuelles, mais s'efforce de prendre en compte les processus d'institutionnalisation avec le souci de les contextualiser », et donc de penser les théories, les méthodes, les langages, etc., « en relation avec les institutions (Écoles de pensée, organisations administratives, sociétés savantes, systèmes d'édition, laboratoires…) » (Boure, 2003, 24-25). À cet effet, nous avons analysé un corpus de près de 200 ouvrages académiques et réflexifs et d'une centaine d'articles de revues spécialisées (non exhaustif), dont les résultats ont été recoupés avec une série d'entretiens auprès de leurs principaux auteurs et interprètes.

12D'autre part, nous avons privilégié une approche synchronique consistant à élaborer une sociologie du groupe professionnel des chercheurs en journalisme, à partir d'une série d'entretiens semi-directifs avec une cinquantaine de ces chercheurs, majoritairement français mais aussi, à titre comparatif, issus d'autres pays francophones ou anglophones. Au sein de cet échantillon représentatif, nous avons accordé une importance, notable mais pas exclusive, à celles et ceux qui ont joué un rôle actif dans la structuration du savoir susmentionné au sein de revues, laboratoires, groupes de recherche, colloques et séminaires, etc. En complément, nous avons mobilisé les résultats de nos propres observations de type participatives, des chercheurs en information-communication spécialisés en journalisme, qui plus est appartenant à deux traditions académiques distinctes, l'une européenne, l'autre nord-américaine. Pour ne pas alourdir inutilement notre propos, nous ne présenterons pas, dans l’espace limité de cet article, les résultats croisés de l’analyse de corpus avec les entretiens semi-directifs menés auprès de journalistes professionnels et nous permettons de renvoyer à l’ouvrage déjà cité pour des compléments d’information.

13Notre analyse de corpus documentaire nous a permis de distinguer deux étapes constitutives d'un savoir spécifique sur le journalisme dans l'espace académique français au xxe siècle : la première (1937-1976) met en évidence la genèse d'un savoir spécifique sur la presse qui englobe les études sur le journalisme mais tend aussi à les marginaliser. La deuxième étape (1976-1996), quant à elle, se traduit par l'émergence et l'affirmation d'un savoir académique sur le journalisme, mais ce développement demeure peu maîtrisé par les acteurs qui y concourent, et demande à être mieux structuré pour devenir durable.

Genèse d'un savoir académique : le rôle central de l'Institut Français de Presse (IFP) (1937-1976)

14À la fin des années 1930, à l'aune d'un contexte favorable qui se traduit par un consensus entre milieux académiques, syndicats de journalistes et entreprises de presse (Ruellan, 1997), l'Université de Paris met en place un Institut des Sciences de la Presse (ISP). Celui-ci énonce un programme fort de recherches scientifiques interdisciplinaires sur les médias guidé par le positivisme de ses fondateurs et la doctrine libérale de l'information. Il édite une revue de référence à vocation structurante : les Cahiers de la Presse. Les limites de cette tentative inaugurale, qui prend fin avec l'occupation de la France en 1940, ne manquent pas : prédominance des approches juridiques et historiques au détriment des sciences sociales ; focalisation sur la question de la presse au détriment de celle de ses producteurs (seule une minorité de textes publiés abordent les problèmes et le statut de la profession) ; insuffisance des approches empiriques méthodologiquement consistantes au profit de discours surplombants marqués par l'idéologie de la fonction nécessairement démocratique de la presse (Le Bohec, 1997) ; tentative de constitution d'une science de la presse tendant à englober toutes les autres disciplines des Sciences Humaines et Sociales (SHS). Cette démarche monopolistique marque d'ailleurs la recherche française pendant près d'un demi-siècle, période au cours de laquelle la savoir sur la presse demeure quasi-monopolisé par une seule institution.

15L'ISP parvient tout de même à réaliser son objectif fondamental : poser les fondements, au plan épistémologique et institutionnel, d'une reconnaissance académique des études de presse, dont les recherches sur le journalisme, bien que marginales, sont partie prenante. Dès la Libération, l'Institut Français de Presse (IFP) reprend le flambeau de l'ISP, mais avec moins de panache. Son projet scientifique est beaucoup moins ambitieux, et ses réalisations pèchent par leur éparpillement, leur manque de dynamique collective, leur caractère ponctuel et leurs difficultés de reconnaissance. Font alors défaut le soutien de la sphère académique, mais aussi de milieux professionnels qui s'intéressent alors davantage aux nouveaux établissements de formation tels que le Centre de Formation des Journalistes (CFJ) à Paris (1945) ou le Centre Universitaire d’Enseignement du Journalisme (CUEJ) à Strasbourg (1956). L'IFP conserve cependant une sorte de monopole de fait sur la production d'un savoir académique sur la presse et le journalisme. Car l'ensemble des sciences sociales sont alors influencées par des paradigmes tels que la théorie mathématique de l'information de Shannon et Weaver, le structuralisme, la sémiologie, la sociologie critique des pratiques culturelles, la théorie critique des médias, le courant des Annales en histoire, etc., qui tendent à sous-estimer l'intérêt de l'étude des producteurs de l'information d'actualité.

