Navigation – Plan du site
Dossier
3-Entre même et autre - l’écriture journalistique en question

Permanence et renouveau des recherches sur l’écriture journalistique

Marc Lits et Adeline Wrona

Résumés

L’article dresse un panorama des recherches récentes autour de l’écriture journalistique dans le domaine des sciences de l’information et de la communication, en abordant quatre points successifs : l’incidence des nouvelles technologies, le développement d’une analyse plurisémiotique, le renouveau du narratif, enfin la question des genres et formats journalistiques. Tout en soulignant la vitalité renouvelée de l’approche communicationnelle sur ces questions, les auteurs notent l’apport des croisements opérés ces dernières années avec les travaux menés en histoire ou en analyse littéraire.

Haut de page

Texte intégral

1En France, les premières analyses qui relèvent de ce qui constitue aujourd’hui le champ des sciences de l’information et de la communication portaient essentiellement sur les médias de masse, ainsi qu’en atteste le nom même du premier laboratoire de recherche fondé en 1960 par Georges Friedmann, le CECMAS. Derrière cet acronyme se retrouve en effet le projet fondateur d’un “Centre d’études de communications de masse” que rejoindront bientôt Edgar Morin et Roland Barthes. Le cinéma, du fait d’Edgar Morin essentiellement, sera davantage au centre de ses préoccupations, plutôt que la presse écrite ou la télévision. Il y a bien alors quelques articles dus à Jules Gritti ou Violette Morin, mais les analyses des dispositifs et du discours d’information ne seront pris en compte que quelques années plus tard. Eliseo Veron sera un des pionniers de ces recherches, comme Maurice Mouillaud, dans un article publié dans le n° 11 de la revue Langages en 1968. L’un des ouvrages de référence sur l’analyse du journal, dû à la collaboration de Maurice Mouillaud et de Jean-François Tétu, date seulement de 1989 (recherches auxquelles on peut revenir aujourd’hui grâce à la publication récente par Jean-François Tétu des articles les plus significatifs que Maurice Mouillaud (2014) avait consacrés à l’analyse des discours politiques et journalistiques). S’ensuivront alors de nombreuses autres études, par exemple de Patrick Charaudeau sur la presse écrite ou de François Jost sur la télévision. Celle-ci cristallisa ensuite nombre de recherches, signe de la place massive qu’elle a occupé et occupe encore dans le champ médiatique et l’espace social, au détriment de la radio, ce média pourtant omniprésent dans tous les foyers, mais dont les formes d’écriture et de narration n’ont guère soulevé de grandes recherches, malgré les efforts d’un groupe international comme le GRER (Groupe de recherches et d’études sur la radio, www.grer.fr). Aujourd’hui c’est internet et les réseaux sociaux qui mobilisent le plus grand nombre de recherches et de thèses de doctorat. Mais si les supports évoluent, l’intérêt pour l’analyse de l’information médiatique et de l’écriture journalistique reste toujours aussi soutenu.

2Cet intérêt vis-à-vis de l’écriture journalistique, à travers l’évolution des supports, peut être analysé sous une double perspective. D’une part, ces travaux interrogent l’incidence exercée par de nouveaux dispositifs techniques sur les formes de l’information médiatique. L’écriture journalistique se voit alors passée au crible d’une approche qui combine la prise en compte des technologies présidant à la fabrication de l’information, et leurs conséquences d’ordre sémiotique : on n’écrit pas le même texte sur des supports et avec des outils différents. D’autre part, une rencontre s’opère depuis une dizaine d’années entre plusieurs disciplines du texte, qui ont rarement entretenu un dialogue aussi serré : il s’agit de l’histoire, de l’analyse littéraire, des sciences du langage et des SIC, qui se sont donné rendez-vous autour du journalisme et de ses formes. Les approches sont alors marquées au coin des routines propres à chacune de ces disciplines – analyse séculaire, études biographiques, analyse des formules et des formats. De nombreux espaces de rencontre existent toutefois : numéros de revues, ouvrages collectifs, colloques, jurys interdisciplinaires lors des soutenances de thèses assurent l’hybridation des regards, et les sciences de l’information et de la communication bénéficient amplement de ces échanges dont elles sont partie prenante.

Technologies de la communication et écriture journalistique

3Comme le notent les éditeurs d’un dossier récemment consacré aux « Sources et flux de nouvelles », « l’essor de l’internet a non seulement procuré de nouveaux terrains mais aussi une disponibilité de données empiriques pour des analyses outillées par le numérique » (SLJ, 2013, vol. 2, n° 1, p. 5). Si le web transforme le journalisme, il offre aussi de nouvelles opportunités pour observer ces mutations, car les médias informatisés présentent la caractéristique de combiner accélération des flux et archivage généralisé des textes mis en ligne.

  • 1 Par exemple, Ramon Salaverria et Charo Sabada (2004) ; Institut Montaigne (2006) ; Marc Tessier et (...)
  • 2 Le colloque international « Towards a neo-journalism » organisé à Bruxelles en octobre 2012 a donné (...)

