Navigation – Plan du site
Dossier
3-Entre même et autre - l’écriture journalistique en question

Genre et information médiatique en SIC : une articulation à approfondir

Béatrice Damian-Gaillard et Sandy Montañola

Résumés

Plusieurs états des lieux ont déjà constaté un retard des SIC dans la prise en compte des problématiques genrées. Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer cette situation, dont celles liées à l’histoire des SIC, comme celle des études de genre, et leur recherche de légitimité, pour l’une au sein de disciplines plus anciennes, et pour l’autre, dans un contexte politique et social où prédomine l’universalisme républicain. Pour autant, l’intérêt heuristique du renouvellement de perspective permis par ce concept a pu être montré. Nous proposons, dans cet article, une amorce de réflexion quant aux manières dont les recherches en SIC construisent l’articulation entre genre et information médiatique. Nous interrogeons la difficulté à penser les configurations sexuelles et genrées dans leur complexité, nous abordons les « routines » de recherche en termes d’objet, de perspective et de méthode et, enfin, nous questionnons les positions de recherche en termes d’appartenances politiques, sociales, genrées, d’orientations sexuelles, et leurs incidences sur le processus de production de savoir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Damian-Gaillard Béatrice, Montañola Sandy et Olivesi Aurélie, L’assignation de genre dans les média (...)
  • 2 Nous avons fait le choix ici de nous appuyer sur les états des lieux consacrés aux SIC, ce qui conc (...)

1Les études sur le genre incitent les chercheurs à se saisir des médias dès que les problématiques portent sur les représentations sociales ou la socialisation : « il est vrai que la question de la représentation des femmes dans les médias, sous-tendue par celle de leur opérativité sociale, en a fait d’emblée un champ d’études privilégié des études de genre » (Coulomb-Gully, 2009, p145). On peut alors aisément imaginer l’intérêt de ces terrains pour les SIC qui se consacrent aux phénomènes de médiation, de communication et de médiatisation. Pourtant, l’organisation du colloque l’Assignation de genre dans les médias1 nous a montré que les propositions émanaient essentiellement de sociologues, d’historiens, de linguistes et de politistes. Plusieurs auteurs ont déjà constaté un retard — voire un refus (Bertini, 2009) — des sciences de l’information et de la communication (SIC) dans la prise en compte des problématiques genrées, par rapport aux autres disciplines de sciences humaines et sociales (Coulomb-Gully, 2009). L’histoire des SIC, comme celle des études de genre, et leur recherche de légitimité — pour l’une au sein de disciplines plus anciennes, pour l’autre dans un contexte politique et social où prédomine l’universalisme républicain — expliquent en partie cette situation (Coulomb-Gully, 2009 ; Bertini, 2009). Dépassant ce constat et sa dénonciation, des travaux ont souligné l’intérêt heuristique du genre. Ainsi, pour Virginie Julliard (2009) introduire une perspective genrée constitue une rupture épistémologique permettant de comprendre les processus politiques et sociaux aux fondements des rapports de genre et la déconstruction des catégories biologiques. Ce numéro de la revue française des sciences de l’information et de la communication propose de faire un état des recherches sur l’information médiatique en SIC, décliné en plusieurs entrées dont la perspective genrée. L’exercice n’est pas aisé, car peu de travaux croisent information médiatique et genre dans la discipline. En nous appuyant sur les états des lieux précédents consacrés au genre en SIC et à l’articulation entre genre et médias toutes disciplines confondues2, nous nous interrogerons sur les manières dont les recherches en SIC abordent le genre dans le cadre de l’information. Modestement, nous questionnerons également la difficulté à penser les configurations sexuelles et genrées dans leur complexité. Nous aborderons les « routines » de recherche en termes d’objet, de perspective et de méthode. Enfin, nous réfléchirons, dans ce cadre, aux positions de chercheur(e), en termes d’appartenances politiques, sociales, genrées, d’orientations sexuelles, et leurs incidences sur le processus de production de savoir.

Genre & médias : des travaux de femmes sur les femmes ?

