Navigation – Plan du site
Dossier
3-Entre même et autre - l’écriture journalistique en question

Mutations du journalisme à l’ère du numérique : un état des travaux

Arnaud Mercier et Nathalie Pignard-Cheynel

Résumés

Cet article présente en une succession de tableaux thématiques, les travaux académiques francophones sur le journalisme numérique. Il évoque d’abord les questions de réorganisation des rédactions, d’évolution des activités et des compétences nouvelles et de redéfinition identitaire de la profession. Sont ensuite abordées les recherches liées à l’extension des territoires du journalisme avec les nouvelles collaborations que cela impose. La présentation se poursuit par une discussion des travaux scientifiques sur le journalisme dit participatif ou citoyen. Elle se prolonge par l’exposé des travaux les plus contemporains sur les enjeux liés à l’intégration des réseaux socionumériques dans la chaîne de production et de consommation de l’information. L’article se conclue par une réflexion sur les enjeux de la formation au métier du journalisme.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Proposer un état de l’art exhaustif des recherches consacrées au journalisme numérique est une entreprise vaine dans l’espace ici imparti. Nous avons dû nous résoudre à des choix drastiques, en orientant notre propos autour de la question du renouvellement des pratiques journalistiques à l’ère du numérique. Un second parti pris nous conduira à présenter majoritairement des travaux francophones que nous mettrons en perspective avec la littérature internationale de recherche publiée en anglais. Notons que bien évidemment des travaux de qualité existent dans d’autres langues européennes sur cette thématique. En langue italienne (Carotenuto, 2009 ; Stefanini, 2013), en espagnol (Montagut, 2012) en portugais (Rodrigues, 2009) ou en allemand (Kaiser, 2013), pour ne citer que ceux-là. Signalons aussi des travaux francophones sur les évolutions numériques du journalisme en Afrique, comme le numéro de revue dirigé par A. Lenoble-Bar et A. Chéneau-Loquay (2010).

2La recherche sur les pratiques journalistiques est à l’image de son objet : riche, foisonnante, protéiforme, tiraillée entre l’immédiateté de l’analyse du présent et la mise en perspective sur le long terme, en prise avec des formes d’engouement et de résistances critiques. Elle irrigue en outre plusieurs des champs des SHS au premier rang desquels les SIC, mais également la sociologie (des médias, des publics, de l’internet), l’histoire, l’économie, les sciences de gestion et même plus récemment l’informatique et les humanités digitales.

3Mais ce texte étant publié dans la Revue française des sciences de l’information et de la communication, nous mettrons un accent particulier sur les travaux en SIC, nombreux sur ce domaine, et qui apportent des contributions importantes à la compréhension des phénomènes de transformation en cours.

4Nous laissons donc sciemment de côté les travaux sur les modèles économiques, sur la question centrale de la convergence (pour cela cf. l’excellente revue anglophone Convergence), ou encore celles des publics et des usages de consommation de l’information (bien que nous traiterons ces aspects de manière indirecte à l’aune de la question des pratiques). Le lecteur intéressé par ces problématiques pourra se référer au texte de Dagiral et Parasie (2010) qui dresse un état de l’art de ces questions et des « principales orientations de la recherche sur la presse en ligne, aussi bien dans le contexte anglo-saxon que dans le contexte français » (même si les références sont là surtout orientées vers la sociologie).

5Certains travaux d’importance sur le journalisme numérique sont liés à l’organisation de la recherche française en sciences de l’information et de la communication par des réseaux structurants (présentés notamment dans Pélissier, 2009). Le Réseau d'études sur le journalisme, (REJ) se présente comme un espace coopératif, interdisciplinaire et international, de chercheurs sur le journalisme et les médias. Le « GIS Journalisme » fédère quatre laboratoires français (le CARISM, le CRAPE, ELICO et le GRIPIC) et organise chaque année un colloque international sur le journalisme. Pointons aussi le rôle structurant des projets ANR intégrant pleinement les SIC, notamment de Franck Rebillard (Rebillard & Loicq, 2013), sur le pluralisme de l’information en ligne (IPRI, 2009-2012) dans la lignée d’un projet préalable (Rebillard, 2006), l’ANR AMMEJ (« Acteurs et marchés des médias : la production journalistique et son environnement ») porté par le CARISM (2008-2012) (Leteinturier, 2014), du projet ARC du FNRS et de l’université de Louvain piloté par Benoit Grevisse « Transformation du rapport à l’information en communication multimédia » (2009-2013), ou notre propre projet ANR (2014-2016) sur la circulation des liens URL issus des sites d’information via les réseaux socionumériques poursuivant des menées dans le cadre de l’Observatoire du webjournalisme-Obsweb (créé fin 2009 au sein du CREM). On notera aussi que plusieurs revues du champ ou qui lui sont liées, ont récemment apporté des contributions importantes à la réflexion sur le journalisme numérique, sous forme d’articles isolés mais surtout de dossiers thématiques (Réseaux, 2010 ; Les Cahiers du journalisme, 2011 ; TIC et société, 2012 ; Réseaux, 2012 ; Sur le journalisme, 2013).

6Lors de cette période de bouleversement, les rédactions sont obligées de réfléchir elles-mêmes à leur réorganisation interne, à l’accompagnement au changement pour les journalistes, et à leur nouveau modèle économique. On a ainsi vu émerger un discours autoréflexif de la part de journalistes, le plus souvent en responsabilité dans des médias ou des centres de formation. Leurs publications créent ainsi de stimulantes passerelles avec la recherche (Fogel & Patino, 2005 ; Joannès, 2007 ; Poulet, 2009 ; Ramonet, 2011 ; Scherer, 2012 ; Antheaume, 2013 ; Cornu, 2013). On trouve aussi des collaborations mixant académiques et journalistes (Le Champion, 2012). Tout comme il existe, en français comme en anglais, de nombreux manuels de journalisme centrés sur l’aide à l’adoption des nouveaux outils numériques et des nouvelles écritures. Enfin, des blogs ont fait florès, pour partager réflexions et veille sur les évolutions du métier et des technologies qui lui sont liées (cf. notre webographie finale).

7Cet article est l’occasion de soulever un questionnement épistémologique qui traverse plus ou moins clairement nombre de travaux sur ce que nous nommons le « webjournalisme ». Car étudier des réalités sociales si peu stabilisées induit une interrogation centrale : faut-il se risquer à étudier des pratiques, des objets, des terrains amenés à disparaître ou à se transformer si rapidement que le chercheur peut vite se trouver confronté à une forme de caducité de ses données ? Faut-il se résoudre comme Amandine Degand l’exprime dans l’avant-propos de sa thèse (2012) à publier des résultats qui « à peine publiés » seraient « déjà périmés » ? Ou faut-il à l’inverse faire le choix d’une mise à distance pour mieux saisir les permanences dans le changement, ainsi que nous y invitent Florence Le Cam et Denis Ruellan (2014) ? Ils estiment qu’« après avoir beaucoup œuvré pour percevoir les mutations rapides de l’activité d’information et des métiers qui l’exercent, la recherche réfléchit désormais à distinguer les permanences structurelles qui échappent aux transformations en cours ». Plusieurs chercheurs nous convient en effet à prendre conscience de la dialectique entre « transformations et continuités » (Meikle & Redden, 2011) ou entre « tradition et changement » (Boczkowski & Mitchelstein, 2009) afin de mettre à distance toute tentation de lecture technico-déterminée et historiciste des mutations en cours.

8En conséquence de tout ce qui précède, nous avons choisi de présenter les travaux académiques francophones sur le journalisme numérique en évoquant d’abord les questions de réorganisation des rédactions, d’évolution des activités et des compétences nouvelles et de redéfinition identitaire de la profession. Puis nous aborderons les recherches liées à l’extension des territoires du journalisme avec les nouvelles collaborations que cela impose. Pour prolonger, nous exposerons une des dimensions qui a marqué les travaux académiques récents : celle du journalisme dit participatif ou citoyen (Tétu, 2008). Notre exposé se poursuivra par les enjeux liés à l’intégration des réseaux socionumériques dans la chaîne de production et de consommation de l’information. Nous conclurons alors notre exposé vers les enjeux de la formation au métier du journalisme, tels qu’ils commencent à être appréhendés dans les publications.

(Ré)organisation des rédactions, (nouvelles) compétences et identité des journalistes en ligne

9Les travaux sur le journalisme en ligne ont débuté dès les années 1990 mais se sont surtout développés dans les années 2000. Les premières études, notamment anglo-saxonnes, sont marquées par une vision utopiste euphorique et enthousiaste, faisant des nouvelles technologies un puissant ferment a priori de renouvellement de la démocratie, de la gouvernance et du journalisme. Des écrits annonçaient la transformation complète des médias d’information et/ou du journalisme voire la mort de la presse payante au profit d’une information renouvelée, en ligne, gratuite et participative.

10Puis les travaux ont pris une tournure plus empirique pour mettre en perspective l’activité des journalistes dans les rédactions web avec ce que l’on peut connaître de leurs routines, de leur culture professionnelle, des relations entre les journalistes et leur hiérarchie au sein de groupes industriels de presse. L’ère du numérique a conduit de nombreux chercheurs à requestionner le métier de journaliste et son organisation, voire à considérer qu’il fallait « le repenser » du fait de ses « transformations structurelles » (Peters & Broersma, 2013). Dans une perspective déconstructiviste, toute derridienne, Hansen analyse la situation des journalistes contemporains comme des « apories du journalisme numérique » (Hansen, 2012).