16En ce sens, les événements de mai 1968 marquent une rupture : l'IFP est alors transféré à l'université de Paris II, où il s'ouvre aux travaux produits outre-Atlantique et se raccorde davantage à la sociologie du journalisme mainstream produite dans les pays anglo-saxons. Ce redéploiement porte ses fruits : dans la première moitié des années 1970, apparaissent les premières thèses françaises portant sur la profession de journaliste (Francis Balle, Josianne Jouët). Mais cette timide effervescence reste tardive et parcellaire, surtout si on la met en relation avec le dynamisme de la production anglo-saxonne sur la période 1945-1975. En outre, le savoir produit demeure centralisé, près de quarante ans après, par un IFP encore sous influence dominante des paradigmes empirico-fonctionnalistes de ses fondateurs.

17Au total, l'accouchement d'un savoir spécifique sur le journalisme et les journalistes prend du temps et s'effectue dans la durée, de façon discontinue : suite à un essor rapide et soudain dans les années 1930, ce savoir a tendance à se diluer au cours des trois décennies suivantes, pour des raisons qui tiennent tant au particularisme de l'IFP qu'au contexte académique, social, politique et médiatique de la France des Trente Glorieuses.

Émergence et affirmation de recherches spécifiques sur le journalisme (1976-1996)

18Au cours de l'année 1976, deux événements majeurs se produisent : d'une part la parution de l'article de Jean-Gustave Padioleau fondateur d'une sociologie du journalisme de type interactionniste qui s'appuie sur l'individualisme méthodologique ; d'autre part, la nomination de Francis Balle, un chercheur spécialiste du journalisme, à la tête de l'Institut Français de Presse. À compter de cette date et au cours de deux décennies suivantes, un savoir spécifique sur le journalisme et les journalistes émerge et s'affirme progressivement. La première tendance observée sur cette période est celle d'une différenciation plus marquée des recherches en journalisme par rapport à des recherches portant sur les médias. On assiste notamment au développement d’une histoire des journalistes (Martin, 1991) et d’une sociologie du journalisme (Rieffel, 1984) qui abordent des questions non traitées jusqu’alors par la sociologie des médias ou l’histoire de la presse. La deuxième tendance à l'œuvre est celle d'une diversification paradigmatique. Le fonctionnalisme n'est plus en position de monopole dans l'orientation des travaux des chercheurs français. Il se voit concurrencé par d'autres paradigmes, issus du courant interactionniste et surtout du structuralo-marxisme, en plein essor sur la période 1975-1985.

19Cependant l'opposition entre ces diverses traditions épistémologiques n'est pas réellement frontale et manichéenne. Car chacune d'entre elles s'enrichit, au fur et à mesure des avancées des travaux, d'apports théoriques nouveaux. Ainsi, du côté fonctionnaliste, Michel Mathien (1989 et 1992) renouvelle le genre par la prise en compte des acquis de la systémique et de la cybernétique, voire, comme Dominique Wolton (1990), de certains théoriciens critiques. De façon plus générale, le positivisme inaugural des pères fondateurs de l'IFP est progressivement contesté par d'autres approches, qui mettent en évidence le rôle décisif des journalistes dans la construction de la réalité donnée à voir et rapporter. Pour Louis Quéré, par exemple, cette construction n'a que peu à voir avec la recherche de la Vérité et une éthique de l'intérêt général dans une perspective d'espace public. La théorie critique se double alors d'une lecture constructiviste du monde social (Veron, 1981) qui s'oppose au positivisme des partisans d'une doctrine libérale de l'information.

20Comme conséquence de cette diversification et accélération de la production, une troisième tendance est celle de la resynchronisation du savoir produit en France avec les travaux menés dans d’autres pays, en particulier au Royaume-Uni et aux États-Unis. Ces derniers, d’ailleurs, se font beaucoup plus présents dans les bibliographies des chercheurs français tels que Paul Beaud, Michel Mathien, Denis Ruellan, etc. Cette ouverture croissante des travaux est aussi à l'origine d'une quatrième tendance : l'extension du territoire des recherches. Celui-ci s’ouvre davantage aux travaux portant sur les journalistes du secteur audiovisuel (Brusini et James, 1982 ; Bourdon, 1994). En relation avec ce nouveau centre d’intérêt, le rôle décisif joué par les chaînes de télévision d’information en continu dans certaines manipulations médiatiques incite les chercheurs à mettre la question déontologique au centre de leurs préoccupations, notamment en période de médiatisation des conflits armés (Mathien, 2001). Enfin, la focalisation des travaux sur les élites journalistiques et le microcosme qu’elles constituent (Pinto, 1983 ; Rieffel, 1984) est concurrencée par des approches plus globales de la profession journalistique et de son identité (Ruellan, 1993). Ces dernières aboutissent parfois à des propositions de théorie générale du journalisme visant à unifier les savoirs produits par des chercheurs issus le plus souvent de disciplines différentes : au droit et à l'histoire des médias privilégiés par l'IFP, s'ajoutent désormais les apports des sciences du langage, des sciences politiques, de l'économie et de la sociologie. Cette dispersion disciplinaire est source d’enrichissement et de décentralisation des savoirs, mais a aussi ses limites. Car cet éclatement, source de diversité, est aussi une entrave à la reconnaissance de ces savoirs.

