Navigation – Plan du site
Dossier
2-Des recherches en prise avec des objets en mutation

L’information à la télévision, un spectacle ?

News on television: a show?
François Jost et Virginie Spies

Résumés

Qu’est-ce qu’une info-spectacle ? Les sciences de l’information et de la communication répondent à cette question au travers de multiples approches et en s’intéressant à des objets divers. Cet article en retient quatre – le journal télévisé, les cérémonies ainsi que les débats à grand spectacle, et l’infotainment – et, sans prétention à l’exhaustivité, il les interroge au travers du filtre des recherches récentes et des questions suivantes : qu’est-ce que penser le monde comme un spectacle ? Dans quelle mesure les acteurs du réel se donnent-ils en spectacle ? En quoi l’événement est-il un spectacle réflexif ? Jusqu’à quel point l’infotainment a-t-il modifié la parole politique à la télévision ?

Haut de page

Texte intégral

1Info spectacle… Expression piégée, s’il en est ! Car, après tout, on la rencontre plus souvent dans les commentaires quotidiens sur les médias — dans les médias eux-mêmes ou au café — que sous la plume des chercheurs en sciences de l’information et de la communication. Ce n’est pas que ceux-ci se désintéressent de la dimension spectaculaire de l’information, mais ils en traitent autrement et ne la croisent qu’au détour d’interrogations plus théoriques.

  • 1 Charaudeau Patrick, « La télévision peut-elle expliquer », dans Jost François et Jérôme Bourdon, (s (...)

2Parler du spectacle de l’information comporte en effet le risque de ne pas dépasser le stade du lieu commun : tout ce qui est télévisé, c’est-à-dire tout ce qui passe à la télévision, ressortit au spectacle nous diront les professionnels ou les chercheurs qui mettent en avant la nécessité d’un « contrat de captation ».1

3Dans ces conditions, que peut signifier cette expression qui est au centre de notre article ? Evidemment, un peu plus que ce simple constat que la télévision est ce qu’on appelait à ses débuts « le spectacle du pauvre ». Une promenade dans les bois de sciences de l’info-comm. (pour parodier un titre de livre d’Umberto Eco) nous fait découvrir trois lieux où elle s’éclaire (des clairières ?) : le journal télévisé, conçu comme un terrain où s’exerce la compétence des journalistes à « décrypter » la forêt de symboles d’un monde regardé à la fois comme un spectacle et une scène où l’on se donne en spectacle ; ces cérémonies que sont les retransmissions des grands événements mis en scène et organisés, mais aussi les débats à grand spectacle ; enfin, l’infotainment qui, on le verra, emprunte de plus en plus aux habitus du monde du spectacle.

4Il n’est pas facile de rendre compte dans un article court (c’est la commande) de tous les travaux sur le journal télévisé et encore moins sur le journalisme en général. Nous ne prétendons donc pas être exhaustifs. Pour centrer notre propos, nous avons dû nous imposer certaines limites : d’une part, restreindre notre champ aux sciences de l’information et de la communication (cela faisait aussi partie de la commande), d’autre part, ne prendre en compte que ce qui relève de l’info-spectacle, au sens fort que nous lui donnons, et non de l’information télévisée en général. Ainsi, dans cet exercice contraint, nous avons laissé de côté un certain nombre de genres télévisuels, tels que les programmes traitant du fait divers, dans la mesure où le spectacle tient plus à la représentation, entendue comme façon de représenter, qu’au contenu. En cela, il n’est qu’un cas particulier d’une manière de faire des mondes.

5D’aucun regretteront peut-être que nous n’ayons pas procédé de façon scolastique — et, pour tout dire, ennuyeuse —, en catégorisant les apports par disciplines. Là encore, il s’agit d’un parti pris assumé : l’intérêt des sciences de l’information et de la communication est de former une interdiscipline et d’offrir la possibilité au chercheur de s’y promener en construisant son propre parcours.

Le journal télévisé, un spectacle au quotidien, le spectacle du quotidien

  • 2 Esquenazi Jean-Pierre, « Journal télévisé et production du pseudo-visible », Langage et société, n° (...)
  • 3 Moeglin, Pierre, « Journal télévisé : enjeux scénographiques des nouveaux traitement de l'image », (...)

6Si, lorsqu’il est question d’étudier le journal télévisé, nombre d’analyses se concentrent sur le journal lui même, son fonctionnement et ses figures d’énonciation2, ou s’intéressent à ce que produisent les évolutions de la technique, posant la question de l’avenir du JT et de sa scénographie face au progrès technique3, assez peu se soucient précisément de la question du spectacle dans le journal télévisé lui-même. Une fois de plus, évidemment, se pose la question de savoir où commence et où finit le spectacle s’agissant d’information. La définition proposée par le Trésor de la Langue Française, connotée péjorativement, trace des frontières tout à fait acceptables : « Événement, phénomène, institution présenté, organisé de manière à agir comme un spectacle ». Information spectacle exemplifie cet usage, de même que protestation-spectacle ou l'État-spectacle.

Le monde comme spectacle

7Tant qu’elle sert à condamner le JT en général, l’expression info-spectacle n’a pas grand intérêt. En revanche, si l’on considère qu’elle désigne une volonté d’agir sur le spectacle autrement que par la simple monstration d’un fait, et plutôt par une sorte d’interprétation audiovisuelle, elle peut qualifier certaines pratiques aussi bien du côté de la production que du sujet filmé.