11L’habituelle sociologie du journalisme a été mise au service d’études en rédaction, parfois monographiques et ethnographiques, sur la façon dont les nouvelles technologies sont introduites et utilisées dans les rédactions (Pavlik, 2000 & 2001 ; Boczkowski, 2004a et 2010 ; Paterson & Domingo, 2008). Jane Singer étudia le journalisme à l’aune des « défis à la notion de professionnalisme journalistique » (Singer, 2003), ou encore de la « resocialisation des journalistes écrits dans des rédactions en convergence » (Singer, 2004). Mark Deuze (2004 & 2005), revisita « l’identité professionnelle et l’idéologie des journalistes » pendant que Florence Le Cam (2005) étudiait dans sa thèse de doctorat les reconfigurations identitaires à l’œuvre chez les journalistes québécois en prise à la redéfinition de leur identité à l’heure numérique, avec l’avènement de la polyvalence, des compétences multimédia, d’une temporalité de travail accélérée et d’une remise en cause du sens du travail collectif. Avant elle, Nicolas Pélissier testa la catégorie « cyberjournaliste » en s’interrogeant : « s’agit-il de modifications en profondeur susceptibles de bouleverser l’identité et le savoir-faire de la profession ? » (Pélissier, 2003 : 99). Deux ans avant (Pélissier, 2001), il traquait déjà les transformations en cours. En France, le premier ouvrage publié fut la thèse de Yannick Estienne (2007) qui s’inscrit dans une tradition de sociologie critique. Ayant conduit une étude des rédactions web, Estienne parle à cet égard d’un « professionnalisme hybride » opposant les « travailleurs de l'information en ligne » (qualifiés de « dominés ») à la figure du « journaliste professionnel », analyse que l’on retrouve dans le mouvement des « forçats de l’info », jeunes journalistes web qui dénoncent des conditions de travail dégradées.

12Dès le début des années 2000, des chercheurs observent l’appropriation des potentialités de l’internet. En France, Valérie Cavelier Croissant (2002) expose dans sa thèse la dissociation, lors de l'appropriation d'Internet par les éditeurs de presse, entre les préoccupations économiques et le niveau de réflexion sur le renouvellement du modèle éditorial. L’argentin Pablo Boczkowski (2004a & 2004b) analyse finement les étapes de l’appropriation de l’internet par la presse américaine. Dans une perspective plus souvent sociologique ou économique, des chercheurs français étudient de façon précise les transformations organisationnelles induites (Charon, 2010 ; Charon & Le Floch, 2011 ; Dupuy, 2013). Danielle Attias, dans sa thèse (Attias, 2007), souligne l’apparition de rédactions multi-supports, souvent dans une logique de mutualisation des coûts. Les réorganisations peuvent aller de la fusion complète des rédactions avec rubriquages refondus, à la recréation de rédactions dédiées aux applis mobiles, dans le but de devenir des rédactions « web first », l’édition papier arrivant après.

13D’autres travaux scrutent les pratiques managériales au sein de rédactions, recomposées pour s’adapter au numérique (Carbonnel & Mercier, 2011 ; Charbonneaux & Le Cam, 2012). Stéphane Cabrolié a quant à lui conduit une monographie du site LeParisien.fr pour étudier « la recomposition » d’une rédaction numérique (Cabrolié 2009 & 2010), tandis que Caroline Datchary a étudié le « desserrement des formats de production » à Mediapart (Datchary, 2010). De nombreux travaux étrangers proposent des monographies ou des ethnographies de ces changements organisationnels dans les rédactions, au fur et à mesure qu’ils apparaissent dans chaque pays et chaque rédaction. Citons pour exemple, l’étude sur la BBC, qui évoque un « choc culturel » pour restituer les difficultés des journalistes à intégrer ces transformations (Lee-Wright, 2010). Florence Le Cam poursuit par ailleurs ses analyses en réfléchissant à « l’identité transnationale » des journalistes contemporains. Elle cherche à repérer « certaines des particularités qui caractérisent les journalistes en ligne et qui commencent à fonder une identité » (Le Cam, 2012 : 62). Même démarche que Jane Singer qui indique en introduction de l’ouvrage sur le journalisme participatif : « Nos entretiens suggèrent l’existence de certaines idiosyncrasies nationales […]. Mais vous trouverez aussi un bon nombre de similarités parmi les journalistes, dans les divers pays, sur la manière dont ils se pensent eux-mêmes, dont ils produisent l’information et sur leurs publics » (Singer & al., 2011 : 5). Signalons aussi la thèse de Juliette de Maeyer (2013) sur « l’usage journalistique des liens hypertextes » et la façon dont s’est construit un débat de doctrine, international, sur le « bon usage » de ces liens.

14Au final, la notion même de professionnalisme a pu être remise en débat à l’aune des évolutions du métier de journaliste (Aldridge & Evetts, 2003) car « l’invention progressive des rédactions intégrées accompagne une diversification, plus importante des rôles » (Degand & Grevisse, 2012 : 33). On peut donc défendre l’idée que l’on assiste à un changement du « paradigme journalistique » (Brin & al., 2004) Michael Schudson évoquant « la reconstruction du journalisme américain » (Schudson & Downie : 2009). Mais l’ancien paradigme est loin d’être déjà enterré. Cette situation d’entre-deux correspond à une dialectique entre « déstructuration et restructuration » (Demers, 2007). D’autres font un constat plus pessimiste. Deuze (2008), empruntant la terminologie du sociologue Zygmunt Baumann, parle de « journalisme liquide », alors qu’Ingrid Sturgis (2012) ose demander : « Are traditional Media dead ? », poursuivant en sous-titre : « Can journalism survive in the digital world ? ». Cette réflexion s’est accrue depuis, avec la montée en puissance des rédactions web et du « digital journalism » (Jones & Salter, 2012). On parle alors du « journalisme 2.0 », qui nécessite de « nouvelles compétences », en France (Le Champion, 2012) comme en Belgique (de Maeyer, 2010). Les auteurs évoquent encore un « changing journalism » (Lee-Wright & al., 2012) et « ses promesses » (Steensen, 2011). Stuart Allan évoque toutefois l’émergence d’une véritable « écologie des informations en ligne », décelant « un climat où des initiatives apparemment disparates peuvent commencer à se consolider dans des formes journalistiques, des pratiques et des épistémologies viables » (Allan, 2013 : 154).

Journalisme et dernières innovations technologiques

15Une partie des études conduites sur les transformations du secteur de l’information en général et du métier de journaliste en particulier, sont arrimées aux dernières nouveautés technologiques. Les chercheurs peuvent être conduits à regarder avec une certaine fascination ce qui se déroule sous leurs yeux, découvrant de nouveaux outils et leurs appropriations diverses, en même temps que les journalistes et les citoyens. Le sentiment de voir l’histoire en train de s’écrire, dans un contexte d’accélération du changement technique et social si bien décrit par Hartmut Rosa (2010) contribue aussi à l’accélération du tempo de la recherche. On voit donc apparaître, très vite aux États-Unis (sans doute encouragés par les logiques — dérives ? — de financement des recherches sur programme et avec des visées opérationnelles pour les bailleurs de fonds), mais peu (pour l’instant) en France, des articles ou études sur des nouveautés techniques ou technologiques encore en phase de test par les journalistes. On trouve déjà une étude exploratoire publiée sur les usages du drone pour l’information (Goldberg, Corcoran & Picard, 2013) ou sur les fameuses Google glasses (Rossi, 2013).

16Le domaine de la recherche qui s’étend le plus en l’espèce, concerne la nouvelle étape de l’évolution numérique, celle de la mobilité. De plus en plus de citoyens (a fortiori de journalistes) sont équipés de supports mobiles avec lesquels ils peuvent chercher de l’information sur des sites ou des applis mobiles (Schmitz Weiss, 2013). Applis de presse que Carmen Costa Sánchez (2012), en Espagne, passe à la critique, à l’aide de quatre notions : « utilisabilité, multimedialité, hypertextualité et interactivité ». Les citoyens peuvent aussi produire (photos, vidéos) diffuser (sur leurs réseaux socionumériques) et recevoir des informations (ou alertes « push » (Fidalgo, 2009), flux RSS, fil Facebook ou Twitter). Cela vient bouleverser davantage encore l’écosystème de l’information, et même bousculer les fragiles équilibres que la presse en ligne avait pu parfois trouver. De même, les journalistes peuvent tourner, monter, diffuser avec des supports mobiles (comme Nicolas Becquet en offre d’excellentes démonstrations sur son blog http://mediatype.be/​). Les anglophones ont inventé la contraction MoJo, pour désigner ce Mobile Journalism (Martyn, 2009). Et des travaux émergent déjà, notamment venant des pays scandinaves, avec celui qui apparaît comme le spécialiste : Oscar Westlund, qui a soutenu sa thèse de doctorat sur la « Mobile Media (R)evolution » (Westlund, 2011). On retrouve la même dialectique que posée en introduction de cet article, entre changement radical ou ajustement. Et il est vrai que cela représente « un nouveau moyen de publier » (Wolf & Hohlfeld, 2012), ce qui fait s’interroger ces deux auteurs : « Revolution in Journalism ? ». Par conséquent, « c’est une aire importante d’enquête scientifique qui s’ouvre » (Westlund, 2011 : 301). Pour autant, des voix appellent à la prudence scientifique : « comme la rhétorique du journalisme citoyen, il est difficile de voir jusqu’où s’étend le journalisme mobile, et quelle signification il aura » (Goggin, 2011 : 109).

Extension des territoires du journalisme

17Un autre pan des recherches sur les transformations des pratiques et des productions journalistiques à l’heure du numérique vise à étudier des formes émergentes, renouvelées, du journalisme, renvoyant à l’idée d’une plasticité structurelle du territoire professionnel.