21D’où une dernière tendance à la structuration qui se développe au début des années 1990. En l’absence de lieux institutionnels susceptibles de favoriser, voire de prendre en charge ce développement, ce sont les revues spécialisées qui tentent de jouer ce rôle (dossiers des revues Réseaux et Politix en 1992). Mais les difficultés rencontrées par Médiaspouvoirs (Pélissier, 2008, pp. 102-104) montrent que la période n’est pas encore favorable à une plus grande régulation du savoir produit.

22Il en va différemment dans la période contemporaine (1996-2013), objet de notre étude synchronique. Celle-ci met en évidence un double phénomène contradictoire. D'une part, à partir de la controverse initiée par Pierre Bourdieu, une accélération soudaine de la production académique française sur le journalisme, essor qui contribue à l'enrichissement des connaissances liées à ce domaine de recherches, mais aussi à un processus de fragmentation des savoirs évoqué plus haut. D'autre part, la multiplication de tentatives, institutionnelles et scientifiques, visant à donner une meilleure cohérence et visibilité à ces savoirs.

Une demande sociale plus pressante : 1996-2014

23L'intervention de Pierre Bourdieu, dans ce domaine réservé jusqu'alors à d'autres chercheurs plus spécialisés, n'a pas produit subitement, sous l'effet d'une quelconque magie sociale, les changements accélérés que nous allons décrire. Certes, la descente dans l'arène du sociologue défunt a eu des répercussions difficilement contestables. Mais elle a plutôt joué un rôle de révélateur, d'aiguillon, par rapport à des mutations plus profondes qui l'ont rendue possible et efficiente. Ainsi, dans la première moitié des années 1990, certains chercheurs (Charon, 1994 ; Cornu, 1997) constatent une augmentation significative de la demande sociale en faveur de recherches scientifiques et critiques sur le journalisme. La première explication à ce phénomène est une transformation rapide de l'industrie des médias et des pratiques journalistiques, mutation qui rend nécessaire le développement de nouveaux paradigmes et méthodes de recherche. Dès lors, la sphère académique devient davantage réceptive aux travaux en journalisme, dans les disciplines plus anciennes telles que la sociologie ou l'histoire, mais aussi les plus récentes à l'image des SIC.

24Cette ouverture du milieu académique entre en résonance avec de nouvelles préoccupations réflexives des organisations professionnelles (Ruellan, 2011), au regard des dérapages médiatiques qui ont suscité de nombreuses controverses dans cette première moitié des années 1990 (Guerre du Golfe, Révolution roumaine…). Il s'agit alors d'initier des débats, associant professionnels des médias et chercheurs académiques, autour des questions déontologiques et de responsabilité sociale des entreprises de presse. Cette nouvelle vague réflexive, liée à une période de crise, a de nombreuses incidences aux effets parfois durables : publication d'ouvrages autocritiques écrits par des journalistes professionnels, relance des clubs de la presse, multiplication des colloques et séminaires associant étroitement les syndicats de journalistes, mise en place de centres de recherches dans les deux principaux établissements privés de formation (Centre de Formation des Journalistes et École Supérieur de Journalisme), lancement de la revue Les Cahiers du Journalisme (1995) sous les auspices de Pierre Bourdieu et co-éditée par l’École de journalisme de Lille et le Département d’information et de communication de l’Université Laval (Québec).

25Ce souci réflexif des milieux professionnels correspond aussi à une évolution du public des médias, qui entend contribuer plus activement aux débats (création de l'association « Les pieds dans le PAF », mouvement d'éducation aux médias porté par le Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information [CLEMI] dans les établissements scolaires). Se réaffirme ainsi l'idée que le journalisme est l'un des piliers de l'exercice de la citoyenneté dans les démocraties contemporaines.

26C’est donc à partir d'un terreau fertile et longuement défriché par un certain nombre de travaux précurseurs, que Pierre Bourdieu initie sa controverse scientifico-médiatique au milieu des années 1990. La polémique suscitée par la publication de Sur la télévision, certaines interventions du sociologue et de membres de son école dans les médias, au cinéma et dans la littérature, a donné lieu à une littérature relativement abondante (Olivesi, 2006). Une controverse au départ médiatique, et frisant parfois la caricature, a eu paradoxalement de nombreuses retombées en matière de production académique : publications d’ouvrages se situant dans le cadre théorique formalisé par Bourdieu (Le Bohec, 1997 et 2000 ; Accardo et alii, 1998 ; Duval, 2004) ou se positionnant contre lui (Lemieux, 2000 ; Muhlmann, 2004, Maigret et Macé, 2005) ; lancement d'une revue de référence (26 numéros des Cahiers du Journalisme parus à ce jour) ; publications d'essais, recensions et commentaires dans les revues francophones et anglo-saxonnes réputées, etc.