  • 4 Jost, François, “ L’esprit et la lettre ”, Les Dossiers de l’audiovisuel n° 91, mai-juin, La télévi (...)
  • 5 Jacques Siracusa, Le JT, machine à décrire, De Boeck- INA, Bruxelles-Paris, 2000, 304 pages.
  • 6 Ibid., p. 158.

8Si le monde peut devenir un spectacle, c’est que la quintessence du regard journalistique sur le réel est l’exégèse symbolique4 ou l’allégorie5. L’image est un vaste continent sous lequel se cachent des mots, et le visible devient lisible dès qu’il est informé par le savoir journalistique : le monde, selon une tradition ancienne, serait un grand livre pour qui sait le lire ou, plutôt, dans le vocabulaire journalistique, le « décrypter ». Siracusa a bien montré les mécanismes professionnels de l’allégorie. C’est « une technique d’expression qui, au moyen d’éléments concrets particuliers, évoque des aspects plus généraux, c’est une sorte de langage dédoublé avec, d’un côté, la chose symbolisée (le contenu littéral, immédiat) et, de l’autre, le symbole (le contenu figuratif)6. »

  • 7 Ibid., p. 209.
  • 8 Ibid., p. 251.

9Dans cette transfiguration du réel, le monteur joue un rôle fondamental. D’une information trop austère (« trop chiante ») il peut donner une présentation « sexy », « qui a la pêche » ou « plus marrante »7. Cette interprétation, qui est la clé de l’allégorie, passe par plusieurs procédés. Le premier d’entre eux est le micro-trottoir dont la logique consiste à généraliser à partir de quelques cas concrets, soigneusement choisis en fonction de deux critères : l’un proprement journalistique, qui repose sur la conformité du montage à ce que le journaliste « avait prévu avant même le tournage », l’autre, de l’ordre de la « télégénie » (Philippe Marion) et de la logique spectaculaire, consistant à sélectionner les interviews moins en fonction du contenu que des « individus agréables à regarder ou présentant entre eux des contrastes visuels8 ».

  • 9 Ibid., p. 260.

10Cette visualisation du propos du journaliste rédacteur est le lieu où se donnent à voir les représentations que le monteur se fait du monde. Un exemple frappant donné par Siracusa est celui de reportage sur un laboratoire mêlant sciences exactes et sciences humaines. Le rédacteur veut montrer un chercheur en sciences humaines qui réfléchit devant son ordinateur. Mais la monteuse juge que cela ne fait pas assez scientifique : elle préfère donc « un plan contenant une personne qui regarde dans un microscope accompagnée d’une autre en blouse blanche devant des échantillons9 ».

Se donner en spectacle

11Si le « démontage » des pratiques professionnelles est nécessaire pour montrer comment se construit l’info-spectacle, les chercheurs en sciences de l’information et de la communication ne se laissent pas guider par l’opposition manichéenne, qui voit dans les médias, à la manière d’Adorno et Horkheimer, une puissance maléfique qui asservit ou « abêtit » de « gentils » téléspectateurs. Dans la lignée de Patrick Champagne qui a montré que la médiatisation des événements avait transformé l’apparence des manifestations, les manifestants étant obligés de trouver des mises en scène originales pour frapper l’imagination des téléspectateurs, plusieurs travaux ont mis l’accent sur la façon dont les politiques comme les anonymes procèdent pour attirer l’attention des journalistes de la télévision.

  • 10 Jost François, Muzet Denis, Le Télé-président. Essai sur un pouvoir médiatique, Paris, L’Aube, 2008 (...)

12Nicolas Sarkozy a été sans doute à cet égard le premier président de la République à organiser ses apparitions en fonction d’une place assignée aux journalistes, comme on le voit dans la célèbre photo le représentant à cheval face à une meute de photographes parqués dans une bétaillère. La communication de ce « télé-président10 » reposait entièrement sur l’idée que l’information télévisuelle articule toujours deux mondes : le monde visible, celui de l’image, accessible à n’importe quel téléspectateur, et le monde des symboles, bien plus secret, plus mystérieux, et qui n’apparaît qu’à ceux qui savent lire les phénomènes. Du coup, chacune de ses interventions publiques pouvait être transfigurée par le commentaire et prendre une profondeur inattendue.

  • 11 Les Mises en scène visuelles de l’information, Paris, Armand Colin, p. 153 s.

13Cet usage de l’allégorie n’est toutefois pas l’apanage des politiques : bien des situations n’existeraient pas sans la caméra et relèvent donc de ce que Daniel Boorstin appelait un « pseudo-événement » et que Soulages nomme un « faire-événement »11. Il s’agit de ces événements qui sont quasiment organisés pour la télévision. Ce peut être une « programmation », comme le débarquement des Marines en Somalie programmé à l’heure des éditions de 20 heures, heure de New York » ou « l’affichage de la présence de l’instance journalistiques sur les lieux mêmes de l’événement ». À l’heure des chaînes d’information en continue, cet affichage s’est généralisé, qu’il s’agisse de la chronique de la mort annoncée de Mandela ou la naissance du « Royal Baby ».

  • 12 Blog Comprendre la télé. Disponibilité et accès http://comprendrelatele.blog.lemonde.fr/2010/01/22/ (...)