  • 3 Les hommes ne sont pas traités par une partie des recherches, ce que notaient Cécile Méadel et Marl (...)
  • 4 Nous avons eu connaissance de ces réactions par la participation au colloque de l’une des auteures. (...)
  • 5 Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l'histoire, Paris, Flammarion, 1998, 493 p.
  • 6 Susan Faludi, Backlash. La guerre froide contre les femmes, Editions Des femmes, 1993, 746 p.
  • 7 www.theoriedugenre.fr, consulté le 24 octobre 2013, www.lamanifpourtous.fr/fr/on-lache-rien/plan-vi (...)
  • 8 Appel à contributions, Les masculinités au prisme de l'hégémonie, EHESS, Paris, 13 et 14 juin 2013 (...)
  • 9 Et c’est une historienne, Anne-Marie Sohn, qui pose la question à travers un ouvrage à paraître Une (...)

2Comme a pu le souligner Marlène Coulomb-Gully (2010), les travaux sur le genre sont, en grande majorité, initiés par des femmes qui étudient d’autres femmes. Nous illustrerons ce constat au travers deux exemples. D’une part, à l’occasion d’ouverture de colloques, il arrive fréquemment que les organisateurs se félicitent de la présence d’hommes dans l’auditoire, preuve, s’il en faut, de l’habitude d’un « entre-soi féminin ». D’autre part, les travaux scientifiques portent majoritairement sur les femmes et non sur le genre, révélant un accord implicite qui consisterait à assimiler le genre à la « question des femmes », accord renforcé par le fonctionnement actuel de la recherche par projet. En effet, figurant comme axe prioritaire dans de nombreux appels (allant du GIS genre à l’ANOF), il devient également un élément à intégrer, à l’occasion des évaluations, notamment celles de l’AERES. Ces injonctions politiques et économiques ont l’avantage de permettre d’obtenir des financements, d’intégrer l’étude du genre et de voir se développer les articles consacrés à cette thématique. Néanmoins, elles poussent à l’intégrer comme une variable et non comme une perspective transversale. Le « sexe » y devient un critère au même titre que l’âge, ce qui réitère une représentation dichotomique opposant les catégories hommes et femmes et entraîne une perte de dimension critique des outils utilisés, mais également de leurs enjeux politiques (Dorlin, 2012 ; Wittig, 2001). Parallèlement, il existe une résistance en SIC au développement de travaux du point de vue des hommes, surtout s’ils ne s’inscrivent pas dans une critique unilatérale de la domination masculine3. Celle-ci renvoie à un contexte politique et scientifique dans lequel certaines questions sont difficiles à aborder, même si leur objectif est de permettre de complexifier l’analyse traditionnelle de la domination, en suggérant notamment la richesse heuristique d’une approche centrée sur l’hétérogénéité des identités masculines et féminines, la variation du processus de domination selon les appartenances sociales et ses possibles ambivalences. Par exemple, la diffusion de l’appel à communications du colloque consacré aux coûts de la masculinité4 a suscité de vives réactions, s’inquiétant que cette interrogation n’amène à accuser les femmes d’être responsables des difficultés rencontrées par les hommes. Ces résistances s’expliquent par la nécessité ressentie d’implanter durablement les études sur les femmes, après une longue invisibilisation dans les espaces sociaux et scientifiques5. Elles se trouvent aujourd’hui renforcées dans un contexte de backlash6 avec l’organisation, dans l’espace public, de mouvements visant à contrecarrer toute analyse scientifique ou politique du genre. Nous pouvons ici évoquer les positions des masculinistes, des opposants à ce qu’ils nomment « la théorie du genre », ou encore des acteurs du plan vigi-gender à l’occasion des débats autour de la loi du « mariage pour tous »7. De nombreux chercheurs hors des SIC mobilisent le concept de masculinité hégémonique, car il permet d’appréhender l’hétérogénéité des masculinités, les principes sociaux de hiérarchisation entre elles, et les processus de domination des hommes sur les femmes (Connell, Messerschmidt, 2005). Ainsi, récemment, l’école des hautes études en sciences sociales a proposé un appel à contributions intitulé Les masculinités au prisme de l’hégémonie qui entendait se saisir de ce concept comme « un outil théorique pour penser ensemble, la violence, la coercition, et le pouvoir sur les femmes et les minorités subalternes (de genre et de sexualité) et à la fois leur “consentement”, leurs résistances et leur agency »8. Or peu de chercheurs en SIC s’en saisissent pour approfondir les questions de représentation de genre dans les médias, même si certains le font dans l’étude des productions culturelles (Damian-Gaillard, 2012 ; Quemener, 2012)9.