27Ces retombées traduisent des efforts substantiels accomplis par les chercheurs en journalisme depuis deux décennies. Parmi les terrains privilégiés de recherche, les journalismes spécialisés (Neveu, Ruellan et Rieffel, 2002), les médias en temps de guerre (Mathien, 2001, Mercier et Charron, 2004 ; Palmer, 2004) et le journalisme sur Internet (Pélissier, 2003, Estienne, 2007) occupent une place singulière. Plus généralement, la période est propice à une interrogation épistémologique plus générale sur la nature et les transformations du journalisme, à partir des héritages conceptuels les plus divers, issus de la pensée de Pierre Bourdieu (Neveu, 2001 ; Duval, 2004), Michel Foucault (Ringoot et Utard 2005) ou de chercheurs plus spécialisés en communication tels que Patrick Charaudeau en France (modèle contractualiste : 1997 et 2001) et Jean Charron/Jean de Bonville au Québec (modèle paradigmatique : 1996).

  • 1 Voir les axes prioritaires des laboratoires Centre de Recherche sur l’Action Politique en Europe [C (...)

28Cet élargissement du domaine de recherche va de pair avec une poursuite de la diversification disciplinaire observée lors de la période précédente : alors que l'histoire du journalisme s'affirme toujours davantage (lancement de la revue Les Temps des Médias éditée à Sciences Po Paris), de même que la sociologie politique ou les sciences du langage1, des approches de type philosophique (Bouveresse, 2001) et anthropologique (Coman, 2003) voient également le jour. En conséquence, les chercheurs en journalisme ont moins de difficultés à faire reconnaître leurs travaux au sein de leur discipline d'appartenance, ce qui n'était pas le cas au cours des décennies précédentes, lorsque la focalisation sur cet objet encore peu légitime pouvait nuire au bon déroulement de leur carrière (exemples des historiens et sociologues).

29En second lieu, les travaux français sur le journalisme renouvellent leurs théories ainsi que leurs méthodes et suscitent des controverses épistémologiques plus ouvertes et plus fines. Au plan théorique, l'affrontement entre partisans et détracteurs de la sociologie bourdieusienne des médias cède la place, dès la fin des années 1990, à une diversification des paradigmes : l'approche médiologique du journalisme comme « religion horizontale » de la communication (Debray, 2000) ; l'approche ethnométhodologique de la production journalistique au quotidien (Siracusa, 2001) ; l'approche mythologique de l'imaginaire professionnel (Le Bohec, 2000 ; Coman, 2003) ; l'approche compréhensive du quotidien et des fautes journalistiques (Lemieux, 2000) ou l'approche pragmatique du système journalistique et de ses injonctions paradoxales (Le Boeuf et Pélissier, 2003), etc.

30Cette diversification conduit aussi à un élargissement du panel des méthodes utilisées : les analyses des contenus et discours médiatiques s'affinent, les méthodes qualitatives à base d'entretiens se raffinent (voir Sur le journalisme, vol. 1, 2012) et sont complétées par des approches inspirées par l'anthropologie (ethnographie des rédactions), la narratologie (Lits, 2008) alors que se développent de nouveau types de protocoles, plus expérimentaux, voire quantitatifs ou inspirés par les sciences de l'information (voir Smyrnaios et Rebillard, 2011 ; Granjon et Le Foulgoc, 2010). Enfin, un tel renouvellement a aussi favorisé depuis une décennie l'apparition de controverses fécondes, autour par exemple de la place des approches constructivistes dans les recherches sur les médias et le journalisme (Gauthier, 2003), débat porté par des revues structurantes telles que Questions de communication, Quaderni ou Communication et Langages.

  • 2 A l'image du MICA [Médiation, Information, Communication, Art] aux Universités de Bordeaux, d'ELICO (...)

31Au plan éditorial et institutionnel, les tentatives fédératives se sont multipliées depuis quelques années, et ce sont essentiellement les tentatives françaises que nous avons choisi d’évoquer dans cet article (pour la production anglosaxonne, se reporter aux travaux de Barbara Zelizer) Tout d'abord, certains laboratoires français ont fait du journalisme un axe prioritaire ou privilégié et ont organisé des séminaires et journées d'études en conséquence. C'est le cas d'unités de recherche en sociologie, histoire ou sciences politiques, tels que le Centre de Sociologie Européenne [CSE] à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales [EHESS], le Centre de Recherche sur l’Action Politique en Europe [CRAPE] à l'Université de Rennes I ou le Centre de Recherche d’Histoire Moderne [CRHM] à Sciences Po par exemple. Mais ce sont surtout des laboratoires en Sciences de l’Information et de la Communication2, dont quatre sous-équipes (au sein des laboratoires CRAPE/ELICO/GRIPIC/CARISM) se sont associées en 2011 pour mettre en place un Groupement d'Intérêt Scientifique (GIS) « Journalisme » dans l'objectif de développer des recherches collectives et de les vulgariser lors de colloques ayant lieu tous les deux ans (voir Rieffel et alii, 2013).