14Parfois, il s’agit d’un peu plus que d’une présence passive. Lors de la catastrophe climatique qui a ravagé Haïti, on a vu des reporters de CNN se mettre en scène, à l’image du journaliste médical, Sanjay Gupta, qui s’est fait filmer en train de panser un enfant ou, même, de faire une opération. Au point qu’on a pu se demander « si cette façon de concevoir le journalisme ne ressemble pas à un immense "jeu de rôle en grandeur naturelle", où les journalistes sont au centre d'une histoire "dont vous pouvez être le héros"12 ».

15Mais les journalistes ne sont pas les seuls à fabriquer l’information. Dans bien des cas, des acteurs du réel se donnent en spectacle en organisant une action pour qu’elle soit prise par la caméra où font comme si celle-ci les avait surpris. Cas typique, celui de ces contribuables révoltés qui murent les ouvertures d’une perception. Tout cela relève du vaste champ de la « feintise » (Jost), qui consiste à faire prendre un événement préparé et mis en scène pour une image prise sur le vif.

Tout est-il spectacle ?

  • 13 Jost, François, Les Médias et nous, Paris, Bréal, 2010, p. 40.

16La généralisation de l’attitude qui consiste à regarder le monde comme un spectacle (ou comme un théâtre, comme le proposait déjà Shakespeare) n’est évidemment pas sans poser de problèmes éthiques. « L’image de la mort est-elle une information comme les autres ? » se demande par exemple François Jost13. Les images de guerre comme celle des attentats soulèvent ce genre de questions. Lors des manifestations des citoyens, à Téhéran, contre les résultats truqués des élections présidentielles iraniennes, les journaux télévisés ont diffusé des images montrant une jeune femme s’écroulant sur le bitume. Des flots de sang s’écoulaient de son nez, au moment où elle tournait son regard vers celui qui la filmait. Deux hommes tentaient de juguler l’hémorragie, tandis qu’on entendait des hurlements incompréhensibles. Quelques secondes plus tard, un mince filet de sang s’écoulait de sa bouche. Elle était morte. De telles images soulèvent inévitablement un débat entre les zélateurs du droit à l’information, qui soutiennent qu’un tel plan doit circuler comme symbole de la répression, et ceux qui pensent qu’il faut privilégier les droits du « spectrum » (Barthes), c’est-à-dire de celui qui est dans l’image. Si, selon le mot de Rivette, dans certains cas, le traveling est une affaire de morale, la distance du journaliste aux victimes l’est tout autant et les chercheurs en sciences de l’information et de la communication doivent mettre au service de l’éthique les réflexions qu’ont pu apporter la sémiologie ou l’étude de la représentation. Il importe de jeter les bases d’une éthique des médias, qui justifie à elle seule les recherches menées depuis plusieurs décennies sur les images et les sons.

Débats, grands événements et autres lieux de l’information spectacle

17Par-delà l’information et son dispositif assez classique, d’autres lieux du discours télévisuel constituent un terrain pour des recherches sur la spectacularisation de l’information.

Le débat spectaculaire

  • 14 Nel, Noël, Le débat télévisé, Paris, Armand Colin, 1990.
  • 15 Nel, Noël, Le débat télévisé, Ibid, p. 129.

18On pense par exemple au débat télévisé, étudié par Noël Nel14 dans sa dimension spectaculaire et métadiscursive. Il y a l’idée de montrer, mais aussi d’expliciter la monstration. Dès lors, le débat télévisé, et particulièrement le débat politique conduit à « une mise en spectacle des corps et des discours15 », notamment parce qu’il appartient au domaine de la performance, qu’il est mis en scène comme un événement, et qu’il s’accompagne d’une dramatisation. Cette approche scientifique, qui permet de conceptualiser la spectacularisation du débat politique est aussi l’occasion d’une analyse de l’émission « L’heure de vérité », appréhendée à la fois comme un événement politique et spectaculaire. Pour Nel, c’est le dispositif scénographique qui sert de base à la dimension spectaculaire. Le studio est comparé à un ring, le public occupe une fonction signifiante, il fait partie du spectacle, et la réalisation contribue à accentuer la spectacularisation de ce type de programme. Ces travaux ne comportent pas de jugement critique mais mettent en œuvre des outils d’analyse pour éclairer le fonctionnement du débat télévisé comme spectacle.

  • 16 Spies, Virginie, Télévision, presse people : les marchands de bonheur, Bruxelles, De Boeck, INA, 20 (...)

19Par ailleurs, les analyses du champ politique dépassent le lieu du télévisuel pour appréhender, de manière plus globale, la façon dont les politiciens eux-mêmes font de leur métier un spectacle médiatique qui les transforme en people. On observe par exemple, avec les outils de la sémiologie, comment des candidats en campagne ont utilisé et mis en scène leur vie privée comme des personnalités people, faisant la Une des magazines du même nom16. De telles analyses montrent comment une mise en scène de la célébrité et le succès des médias people ont contaminé le champ du politique.

  • 17 Dakhlia, Jamil, « L’image en échos, formes et contenus du récité people », Réseaux n° 132 / Lavoisi (...)