18Les pratiques « d’auto-publication » ont été abordées par plusieurs chercheurs en France, notamment au sein du réseau d’études sur le journalisme (REJ). Valérie Jeanne-Perrier, Nicolas Pélissier et Florence Le Cam y ont consacré un chapitre dans l’ouvrage de Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard (2005), les appréhendant comme des « observatoires privilégiés des effervescences et des débordements journalistiques ». Florence Le Cam (2006) montre pour sa part les « tiraillements des frontières du groupe des journalistes » à travers le développement, en dehors des médias traditionnels, des weblogs d’actualité aux États-Unis (et au Québec dans sa thèse). Dans la lignée de ces travaux, mais adoptant une approche plus frontalement interactionniste (étudiant les formes de coopération et les espaces de mise en relation des individus et des contenus), Olivier Trédan (2012) développe l’idée d’une « extension des territoires professionnels » par l’émergence de nouveaux acteurs aux marges du monde journalistique dont les frontières se révèlent poreuses. Chloë Salles a pour sa part observé les tactiques mises en place autour de la plateforme de blogs du journal le Monde pour en saisir les enjeux individuels et collectifs (2010).

19Les recherches sur l’extension des territoires du journalisme s’attachent également à analyser des pratiques et des formats journalistiques spécifiques au numérique — ou qui connaissent un regain d’intérêt grâce aux possibilités techniques des dispositifs socionumériques — comme le datajournalisme, le webdocumentaire, les newsgames, le live blogging ou encore le SEO (Search engine optimization). Un point commun de ces travaux est de croiser la question des pratiques – souvent collaboratives –, celle des formats, objets voire genres journalistiques et celle du rapport au public. En outre, la plupart empruntent une perspective de constructivisme social pour saisir ces objets mouvants et hybrides.

20La datajournalisme a fait l’objet de plusieurs publications de la part de chercheurs français, en plus des tout premiers manuels professionnels (Joannès, 2010a ; Gray & al., 2013). Eric Dagiral et Sylvain Parasie en ont montré les racines et origines, notamment aux États-Unis avec le data-driven journalism (2013), l’inscrivant dans le temps long des pratiques socio-professionnelles. Ils ont par ailleurs mis en exergue la figure du « journaliste hacker » (2011) dont les pratiques hétérogènes le situent à la croisée de l’éditorial et du technique, soulignant à leur tour l’émergence de nouveaux acteurs revendiquant la double légitimité, des mondes de l’informatique et de la presse. Olivier Trédan insiste plus spécifiquement sur la dimension collective de cette pratique et s’en saisit comme d’un objet frontière « à l'intersection de plusieurs mondes sociaux, celui du journalisme et de la programmation notamment » (Trédan, 2011). L’intérêt dès lors est d’étudier les dynamiques d’acteurs et les coopérations qui se nouent entre les journalistes et des acteurs extérieurs au champ (infographistes, webdesigners, développeurs, etc.). Sachant que le datajournalisme met souvent ses pas dans ceux qui militent pour l’ouverture publique des archives et données statistiques (mouvement dit « Open data »). Le journalisme de données a également été étudié par le GRIPIC (Celsa) dans le cadre du programme de recherche Jourdain (2012-2013) sous un angle davantage discursif. Une première publication (Charbonnaux, Gskouskou-Giannakou 2013) interroge la filiation avec le journalisme d’investigation en analysant les discours professionnels qui accompagnent cette pratique dans deux pays européens, l’Allemagne et la Grèce.

  • 1 Son analyse souligne les similitudes entre les stratégies des producteurs de newsgames et celles de (...)

21En France, peu de recherches ont été menées sur les newsgames (on en trouve davantage sur les serious games dont ils forment un sous ensemble) à l’inverse des États-Unis où un ouvrage de référence tant pour la recherche que pour les professionnels a été publié (Bogost et alii, 2011). Olivier Mauco, l’un des spécialistes français du jeu vidéo, a proposé un « panorama du phénomène des newsgames » (Mauco, 2011), des productions à l’intersection des jeux vidéo et du journalisme mais dont sont parfois exclus les professionnels de l’information, étendant là encore les territoires du journalisme et contribuant à une diversification des formes journalistiques en ligne1. Notons également le travail mené sur le newsgame « Primaires à gauche » (mis en ligne sur lemonde.fr en juin 2011), mais davantage orienté sur les logiques d’usage et de réception (Useille & Lamy, 2012 ; Blanchard & al., 2011).

22Les travaux sur le webdocumentaire sont encore plus rares dans l’espace francophone. Samuel Gantier y a consacré deux articles (Gantier, Bolka, 2011 et Gantier, 2012) dans lesquels est exploré ce « format médiatique hybride aux frontières poreuses et instables [qui] réunit des champs professionnels disparates et souvent divergents ». Evelyne Broudoux insiste pour sa part davantage sur les modalités narratives à l’œuvre dans le webdocumentaire (Broudoux, 2011).

23Notons enfin le travail singulier et pionnier de Guillaume Sire qui, explorant les domaines du référencement, des moteurs de recherche et du marketing, a consacré une thèse en information-communication aux pratiques et stratégies de Search Engine Optimization (SEO) au sein de rédactions françaises. Il y dévoile les « négociations et les traductions sous-tendues par la configuration médiatique au sein de laquelle l’infomédiaire Google et les éditeurs de presse en ligne coopèrent » (Sire, 2013). Un travail qui s’inscrit dans l’approche socio-économique de l’information en ligne en analysant le rôle et la place des infomédiaires (Rebillard & Smyrnaios, 2009 et 2010).

Participation et intégration des publics

24En France, l’un des objets de recherche qui a concentré le plus de travaux sur le journalisme en ligne durant la deuxième moitié des années 2000 est sans conteste le journalisme « participatif » ou encore appelé « citoyen ». Discutées conceptuellement, ces expressions renvoient globalement à « l’intervention de non-professionnels du journalisme dans la production et la diffusion d’informations d’actualité sur Internet » (Rebillard, 2011) tandis que les premiers travaux aux États-Unis s’appuient davantage sur la dimension « citoyenne » (Bowman & Willis, 2003). Denis Ruellan (2007) préfère quant à lui le qualificatif de « journalisme ordinaire », pratiqué par des gens ordinaires qui produisent et diffusent de l’information sans prendre forcément les journalistes comme référence. Dans la recherche anglo-saxonne, les néologismes fleurissent pour saisir ces collaborations entre professionnels et amateurs ; c’est le modèle « pro-am » qu’Axel Bruns qualifie de produsage (Bruns, 2010).

25Terrain fertile d’études et de réflexions, le participatif est l’objet d’avis et de conclusions contrastés, tant pour les chercheurs en sciences humaines et sociales qu’au sein de la profession. Des chercheurs soulignent avec enthousiasme les évolutions engendrées par cette « prise de pouvoir » des amateurs (Deuze & al., 2007) tandis que d’autres sont plus mesurés, observant des mutations et des transformations teintées de résistances dans un champ professionnel aux frontières « floues » (Ruellan, 1993 et 2007). D’autres encore, dénoncent des approches scientifiques trop optimistes, et adoptent une posture critique en déconstruisant l’idéologie et les discours euphorisant qui accompagnent le développement du journalisme participatif (Rebillard, 2007). Ces travaux relativisent fortement la promesse du « tous journalistes » (incarnée par exemple aux États-Unis par Jay Rosen, Dan Gillmor ou en France par Joël de Rosnay) par des enquêtes empiriques des profils de contributeurs qui soulignent le caractère élitiste et discriminée de ces pratiques (Barbe, 2006 ; Trédan, 2007 ; Aubert, 2009). Une réalité qui avait déjà été soulignée par Kim et Hamilton (2006) dans leur étude des plus de 36000 contributeurs au site sud-coréen OhMyNews, pionnier du journalisme participatif.

26Toute une série de travaux, notamment anglophones, s’attachent à étudier les modalités et les conséquences de ce rôle nouveau des amateurs dans l’écosystème médiatique, et la manière dont ils pèsent sur les journalistes et les contraignent à évoluer. L’année 2008 fut à ce titre prolifique. Neil Thurman (2008), tout en proposant une typologie des sept principales formes de participatif, insiste sur la difficulté des rédactions anglaises à s’adapter à la demande croissante d’expression de la part des lecteurs, tant pour des questions organisationnelles, techniques que de culture professionnelle (son enquête date de 2005). Steve Paulussen et Pieter Ugille (2008) parviennent à des conclusions similaires dans leur étude qui entend saisir, dans une perspective socioconstructiviste, les facteurs qui façonnent l'adoption du contenu généré par l'utilisateur (au sein de rédactions belges) : le lent développement du journalisme participatif est davantage dû, selon eux, à l’organisation structurelle des salles de rédaction, aux routines de travail et aux croyances professionnelles qu’à la réticence des journalistes à ouvrir le processus de production de l’information. À une plus large échelle, un collectif international de chercheurs publia la même année une étude comparative de 16 sites d’information européens et américains qui relativise l’intégration du participatif dans les médias en ligne (Domingo & al., 2008). Trois ans plus tard, leurs recherches croisées et enrichies d’enquêtes qualitatives en rédaction, font l’objet d’un livre devenu référence pour la recherche sur le journalisme participatif (Singer & al., 2011). Le chapitre d’Alfred Hermida, notamment, souligne l’attitude paradoxale des journalistes (et des médias) à l’égard de la participation amateur qui mêlent appréciation voire soutien d’un côté et appréhension de l’autre, face à l’effritement de la frontière entre production journalistique et contributions de l’audience (qui avait été mise en évidence par Hermida & Thurman, 2008). Ari Heinonen (2011) travaille quant à lui sur les relations qui s’établissent entre journalistes et internautes, et ce à tous les stades de leur participation à l’information en ligne.