4On ne reviendra guère, ici, sur les transformations dans la gestion de la production de l’information par ces nouvelles technologies, dont on pressentait depuis longtemps les bouleversements qu’elles allaient entraîner pour la profession1, au moment même où le modèle économique de la presse est en crise profonde (baisse du lectorat, diminution des recettes publicitaires, glissement des supports papier vers les interfaces web). Des recherches ont, par exemple, cherché à savoir si les nouveaux modèles économiques qui régissent la presse papier ou celle accessible via le web mettent en danger le pluralisme de l’information (Rebillard et Loicq, 2013). D’autres études ont aussi été menées sur la manière dont les rédactions se sont adaptées à la gestion de l’information en ligne, soit dans des logiques intégrées, soit en développant des équipes rédactionnelles complémentaires. Une importante recherche belge coordonnée par Benoît Grevisse, rassemblant des chercheurs en information et communication, en droit, en linguistique, portant sur « la transformation du rapport à l’information en communication multimedia » a donné lieu à plusieurs études sur ces aspects2. Les recherches de Mathieu Simonson et d’Amandine Degand, entre autres, ont permis d’analyser les reconfigurations des pratiques journalistiques, avec l’émergence d’un journalisme participatif lié à l’essor du web 2.0, et ses implications sur des logiques de déprofessionnalisation qui déstabilisent l’ensemble de la profession.

5Par ailleurs, alors que les travaux de tradition nord-américaine privilégient, dans ces approches outillées du journalisme en ligne, l’observation quantitative des circuits de diffusion et des nouveaux équilibres géostratégiques du monde informationnel, des recherches pionnières développent, dans les équipes françaises en SIC, une approche qualitative de ces nouveaux textes d’information. Dans le cadre d’un projet piloté par Franck Rebillard, et soutenu par l’Agence nationale de la recherche, IPRI (Internet, pluralisme et redondance de l’information), plusieurs chercheurs ont analysé, entre 2009 et 2011, les effets exercés par les nouveaux modes de circulation de l’information sur les formes écrites de l’actualité. Les cadres et les temporalités de l’information sont bousculés par le web ; on ne saurait imaginer que les standards textuels sortent indemnes de ce processus.

6De fait, les mécanismes de citation qui, selon les travaux fondateurs déjà cités de Jean-François Tétu et Maurice Mouillaud, sont au fondement même du « discours du journal », « un discours fait d’autres discours », se trouvent renouvelés par les fonctionnalités liées au numérique : « intercitation » et « interconnexion » s’intensifient dans les sites d’actualité, où les liens hypertextuels facilitent les pratiques de réécriture réciproque (Emmanuel Marty et Annelise Touboul, 2013 : 69). Un logiciel développé pour ce programme, IPRI-NA, donne les moyens de soumettre à une analyse qualitative un corpus de textes particulièrement massif, puisqu’il s’agit de près de 40 000 articles parus sur une durée de 4 jours, issus de 199 sites relevant de différentes catégories. L’analyse automatisée de ces textes met en évidence le jeu lui-même automatisé des publications en ligne ; la conséquence en est l’apparition, à la même heure, et à la même seconde, de titres exactement similaires sur des médias aussi différents que le site d’une télévision publique et celui d’un journal quotidien.

7Ainsi la logique de standardisation de l’écriture journalistique, dont on peut situer la naissance autour de la dépêche et des premières agences mondiales (Michael Palmer, 1983), franchit-elle un nouveau cap avec le développement du journalisme en ligne. « Remédiation », « intermédiation », « interconnectivité » : autant de processus qui engagent des modes d’écriture, et permettent d’observer comment se crée de la valeur pour ces nouveaux acteurs de l’information médiatique que sont les sites, les blogs, les agrégateurs de contenus et autres « infomédiaires » (Nikos Smyrnaios, Frank Rebillard, 2010).