20Ce que l’on constate dans ces différentes approches, c’est que les médias sont de plus en plus poreux et qu’aujourd’hui, certaines études sur la télévision posent également un regard sur les autres médias, les étudient de manière transversale. À l’heure où les récits passent d’un média à l’autre et où « l’esthétique people » a contaminé une grande partie de la presse, de plus en plus de travaux tiennent compte de l’aspect transmédiatique des récits17.

21Ce phénomène est accentué avec le succès de certains médias (comme la presse télé ou people), et le développement du web 2.0 et des pure players qui conduisent à produire des discours de plus en plus spectaculaires.

L’événement, un spectacle réflexif

  • 18 Dayan Daniel, Katz Elihu, La télévision cérémonielle, Paris, PUF, coll. « La politique éclatée » 19 (...)

22Cependant, cette dimension spectaculaire des médias n’a pas attendu l’avènement du web pour faire l’objet d’une attention particulière. Par exemple, les cérémonies télévisées comme genre narratif sont des événements médiatiques qui, en permettant de sortir du quotidien de la programmation, témoignent d’une véritable mise en spectacle18.

  • 19 Ibid, p. 101.

23Les analyses mettent l’accent sur la performance de la télévision et sur sa façon de recréer l’événement qui conduit, pour Dayan et Katz, à tirer le réel du côté du fictionnel. Il en est ainsi car, dans l’impossibilité de faire vraiment participer les téléspectateurs à la réalité de l’événement, la télévision doit faire appel à la spectacularisation. Il faut, pour les attirer et garder leur attention, isoler l’événement des autres informations, mettre le quotidien entre parenthèses, et construire un univers qui permettra au public d’être concentré sur lui19. L’événement télévisuel est alors tiré vers la fiction, et il est aussi la source d’un discours réflexif dans le sens où la télévision organise son discours autour de la performance qu’elle produit.

  • 20 Soulage, François, « Du spectaculaire au séculaire », La télévision au miroir (2), Champs Visuels n (...)

24Le spectaculaire mène au spéculaire car la télévision, pour François Soulages, est une « machine à donner du spectacle20 ». Quel que soit le programme en question, l’auteur considère que la télévision privilégie la communication au détriment de l’information, et met la réalité en spectacle via le rôle prépondérant des animateurs. En ce sens, la télévision serait d’abord fascinée par elle même et se prendrait pour objet plus que la réalité extérieure.

  • 21 Jost, François, Introduction à l’analyse de la télévision, Ellipses, coll. Infocom, 1999, p. 160.
  • 22 Spies, Virginie, La télévision dans le miroir, L’Harmattan, coll. Audiovisuel et Communication, 200 (...)
  • 23 Ibid., p. 311.

25Cette mise en spectacle qui passe une fois encore par la mise en abyme conduit la télévision à mettre en avant ses capacités de médiation. On pense au générique du journal de 20 heures de TF1 qui met en avant les capacités de la chaîne à décoder le monde21, et à une spectacularisation qui, au-delà de la mise en scène du média par lui-même, dévoile une anthropomorphisation des instances du discours22. Comme institution médiatique, la télévision est portée par des hommes qui sont mis en scène pour porter la dimension spectaculaire du média. Par ailleurs, des émissions proprement réflexives accentuent encore la capacité de la télévision à créer du spectacle à partir d’un discours tiré du monde réel. C’est le cas des Guignols de l’info de Canal + qui, tout en proférant de véritables informations sur le monde, produisent un discours réflexif ludique qui parodie le vrai journal télévisé en mettant en exergue les traits spectaculaires de l’information23. En l’espèce, c’est une chaîne, Canal +, qui s’exprime et qui met en avant une forme d’autodérision à propos des mises en scènes de l’information. La réflexivité télévisuelle peut être l’occasion pour les chaînes d’une réflexion sur les mises en scènes du réel.

  • 24 Semprini, Andréa, Analyser la communication, L’Harmattan, coll. Champs Visuels, 1996, p. 157.

26Ainsi, qu’il s’agisse du débat, de l’événement ou d’autres lieux d’émergence du discours, les travaux sur la spectacularisation de l’information mettent en avant sa dimension réflexive. Le réel est tiré du côté du spectacle, comme si c’était inhérent au médium lui-même. Andréa Semprini en fait également le constat lorsque, analysant les bandes-annonces de CNN, il constate que l’information du monde est présentée comme « une aventure à l’état pur24 ». Ici, la réalité n’est pas tirée vers la fiction, elle est présentée comme étant plus passionnante que la fiction. Lorsque la télévision flirte avec le spectaculaire, la fiction est alors convoquée, comme pour mieux appréhender le discours télévisuel.

L’infotainment

Un mélange de genres

  • 25 Esquenazi, Jean-Pierre, Télévision et démocratie, Paris, PUF, coll. « La politique éclatée », 1999, (...)
  • 26 Leroux, Pierre, Philippe, Riutort, La politique sur un plateau, Ce que la télévision fait à la repr (...)