27En France, les chercheurs se sont également attachés à analyser la manière dont les médias, menacés dans leur traditionnel rôle de gatekeeper qui dérive vers celui de gatewatcher (Bruns 2003), mettent en place des manières de contrôler, de canaliser, mais aussi de valoriser ces élans contributifs (commentaires, blogs, chats, etc.), modifiant leurs rapports à l’audience. À travers une étude de cas du site Rue89, Aurélie Aubert (2008) a montré que les informations fournies par les citoyens eux-mêmes devenaient une source pour les journalistes de la rédaction. Les sociologues Roland Canu et Caroline Datchary (2010) se sont penchés sur un autre emblème des sites « NEL » (« nés en ligne »), Mediapart, pour questionner l’articulation entre pratiques participatives et affirmation identitaire d’un journalisme professionnel bâti sur des savoirs et des savoir-faire. Valérie Croissant et Annelise Touboul (2009) explorent cette même question à travers une approche sémiologique. Elles analysent la mise en scène de la parole ordinaire (des internautes) sur les forums de sites d’information et la manière dont journalistes et médias utilisent les dispositifs participatifs dans un « processus de différenciation du discours des usagers par rapport au discours journalistique ». Nathalie Pignard-Cheynel et Arnaud Noblet (2010) envisagent le participatif comme un « impératif » que les sites d’information peuvent difficilement occulter, bien qu’il prenne des formes (réaction, suggestion, contribution) et des modalités de valorisation (juxtaposée, intégrée, semi-intégrée et externalisée) diverses.

28À noter également les approches sémiologiques qui se sont emparées de la question du journalisme participatif à travers l’analyse des sites d’information (et notamment de leurs pages d’accueil). À l’échelle internationale, quelques travaux ont été menés en ce sens depuis les années 2000 (notamment Schultz, 2000 ; Knox, 2007 ; Bergland & al., 2010 ; Bachmann & Harlow, 2011), tandis qu’en France, A. Touboul (2006 et avec F. Rebillard, 2010) ont étudié les « signes mobilisés pour organiser, mettre en scène et exploiter la parole des internautes » sur les pages d’accueil des sites d’information, en soulignant in fine la faible visibilité. Notons que beaucoup de rédactions ont choisi ces dernières années d’externaliser, vers des sociétés spécialisées, la gestion (chronophage) de ces commentaires et forums citoyens (Degand & Simonson, 2012) ; ce qui n’est pas le moyen le plus sûr d’établir des interactions entre les journalistes et leur public.

29Enfin, si la plupart des études françaises menées sur le journalisme participatif ont étudié des sites s’inscrivant dans une tradition écrite, quelques travaux ont également été menés sur les pratiques amateurs de photo journalisme et de vidéo. Jérémie Nicey (2012) s’est ainsi attaché au décryptage des procédures de certification de contenus amateurs au sein de l’agence de photos Citizenside qui, tout en renouvelant les pratiques journalistiques classiques, en réactivent les prérequis. Tandis que Laurie Schmitt (2012) dans une perspective socio-économique, a consacré une thèse en SIC à la manière dont les médias se saisissent des photographies amateurs.

Journalisme et réseaux socio-numériques

30Les études sur le journalisme numérique reposent pour une large part sur l'analyse des usages par les lecteurs et les journalistes des nouvelles technologies et des nouveaux dispositifs numériques qui se créent régulièrement dans nos sociétés contemporaines. Suivant donc une chronologie liée aux phases d'émergence, d'appropriation et de plein usage de ces outils, les travaux sur le journalisme en ligne se sont emparés récemment de la question des réseaux socionumériques, après avoir traité des blogs ou des dispositifs participatifs intégrés aux sites d'information.

31Les journalistes se sont progressivement emparés de ces réseaux numériques à titre personnel puis, et/ou professionnel, pour en faire un moyen supplémentaire de s'informer, de produire de l'information ou de la diffuser. On notera qu'il s'agit d'appropriations innovantes puisque ni les créateurs de Facebook, Twitter, LinkedIn, Google + ou encore Pinterest ou Instagram (pour ne parler que des principaux réseaux occidentaux) n'ont conçu à l'origine leur dispositif sociotechnique pour l'actualité et la presse. YouTube a même été plutôt conçu comme une alternative aux médias mainstream. Tous ces dispositifs sont de création assez récente (LinkedIn : 2003 ; Facebook : 2004 ; You Tube : 2005 ; Twitter : 2006 ; Pinterest : 2010 ; Instagram : 2010 ; Google + : 2011) et ont mis quelques temps avant d'être adoptés par des millions d'internautes et donc par des journalistes. Aussi, les travaux académiques sur les usages de ces réseaux ou médias sociaux en sont au commencement et ont vocation à s’accroître au fur et à mesure que leur adoption croît ainsi que la part de trafic générée par ces réseaux (les analyses de la société Shareaholic2 montrent ainsi une érosion du trafic en provenance des moteurs de recherche au profit des réseaux socionumériques). Notons par ailleurs que les États-Unis étant le berceau de ces plateformes en ligne, les premiers colloques et publications sur ces réseaux sont logiquement anglophones.

32L'information en ligne est devenue plus encore qu'avant une « expérience sociale », grâce au couplage entre réseaux socionumériques et possibilités de partage en mobilité avec les smartphones (Rosenstiel & al., 2010), les comptes des internautes leur permettant à la fois « de filtrer, d'accéder et de réagir à l'information ». Cela modifie en profondeur « l'écologie de la production et de la consommation d'informations » (Newman & al., 2011). Et les habitudes de commentaires et de partages sur Facebook et Twitter, ou le recours à des hashtags qui construisent un fil d'actualité propre à un événement ou une thématique, renouvellent les interactions entre producteurs d'information et citoyens. Tout récemment, Josiane Jouët et Remy Rieffel (2013) ont étudié ce qui changeait dans la consommation d'informations à l'ère du numérique, tout comme David Tewksbury et Jason Rittenberg (2012) dans le monde anglophone.

33Pour l'instant les premières et plus nombreuses études portent sur l'appropriation par les journalistes des réseaux socionumériques, et singulièrement de Twitter. Très vite, une étude (Newman, 2009) porta sur les conséquences possibles de l'arrivée de Facebook et du micro-blogging dans le processus d'information, dans les rédactions britanniques et américaines. En 2009, les premiers écrits paraissent aux États-Unis sur la montée en puissance de Twitter chez les journalistes. Déjà 73 % des journalistes interrogés, papier ou en ligne, déclaraient que les réseaux sociaux étaient importants ou assez importants pour enquêter et produire leurs articles (Cision, 2009) ; Paul Farhi (2009) parla lui « d'explosion ». Ronald K. Raymond et Yixin Lu (2011) ont également mis au jour le fait que Facebook aidait beaucoup de journalistes dans leur recherche de sujets et pour leurs investigations. Un sondage auprès de 200 journalistes américains montra que 75 % disaient utiliser Facebook pour leurs reportages et 69 % Twitter (Society for New Communications Research, 2011).

34Dans notre étude de janvier 2012 portant sur plus de 600 comptes de journalistes ou de médias français sur Facebook et autant sur Twitter, nous avons montré, grâce à un questionnaire en ligne, que les journalistes français privilégient Twitter sur Facebook. Les usages de Facebook laissent moins percevoir une dimension exclusivement professionnelle mais bien une combinatoire avec des usages plus personnels et relationnels (Mercier & Pignard-Cheynel, 2012). Alors que l'utilité de Twitter est évidente sous plusieurs aspects pour les journalistes interrogés, Valérie Jeanne-Perrier (2012b) parlant d’ailleurs de « rapide institutionnalisation ».

35Les travaux académiques récents portent donc plus particulièrement sur Twitter, dans son ensemble (Pélissier & Gallezot, 2013), pour les journalistes en particulier (Ahmad, 2010), et dans la presse quotidienne régionale de façon plus précise encore (Pignard-Cheynel & Sebbah, 2012 ; Jeanne-Perrier, 2012a). L’australien Axel Bruns (2012) a développé un programme entier de recherche sur ce sujet, associé à des outils de visualisation des communautés de partage, des temporalités de circulation (http://mappingonlinepublics.net/​), ce qui est un des enjeux majeurs de ce qu’on appelle désormais les humanités numériques. Il coopère notamment avec Caja Thimm, de l’université de Bonn (Thimm, 2014). On retrouve cette préoccupation en France, dans l’analyse du rôle de Twitter comme « infomédiaire » (Rieder & Smyrnaios, 2012) notamment par le prisme du pluralisme de l’information. Dans cette lignée, Alfred Hermida évoque, dans un travail pionnier, un « ambient journalism » pour pointer le risque de noyer la production d’information journalistique dans un vaste flux hyper-réactif d’informations en tout genre. Il suggère que le journalisme développe des approches et des systèmes qui aident le public à réguler le flux d'informations accessibles et qui facilitent la collecte et la transmission des nouvelles (Hermida, 2010a et 2010b). Arnaud Mercier (2014) liste une série d’usages dominants de Twitter par les journalistes : un fort usage publicitaire pour les écrits de la rédaction ou autopromotionnel pour les journalistes, un lieu d’interpellation entre confrères qui fonctionne comme nouveau « club des journalistes », un espace pour railler ses confrères et un espace d'éditorialisation, permettant de donner son avis en dehors de la neutralité attendue dans les articles publiés.

36Au-delà de Twitter, on voit apparaître une diversification des réseaux étudiés dans le cadre d’analyses sur le journalisme. Gilles Bastin (2012) s’emploie, par une enquête en ligne sur le réseau, à comprendre ce que LinkedIn permet de révéler des trajectoires professionnelles. Nous avons-nous-mêmes proposé une étude comparative sur 210 titres de presse dans le monde et leur utilisation très contrastée de Pinterest (Mercier, 2013b). Meryl Alper (2014) étudie les polémiques générées par le recours à Instagram par des journalistes professionnels. Un collègue brésilien propose une étude sur les usages d’Instagram à partir d’une monographie de la rédaction du Jornal do Commercio, à Recife (Aragão, 2012). Nul doute que ces études vont se multiplier. La revue Sur le journalisme a d’ailleurs lancé un appel pour le printemps 2014 sur les liens de sociabilité professionnelle qui se nouent grâce aux différents réseaux socionumériques.