32Il est également important d’évoquer les séminaires à portée plus nationale et internationale organisés par l'Institut Français de Presse, l'équipe de recherche CERIME à Strasbourg (sous l'impulsion de Michel Mathien) et le Réseau d'Études du Journalisme tout au long des années 2000. Les séminaires et journées d'études de ce dernier réseau (à Lannion, Paris, Lyon, Québec, Brasilia) fondé à la fin des années 1990 par Denis Ruellan à l'Université de Rennes I, ont débouché sur de nombreuses publications individuelles et collectives (voir Utard et ali, 2001 ; Damian et alii, 2002 ; Ringoot et Utard, 2005 ; Augey, Demers et Tétu, 2008 ; Croissant-Cavelier, Touboul, 2010) à partir d'interrogations ciblées sur les questions d'information en ligne, de « genres » et « figures » journalistiques, du journalisme « ordinaire » produit par les amateurs, mais aussi de réflexions plus vastes sur les métamorphoses et les usages du journalisme contemporain.

33Enfin, le Réseau d’Études du Journalisme est à l'origine d'initiatives récentes qui constituent une tentative conséquente de structuration du domaine de recherche : lancement par Florence Le Cam en 2009 du site web « Sur le journalisme » (IUT de Lannion/CRAPE), dont l'objectif est double : mieux mettre en valeur la production individuelle et collective des chercheurs du REJ, mais aussi de la recherche en journalisme au plan national et international (veille scientifique avec liens vers blogs, bibliographies et ressources en ligne) ; d'autre part, permettre aux chercheurs spécialisés de publier leurs textes sur le site, avant ou après édition papier. Enfin, la dynamique participative et collective liée à ce site a débouché en 2012 sur le lancement d'une revue en ligne éditée en trois langues : Sur le Journalisme/On Journalism/Sobre Jornalismo.

34De fait, au sein des Sciences de l’Information et de la Communication, le journalisme n'est certes pas un sous-champ aussi bien balisé et structuré que ne sont d'autres connexes ou concurrents. Mais il a tout de même renforcé sa consistance et sa légitimité depuis ces deux dernières décennies et surtout ces cinq dernières années, qui ont vu les tentatives de structuration se multiplier à l'initiative de chercheurs et de laboratoires de cette discipline. L’inquiétude face au changement des médias et du journalisme s'est diffusée dans le monde de la recherche et y a produit un effet de priorité.

Changement de cap pour la recherche au prisme du « retournement » du monde

35Si l’on se fie à la trajectoire suivie par la recherche nord-américaine, l’investissement scientifique français du côté du journalisme devrait connaître un nouvel essor dans les années qui viennent. En effet, aux États-Unis, le virage de la recherche sur la réception (des produits culturels en général et du journalisme en particulier) a débuté il y a trois décennies. Il s’est notamment structuré autour des Cultural Studies enrichies par les apports des Feminist and Gender Studies (Mattelart et Neveu, 2003). Cette perspective a débouché sur la célébration de l’effet démocratique de l’Internet puis des médias sociaux, des postulats aujourd’hui sous examen sévère. Pendant ce temps, le mediascape nord-américain, centré sur les médias traditionnels généralistes, s’est transformé en un cimetière et le doute s’est imposé quant à la contribution réelle du journalisme à la vie de la Cité. Or il apparaît vraisemblable qu’un phénomène identique soit sur le point de se produire en France, du moins à en croire les bilans financiers alarmistes, les transactions nombreuses du côté de la propriété des médias et le redoublement des inquiétudes en provenance du milieu journalistique.

36La notion d’hyperconcurrence, développée par les Québécois Jean Charron et Jean de Bonville (2004), témoins privilégiés des mutations médiatiques au Sud du Canada, permet une montée en généralité qui pointe en direction d’une urgence croissante pour les entreprises et leurs journalistes de mieux s’organiser pour attirer l’attention du public et tenter de le fidéliser. Cela force les journalistes à abandonner la position d’autorité dont ils bénéficiaient face à un public défini comme des citoyens abstraits pour entrer dans la logique marketing d’ajustement des contenus au plus près des réactions des consommateurs réels, dont il faut désormais ausculter les tendances à la minute près, ce que permettent de faire des logiciels nombreux et sophistiqués, du moins pour le journalisme dans le monde virtuel (Demers, 2012).