8Tout comme les moteurs de recherche, les digital studies pratiquent aujourd’hui « l’aspiration » des données numériques produites sur les plateformes médiatiques, et se dotent de protocoles d’analyses expérimentaux. Si l’impact des nouvelles technologies sur l’organisation des rédactions et les transformations professionnelles que cela a induites est indéniable, il faut aussi mesurer l’influence de ces nouveaux développements sur l’écriture journalistique elle-même. Cette évolution pourrait sembler évidente, dans le sens où les tenants de la narratologie médiatique ont eux-mêmes convenu qu’il était nécessaire de parler désormais d’hypernarratologie. Les approches de la narratologie doivent aujourd’hui prendre en compte les avancées technologiques, les supports nouveaux, les évolutions des usages et des publics. Le récit journalistique peut revenir en arrière, emprunter simultanément des voies contradictoires, télescoper des étapes, varier d’un usager à l’autre. Et le journaliste n’est plus le maître du récit, puisque la dimension narrative est de moins en moins du côté de l’émetteur-producteur, mais, grâce aux éléments de circularité et d’altérité, de plus en plus dans l’instance de réception qui fonde, elle, son récit propre dans une polyphonie énonciative. Le point d’équilibre de la mise en intrigue, qui se trouvait encore bien installé au cœur de la deuxième mimèsis chez Paul Ricœur, a dorénavant basculé du côté de la troisième mimèsis (Marc Lits, 2012). Pourtant, la thèse soutenue par Anne Küppers en 2013 demande à relativiser l’importance de ces évolutions narratives. L’analyse informatisée d’un corpus important, sélectionné sur les années 2005-2009, constitué d’un quotidien national de référence dans ses versions papier et électronique (Le Soir), d’un média uniquement en ligne (Rue 89) et d’un média citoyen en ligne (AgoraVox) donne des résultats qui contredisent quelque peu cette hypothèse de travail. Plus de 10 000 000 de mots ont été analysés de manière automatisée, pour dégager les marqueurs de subjectivité présents dans ces différents supports et identifier d’éventuelles différences d’écriture d’un support à l’autre.

9Ce qui ressort d’une analyse aussi importante, c’est que les hypothèses de départ, fondées sur une différenciation des types d’écriture, tant en fonction des supports retenus (le papier versus le web) que des objectifs rédactionnels (un quality paper, un pure player d’information et d’investigation, du moins à ses débuts, un site d’information citoyen et militant) sont finalement infirmées. Les similarités l’emportent, au bout de l’analyse, sur les différences marquées, et on ne peut donc, sur ces seuls critères linguistiques, opposer fortement les trois médias retenus, alors qu’ils se positionnent dans des logiques économiques, sociales, éditoriales très différentes. Le résultat le plus marquant de cette recherche, pour ceux qui analysent l’écriture de presse, réside dans le constat que des nouveaux médias électroniques de type participatif reprennent finalement, inconsciemment ou non, les patterns de l’écriture journalistique classique. Soit parce que certains de ces journalistes en ligne sont issus de la presse papier traditionnelle, où ils ont appris l’écriture ; soit parce que des journalistes “citoyens” reproduisent, peut-être sans le vouloir, les procédés de l’écriture traditionnelle, pour leur permettre de s’inscrire et d’être reconnus dans le champ journalistique. Ces résultats sont interpellants pour les chercheurs en information et communication, qui avancent parfois des hypothèses peu validées par des enquêtes de terrain ou des analyses exhaustives de corpus. A-t-on finalement, dans la situation actuelle, besoin de définir les contours d’une écriture hypertextuelle, si les nouveaux médias se légitiment en reprenant les spécificités de l’écriture journalistique la plus classique ? Mais c’est peut-être dû au fait que nous sommes encore dans des périodes de mutation, où les modèles anciens restent dominants, où les nouvelles écritures sont en voie d’invention. Ou encore parce que nous ne posons pas les bonnes questions par rapport aux bons endroits à observer.

Des formats plurisémiotiques

10Explorer l’effet des innovations technologiques sur l’écriture journalistique suppose de prendre aussi en compte le caractère désormais plurisémiotique des textes d’information ; en d’autres termes, de penser le texte avec l’image, qu’elle soit fixe ou mobile, et même avec les éléments sonores ; de combiner l’étude des architextes informatisés et l’analyse des textes d’information, dans la lignée des travaux menés par les théoriciens des « écrits d’écran » (Emmanuel Souchier et alii, 2003). À cette rhétorique complexe, verbale et visuelle, s’ajoute donc l’interprétation des dispositifs éditoriaux, dont on peut repérer diverses modalités récemment explorées par des recherches en sciences de l’information et de la communication.

11Le développement massif des médias informatisés au tournant des années 2000 entraîne de nouvelles formes de collaborations entre journalistes et informaticiens. Ces coopérations intensifiées ont pour corollaire l’émergence de standards d’écriture spécifiques. Tel n’était pas précisément l’objet des études pionnières réalisées par Sylvain Parasie et Éric Dagiral à partir d’une observation menée à Chicago en 2010 (Sylvain Parasie et Éric Dagiral, 2013) ; mais leurs articles mettent en évidence l’émergence de ce que l’on pourrait désigner comme une nouvelle vulgate journalistique, à la fois visuelle et textuelle. Les « applications web à valeur journalistique », selon la formule proposée par ces deux chercheurs, s’accompagnent de formats mêlant des éléments rédactionnels et des images : bases de données, infographies, cartes, autant d’apports hétérogènes que le discours journalistique doit savoir absorber et valoriser. L’analyse communicationnelle gagne alors à se réapproprier les apports de la sémiotique visuelle : les travaux animés par Anne Beyaert-Geslin autour d’un projet intitulé « Images et dispositifs de visualisation scientifique » (IDIVIS, financé par l’ANR 2008-2010, voir Beyaert-Geslin, 2014), tout comme le programme de recherche Jourdain (Journalisme, Data, Information, ou comment on fait du journalisme sans le savoir, GRIPIC/ISCC/CNRS) fournissent des entrées pertinentes pour comprendre les conditions grâce auxquelles un graphe ou une base de données peuvent assurer une fonction référentielle et informative. L’écriture journalistique est aux prises avec les évolutions culturelles d’un « design » d’information dont elle doit acculturer les contraintes spécifiques.