37Les travaux portant sur les pratiques de live blogging peuvent être envisagés dans le prolongement des études sur les réseaux socionumériques. Bien que cantonnées à des dispositifs techniques spécifiques (Covert-it, Scribble-live...), ces couvertures en direct d’événements d’actualité (souvent breaking news, sport, procès, etc.) empruntent la grammaire des échanges sur les réseaux sociaux en ligne, plus spécifiquement celle de Twitter. Plus populaires sur les sites d’information anglo-saxons (Thurman & Walters, 2013) que français, ils renouvellent les modes narratifs de l’actualité mais également la relation entre journalistes et lecteurs grâce à des modalités contributives pleinement intégrées (Pignard-Cheynel & Sebbah, 2014).

38La rapidité avec laquelle l'information (ou la rumeur) circule sur les réseaux socionumériques a posé rapidement des problèmes déontologiques amenant les rédactions à produire des chartes du bon usage, pour défendre les intérêts économiques des rédactions et éviter les risques de dérapage. « Tweet first, verify later ? » s’interroge ainsi Nicola Bruno (2011). Plusieurs travaux se sont emparés de ces enjeux éthiques pour pointer les difficultés rencontrées ou remettre en perspectives les régulations mises en place (Newman, 2009 ; Jeanne-Perrier, 2010 ; Lasorsa & al., 2012) parlant de « normalisation » tout comme Mercier (2013a) analysant les formules écrites dans les profils Twitter des journalistes (« mes tweets n’engagent que moi », etc.). Cela peut se faire en élargissant la problématique à tous les professionnels du web (Domenget, 2012). Les réseaux ou médias sociaux qui permettent le dépôt et partage en ligne d’innombrables photos et vidéos intéressent également les chercheurs, enrichissant la problématique du « journalisme amateur » via les réutilisations possibles d’images déposées en ligne par des témoins sur place (Andén-Papadopoulos & Pantti, 2011). Cela pose aussi la question de l’accès à une information morcelée par ces plateformes de dépôt, comme YouTube (Hanson & Haridakis, 2008).

Conclusion : La formation au journalisme au défi de ces mutations

39Les travaux sur les mutations du journalisme numériques ici exposés oscillent donc entre différentes perspectives mais dont la complémentarité est évidente et permet de cerner les transformations profondes que le métier connaît ou va connaître. On retrouve les perspectives traditionnelles de sociologie du journalisme, évaluant la profession à l’aune des nouvelles compétences à acquérir et des restructurations organisationnelles dans les rédactions. Ces travaux soulignent donc que l’identité professionnelle est requestionnée, comme cela a été le cas plusieurs fois dans l’histoire du journalisme. Par ailleurs, les études d’usages et d’appropriation des innovations permettent de saisir la façon dont les journalistes adoptent ou non de nouveaux outils, de nouvelles technologies, en subissant ces transformations ou au contraire pour essayer d’en être maîtres. L’impact sur la production journalistique est aussi scruté, pour évaluer si le rapport à l’information reste identique et les standards du métier inchangés ou pas. D’autres travaux s’emploient à repositionner les journalistes dans l’écosystème relationnel qu’impose le numérique. Les chercheurs dévoilent la difficile gestion des interactions directes avec les internautes et l’intégration prudente de leurs aspirations à participer à la production de l’information. D’autres travaux pointent que si les journalistes ont toujours été au cœur d’un système de production en interactions (et tensions) avec d’autres métiers (typographes, directeur artistique…), la fabrication de l’information numérique fait entrer dans le processus de nouveaux métiers (infographistes, webdesigners, développeurs…) obligeant à trouver de nouveaux « arrangements ».

40Pareilles transformations du métier de journaliste doivent impacter un jour ou l’autre les formations, d’une simple adaptation à des refontes plus profondes. Cela produit des débats donnant lieu à de trop rares publications, compte tenu de l’importance des enjeux. Deux revues ont toutefois consacré un numéro à cela : Médiamorphoses en 2008 et Les Cahiers du journalisme en 2010, soit des revues qui ont toujours assumé une position à cheval entre revue académique et lieu d’expression auto-réflexive des professionnels des médias. Les débats sur le numérique que portent les contributions ici réunies concernent l’adaptation aux mutations de la presse, la culture de l’innovation, la polyvalence journalistique, l’informatique, les « agilités numériques ».

41Dressant un panorama des différentes compétences à acquérir pour maîtriser le journalisme en ligne, deux chercheurs soulignent que « l’exploration des nouvelles formes d’éditorialité aux nouveaux outils et aux stratégies de veille d’information en ligne, esquisse de nouveaux fondamentaux pour la pratique journalistique » (Le Cam & Trédan, 2008 : 111). Par conséquent, « il semble désormais impossible d’envisager un enseignement du journalisme qui ne comprenne pas un apprentissage des techniques de captation numérique du réel, ni des outils de diffusion en ligne, notamment des services dits du web 2.0 (Twitter, Facebook, etc.) » (Estienne & Vandamme, 2010 : 163). Remy Rieffel (2008 : 43) s’interroge : « Faut-il encourager la polyvalence ou la spécialisation par support ? ». Pour le journaliste formateur, Alain Joannès, la réponse est claire. « Un journaliste devrait s’intéresser à la programmation [pour] pouvoir discuter utilement avec les programmeurs, savoir ce qu’ils peuvent apporter, ce qu’il est raisonnable de leur demander » (Joannès, 2010b : 151).

42Reste à savoir quelles adaptations proposées aux fondamentaux de l’enseignement du journalisme (Pélissier & al., 2010). Denis Ruellan (2008) défend une approche mesurée de l’adaptation des formations, refusant de courir trop vite derrière les innombrables progrès. Et de rappeler le temps nécessaire de la recherche pour comprendre et donner sens aux mutations en cours. Néanmoins, Camille Laville appellent les formateurs au journalisme à « impérativement se saisir des transformations du métier au risque de créer un écart infranchissable entre les représentations qu’ils véhiculent et la réalité de pratiques en mutation constante » (Laville, 2008 : 96).

43Les acteurs de la formation en journalisme seraient d’ailleurs de plus en plus convaincus « qu’il faut transmettre aux étudiants une ‘culture numérique’, des dispositions à l’innovation et une curiosité pour les nouveaux médias. Pour cela, il convient d’adapter les formations et de les faire évoluer vers plus de souplesse, de malléabilité, de réactivité et d’agilité », tout ceci primant « sur le fait de transmettre un bagage de compétences trop pointues et de se concentrer sur des outils trop rapidement périssables » (Estienne & Vandamme, 2010 : 166-167).

44Notons qu’aux États-Unis, l’intégration de l’informatique dans les cursus en journalisme est une question vive et même déjà une réalité parfois. Dès 2010 Roland Legrand plaidait pour la formation des journalistes à la programmation3. Brad Stenger, lors de sa conférence au « Computation + Journalism Symposium 2013 », a défendu la même cause. D’ailleurs, au printemps 2012, la prestigieuse école américaine de Journalisme de Columbia dispensa un cours intitulé Frontiers of Computational Journalism pour ses étudiants inscrits dans un double diplôme en Sciences informatiques et Journalisme. Les sujets abordés comprenaient : la représentation d'espaces vectoriels ; les algorithmes et sélection d’histoires (filtrage) ; les modèles de websémantique ; la visualisation des informations ; la représentation des connaissances et le raisonnement ; l'analyse de réseau social ; l'inférence quantitative et qualitative ; la sécurité de l'information. Débat et pratiques qu’aucun collègue et aucune école française n’ont (encore ?) intégrés.

45L’initiation à l’informatique sera-t-elle la nouvelle étape des journalistes web français et un nouvel horizon pour la recherche sur les mutations du métier à l’heure numérique ?

Haut de page

Bibliographie

Ahmad A. N., 2010, « Is Twitter a Useful Tool for Journalists ? », Journal of Media Practice, 11(2), p. 145-155.

Aldridge M., Evetts J., 2003, « Rethinking the concept of professionalism : the case of journalism », British Journal of Sociology, 54 (4), p. 547-564.

Allan S, 2013, « The Emerging ecology of online news », in F. Lee, L. Leung, J. Qiu, D. Chu, (eds.), Frontiers in new media research, New York, Routledge, p. 153-172.

Alper M., 2014, « War on Instagram : Framing conflict photojournalism with mobile photography apps », New Media & Society, 16 (1).

Andén-Papadopoulos K., Pantti M., 2011, Amateur Images and Global News, Chicago, University of Chicago Press.

Antheaume A., 2013, Le journalisme numérique, Paris, Presses de Sciences po.

Aragão R. M., 2012, « Usos Jornalísticos do Instagram : aproximações a partir do JC Imagem », XIV Congresso de Ciências da Comunicação na Região Nordeste – Recife.

Attias D., 2007, L'impact d'Internet sur l'économie de la presse : quel chemin vers la profitabilité ?, Thèse de doctorat en Sciences Economiques, université Paris 10.

Aubert A., 2008, « Rue89 : un modèle horizontal de la production d'information ? », MédiaMorphoses, 24, p. 99-104.

Aubert A., 2009, « Le paradoxe du journalisme participatif. Motivations, compétences et engagements des rédacteurs des nouveaux médias », Terrains & travaux, 15, p. 170-190.

Bachmann I., Harlow S., « Opening the Gates : Interactive and Multimedia Elements of Newspaper Websites in Latin America », International Symposium on Online Journalism, Austin, TX, April 1-2, 2011.

Ballarini L., 2014, « Internet autour et la presse régionale au milieu. Les nouveaux médias dans les pratiques informationnelles quotidiennes », in L. Ballarini, G. Delavaud, (dir.), Nouveaux territoires médiatiques, Paris, Éditions Mare et Martin.

Barbe L., 2006, « Wikipédia et AgoraVox : de nouveaux modèles éditoriaux ? », in E. Broudoux, G. Chartron (dir.), Document numérique et société. Actes du colloque DocSoc 06, Paris, ADBS Editions, p. 171-184.