  • 10 Nous nous référons, dans ce paragraphe, à plusieurs travaux menés par ces chercheurs, par conséquen (...)
  • 11 Delforce Bernard et Noyer Jacques, « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiati (...)
  • 12 Ce paragraphe sur les corpus médiatiques exploités par les recherches se fondent à la fois sur un r (...)

3Les recherches10 se sont développées autour de la médiatisation de femmes ou d’hommes caractérisés par leur profession comme la politique (Charbonneau, Coulomb-Gully, Olivesi) et le sport (Montañola) ; par leurs actes comme les femmes violentes (Garcin-Marrou) ; par leurs appartenances à un mouvement comme Ni putes ni soumises (Benrahhal-Serghini, Dalibert, Thiéblemont-Dollet) ou enfin par leurs appartenances aux minorités sexuelles ou ethniques (Bourcier, Kunert, Moreau, Quemener, Touati, Cervulle). Certains travaux se saisissent d’occurrences-événements11 de deux types : portant sur le genre comme la Journée internationale des femmes (Bonnafous, Coulomb-Gully) et les débats autour de la loi sur la parité en politique (Tavernier) ; ou mettant au jour les frontières du genre comme le procès des « bébés congelés » (Garcin-Marrou), « l’affaire DSK » (Bertini), ou « l’affaire Caster Semenya » (Montañola, Olivesi). Se développe également l’étude des commentaires en réaction aux articles de presse en ligne (Bertini, Montañola, Olivesi). L’ensemble de ces travaux analyse les modalités de catégorisation de sexe et les représentations du ou des masculinité(s) et de la ou des féminité(s) présentes dans les dispositifs et les discours médiatiques (corpus et entretiens). Moins nombreux sont ceux à étudier la place des femmes et des hommes dans les organisations médiatiques — sur les 14 auteurs de l’ouvrage Le journalisme au féminin seuls 2 appartiennent aux SIC (Damian-Gaillard, Gimbert) —, la réception (Debras) et le rapport à la technique (Ibanez-Bueno, Jouët, Mattelart). Ces travaux peuvent se concentrer sur une catégorie de médias telle que la presse enfantine (Destal) ou croiser des types de médias et des catégories de femmes comme la représentation des femmes politiques dans la presse people (Goefpert), les figures de l’homosexualité à la télévision (Gavillet), ou encore la présence de femmes journalistes dans les services politiques (Damian et Saitta). La plupart des recherches porte sur des médias mainstream, principalement des journaux print, et, plus précisément des quotidiens nationaux dits de référence12. Nous disposons donc de travaux enrichissants sur la presse quotidienne nationale (papier ou web), les chaînes de télévision hertzienne et la presse magazine (d’information générale ou féminine), tandis que la radio, la presse spécialisée, etc. semblent délaissées. Le choix de ces terrains s’explique par des facteurs scientifiques, mais il renvoie également aux conditions empiriques de réalisation de corpus, de liens aux médias et d’exercice du métier de chercheur. De fait, les contraintes de productivité ne favorisent pas les terrains difficiles d’accès, nécessitant plusieurs années d’investigation ou construits socialement et politiquement comme illégitimes. Ce n’est donc pas un hasard si la plupart des recherches couple genre, journalisme et politique, objets reconnus légitimes par les pairs. Ces éléments ont toutefois des conséquences sur la construction d’un savoir collectif telles qu’une redondance méthodologique ; une confirmation, par sélection d’extraits de corpus, de résultats tirés d’autres supports et, corrélativement, le risque collectif d’une incapacité à monter en généralité. L’hétérogénéité tant quantitative que qualitative des corpus médiatiques exploités renforce cette tendance : de quelques articles à plus de 2 000, d’un média à une dizaine, d’une approche centrée sur un média aux approches multisupports, etc.