12On constate aussi qu’à côté d’une information brève à flux tendu, portée par le web et relayée par les réseaux sociaux, des formats d’écriture longue suscitent donc un renouveau d’intérêt des lecteurs, et toutes relèvent, parfois à des degrés divers, du type narratif. Mais si le narratif revient en force, il est utilisé différemment que dans le new journalism ou dans la littérature, pas seulement parce qu’il réinvente la mise en intrigue, mais aussi parce que le narratif “écrit” va coexister avec des séquences intégrant la bande dessinée, l’image, des jeux graphiques divers. La revue XXI doit bien sûr son succès aux récits journalistiques longs qu’elle propose, mais également à son choix de présenter des reportages graphiques, en ayant senti que de nouvelles formes comme le BD reportage permettaient aussi de réinventer l’écriture journalistique. Dans la lignée d’un Joe Sacco, aux USA, présenté explicitement dans l’article que lui consacre Wikipedia comme « cartoonist and journalist », ou du récit fondateur, en France, d’Emmanuel Guibert (Le photographe, 2003, réalisé avec Frédéric Lemercier et Didier Lefèvre), la revue pense ses articles dans une triple logique : des récits écrits, des récits en bande dessinée ou en photo, des récits pensés d’emblée dans l’articulation du texte et de l’image.

13La culture médiatique contemporaine a pleinement intégré le visual turn : l’image, le visuel sont devenus le pivot central, dont l’écrit est devenu une déclinaison, tout en conservant des va-et-vient entre écrit et image (Marc Lits, 2005). Tous les produits de cette culture médiatique, et les mooks s’inscrivent pleinement dans ce mouvement, sont conçus dans des logiques de complémentarité, de contamination entre des supports qui déclinent de différentes manières des offres sémiotiques diverses, génératrices de nouvelles médiagénies qui conjuguent « le potentiel expressif et communicationnel développé par le média », ce que Philippe Marion appelle sa médiativité, et la narratologie qu’il met en place (Philippe Marion, 1997). La médiagénie, cette forme expressive qui résulte de la fusion plus ou moins réussie entre narration et médiatisation, est particulièrement efficace dans les formes hybrides du BD reportage, des romans graphiques, voire du webdocumentaire. Et ce n’est pas un hasard si, après le succès de XXI, la même équipe va lancer la revue 6 mois, justement sous-titrée « le xxie siècle en images ».

14L’emprise des architextes informatisés sur l’écriture journalistique s’exerce aussi dans la redéfinition des rôles et des figures auctoriales. Le travail mené par Valérie Jeanne-Perrier montre comment les réseaux sociaux constituent des espaces éditoriaux à part entière, où le journaliste s’écrit lui-même, sous le régime du « profil », autant qu’il écrit pour ses « suiveurs ». L’écriture journalistique passe par l’usage de « petites formes », organisées dans une « grammaire des énoncés éditoriaux » (Valérie Jeanne-Perrier, 2012), où l’auteur journaliste doit réinventer l’écriture de soi comme professionnel de l’écriture ; d’où les notions de « portfolio » identitaire, et « d’estampille journalistique » proposées par l’auteur dans son mémoire d’habilitation à diriger des recherches (Valérie Jeanne-Perrier, décembre 2013).

Formats et genres journalistiques : nouvelles approches

15En 2011, les éditions Nouveau Monde font paraître un imposant volume collectif : La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle. Bien que consacrée au journalisme d’avant 1914, cet ouvrage constitue un renouvellement important des approches de l’écriture journalistique. La publication est dirigée par trois spécialistes de la littérature du xixe siècle, Marie-Ève Thérenty, Philippe Régnier, Alain Vaillant, auxquels se joint Dominique Kalifa, chercheur en histoire culturelle, spécialiste lui aussi du « long » xixe siècle. Si l’ouvrage fait date, c’est notamment parce qu’il réinscrit l’approche historique de la presse dans une analyse poétique, culturelle, et même communicationnelle du texte journalistique. De fait, 700 pages sur les 1760 que compte le volume sont consacrées à un troisième chapitre intitulé « L’écriture de la presse au xixe siècle », où les auteurs interrogent successivement la professionnalisation de « l’écriture au quotidien », la « poétique de l’écriture de presse », conçue notamment comme une série de fonctions (informer, instruire, raconter, divertir), les « formes et matières journalistiques » (article de tête, de fond, feuilleton, critique, chronique, faits divers, reportage, interview…), enfin les figures du journalisme, de Geoffroy à Péguy.