37La position surplombante des journalistes est d’autant plus menacée que l’Internet semble permettre aux acteurs sociaux d’échapper aux médias en tant que médiateurs obligés pour l’accès aux publics de masse, comme cela se passait à l’étape antérieure. De sources ou annonceurs qu’ils étaient pour les médias généralistes, les organisations, institutions et stars se transforment en rivaux, dans la mesure où ils mettent en ligne sur Internet leur propre média qui leur sert de kiosque d’information aussi bien que d’occasions de rencontre avec leurs publics. Les gens du marketing nomment cela le brand journalism, qui contourne le filtre journalistique et publicitaire des médias traditionnels pour rejoindre directement les publics.

38D’autres propositions formulées par des Québécois, à la lumière de l’expérience américaine, peuvent aussi servir à la montée en généralité, notamment celles sur lesquelles reposent le concept de communication publique (Demers et Lavigne, 2007 ; Demers, 2008). La redéfinition de cette expression de façon à ce qu’elle englobe l’ensemble des phénomènes discursifs de mise en public (y compris le journalisme) suppose en effet divers changements dans quatre grands secteurs de l’activité humaine. Ainsi la globalisation et la financiarisation de l’économie, la digitalisation à marche forcée des technologies — dans les télécommunications mais aussi dans l’industrie pharmaceutique, dans la santé, sur les chaînes de montage, etc. —, la chute politique de l’empire soviétique (la victoire de la démocratie) et le post-modernisme culturel auraient atteint une masse critique. Ces transformations des règles du jeu se sont alignées de telle sorte qu’il est possible de parler aujourd’hui avec crédibilité d’un “retournement du monde”, non seulement en matière de relations internationales comme décrit par Badie et Smouts (1992) mais dans tous les domaines en même temps, avec de lourdes conséquences sur le rapport entre médias, journalisme et vie démocratique.

39La France figure donc en bonne place pour accompagner la reconfiguration en profondeur du jeu et s’engager dans une démarche progressive de structuration d’un savoir actuellement disséminé. Il s’agit de mieux suivre à la trace les « changements et permanences » du journalisme (Ruellan, Le Cam, 2014) qui, en tant qu’objet mouvant et complexe, ne peut être saisi qu’au prix d’une approche multifocale telle l’envisagent les sciences de l’information et de la communication

Haut de page

Bibliographie

Accardo, Alain, Dir., Journalistes précaires, Bordeaux, Le Mascaret, 1998.

Anderson, Benedict, L'imaginaire national : réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1986.

Appadurai, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001.

Badie, Bertrand, Smouts, Marie-Claude, Le retournement du monde - Sociologie de la scène internationale, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques & Dalloz, 1992.

Balle, Francis, Et si la presse n'existait pas…, Paris, Jean-Claude Lattès, 1987.

Beaud, Paul, La société de connivence : médias, médiations et classes sociales, Paris, Aubier, 1984.

Beaud, Paul, Dir., « Sociologie du journalisme », Dossier de la revue Réseaux, n° 51, 1992.

Bougnoux, Daniel, La communication contre l'information, Paris, Hachette, 1995.

Bourdieu, Pierre, Sur la télévision, Paris, Seuil/Liber, 1996.

Bourdon, Jérôme, Haute-fidélité : pouvoir et télévision, 1935-1994, Paris, Seuil, 1994.

Boure, Robert, Dir., Les origines des SIC, Lille, Presses du Septentrion, 2003.

Bouveresse, Jacques, Schmock ou le triomphe du journalisme, Paris, Seuil/Liber, 2001.

Brusini, Hervé et James, Francis, Voir la vérité : le journalisme de télévision, Paris, PUF, 1982.

Champagne, Patrick, Faire l'opinion : le nouveau jeu politique, Paris, Minuit, 1990.

Champagne, Patrick, « Le traitement médiatique des malaises sociaux », Cahiers du journalisme, n° 2, décembre 1996, pp. 8-16.

Charaudeau, Patrick, Le discours d'information médiatique, Paris, INA/Nathan, 1997.

Charaudeau, Patrick, Lochard, Guy et Soulages, Jean-Claude, La télévision et la guerre, Bruxelles, INA/De Boeck, 2001.

Charon, Jean-Marie, Cartes de Presse, Paris, Stock, 1994.

Charron, Jean, De Bonville, Jean, « Le journalisme et le marché : de la concurrence à l’hyperconcurrence », dans Brin, Colette, Charron, Jean, De Bonville, Jean, "Le paradigme du journalisme de communication", Communication, vol. 17 (2), 1996, pp. 51-98.

Charron et J. De Bonville, Nature et transformation du journalisme. Théorie et recherches empiriques, Québec, Presses de l’Université Laval, 2005, pp. 273-316.

Coman, Mihai, Pour une anthropologie des médias, Grenoble, PUG, 2003.

Cornu, Daniel, Ethique de l'information, Paris, PUF, 1997.

Croissant-Cavelier, Valérie, Touboul, Anne-Lise, « Journalistes et citoyens : qui parle ? », Dossier de la revue Communication et langages, n° 165, 2010.