27Comme le constatait déjà Esquenazi dans son Télévision et démocratie, le genre constitué par les émissions politiques est sans doute l’un de ceux qui a le plus évolué au cours des dernières décennies. Désormais, le téléspectateur est invité à évaluer l’homme politique en fonction de sa réussite médiatique, et ce qui compte c’est son « image personnelle […] à travers la mise en spectacle d’un langage privé25 ». Néanmoins, ainsi que le notent Pierre Leroux et Philippe Riutort, la « spectacularisation constitue l’une des caractéristiques majeures du pouvoir politique » et « la dimension spectaculaire est, déjà, fortement présente dès l’avènement des premières émissions politiques télévisées régulières » dans les années 6026. Si, dans les années 90, les politiques apparaissaient dans les « divertissements purs », dans les années 2000, « les espaces mixtes », poursuivent les mêmes auteurs, se sont multipliés un peu partout, aboutissant à une sorte de genre hybride que les anglo-saxons ont qualifié infotainment.

  • 27 « Du politique au divertissement », Réseaux n° 118, vol. 21, La Politique saisie par le divertissem (...)
  • 28 Neveu, Erik, « Les impasses du spectacle politique », Hermès n° 17-18, p. 145-162.

28Dès 2003, un numéro de Réseaux, dirigé par Erik Neveu s’est intéressé à ce phénomène qui a profondément changé la parole politique. Le champ de l’infotainment est avant tout celui des talk-shows. Avec leur introduction en France se pose une question récurrente dans l’espace public : relèvent-ils de l’information ou du divertissement ? Le fait que Médiamétrie les classe dans la seconde catégorie est en soi une réponse peu contestable sur l’usage stratégique qu’en font les chaînes dans leur grille de programmation. Mais, pour fonder théoriquement cette appartenance générique, Aurélien Le Foulgoc27 propose de faire une distinction entre les émissions qui entrent dans le cadre politique et celles qui sont « hors cadre ». Ce concept, qu’il emprunte à Goffman, trouve ici sa pertinence via la définition institutionnelle de l’émission politique par Erik Neveu : « Une émission politique relève du service de l’information […] elle est animée par des journalistes politiques […] qui disposent d’un minimum de choix dans la formulation des questions28 ». Selon ce critère, sont « hors cadre », les émissions qui ressortissent à la direction des divertissements des chaînes, comme Tout le monde en parle, On ne pas plaire à tout le monde, Nulle part ailleurs ou, aujourd’hui, On n’est pas couché et Le Grand journal. Le mélange des genres se remarque aussi dans le fait que des journalistes animent des talk-shows tandis que des animateurs font des interviews de politiques. Le phénomène le plus notable, selon Le Foulgoc, est la légitimation des politiques dans les émissions de divertissement. Alors que, il y a quelques années encore, ceux-ci devaient écrire des livres sur des personnages historiques pour être invités dans les talk-shows, ils peuvent l’être aujourd’hui simplement pour revenir sur des débats qui ont agité l’espace public.

  • 29 Leroux, Pierre, Philippe, Riutort, La politique sur un plateau, Op. cit., p. 74.
  • 30 Ibid., p. 197.
  • 31 Ibid., p. 199.
  • 32 Ibid., p. 193.

29Pour Leroux et Riutort, la frontière entre cadre et hors-cadre est presque impossible à tracer du fait qu’à l’intérieur même des émissions s’opèrent des mélanges tels que décider de « la “ nature” d’un programme relève de la gageure29 ». Un programme comme Semaine critique, sur France 2, par exemple, tenait à la fois de la discussion littéraire, du débat de société, de l’actualité politique et mélangeaient journalistes et chroniqueurs. Au travers de l’analyse du « petit théâtre de la politique », ils abordent les relations entre l’information et le spectacle sur un angle original, qui consiste à démontrer que ce qui a changé dans les « programmes conversationnels », c’est qu’ils ont importé le fonctionnement du monde du spectacle : « La diversité des formes d’exposition, contrôlées dans un premier temps, a produit par la suite, à l’image de ce qui s’était passé dans l’univers du spectacle, à laisser libre cours à l’intrusion des médias dans la sphère privée de façon plus marquée, et de moins en moins contrôlée par les intéressés, et à une interprétation par les médias du jeu politique à travers des grilles appliquées depuis longtemps aux célébrités du spectacle (dispositions personnelles, traits de caractère, expériences vécues, sentiments, affects30 ». Dès lors, les interventions de Jean-Michel Apathie dans Le Grand journal ne diffèrent pas beaucoup de celle des chroniqueurs, dans la mesure où elles participent à « une mise en abyme médiatique qui se traduit en pratique par un commentaire de faits médiatisés31 ». On assiste à une sorte de « métadiscours » généralisé, favorisé par la présence sur le plateau de chroniqueurs venus du monde du spectacle, qui prend pour objet les petites phrases, la lecture de la presse ou une « vision politique de seconde main ». Le commentaire prend souvent comme base les titres de journaux, des extraits de déclarations tronquées (on ajouterait volontiers : des tweets). Si la théâtralité a toujours été à la base du discours politique, les auteurs vont jusqu’à dire que le modèle théâtral en vigueur dans ces programmes est aujourd’hui celui de la sitcom, dans laquelle les politiques sont réduits à une suite de personnages, qui peuvent difficilement lutter contre des animateurs enclins à dénoncer toute intervention comme un « coup de com’« . « Difficile, dans ces conditions, pour les politiques, de sortir du cadre préconstruit par les verdicts médiatiques32 »

  • 33 Leroux, Pierre, Riutort, Philippe, Rendre la politique divertissante. Les talk-shows et la construc (...)