16Ces recherches à la croisée de l’histoire, de l’analyse littéraire, de la sémiologie, de l’analyse de discours, s’inscrivent dans la continuité des travaux autrefois menés par les auteurs de l’Histoire générale de la presse française ; mais elles les renouvellent, en complétant l’histoire des journaux par l’histoire des textes, et de leurs formats. Aussi voit-on se développer depuis la fin des années 90, en France, en Belgique, au Québec, une approche diachronique de l’écriture médiatique. Au cœur de cette histoire textuelle se trouve notamment l’hybridation des pratiques littéraires et journalistiques, dont on sait qu’elle a constitué une caractéristique majeure de la presse française jusqu’au milieu du xxe siècle ; les publications sont trop nombreuses pour être toutes mentionnées, mais signalons parmi elles les travaux d’Alexis Lévrier à Reims (Les journaux de Marivaux et le monde des spectateurs), de Guillaume Pinson à Laval, au Québec (Fictions du monde. De la presse mondaine à Marcel Proust et L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au xixe siècle), de Marie-Ève Thérenty à Montpellier (La littérature au quotidien) et un vaste projet soutenu par l’Agence nationale de la recherche, « Médias 19 », dont un site éponyme archive et anime les résultats), de Pascal Durand à Liège, qui est engagé avec Martine Lavaud et Jean-Pierre Bertrand dans un programme collectif autour du « Portrait photographique d’écrivain ». On pourrait citer aussi, sur la presse du xxe siècle, les ouvrages de Myriam Boucharenc (L’écrivain reporter au cœur des années 30), de Pierre-Marie Héron (Cocteau journaliste, dir. avec Marie-Ève Thérenty, ou encore les travaux menés par les spécialistes de Louis Guilloux, qui explorent l’œuvre journalistique de cet écrivain injustement oublié (Jean-Baptiste Legavre et Michèle Touret, dir., Un écrivain dans la presse). Signalons aussi la collection « Écrivains journalistes », chez Flammarion (sont parus Zola journaliste, Gautier journaliste, Baudelaire journaliste, Balzac journaliste et Hugo journaliste, collection GF), ou encore l’ouvrage dirigé par Alexis Lévrier et Adeline Wrona, Matière et esprit du journal. Du Mercure galant à Twitter, qui réunit spécialistes des médias contemporains et historiens de l’Ancien régime et de la presse moderne.

17De jeunes chercheurs soumettent à cette perspective historique, sémiotique et poétique des supports de presse, des rubriques, des genres qui s’inscrivent dans un jeu de métamorphoses et de permanences fort utiles pour analyser les mutations contemporaines : des thèses récemment soutenues éclairent ainsi les « styles » du fait divers (Claire Sécail, 2010 ; Laetitia Gonon, 2013), l’apparition d’une nouvelle culture des textes dans la presse du xviiie siècle (Suzanne Dumouchel, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle), le lien entre chronique judiciaire et littérature au xixe siècle (Amélie Chabrier, Université Paul Valéry à Montpellier), ou encore « La fabrique du témoignage » chez Jean Hatzfeld, à la croisée de la presse et du roman (Audrey Alvès, Université de Lorraine). Des doctorats en cours de rédaction explorent quant à eux la naissance de la rubrique boursière (Pierre-Carl Langlais, Celsa, Paris Sorbonne), l’émergence de la rubrique « International » dans la presse française et allemande (Lisa Bolz, Celsa, Paris Sorbonne et Université de Münster).

18Au fil des numéros de revues, des ouvrages collectifs et des jurys de soutenance, le dialogue interdisciplinaire s’enrichit et se structure, faisant de l’écriture journalistique un objet de recherche transversal, qui gagne à être saisi tout à la fois sur le temps long, et dans l’actualité de ses métamorphoses.

La vogue du journalisme narratif

19Les transformations actuelles de l’écriture journalistique, sous l’influence des émergences de nouveaux supports et de la réorganisation des rédactions, ne portent pas seulement sur le choix des mots ou de la syntaxe, elles touchent aussi le choix des genres rédactionnels. Quand la notion de récit médiatique a commencé à se développer, les quotidiens d’information et le journal télévisé étaient encore les supports privilégiés de diffusion de l’information. Celle-ci était rédigée, en amont, par des journalistes professionnels, seuls détenteurs d’informations saisies sur les lieux de l’événement, ou via des conférences de presse ou encore grâce au fil des agences de presse et elle était diffusée, en aval, à un public de lecteurs/auditeurs, simples réceptacles passifs de séquences informatives sur lesquelles ils n’avaient aucune prise (sauf en réagissant par un “courrier des lecteurs” envoyé par la poste).