Des cadres conceptuels interdisciplinaires pour articuler la perspective genrée à l’étude des médias

  • 13 Teresa de Lauretis, Théories queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, La dispute, «  (...)

4Nous demandant quelles approches des rapports de sexe les recherches allaient favoriser, nous avons relevé les travaux et auteurs les plus fréquemment cités reflétant les cadres conceptuels mobilisés dans l’étude du genre et dans l’étude des médias, les références de chacun de ces champs semblant bien distincts. L’essentiel des travaux qui inspirent les chercheurs travaillant sur le genre en SIC semble se répartir essentiellement au sein de quatre disciplines scientifiques : l’histoire, la sociologie, l’anthropologie et la science politique. Les auteurs de ces études renvoient à des temps différents de la conceptualisation, et de l’institutionnalisation des études sur le genre. Nous retrouvons les figures féministes, telles que Simone de Beauvoir, Christine Delphy ou Monique Wittig, les pionnières des études sur les femmes, dans les années 1960-1970, qui dénoncent leur oppression par les hommes, dans un ordre capitaliste et donc patriarcal. Cette dimension est révélatrice des affiliations avec les mouvements militants de défense du droit des femmes, et de ses conséquences encore tangible en termes d’approches de la domination ou de légitimité notamment. Nous trouvons dans les références citées par les chercheurs, des auteurs inscrits dans les quatre étapes décrites par Laetitia Biscarrat dans l’émergence du « front scientifique » de l’analyse des médias au prisme du genre : la critique féministe (1960-1970), suivie par une lecture idéologique des contenus (fin des années 1970), les cultural studies (les années 1980), et enfin, la conceptualisation des médias comme « technologie de genre13 » (années 1990). Si cette convergence favorise la constitution d’un socle théorique partagé, elle mêle des cadres conceptuels indépendamment des contextes historiques de leur élaboration. Les chercheurs en SIC s’inspirent également des réflexions d’auteurs, telles que Nicole-Claude Mathieu et Marlène Coulomb-Gully qui ont participé aux tentatives de conceptualisation et à l’imposition de la problématique de genre, en opérant une distinction entre études sur les femmes et études sur le genre. Nous remarquons également que toutes s’inscrivent dans une approche anti-essentialiste des rapports de sexe, en prolongement des écrits de Michel Foucault, Judith Butler, et Teresa de Lauretis. Parallèlement, elles mobilisent des travaux de politistes, de sociologues, ou d’anthropologues plus récents afin d’appréhender la complexité du processus de domination et d’en éclairer les multiples facettes, ce qui résonne avec l’ancrage interdisciplinaire adopté par les SIC. Nous pouvons citer, sans être exhaustives, Erving Goffman, Pierre Bourdieu, Joan Scott, Michèle Perrot, Margaret Maruani, Nathalie Heinich. Enfin, certains auteurs contemporains sont unanimement sollicités en lien avec des terrains spécifiques d’études. Par exemple, Sandrine Lévêque, Delphine Dulong, Frédérique Matonti, Genevièvre Fraisse et Catherine Achin dans les travaux sur la médiatisation des femmes politiques ; Éric Fassin pour la médiation des minorités ou des identités sexuelles, Erik Neveu sur les questions de féminisation du journalisme… Les références théoriques relevant de l’étude des médias sont relativement communes : Eliséo Veron, Jean-Pierre Esquenazi, Henri Boyer, Patrick Charaudeau, Pierre Mouillaud, Jean-François Tétu, Rémy Rieffel, Jean Padioleau. Pour autant, les méthodes revendiquées se distinguent : de l’analyse narrative et lexicale ou sémio-narrative référant à Algirdas Julien Greimas, à l’analyse socio-discursive référant à Marc Angenot, Michel Foucault ; la sémiologie, la théorie de l’énonciation éditoriale référant à Emmanuel Souchier ; l’analyse de contenu. Les critères d’étude décrits vont des désignations, aux qualifications de l’événement, en passant par la narration, les acteurs, le récit. Les différences entre les travaux se font davantage dans le degré d’étude des médias, de la prise en compte ou non des lignes éditoriales, contrats de lecture, genres journalistiques, etc.