30Ainsi, au fur et à mesure, les émissions de divertissement sont devenues des lieux de représentation légitime de la politique, dont la dimension spectaculaire s’opère parfois au détriment de l’approche journalistique. Il s’agit par exemple d’observer avec Vivement Dimanche présenté sur France 2 par Michel Drucker, comment la télévision célèbre les personnalités et leurs trajectoires en mettant au même niveau une star de cinéma et un homme politique, Catherine Deneuve et Jean-Luc Mélenchon. Ce qui compte ici, ce sont les traits de caractère, l’intime et l’environnement privé33.

31Ainsi, les talk-shows, on un objectif principal : faire l’événement et être repris par d’autres médias. Ce que l’on sent poindre ici, c’est que l’infotainment a besoin, pour se réaliser pleinement, de trouver un écho dans d’autres médias, et le web 2.0 accélère ce phénomène.

L’infotainment au prisme du web 2.0

  • 34 La Sala Urbain, Salomé, « Le Petit Journal ou la séduction de l’infotainment », Télévision n° 4, Ib (...)
  • 35 Ibid., p. 110.

32En matière d’infotainment, le Petit Journal de Canal + a développé une stratégie transmédia qui se développe à la fois à la télévision et sur le web, notamment à travers une page Facebook34. La moquerie et l’impératif du buzz sont aujourd’hui les fers de lance de l’infotainment, et les réseaux sociaux servent d’appui au discours émis dans un premier temps à la télévision. En matière d’identité éditoriale, l’émission et la page Facebook présentent une cohérence, privilégiant « l’information via la provocation, le jeu ironique et satirique en suscitant des réactions extrêmes35 ».

  • 36 Ibid., p. 114.
  • 37 Ibid., p. 116.

33Mais les réseaux sociaux constituent aussi un autre lieu, dans lequel les téléspectateurs-internautes peuvent s’exprimer, critiquer et évaluer les limites de l’infotaiment lorsque l’émission dépasse les bornes et oublie l’éthique pour céder aux sirènes du buzz36. Ainsi, « la quête de l’audience à travers le rire et le divertissement est amplifiée grâce à un usage marketing du réseau social37 ». La page Facebook du Petit Journal connaît donc le succès, notamment grâce au lien social qu’elle crée, lien qui permet, en créant de la communauté, de fidéliser son public.

34L’univers des talk-shows et l’univers de l’infotaiment sont très propices à la prise de parole sur les réseaux sociaux. L’un comme l’autre ont pour objectif de donner une image de proximité voire une relation d’intimité antre le média et le public. Dès lors, en fonctionnant comme un relais de l’émission, et comme un complément tout en redoublant le texte audiovisuel, le développement du web 2.0 accentue le succès de l’infotaiment. Cela est aussi dû au fait que, par sa nature, l’infotainment provoque une réaction affective qui peut s’exprimer sur Internet, via des extraits et messages que vont poster les téléspectateurs

  • 38 Bourdon, Jérôme, « Le direct : une politique de la voix ou la télévision comme promesse inaccomplie (...)
  • 39 Ibid., p. 74

35Ce constat, du règne de l’émotion suscité dans l’infotainment est accentué lorsqu’il se réalise dans des programmes en direct. C’est évidemment le sentiment du « vivre ensemble » qui est renforcé par le direct, lui-même consolidé par la possibilité de pouvoir commenter sur les réseaux sociaux le programme que l’on est en train de voir. C’est d’ailleurs ce qu’avait observé Jérôme Bourdon, en étudiant l’importance du direct à la télévision38 : « On n’est jamais autant en direct que lorsqu’on regarde un événement en direct accompli, avec une part d’imprévu (de « sur le vif »), en différents endroits à la fois (duplex ou triplex), avec beaucoup de monde39 ». Et, contrairement à des idées reçues, le direct, loin de disparaître, s’est simplement déplacé : utilisé dans des programmes comme le Grand journal, il est surtout le fondement des chaînes d’information en continu. C’est dans cet « être ensemble » que peut se produire un événement inattendu, qui permettra à la télévision d’opérer un retour sur elle-même et de tenir un discours réflexif.

  • 40 Bougnoux, Daniel, La communication contre l’information, Hachette, Questions de société, 1995.
  • 41 Ibid., p. 27.

36En mettant en avant l’importance de la relation, dans le schéma de la communication médiatique, Daniel Bougnoux observe que les informations ne peuvent se passer d’une part relationnelle qui semble prendre de plus en plus d’importance au détriment du contenu de l’information40. Pour le chercheur, le public apprécie le spectacle que propose l’information télévisuelle, et il est attaché à la « messe du 20 heures », où l’information épouse en douceur la communication41 et où, via la spectacularisation, l’émotion est privilégiée à l’explication.

37Avec la problématique de l’infotainement, les sciences de l’information et de la communication sont confrontées à la question de la dimension critique et débordent parfois le domaine de l’analyse pour adopter un point de vue et introduire une dimension éthique à la recherche.