Bastin G., 2012, « LinkedIn Journalism. Convergence and divergence in newsmen’s career patterns », Communication for European Communication Research and Education Association, Istanbul, 25-27 octobre. En ligne : http://www.academia.edu/2087854/Linked_in_Journalism._Convergence_and_Divergence_in_Newsmens_Career_Patterns

Bergland R., Crawford L. Noe S., Hon D., 2010, « Multimedia and Interactivity on Newspaper Websites : A Multi-Study Analysis of Seven English-Speaking Countries », 11th International Symposium for Online Journalism, Austin, Texas, 23-24 avril.

Blanchard G., Lamy A., Useille P., 2011, « Journalisme et jeux vidéo : un public en invention », Les Cahiers du journalisme, 22/23.

Boczkowski P., (2010) « Ethnographie d’une rédaction en ligne argentine. Les logiques de production de l’information chaude et froide », Réseaux, 160-161, p. 44-78.

Boczkowski P., Mitchelstein E., 2009, « Between tradition and change, a review of recent research on online news production », Journalism, 10 (5), p. 562-586.

Boczkowski, P, 2004a, Digitizing the news. Innovation in online newspaper, Cambridge, Ma., MIT press.

Boczkowski, P., 2004b, « The processes of adopting multimedia and interactivtiy in three online newsrooms », Journal of Communication, 54 (2), p. 197-213.

Bogost, I., Ferrari, S., Schweizer, B., 2011, Newsgames. Journalism at play, MIT Press

Bowman, S., Willis, C., 2003, We Media. How audiences are shaping the future of news and information, Disponible en ligne, www.hypergene.net.

Brin, C., Charron, J., de Bonville, J., 2004, Nature et transformation du journalisme. Théorie et recherches empiriques, Québec, Presses de l’Université Laval.

Broudoux E., 2011, « Le documentaire élargi au web », Les Enjeux de l'information et de la communication. En ligne.

Bruno N., 2011, Tweet first, verify later ? How real-time information is changing the coverage of worldwide crisis events, Reuters Institute Fellowship Paper, University of Oxford.

Bruns A., 2003, « Gatewatching, not gatekeeping : Collaborative online news », Media International Australia, 107, p. 31-44.

Bruns, A., 2010, « News produsage in a pro-am mediasphere : why citizen journalism matters », In G. Meikle, G. Redden, (eds.), News Online : Transformations and Continuities, London, Palgrave Macmillan.

Bruns A., 2012, « Journalists and twitter : How Australian news organisations adapt to a new medium », Media International Australia, Incorporating Culture & Policy, 144, p. 97-107.

Cabrolié, S., 2009, « La recomposition d’une organisation de presse : le cas du Parisien.fr », Terrain et travaux, 15 (1), p. 127-145.

Cabrolié, S., 2010, « Les journalistes du Parisien.fr et le dispositif technique de production de l’information », Réseaux, 160-161, p. 79-100.

Canu, R., Datchary, C., 2010, « Journalistes et lecteurs-contributeurs sur Mediapart. Des rôles négociés », Réseaux, 160-161, p. 195-223.

Carbonnel A., Mercier A., 2011, « Webjournaliste : une identité fragile dans un contexte de mutations professionnelles », 22e congrès de l’AGRH, Marrakech. [actes en ligne] http://www.reims-ms.fr/agrh/03-publications/01-actes-congres.html

Carotenuto G., 2009, Giornalismo partecipativo : storia critica dell'informazione al tempo di internet, Modena, Nuovi mondi.

Cavelier Croissant, V., 2002, La presse quotidienne française sur Internet. Stratégies discours et représentations des acteurs français de presse quotidienne d’information générale dans le cadre du développement de leur site Internet, Thèse en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Stendhal Grenoble 3.

Charbonnaux J., Gskouskou-Giannakou P., 2013, « Le journalisme de "données", une pratique d'investigation ? Discours allemand et grec en regard : routines renouvelées, propos identitaire pérennisé ? », Mejor, Rio Grande do Norte : Brésil.

Charbonneaux J., Le Cam F., 2012, « Pratiques managériales et socialisation des journalistes en ligne », in Godefroy Dang Nguyen & Priscillia Créach (dir.), Le numérique en sociétés, Paris, L'Harmattan, p. 131-156.

Charon J.-M., 2010, « De la presse imprimée à la presse numérique. Le débat français», Réseaux, 160-161, p. 255-281.

Charon J.-M., Le Floch P., 2011, La Presse en ligne, Paris, La Découverte.

Cision & George Washington University (2009). Social media & Online usage study. En ligne.

Cornu, Daniel, 2013, Tous connectés ! : Internet et les nouvelles frontières de l'info, Genève, Labor et fides.

Costa Sánchez, C., 2012, « Ciberperiodismo en el smartphone. Estudio de la multimedialidad, usabilidad, hipertextualidad e interactividad de las aplicaciones de medios nativos digitales para smartphone », Estudios sobre el Mensaje Periodístico, 18, p. 243-251.

Croissant V., Touboul A., 2009, « Discours journalistique et parole ordinaire : analyse d’un rendez-vous manqué », Communication & Langages, 159, p. 67-75

Dagiral E., Parasie S., 2010, « Presse en ligne : où en est la recherche ? » Réseaux, 160-161, p. 13-42.

Dagiral E., Parasie S., 2011, « Portrait du journaliste en programmeur. L’émergence d’une figure du journaliste hacker », Les Cahiers du journalisme, 22-23, p. 144-154.

Datchary C., 2010, « Ce que le Web 2.0 fait à l’autonomie journalistique. L’expérience Médiapart », in C. Lemieux, (dir.), La subjectivité journalistique, Editions de l'EHESS, p. 123-142.

de Maeyer J., 2010, « Être journaliste dans un environnement 2.0. Les médias belges face aux innovations technologiques », Les cahiers du numérique, 6 (1), p. 157-177.

de Maeyer J., 2013, L’usage journalistique des liens hypertextes. Étude des représentations, contenus et pratiques à partir des sites d’information de la presse belge francophone, thèse de doctorat en Communication, Université Libre de Bruxelles.

Degand A, 2012, Le journalisme face au web : Reconfiguration des pratiques et des représentations professionnelles dans les rédactions belges francophones. Presses Universitaires de Louvain. Thèse de doctorat en Communication.

Degand A., Grevisse B., (dir.), 2012, Journalisme en ligne, pratiques et recherches, Bruxelles, de Boeck.

Degand A., Simonson M., 2012, « Les régimes de modération des forums et des commentaires sur les sites de presse en ligne », Les Cahiers du Journalisme, 22-23, p. 56-72.

Demers F., 2007, « Déstructuration et restructuration du journalisme », Tic & Société, 1 (1). En ligne.

Deuze M., 2004, « What is multimedia journalism », Journalism Studies, 5 (2), p. 139-152.

Deuze M., 2005, « What is journalism ? Professional identity and ideology of journalists reconsidered », Journalism Theory Practice & Criticism, 6 (4), p. 443-465.

Deuze M., 2008, « The changing context of news work : liquid journalism and monitorial citizenship », International journal of communication, 2 ( 5), p. 848-865.

Deuze M., Bruns A., Neuberger C., 2007, « Preparing for an Age of Participatory News », Journalism Practice, 1, 3, pp. 322-338.

Domenget J-C., 2012, « De l’impératif de visibilité aux enjeux éthiques. Les usages de Twitter par des professionnels du Web », in S. Proulx, M. Millette, L. Heaton (dir.) Médias sociaux : enjeux pour la communication, Québec, PUQ, p. 217-232.

Domingo D., Quandt T., Heinonen A., Paulussen S., Singer J., Vujnovic M., 2008, « Participatory Journalism Practices in the Media and Beyond. An International Comparative Study of Initiatives in Online Newspapers », Journalism Practice, 2 (3), p. 326-342.

Dupuy C., 2013, « Les Travailleurs du web : innovations et catégories professionnelles dans la presse en ligne », Revue de l’IRES, 77, p. 107-127.

Estienne Y., 2007, Le journalisme après Internet, Paris, L’Harmattan.

Estienne Y., Vandamme, E., 2010, « (In)culture numérique : l’école du journalisme de demain », Les Cahiers du journalisme, 21, p. 158-177.

Farhi P., 2009, « The Twitter Explosion », American journalism review, avril/mai, [en ligne].

Fidalgo A., 2009. « Pushed News : When the News Comes to the Cellphone ». Brazilian Journalism Research, 5 (2), p. 113-124.

Fogel J.-F., Patino B., 2005, Une presse sans Gutenberg, Paris, Grasset.

Gantier S., 2012, « Le webdocumentaire. Un format hypermédia innovant pour scénariser le réel ? », in A. Degand, B. Grevisse, (dir.), Journalisme en ligne, pratiques et recherches, Bruxelles, de Boeck, p. 159-177.

Gantier S., Bolka L., 2011 « L’expérience immersive du web documentaire : études de cas et pistes de réflexion », Les Cahiers du journalisme, 22/23, p. 118-133.

Goggin G., 2013, « The Intimate Turn of Mobile News », in G. Meikle, G. Redden (eds.), News Online : Transformations and Continuities, London, Macmillan, p. 99-114.

Goldberg D., Corcoran M., Picard R. G., 2013, Remotely Piloted Aircraft Systems & Journalism. Opportunities and Challenges of Drones in News Gathering, Reuters Institute Fellowship Paper, University of Oxford.

Gray J., Bounegru L., Chambers L., Kayser-Bril N., 2013, Guide du datajournalisme : Collecter, analyser et visualiser les données, Paris, Eyrolles.

Hansen E., 2012, « Aporias of digital journalism », Journalism, 14 (5), p. 678-694.

Hanson G., Haridakis P., 2008, « YouTube Users Watching and Sharing the News : a Uses and Gratifications Approach », Journal of Electronic Publishing, 11 (3). DOI : http://dx.doi.org/10.3998/3336451.0011.305

Heinonen A., 2011, « The journalist’s relationship with users ; new dimension to conventional roles », in J. Singer et al., Participatory Journalism, Guarding Open Gates at online newspapers, Wiley-Blackwell, Oxford -Malden, p. 34-55.