Damian, Béatrice, et alii, Inform@tion.local, Paris, L'Harmattan, 2002.

Debray, Régis, L'emprise, Paris, Gallimard, 2000.

Demers, François et Lavigne, Alain, « La comunicación pública : una prioridad contemporánea de investigación », Comunicación y Sociedad, n° 8, 2007, pp. 65-87.

Demers, François, « La communication publique, un concept pour repositionner le journalisme contemporain par rapport au débat public et à la démocratie », Les Cahiers du Journalisme, n° 18, 2008, p. 208-230,

Demers, François, « Le défi de la construction d’un public pour le journalisme au temps de Google Analytics », Tic & Société, 2012, vol. 6, N° 1, http://ticetsociete.revues.org/1162.

Duval, Julien, Critique de la raison journalistique, Paris, Seuil/Liber, 2004.

Gauthier, Gilles, "La vérité : visée obligée du journalisme", Les cahiers du journalisme, n° 13, printemps 2004, pp. 164-182.

Granjon, Fabien, Le Foulgoc, Aurélien, Les usages sociaux de l'actualité, Paris, INA, 2010.

Le Bœuf, Claude et Pélissier, Nicolas, Dir., Communiquer l'information scientifique : éthique du journalisme et stratégies des organisations, Paris, L'Harmattan, 2003.

Le Bohec, Jacques, Les rapports presse-politique : mise au point d'une typologie idéale, Paris, L'Harmattan, 1997.

Le Bohec, Jacques, Les mythes professionnels des journalistes français, Paris, L’Harmattan, 2000.

Lemieux, Cyril, Mauvaise presse, Paris, Anne-Marie Métailié, 2000.

Lits, Marc, Du récit au récit médiatique, Bruxelles, INA/De Boeck, 2008.

Maigret, Éric, Macé, Éric, Dir., Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, 2005.

Martin, Marc, Dir., Histoire et médias : journalisme et journalistes français (1950-1990), Paris, Albin Michel, 1991.

Mathien, Michel, Le système médiatique : le journal dans son environnement, Paris, Hachette, 1989.

Mathien, Michel, Les journalistes et le système médiatique, Paris, Hachette, 1992.

Mathien, Michel, Dir., L'information dans les conflits armés, Paris, L'Harmattan, 2001.

Mathien, Michel, "Le journaliste de communication : critique d'un paradigme spéculatif de la représentation du journalisme professionnel", Quaderni, n° 45, automne 2001, pp. 105-137.

Mathien, Michel, Rieffel, Rémy et Pélissier, Nicolas, Dir., "Figures du journalisme : critique d’un imaginaire professionnel", Dossier de la revue Quaderni, n° 45, automne 2001.

Mattelart, Armand et Michèle, Penser les médias, Paris, La Découverte, 1986.

Mattelart, Armand, Neveu, Éric, Introduction aux Cultural Studies. Paris, La Découverte, 2003.

Mercier, Arnaud et Charon, Jean-Marie, Dir., "Les journalistes ont-ils du pouvoir ?", Dossier de la revue Hermès, n° 35, automne 2003.

Mercier, Arnaud et Charon, Jean-Marie, Dir., Armes de communication massive, Paris, CNRS Éditions, 2004.

Muhlmann, Géraldine, Du journalisme en démocratie, Paris, Payot, 2004.

Neveu, Erik, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 2001

Neveu, Erik, Ruellan, Denis et Rieffel, Rémy, Dir., "Les journalistes spécialisés", Dossier de la revue Réseaux, n° 111, 2002.

Olivesi, Stéphane, La communication selon Bourdieu, Paris, L'Harmattan, 2006.

Padioleau, Jean-Gustave, "Systèmes d'interaction et rhétoriques journalistiques", Sociologie du travail, 1976 (3), pp. 256-282.

Padioleau, Jean-Gustave, Le Monde et le Washington Post, Paris, PUF, 1985.

Palmer, Michael, Quels mots pour le dire ? Correspondants de guerre, journalistes et historiens face aux conflits yougoslaves, Paris, L'Harmattan, 2004.

Pélissier, Nicolas, "Un cyberjournalisme qui se cherche", Hermès, n° 35, 2003, pp. 99-109.

Pélissier, Nicolas, Journalisme, avis de recherches, Bruxelles, Bruylant, 2008. Préface de François Demers.

Pinto, Louis, L'intelligence en action : Le Nouvel Observateur, Paris, Métailié, 1984.

Quéré, Louis, Des miroirs équivoques : aux origines de la communication moderne, Paris, Aubier, 1982.

Rieffel, Rémy, L'élite des journalistes : les hérauts de l'information, Paris, PUF, 1984.

Rieffel, Rémy, Que sont les médias ?, Paris, Gallimard/Folio, 2007.