38La dimension spectaculaire du discours télévisuel agit comme une contrainte, non seulement celle de faire du spectacle mais aussi de parfois conformer le monde au fait télévisuel, ce qui mène, nous l’avons vu, à la construction d’univers proprement télévisualisables. En poussant loin la spectacularisation, les chercheurs observent que la référence peut devenir celle de la fiction, et la télévision se tend alors son propre miroir, elle met en avant ses capacités de médiation.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bougnoux, Daniel, La communication contre l’information, Hachette, Questions de société, 1995, 143 pages.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdon, Jérôme, « Le direct : une politique de la voix ou la télévision comme promesse inaccomplie », In : Réseaux n° 81 CENT – 1997
DOI : 10.3406/reso.1997.2886

Charaudeau Patrick, « La télévision peut-elle expliquer », dans Jost François et Jérôme Bourdon, (sous la dir. de) Penser la télévision, Paris, Nathan, Ina coll. Médias-recherches, 1998, p. 249-274.

Dakhlia, Jamil, « L’image en échos, formes et contenus du récit people », Réseaux n° 132 / Lavoisier 2005, p. 74-91.

Dayan Daniel, Katz Elihu, La télévision cérémonielle, Paris, PUF, coll. « La politique éclatée » 1996, 259 p.

Esquenazi, Jean-Pierre, Télévision et démocratie, Paris, PUF, coll. « La politique éclatée », 1999, 387 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Esquenazi Jean-Pierre. « Journal télévisé et production du pseudo-visible ». In : Langage et société n° 64, Les tailleurs de l'information, 1993, pp. 73-92
DOI : 10.3406/lsoc.1993.2614

Jost, François, Les Médias et nous, Paris, Bréal, 2010, 128 p.

Jost François, Muset Denis, Le Téléprésident. Essai sur un pouvoir médiatique, Editions de L’Aube, 2008, 180 p., repris dans L’Aube poche essais, 2011.

Jost 2000 : « L’esprit et la lettre », Les Dossiers de l’audiovisuel n° 91, mai-juin, La télévision de l’événement, p. 53-54.

Jost, François, Introduction à l’analyse de la télévision, Ellipses, coll. Infocom, 1999, p. 160.

La Sala Urbain, Salomé, Le Petit Journal ou la séduction de l’infotainment, In : Télévision n° 4, L’appel du divertissement, CNRS Editions, 2013, pp. 105-123.

Le Foulgoc, Aurélien, « Du politique au divertissement », Réseaux n° 118, vol. 21, 2003.

Le Foulgoc, Aurélien, La Politique saisie par le divertissement, p. 23-64 et Politique et télévision, Bry-sur-Marne, Ina Editions, 2010, 330 p.

Leroux, Pierre, Philippe, Riutort, La politique sur un plateau, Ce que la télévision fait à la représentation, Paris, PUF, 2013, 264 p.

Leroux, Pierre, Riutort, Philippe, « Rendre la politique divertissante. Les talk-shows et la construction d’une expertise “populaire” de la politique », In : Télévision n° 4, L’appel du divertissement, CNRS Editions, 2013, pp. 29-42.

Leroux Pierre, Riutort Philippe, La politique sur un plateau, Ce que la télévision fait à la représentation, PUF, 2013.

Marion, Philippe, « Au seuil du JT », Penser la télévision, Jost François et Jérôme Bourdon, (sous la dir. de) Penser la télévision, Paris, Nathan, Ina coll. Médias-recherches, 1998, pp. 163-175.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Moeglin Pierre. « Journal télévisé : enjeux scénographiques des nouveaux traitement de l'image », Quaderni. N. 4, Printemps 1988. Les mises en scène télévisuelles. pp. 45-55.
DOI : 10.3406/quad.1988.1871

Nel, Noël, Le débat télévisé, Armand Colin, Paris, 1990, 271 p.

Neveu, Erik, « Les impasses du spectacle politique », In : Hermès n° 17-18, pp. 145-162.

Semprini, Andréa, Analyser la communication, L’Harmattan, coll. Champs Visuels, 1996.

Soulage, François, « Du spectaculaire au séculaire », In : La télévision au miroir (2), Champs Visuels n° 9, dirigé par Pierre Beylot, mars 1998, pp. 98.

Soulages, Jean-Claude, Les rhétoriques télévisuelles, Le formatage du regard, De Boeck, INA, 2007, 153 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Spies, Virginie, Télévision, presse people : les marchands de bonheur, De Boeck, INA, 2008, 208 p.
DOI : 10.3917/dbu.spies.2008.01

Spies, Virginie, La télévision dans le miroir, L’Harmattan, coll. Audiovisuel et Communication, 2004, 393 p.

Jacques Siracusa, Le JT, machine à décrire, De Boeck- INA, Bruxelles-Paris, 2000, 299 p.

Site web:

http://comprendrelatele.blog.lemonde.fr/2010/01/22/le-melojournalisme/Image 100002000000000F0000000F30FA36AE.png

Haut de page

Notes

1 Charaudeau Patrick, « La télévision peut-elle expliquer », dans Jost François et Jérôme Bourdon, (sous la dir. de) Penser la télévision, Paris, Nathan, Ina coll. Médias-recherches, 1998, p. 249-274.

2 Esquenazi Jean-Pierre, « Journal télévisé et production du pseudo-visible », Langage et société, n° 64, 1993. Les tailleurs de l'information. pp. 73-92 et Philippe Marion, « Au seuil du JT », Penser la télévision, Ibid., p. 163-175.

3 Moeglin, Pierre, « Journal télévisé : enjeux scénographiques des nouveaux traitement de l'image », Quaderni. N. 4, Printemps 1988. Les mises en scène télévisuelles. p. 45-55.