20L’émergence de nouveaux modes de production et de diffusion de l’information aurait, dit-on souvent, modifié radicalement les conditions de production du métier, les interactions entre les émetteurs de nouvelles et les récepteurs eux-mêmes inscrits dans la boucle de la transmission de ces informations. Et, très logiquement, les modes d’écriture auraient aussi été transformés, à cause de la publication sur des supports requérant d’autres formats, de l’accélération des conditions de production, de l’existence de nouveaux publics, formatés par l’usage du web et des réseaux sociaux.

21Si les transformations de l’écriture journalistique ne se manifestent pas tellement dans le passage de la presse papier à la presse en ligne, comme on l’a vu précédemment, celles-ci sont cependant réelles, mais elles se retrouvent plutôt dans le retour de l’écriture longue et subjective. Dans la recherche de nouveaux modèles économiques pour permettre à la presse écrite de survivre, certains ont compris qu’il ne fallait pas entrer dans des logiques de concurrence avec le web, mais plutôt de différenciation. Et celles-ci passent très clairement par l’écriture, dans la réinvention d’un journalisme narratif (tel que défini par Marie Vanoost, 2013), héritier du new journalism américain, mixé avec le choix de l’hybridation avec des dessins, des photographies, dans un format nouveau. Le prototype en est évidemment le magazine XXI, dont le succès va entraîner un grand nombre d’imitations ou de déclinaisons ; sous des titres qui affichent clairement leur filiation historique avec la presse du xixe siècle, comme Feuilleton.

22Certes, il faut se garder de présenter l’écriture narrative telle que définie dans les manuels américains (Robert Boynton, 2005 ; Mark Kramer et W. Call, 2007) ou francophones (Benoît Grevisse, 2008 ; Alain Lallemand, 2011) comme une forme de révolution en journalisme. La culture médiatique, au sein de laquelle s’insèrent désormais la presse écrite et l’information télévisée, se caractérise centralement par le primat qu’elle accorde à la récitation d’histoires. Daniel Couégnas consacrait déjà, en 1992, un des chapitres de son étude sur la paralittérature à « la narrativité dominante ». Émile de Girardin a fondé le succès de La Presse sur deux choix stratégiques : un coût d’abonnement divisé par deux par rapport à ses concurrents et l’introduction du roman-feuilleton, première narration sérialisée qui marque les débuts de l’ère médiatique (Alain Vaillant et Marie-Ève Thérenty, 2001).

23Des revues comme XXI, 6 mois, Feuilleton, attestent que la France, peu après les États-Unis, considère le journalisme narratif comme la réponse la plus appropriée pour retrouver un public intéressé par des histoires de papier. Robert Boynton ou Mark Kramer ont décrit, de manière théorique et pratique, ce retour du narratif dans l’écriture journalistique, proposé comme une alternative à l’accélération de l’information et à la réduction d’articles aussi vite écrits que lus. Ce new new journalism va se fonder sur l’immersion longue et l’observation, l’engagement envers des catégories sociales souvent négligées ou oubliées, l’empathie avec les sujets côtoyés, par une redécouverte des human interest stories, qui avaient déjà été théorisées par les chercheurs américains il y a plus de soixante-dix ans.

  • 3 On trouvera des critiques de son positionnement chez Yves Citton, 2010 ; Jacques Migozzi, 2010 ; Ni (...)

24Il faut bien sûr rester critique sur les enjeux manipulatoires de ces nouveaux modes de récits. Sans tomber dans les logiques de dénonciation d’un Christian Salmon (2007) trop imprégné des positionnements idéologiques inspirés de l’Ecole de Francfort3 on ne peut oublier l’injonction fondatrice de Louis Marin : le récit est un piège ! Mais en considérant avec toutes les réserves d’usage ces nouvelles histoires, ou ces nouvelles manières de raconter des histoires, il est peut-être plus opportun, pour des chercheurs en narratologie ou en communication, de chercher en quoi elles proposent réellement de nouvelles manières de raconter. Dans cette perspective, les travaux sur la tension narrative de Raphaël Baroni (2007) ouvrent des pistes à développer pour l’analyse de ces nombreux mooks. Alors que le journalisme classique construit sa narration en privilégiant la fonction configurante (telle que modélisée par Paul Ricœur dans Temps et récit), dans la mesure où la pratique de la pyramide renversée fournit déjà au lecteur la fin de l’histoire et enlève donc tout suspense, le nouveau journalisme narratif se caractériserait par le privilège accordé à la fonction intrigante, voire au recours aux deux fonctions concomitamment (Vanoost, 2013).

25Un des enjeux de la narratologie médiatique, aujourd’hui, porte sur cette prise en compte de la généralisation des productions hybrides, mêlant texte, image fixe, image animée, son… L’écriture journalistique, ce n’est plus seulement mettre en texte, plus ou moins narrativisé, la restitution d’un événement, d’une enquête, d’un reportage en immersion, c’est penser à la meilleure déclinaison plurisémiotique des récits de vie qui sont donnés à lire et à voir au lecteur/spectateur.