Rieffel, Rémy, Roselyne Ringoot, Jean-François Tétu et Adeline Wrona, Dir., « Le gouvernement des journalistes », Surlejournalisme.com, 2013, vol. 2, no 2. http://surlejournalisme.com/rev/index.php/slj/issue/current

Ringoot, Roselyne, Ruellan, Denis, " Journalism as a permanent and collective invention", Brazilian Journalism Research, Vol 3, n° 2, 2007, pp 67-76.

Ringoot, Roselyne et Utard, Jean-Michel, Le journalisme en invention, Rennes, PUR, 2005.

Ruellan, Denis, Le professionnalisme du flou : identité et savoir-faire des journalistes français, Grenoble, PUG, 1993.

Ruellan, Denis, Les pros du journalisme : de l'état au statut, la construction d'un espace professionnel, Rennes, PUR, 1997.

Ruellan, Denis, Nous, journalistes : déontologie et identité, Grenoble, PUG, 2011.

Ruellan, Denis, Le Cam, Florence, Dir., Changements et permanences du journalisme, Paris, L'Harmattan, 2014.

Schlesinger, Philip, "Repenser la sociologie du journalisme : les stratégies de la source d'information et les limites du médiacentrisme", Réseaux, n° 51, 1992, pp. 77-99.

Siracusa, Jacques, Le JT, machine à décrire : sociologie du travail des reporters à la télévision, Bruxelles, INA/De Boeck, 2001.

Smyrnaios, Nikos, Rebillard, Franck, « Les relations entre infomédiaires et éditeurs de contenus d'actualité », Concurrence, n° 3, 2011, pp. 7-18.

Tétu, Jean-François, « Transformations et dispersion du journalisme en France », in Augey, Dominique, Demers, François et Tétu, Jean-François, Dir., Figures du journalisme, Québec, Presses de l’Université Laval, 2008.

Veron, Eliseo, Construire l'événement : les médias et l'accident de Three Miles Island, Paris, Minuit, 1981.

Wolton, Dominique, Eloge du grand public : une théorie critique de la télévision, Paris, Flammarion, 1990.

Zelizer, Barbara, Taking Journalism Seriously, New York-London-Thousand Oaks, Sage, 2004.

Haut de page

Notes

1 Voir les axes prioritaires des laboratoires Centre de Recherche sur l’Action Politique en Europe [CRAPE], Groupe de Sociologie Politique Européenne [GSPE], Centre d’Analyse du Discours [CAD] ou Centre d’Etude des Discours, Images ,Textes, Ecrits, Communication [CEDITEC].

2 A l'image du MICA [Médiation, Information, Communication, Art] aux Universités de Bordeaux, d'ELICO [Equipe de recherche de Lyon en sciences de l’Information et de la Communication] aux Universités de Lyon, du CARISM [Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire sur les Médias] à l’Université Paris II/IFP, du GRIPIC [Groupe de Recherche sur les Processus d’Information et de Communication] à l’Université Paris IV/CELSA, de l'IRSIC [Institut de Recherche en Sciences de l’Information et de la Communication] à Aix Marseille Universités/EJCM ou du CIM [Communication, Information, Médias] à l’Université Paris III/ICM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Pélissier et François Demers, « Recherches sur le journalisme. Un savoir dispersé en voie de structuration », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1135 ; DOI : 10.4000/rfsic.1135

Haut de page

Auteurs

Nicolas Pélissier

Nicolas Pélissier est diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales et docteur en sciences politiques. Professeur en SIC à la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de l’Université de Nice Sophia Antipolis, il est directeur adjoint du département des sciences de la communication et secrétaire général du laboratoire I3M, où il dirige aussi le séminaire doctoral, le master 2 recherche auquel est rattaché le master européen trinational "Médias, communication, culture". Il est par ailleurs professeur invité à l’Université de Fribourg et à l’Université de Bucarest. Ses recherches portent sur les transformations du journalisme à l’heure des réseaux numériques et sa convergence avec les industries culturelles, à l’origine de nouveaux modes d’écriture de de l’information (News Transmedia Storytelling). http://i3m.univ-tln.fr/PELISSIER-Nicolas.html.

Articles du même auteur

François Demers

François Demers est professeur titulaire au Département d’information et de communication de l’Université Laval à Québec, province de Québec, Canada, où il enseigne depuis 1980, sur le journalisme et les médias. Auparavant, il avait été journaliste professionnel pendant 15 ans. Sa thèse de doctorat en science politique portait sur l’émergence de nouveaux quotidiens dans la ville de Guadalajara au Mexique à la faveur des débats relatifs à l’Aléna. Il a publié des articles académiques et des chapitres de livre au rythme moyen de deux par année depuis 1980, soit plus de 80 à ce jour. Il a été doyen de la Faculté des Arts de l’Université Laval de 1987 à 1996. Depuis 2011, il est directeur du programme de Doctorat en communication publique. Voir : http://www.com.ulaval.ca/no-cache/departement/personnel/dic/retour-dic/85/nom/francois-demers/.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page