Hermida A., 2010a, « Twittering the news : the emergence of ambient journalism », Journalism Practice, 4 (3), p. 297-308.

Hermida A., 2010b, « From TV to Twitter : How Ambient News Became Ambient Journalism », Media-Culture Journal, 13 (2).

Hermida A., Thurman N., 2008, « A clash of cultures : The integration of user-generated content within professional journalistic frameworks at British newspaper websites », Journalism Practice, 2 (3), p. 343-356.

Jeanne-Perrier V., 2010, « Twitter, espace de discussions et de mises en pratiques exogènes de normes d’éthique et de déontologie journalistiques revues pour un cercle de journalistes français », communication au colloque « Les journalismes : réalités plurielles, éthique commune », Université d’Ottawa, mai.

Jeanne-Perrier V., 2012a, « Agrandir et quitter le nid du local : l'usage de Twitter par les journalistes dans des rédactions de médias régionaux », Sciences de la société, 84-85, p. 193-211.

Jeanne-Perrier V., 2012b, « Journalistes et réseaux sociaux », in A. Degand, B. Grevisse (dir.), 2012, Journalisme en ligne, pratiques et recherches, Bruxelles, de Boeck, p. 133-157.

Jeanne-Perrier V., Le Cam F., Pélissier N., 2005, « Les sites web d’autopublication : observatoires privilégiés des effervescences et des débordements journalistiques en tous genres », in R. Ringoot, J.-M. Utard (dir.), Le journalisme en invention, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 161-202.

Joannès A., 2007, Le journalisme à l’ère électronique, Paris, Vuibert.

Joannès A., 2010a, Data journalism. Bases de données et visualisation de l'information, Paris, CFPJ éditions.

Joannès A., 2010b, « La formation des journalistes face à l’innovation technologique », Les Cahiers du journalisme, 21, p. 148-157.

Jones J., Salter L., 2012, Digital journalism, London, Sage.

Jouët J., Rieffel R. (dir.), 2013, S’informer à l’ère numérique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Kaiser M., (Herausgeber), 2013, Innovation in den Medien : Crossmedia, Storywelten, Change Management, Edition MedienCampus Bayern.

Kim E.-G., Hamilton J. W., 2006, « Capitulation to capital ? OhMyNews as alternative media », Media, Culture and Society, 28 (4), p. 541–560.

Knox J., 2007, « Visual–verbal communication on online newspaper home pages », Visual Communication, 6 (1), p. 19-53.

Lasorsa D., Lewis S., Holton A., 2012, « Normalizing Twitter : Journalism practice in an emerging communication space », Journalism Studies, 13 (1), p. 19-36.

Laville C., 2008, « Journalisme : former au changement. Comment les formations se saisissent des transformations du journalisme », Médiamorphoses, 24, p. 92-96.

Le Cam F., 2005, L’identité du groupe des journalistes du Québec au défi d’Internet, Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication, cotutelle Universités Laval & Rennes 1.

Le Cam F. 2006, « États-Unis : les weblogs d'actualité ravivent la question de l'identité journalistique », Réseaux, 138, p. 139-158.

Le Cam F., 2012, « Une identité transnationale des journalistes en ligne ? », in A. Degand, B. Grevisse (dir.), Journalisme en ligne, pratiques et recherches, Bruxelles, de Boeck, p. 61-85.

Le Cam F., Ruellan D. (dir.), 2014, Changements et permanences du journalisme, L’Harmattan.

Le Cam F., Trédan O., 2008, « Journalisme et web : quels outils de formation ? », Médiamorphoses, 24, p. 105-112.

Le Champion R. (dir.), 2012, Journalisme 2.0 - nouvelles formes journalistiques, nouvelles compétences, Paris, La documentation Française.

Lee-Wright P., 2010, « Culture Shock : new media and organizational change in the BBC », in Fenton N. (ed.), New Media, Old News, London, Sage, p. 71-86.

Lee-Wright P., Phillips A., Witschge T., 2012, Changing journalism, New York, Routledge.

Lenoble-Bart A., Chéneau-Loquay A., (dir.), 2010, « Les Médias africains à l’heure du numérique », Cahiers de Netsuds, vol. 5.

Les Cahiers du journalisme, 2011, « Le journalisme numérique : formes, formats, frontières », 22-23.

Leteinturier C. (dir.), 2014, Les journalistes français et leur environnement : 1990-2012. Le cas de la presse d’information générale et politique, Paris, Éditions Panthéon-Assas.

Martyn P., 2009, « The Mojo in the Third Millennium », Journalism Practice, 3 (2), p. 196-215.

Mauco O., 2011, « La mise en jeu des informations : le cas du newsgame », Les Cahiers du journalisme, 22/23, p. 84-99.

Meikle G., Redden G., (eds.), 2011, News online, Transformations and continuities, Palgrave Mc Millan, Grande Bretagne.

Mercier A., 2013a, « L’identwité des journalistes : entre affirmation de soi et normalisation déontologique », Actes du II Colóquio Internacional Mudanças Estruturais no Jornalismo, De 7 a 10 de Maio de 2013 | Natal-RN, Brasil, p. 153-178.

Mercier A., 2013b, « Pinterest et la presse (6/6) », en ligne : http://obsweb.net/2013/01/23/la-hierarchie-des-titres-de-presse-sur-pinterest-etude-de-210-comptes-dans-le-monde/

Mercier A., 2014, « Twitter l’actualité : usages et réseautage chez les journalistes français », Recherches en communication, 39.

Mercier A., Pignard-Cheynel N., 2012, « Les usages des réseaux sociaux par les journalistes français », Obsweb.net. http://obsweb.net/2012/05/14/enquete-sur-les-usages-des-reseaux-sociaux-par-les-journalistes-francais/

Montagut A., 2012, Newpaper : cómo la revolución digital transforma la prensa, Barcelona, Deusto.

Newman N., 2009, « The Rise of Social Media and its Impact on Mainstream Journalism », paper for the Reuters Institute for the Study of Journalism, University of Oxford.

Newman N., Dutton W., & Blank G., 2011, « Social media in the changing ecology of news production and consumption : the case in Britain », Working paper prepared for the Annual Conference of the International Communication Association, Boston, May.

Nicey J., 2012, « La certification de contenus collaboratifs à l’agence photo Citizenside : entre procédures nouvelles et fondamentaux anciens », Tic & Sciété, 6 (1), en ligne.

Parasie S., Dagiral E., 2013, « Data-driven journalism and the public good : “Computer-assisted-reporters” and “programmer-journalists” in Chicago », New Media & Society, 15 (6), p. 853-871.

Paterson C., Domingo D. (eds.), 2008, Making online news, the ethnography of new media production, London, Peter Lang.

Paulussen S., Ugille P., 2008, « User Generated Content in the Newsroom : Professional and Organisational Constraints on Participatory Journalism », Westminster Papers in Communication and Culture, 5(2), p. 24-41.

Pavlik J., 2000, « The impact of technology on Journalism », Journalism Studies, 1 (2), p. 229-237.

Pavlik J., 2001, Journalism and new media, New York, Columbia University Press.

Pélissier N., 2001, « Les mutations du journalisme à l’heure des nouveaux réseaux numériques », Annuaire Français des Relations Internationales, p. 912-930.

Pélissier N., 2003, « Un cyberjournalisme qui se cherche », Hermès, 35, p. 99-107.

Pélissier N., 2009, Journalisme : avis de recherche - La production scientifique française dans son contexte international, Bruylant.

Pélissier N. & al., 2010, « Tous journalistes ? Les établissements de formation au défi du Web participatif », Les Cahiers du journalisme, 21, p. 176-190.

Pélissier N., Gallezot G. (dir.), 2013, Twitter, un monde en tout petit ? Paris, L’Harmattan.

Peters C., Broersma M., (eds.), 2013, Rethinking journalism : trust and participation in a transformed news landscape, New York, Routledge.

Pignard-Cheynel N., Noblet A., 2010, « L’encadrement des contributions "amateurs" au sein des sites d’information : entre impératifs participatifs et exigences journalistiques », in Florence Millerand, Serge Proulx, Julien Rueff, Web social. Mutation de la communication, Québec, Presses Universitaires de Québec, p. 265-282.

Pignard-Cheynel N., Sebbah B., 2012, « La presse quotidienne régionale sur les réseaux sociaux. Étude de la présence des titres français sur Facebook et Twitter ». Sciences de la Société, 84-85, p. 171-192.

Pignard-Cheynel N., Sebbah B., 2014, « Le live, expression d’une information "en train de se faire". L’exemple de la couverture de l’affaire DSK par lemonde.fr », Recherches en communication, 39.

Poulet B., 2009, La fin des journaux et l'avenir de l'information, Paris, Gallimard.

Ramonet I., 2011, L'explosion du journalisme : des médias de masse à la masse de médias, Paris, Éd. Galilée.

Raymond R.K., Lu, Y., 2011, « Reporting on the reporters : Facebook and journalists », Innovation Journalism, 8 (2), p. 3-26.

Rebillard F., 2006, « Du traitement de l’information à son retraitement. La publication de l’information journalistique sur internet », Réseaux, 137, p. 29-68

Rebillard F., 2007, « Le journalisme participatif. De l’idéologie à la pratique », Argumentum, 6, p. 11-23.

Rebillard F., 2011, « Création, contribution, recommandation : les strates du journalisme participatif », Les cahiers du journalisme, n° 22/23, p. 29-41.

Rebillard F., Loicq M., 2013, Pluralisme de l'information et media diversity. Un état des lieux international, De Boeck.

Rebillard F., Smyrnaios, N., 2010, « Les infomédiaires au cœur de la filière de l’information en ligne. Les cas de Google, Wikio et Paperblog », Réseaux, 160-161, p. 163-194.