Conclusion

26L’analyse de l’écriture journalistique se conjugue au présent et au passé, dans une période de crise de la presse écrite qui constitue en soi une opportunité exceptionnelle pour repenser le lien entre formats d’écriture, supports techniques, et fonctions sociales de l’information. Tout comme, pour Rue 89, la « révolution de l’information » se fait sous l’auspice des jours héroïques de 1789, l’analyse communicationnelle de l’écriture journalistique trouve son renouveau dans la prise en compte conjointe du temps long et de l’extrême contemporain. À l’heure où le papier n’est plus le support naturel de l’information journalistique, on peut penser que l’écriture en revanche tend à imposer son emprise, sur les écrans, en mobilité, dans l’articulation du visible et du lisible, selon des modalités qui renouvellent fondamentalement le fonctionnement narratif et sémiotique de l’information. Un vaste chantier s’ouvre donc pour les recherches à venir sur l’écriture journalistique, dans le dialogue entre disciplines, entre objets d’analyse, entre chercheurs et professionnels de l’actualité.

Haut de page

Bibliographie

Baroni Raphaël, La tension narrative. Suspense, curiosité et surprise. Paris, Éd. du Seuil, 2007.

Bellanger Claude, Godechot Jacques, Guiral Pierre et Terrou Fernand, Histoire générale de la presse française. Paris, Presses universitaires de France, 1969.

Beyaert-Geslin Anne, Vivne Lloveria, Shima Shirkhodaei, Visible. Images et dispositifs de visualisation scientifique, n° 11, « La démonstration scientifique et l’image : approches sémiotiques », Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2014.

Boczkowski Pablo, Digitizing the news :Innovation in Online Newspapers, Newhaven, MIT Press, 2004.

Boczkowski Pablo, News at Work : Imitation in an Age of Information Abundance, Chicago, University of Chicago Press, 2010.

Boucharenc Myriam, L’écrivain reporter au cœur des années 30, Lille, Presses du Septentrion, 2004.

Boynton Robert S., The New New Journalism. New York, Vintage Books, 2005.

Citton Yves, Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche. Paris, Éd. Amsterdam, 2010.

Couégnas Daniel, Introduction à la paralittérature. Paris, Éd. du Seuil, 1992.

Degand Amandine et Grevisse Benoît, Journalisme en ligne. Pratiques et recherches. Bruxelles, De Boeck, coll. « Info&Com », 2012.

Gonon Laetitia, Le fait divers criminel dans la presse française au xixe siècle. Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2013.

Grevisse Benoît et Lits Marc, « L’avenir de la presse écrite », Archives et bibliothèques de Belgique, « Le journal dans tous ses états », t. LXXVIII, 2007, 1-4, p. 27-48.

Héron Pierre-Marie, Cocteau journaliste, dir. avec Marie-Ève Thérenty, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Institut Montaigne, Comment sauver la presse quotidienne d’information. août 2006, téléchargeable à l’adresse www.institutmontaigne.org

Jeanne-Perrier Valérie, « Petites formes, grands desseins : d’une grammaire des énoncés éditoriaux à la standardisation des écritures », dans Jean Davallon (sous la dir. de), L’économie des écritures sur le web, Paris, Hermès-Lavoisier, 2012.

Jeanne-Perrier Valérie, « Entre gestes sémiotiques et geste professionnelle. Twitter », dans Alexis Lévrier et Adeline Wrona (sous la dir. de), Matière et esprit du journal, Paris, Presses de l’université Paris Sorbonne, 2013, p. 263-277.

Jeanne-Perrier Valérie, Interactions entre journalisme, trajectoires de métiers et innovations médiatiques et éditoriales : une analyse communicationnelle. Mémoire d’Habilitation à diriger des recherches, Celsa, Université Paris Sorbonne, décembre 2013.

Kalifa Dominique, Régnier Philippe, Thérenty Marie-Ève, Vaillant Alain (dir.), La civilisation du journal. Poétique historique de la presse au xixe siècle. Paris, Nouveau Monde éditions, 2011.

Kramer Mark and Call Wendy (dirs.), Telling True Stories. A Nonfiction Writer’s Guide. New York, Plume Book, 2007.

Küppers Anne, Private State in Public Media : Potential Subjective Elements in French-speaking (Online) News. Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, août 2013.

Legavre Jean-Baptiste et Touret Michèle (dir.), Un écrivain dans la presse, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Lévrier Alexis et Wrona Adeline (dir.) Matière et esprit du journal. Du Mercure galant à Twitter, Paris, Presses universitaires de Paris Sorbonne, 2013.

Lévrier Alexis, Les journaux de Marivaux et le monde des spectateurs, Paris, Presses universitaires de Paris Sorbonne, 2007.

Lits Marc, « De la culture populaire à la culture médiatique. Marchandisation et mondialisation », Recherches sociologiques, 2005, vol. 2-3, pp. 77-98.

Lits Marc, « Quel futur pour le récit médiatique ? », Questions de communication, n° 21, 2012, p. 37-48.