4 Jost, François, “ L’esprit et la lettre ”, Les Dossiers de l’audiovisuel n° 91, mai-juin, La télévision de l’événement, 2000, p. 53-54

5 Jacques Siracusa, Le JT, machine à décrire, De Boeck- INA, Bruxelles-Paris, 2000, 304 pages.

6 Ibid., p. 158.

7 Ibid., p. 209.

8 Ibid., p. 251.

9 Ibid., p. 260.

10 Jost François, Muzet Denis, Le Télé-président. Essai sur un pouvoir médiatique, Paris, L’Aube, 2008, 180 pages, repris dans L’Aube poche essais, 2011.

11 Les Mises en scène visuelles de l’information, Paris, Armand Colin, p. 153 s.

12 Blog Comprendre la télé. Disponibilité et accès http://comprendrelatele.blog.lemonde.fr/2010/01/22/le-melojournalisme/

13 Jost, François, Les Médias et nous, Paris, Bréal, 2010, p. 40.

14 Nel, Noël, Le débat télévisé, Paris, Armand Colin, 1990.

15 Nel, Noël, Le débat télévisé, Ibid, p. 129.

16 Spies, Virginie, Télévision, presse people : les marchands de bonheur, Bruxelles, De Boeck, INA, 2008.

17 Dakhlia, Jamil, « L’image en échos, formes et contenus du récité people », Réseaux n° 132 / Lavoisier 2005, p. 75.

18 Dayan Daniel, Katz Elihu, La télévision cérémonielle, Paris, PUF, coll. « La politique éclatée » 1996.

19 Ibid, p. 101.

20 Soulage, François, « Du spectaculaire au séculaire », La télévision au miroir (2), Champs Visuels n° 9, dirigé par Pierre Beylot, Mars 1998, p. 98.

21 Jost, François, Introduction à l’analyse de la télévision, Ellipses, coll. Infocom, 1999, p. 160.

22 Spies, Virginie, La télévision dans le miroir, L’Harmattan, coll. Audiovisuel et Communication, 2004, p. 161.

23 Ibid., p. 311.

24 Semprini, Andréa, Analyser la communication, L’Harmattan, coll. Champs Visuels, 1996, p. 157.

25 Esquenazi, Jean-Pierre, Télévision et démocratie, Paris, PUF, coll. « La politique éclatée », 1999, p. 316.

26 Leroux, Pierre, Philippe, Riutort, La politique sur un plateau, Ce que la télévision fait à la représentation, Paris, PUF, 2013, p. 12.

27 « Du politique au divertissement », Réseaux n° 118, vol. 21, La Politique saisie par le divertissement, p. 23-64 et Politique et télévision, Bry-sur-Marne, Ina Editions, 2010.

28 Neveu, Erik, « Les impasses du spectacle politique », Hermès n° 17-18, p. 145-162.

29 Leroux, Pierre, Philippe, Riutort, La politique sur un plateau, Op. cit., p. 74.

30 Ibid., p. 197.

31 Ibid., p. 199.

32 Ibid., p. 193.

33 Leroux, Pierre, Riutort, Philippe, Rendre la politique divertissante. Les talk-shows et la construction d’une expertise « populaire » de la politique, Télévision n° 4, L’appel du divertissement, CNRS Editions, 2013, pp. 29-42.

34 La Sala Urbain, Salomé, « Le Petit Journal ou la séduction de l’infotainment », Télévision n° 4, Ibid., pp. 105-123.

35 Ibid., p. 110.

36 Ibid., p. 114.

37 Ibid., p. 116.

38 Bourdon, Jérôme, « Le direct : une politique de la voix ou la télévision comme promesse inaccomplie », In : Réseaux n° 81 CENT – 1997, pp. 61-78.

39 Ibid., p. 74

40 Bougnoux, Daniel, La communication contre l’information, Hachette, Questions de société, 1995.

41 Ibid., p. 27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Jost et Virginie Spies, « L’information à la télévision, un spectacle ? », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://rfsic.revues.org/1123 ; DOI : 10.4000/rfsic.1123

Haut de page

Auteurs

François Jost

François Jost est professeur à la Sorbonne Nouvelle Paris III, où il dirige le laboratoire Communication Information et le Centre d’Études sur l’Image et le Son Médiatiques (CEISME). Il est Professeur invité dans de nombreuses universités à travers le monde. Spécialiste de l’image, il a écrit ou dirigé plus d’une vingtaine de livres sur le cinéma et la télévision. Il a contribué, ces dernières années, à développer en France les études théoriques sur la télévision. Derniers ouvrages parus en français : Le Culte du banal (CNRS éditions, 2007), Télé-réalité (ed. Cavalier bleu, 2009). Les Médias et nous (Bréal, 2010), De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ? (CNRS éditions). Sous le cinéma, la communication (Vrin, 2014).

Virginie Spies

Virginie Spies est maître de conférences à l’université d’Avignon, et membre de l’équipe Culture et Communication/Centre Norbert Elias (UMR 8562 – EHESS – UAPV – CNRS). Sémiologue et analyste des medias, elle est l’auteur des ouvrages La télévision dans le miroir, Théorie, histoire et analyse des émissions réflexives (L’Harmattan) et Télévision, presse people : les marchands de Bonheur (INA – De Boeck). Ses recherches portent sur la télévision, la presse people, et les liens entre les médias et les réseaux sociaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page