Rebillard F., Touboul, A., 2010, « Promises unfulfilled ? ‘Journalism 2.0’, user participation and editorial policy on newspaper websites », Media Culture & Society, 32 (2), p. 323-334.

Réseaux, 2010, « Presse en ligne », 160-161.

Réseaux, 2012, « Internet et pluralisme de l’information », 176.

Rieder B., Smyrnaios N., 2012, « Pluralisme et infomédiation sociale de l’actualité : le cas de Twitter », Réseaux, 176, p. 107-141.

Rieffel R., 2008, « Éloge des regards croisés », Médiamorphoses, 24, p. 40-45.

Ringoot R., Utard J.-M., 2005, Le journalisme en invention, Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Rodrigues C., 2009, Jornalismo on-line : modos de fazer, Rio de Janeiro, PUC-Rio / Sulina.

Rosa H., 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, éditions la Découverte, (édition originale allemande, 2005).

Rosenstiel T., Purcell K., Rainie L., Mitchell A., Olmstead K., 2010, « Understanding the participatory news consumer : how Internet and cell phone users have turned news into a social experience », Washington, Pew Research Centre.

Rossi L., 2013, « Google Glass : a New Frontier for Journalism ? », American Journalism Review. En ligne.

Ruellan D., 1993, Le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Ruellan D., 2007, « Penser le "journalisme citoyen" », M@rsouin. En ligne : http://www.marsouin.org/IMG/pdf/Ruellan_13-2007.pdf.

Ruellan D., 2008, « Garder les pieds sur terre », Médiamorphoses, 24, p. 46-50.

Salles C., 2010, Mutations d'une presse "de référence". Évolution des stratégies d'acteurs à partir de représentations et de pratiques journalistiques sur l'internet : les blogs au coeur des repositionnements de la presse écrite, le cas du journal Le Monde, thèse en Information-Communication, université de Grenoble 3.

Scherer E., 2012, A-t-on encore besoin des journalistes ? : manifeste pour un journalisme augmenté, Paris, PUF.

Schmitt L., 2012, Quand les médias utilisent les photographies des amateurs, Lormont, Editions Le bord de l'eau/ INA.

Schmitz Weiss A., 2013, « Exploring News Apps and Location-Based Services on the Smartphone », Journalism & Mass Communication Quarterly, 90 (3), p. 435-456

Schudson M., Downie L., 2009, « The Reconstruction of American Journalism », Columbia Journalism Review. En ligne.

Schultz T., 2000, « Interactive Options in Online Journalism : A Content Analysis of 100 U.S. Newspapers », Journal of Computer-Mediated Communication, Institute for Intercultural and International Studies University of Bremen.

Singer J., 2003, “Who are these guys ? The online challenge to the notion of journalistic professionalism”, Journalism, 4 (2), p. 139-163.

Singer J., 2004, « More than ink-strained wretches : the resocialization of print journalists in converged newsroom », Journalism & Mass Communication Quarterly, 81 (4), p. 838-856.

Singer J., Hermida A., Domingo D., Quandt T., Heinonen A., Paulussen S., Reich Z., Vujnovic M., 2011, Participatory journalism : guarding open gates at online newspapers, New York, Wiley­ Blackwell.

Sire G. « Google et les éditeurs de presse en ligne, une configuration négociée et négociable », Sur le journalisme, About journalism, Sobre jornalismo, vol. 2, n° 1. 2013.

Smyrnaios N., Rebillard F., 2009, « L'actualité selon Google : l'emprise du principal moteur de recherche sur l'information en ligne », Communication et langages, 160, p. 95-109.

Society for New Communications Research, 2011. « How are media & journalism evolving ? », Insights form the 3rd annual Middleberg/SNCR survey of media in the wired world. En ligne : http://www.middlebergcommunications.com/documents/Final_Final_Middleberg_SncrSurvey_5.6.2011.pdf

Steensen S., 2011, « Online Journalism and Promises of New Technology », Journalism Studies, 12 (3), p. 311–327.

Stefanini S., 2013, Giornalismo partecipativo o narcisismo digitale ?, Roma, Aracne.

Sturgis I., (ed.), 2012, Are traditional Media dead ? Can journalism survive in the digital world ?, New York, Idebate Press.

Sur le journalisme, 2013, « Sources et flux de nouvelles », 2 (1).

Tétu J.-F., 2008, « Du “public journalism” au “journalisme citoyen” », Questions de communication, 13, p. 71-88.

Tewksbury D., Rittenberg J., 2012, News on the internet. Information and citizenship in the 21st Century, New York, Oxford University Press.

Thimm C., Einspänner J., Dang-Anh M., 2014, « Computer-assited content analysis of Twitter data », in Weller K., Bruns A. Burgess J., Mahrt M. (eds.), Twitter and Society, New York, Peter Lang, p. 97-108.

Thurman N., 2008, « Forum for citizen journalists ? Adoption of user generated content initiatives by online news media », New Media Society, 10 (1), p. 139-157.

Thurman N., Walters, A., 2013, « Live Blogging- Digital Journalism's Pivotal Platform ? A case study of the production, consumption, and form of Live Blogs at Guardian.co.uk. », Digital Journalism, 1(1), p. 82-101.

TIC et société, 2012, « Mutations du journalisme : nouveaux dispositifs, nouvelles pratiques », 6 (1).

Touboul A., 2006, « Interactivité des sites de presse : relégation et exploitation de la parole profane » in G. Chartron, E. Broudoux, (dir.), Document numérique et société. Actes de la conférence DocSoc – 2006, Paris, ADBS, p. 279-289.

Trédan O., 2007, « Le “journalisme citoyen” en ligne : un public réifié ? », Hermès, 47, p. 115-122.

Trédan O., 2011, « Quand le journalisme se saisit du Web : l’exemple du datajournalism », Communication présentée lors du colloque Mejor 2011 – Université de Brasilia, 25-28 avril, http://surlejournalisme.com/?page_id=2701

Trédan O., 2012, Les mondes du blog. Contribution à l’analyse du phénomène des blogs en France, Thèse en Information-Communication, université de Rennes 1.

Useille P., Lamy A., 2012, « Écran vidéoludique et journalisme : vers de nouvelles pratiques informationnelles », MEI, 34, p. 121-131.

Westlund O., 2011, Cross-media News Work : Sensemaking of the Mobile Media (R)evolution, Doctoral dissertation, Department of journalism, media & communication, University of Gothenburg. https://gupea.ub.gu.se/bitstream/2077/28118/1/gupea_2077_28118_1.pdf.

Westlund O., 2013, « Mobile news : A review and model of journalism in an age of mobile media », Digital Journalism, 1 (1), p. 6-26.

Wolf C., Hohlfeld R., 2012, « Revolution in Journalism ? Mobile Devices as a New Means of Publishing », In Martin C., von Pape T., (eds), Images in Mobile Communication, Germany, VS Verlag fu¨r Sozialwissenschaften, p. 81-100.

Note : Pour ne pas alourdir l’article, la webographie présentée ci-dessous sera proposée dans la version publiée sous forme d’un lien vers le site d’Obsweb (http://www.obsweb.net) afin de permettre une mise à jour régulières des références.

Webographie : blogs et sites de curation sur le journalisme numérique et ses évolutions

http://www.miseajournalisme.com/

http://www.newsresources.org/

http://www.mediacademie.org/

http://meta-media.fr/

http://obsweb.net/

http://mediatype.be/

http://www.jeanabbiateci.fr/

http://www.journalismes.info/

http://atelier.rfi.fr/

http://blog.slate.fr/labo-journalisme-sciences-po/

http://www.davanac.me/

http://www.erwanngaucher.com/

http://www.observatoiredesmedias.com/

http://benoitraphael.com/

http://www.themediatrend.com/

http://www.ouestmedialab.fr/

http://askmedia.fr/blog/

http://www.scoop.it/u/david-sallinen

http://www.scoop.it/u/beatrice-dillies

http://www.scoop.it/t/les-outils-du-journalisme

http://www.scoop.it/u/philippe-gammaire

http://www.scoop.it/t/journalisme-graphique

http://www.scoop.it/t/tutoriels-pour-journalistes-web

http://www.scoop.it/t/medias-sociaux-by-michel-dumais

http://www.scoop.it/t/tl-outils-web

Haut de page

Notes

1 Son analyse souligne les similitudes entre les stratégies des producteurs de newsgames et celles des infomédiaires que nous n’abordons pas dans cet article qui s’en tient à la problématique des pratiques journalistiques.

2 https://blog.shareaholic.com/search-traffic-social-referrals-12-2013/

3 http://www.pbs.org/mediashift/2010/06/why-journalists-should-learn-computer-programming153

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Mercier et Nathalie Pignard-Cheynel, « Mutations du journalisme à l’ère du numérique : un état des travaux », Revue française des sciences de l'information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://rfsic.revues.org/1097

Haut de page

Auteurs

Arnaud Mercier

Professeur en Information-Communication à l’Université de Lorraine, à Metz. Co-responsable du Master Journalisme et médias numériques. Membre du CREM. Coresponsable du projet ANR INFO-RSN : Circulation et partage des informations sur les réseaux socionumériques et transformations du journalisme. Responsable de l’Observatoire du webjournalisme. Ses travaux portent actuellement sur les usages journalistiques et politiques des réseaux socionumériques.

Nathalie Pignard-Cheynel

Maître de Conférences en Information-Communication à l’Université de Lorraine, à Metz. Coresponsable du Master Journalisme et médias numériques, après avoir dirigé l’École de journalisme de Grenoble. Membre du CREM. Coresponsable du projet ANR INFO-RSN : Circulation et partage des informations sur les réseaux socionumériques et transformations du journalisme. Ses travaux portent actuellement sur les dispositifs de couverture live mis en place au sein des rédactions numériques.

Haut de page

Droits d’auteur

© SFSIC

Haut de page