Marion Philippe, « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Recherches en communication, 1997, n° 7, pp. 61-87.

Marin Louis, Le récit est un piège. Paris, Éd. de Minuit, 1978.

Marty Emmanuel, Touboul Annelise, « La circulation des nouvelles sur l’internet. L’interconnexion médiatique au service du pluralisme ? », Sur le journalisme, About journalism, Sobre jornalismo [En ligne], Vol 2, n° 1 - 2013, mis en ligne le 15 avril 2013. URL : http://surlejournalisme.com/rev.

Migozzi Jacques, « Storytelling : opium du peuple et / ou plaisirs du texte ? », French Culture Studies, 2010, n° 21, p. 247-255.

Mouillaud Maurice, « Le système des journaux », Langages, vol. 11, 1968, p. 61-83.

Mouillaud Maurice et Tétu Jean-François, Le Journal quotidien. Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1989.

Mouillaud Maurice, Le Discours et ses doubles. Sémiotique et politique. textes réunis par Jean-François Tétu et Geneviève Mouillaud-Fraisse, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014.

Palmer Michael, Des petits journaux aux grandes agences. Naissance du journalisme moderne, 1863-1914. Paris, Aubier, “Collection historique”, 1983.

Parasie Sylvain et Éric Dagiral, « Des journalistes enfin libérés de leurs sources ? Promesse et réalité du journalisme de données », Sur le journalisme, 2013, 2(1), pp. 52-63.

Pélissier Nicolas et Marti Marc, Le storytelling. Succès des histoires, histoire d’un succès. Paris, L’Harmattan, coll. « Communication et civilisation », 2012.

Pinson Guillaume, L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au xixe siècle, Paris, Classique Garnier, 2012.

Pinson Guillaume, Fictions du monde. De la presse à Marcel Proust. Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2008.

Rebillard Franck, « L’étude des médias est-elle soluble dans l’informatique et la physique ? », Questions de communication, n° 20, 2011, p. 353-376.

Rebillard Franck et Loicq Marlène (dir.), Pluralisme de l’information et media diversity. Un état des lieux international. Bruxelles, De Boeck, coll. « Culture & communication », 2013.

Salaverria Ramon and Sabada Chaba (ed.), Towards new media paradigms. Content, producers, orgainsations and audiences. Pamplona, Ediciones Eunate, 2004.

Salmon Christian, Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater des esprits. Paris, La Découverte, 2007.

Sécail Claire, Le crime à l’écran. Le fait divers criminel à la télévision française (1950-2010). Paris, INA/Nouveau Monde éditions, 2010.

Smyrnaios Nikos, Rebillard Frank, « Les infomédiaires au cœur de la filière de l’information en ligne. Les cas de Google, Wikio et Paperblog », Réseaux, n° 160-161, p. 163-194, 2010.

Souchier Emmanuel, Jeanneret Yves, Le Marec Joëlle, Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque publique d’information, 2003.

Tessier Marc et Baffert Maxime, La presse au défi du numérique. Rapport au Ministre de la Culture et de la Communication. Paris, février 2007

Thérenty Marie-Ève, La Littérature au quotidien : poétiques journalistiques au xixsiècle, Paris, Seuil, 2008.

Vaillant Alain et Thérenty Marie-Ève (dir.), 1836 : l’an I de l’ère médiatique. Étude littéraire et historique du journal La Presse d’É. de Girardin, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2001.

Vanoost Marie, « Journalisme narratif : proposition de définition, entre narratologie et éthique », Les Cahiers du Journalisme, 2013, n° 25, p. 140-161.

Vanoost Marie, « Defining narrative journalism through the concept of plot », Diegesis, 2013, vol. 2, n° 2, p. 77-97.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, Ramon Salaverria et Charo Sabada (2004) ; Institut Montaigne (2006) ; Marc Tessier et Maxime Baffert (2007) ; Benoît Grevisse et Marc Lits (2007) ; Pablo Boczkowski (2005 et 2010).

2 Le colloque international « Towards a neo-journalism » organisé à Bruxelles en octobre 2012 a donné lieu à de nombreuses présentations d’études dans ce cadre (des comptes rendus en sont disponibles à l’adresse http://www.neo-journalism.org). Le livre coordonné par Amandine Degand et Benoît Grevisse (2012) analyse ces différents enjeux.

3 On trouvera des critiques de son positionnement chez Yves Citton, 2010 ; Jacques Migozzi, 2010 ; Nicolas Pélissier et Marc Marti (dir.), 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Lits et Adeline Wrona, « Permanence et renouveau des recherches sur l’écriture journalistique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 21 juillet 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1110 ; DOI : 10.4000/rfsic.1110

Haut de page

Auteurs

Marc Lits

Université catholique de Louvain (COMU), Observatoire de recherche sur les médias et le journalisme (ORM)

Adeline Wrona

Université Paris Sorbonne (CELSA), Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication (GRIPIC)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page