5Les travaux menées en France, en SIC, sur l’information médiatique semblent inséparables, d’une part, des travaux menés en SIC qui dépassent l’information médiatique et, d’autre part, des travaux menés hors des SIC sur le thème genre et médias. Il en va ainsi des travaux qui se consacrent aux représentations genrées construites dans des programmes télévisés dont les séries et films (Biscarrat, Sellier, Sépulchre), dans les publicités (Kunert, Martin-Juchat, Soulages), ou qui se penchent sur les relations entre registre de discours — l’humour — et assignations genrées (Quemener). Hors des SIC certains travaux sont en résonance avec des thématiques précédemment mentionnées — pour ne citer qu’elles — telles que la médiatisation de la violence des femmes (Bugnon), de Ni putes ni soumises (Garcia, Mercader), de minorités ethniques (Rigoni, Saitta). Les résultats obtenus sur l’ensemble de ces terrains, en SIC ou non, sur l’information médiatique ou plus largement sur les productions culturelles, sont partagés : sous-représentation, médiatisation stéréotypée, autour d’axes récurrents. Un rapprochement pour identifier les processus partagés entre les différents domaines (politique, sport, violence…) et différents types de corpus (presse généraliste, spécialisée, web etc.) permettrait une montée en généralité des fonctionnements genrés et médiatiques. Car si les recherches les objectivent en contexte, leur confrontation nous donnerait accès à l’appréhension et à la compréhension de logiques transversales à plusieurs espaces sociaux. Celle-ci pourrait se réaliser à partir de thématiques comme la représentation du corps ou l’essentialisation du féminin (par exemple pour une sportive dans le choix des compétitions ou la description corporelle, pour une politique dans le choix des arguments ou les descriptions physiques). Si les SIC ont dépassé la critique et la dénonciation médiacentriste univoque des médias comme responsables de l’image discriminante des femmes, la tentative méthodologique de relever les éléments sexistes persiste. Dès lors, considérer les médias en lien avec l’étude de l’organisation médiatique, économique, et informationnelle semble fournir des pistes heuristiques dans l’étude du genre, notamment dans le cadre de l’analyse de la domination, qui sous-entend la mise à jour des dispositifs et des structures (Bouquillon, Mattelart). Isabelle Gavillet (2004), a ainsi pu montrer la façon dont les représentations médiatiques des orientations sexuelles sont liées aux contraintes des dispositifs de production propres aux chaînes de télévision (TF1, F2, F3, Arte, Canal +).

Penser les configurations de genre dans leur complexité

  • 14 Appel à communications, Le genre dans la communication et les médias, RFSIC n° 4, rubrique Émergenc (...)

6Les travaux consacrés au genre et aux médias en SIC, malgré leur diversité semblent partager un questionnement et une difficulté pour penser les configurations de genre dans leur complexité et dépasser la « binarité » entre hommes et femmes. La position défendue par plusieurs chercheurs consiste à passer du genre comme variable au genre comme « grille de lecture qui tient compte de la transversalité des rapports de sexe et se joue des frontières, notamment disciplinaires » (Julliard, 2009, p. 5). Positionnement partagé par Marie-Joseph Bertini lorsqu’elle invite à réaliser « la transition profonde […] qui doit passer de la simple prise en compte de la variable du sexe au sein des processus et des situations de communication à une reconfiguration générale des concepts et des problématiques intégrant le genre comme dynamique de structuration de ces derniers » (2009, p. 163). Cette perspective a également pu être demandée dans l’appel à communications pour la revue française des sciences de l’information et de la communication : « Au-delà des différences de traitements des hommes et des femmes dans ces dispositifs, ou de la sexuation des pratiques, il s’agira d’envisager les modèles de masculinité et de féminité promus et négociés, et leur recomposition mutuelle (Coulomb-Gully, 2009)14 ». Malgré ces volontés partagées, l’articulation entre le féminin et le masculin reste un souci méthodologique (Coulomb-Gully, 2013).

  • 15 Les formats d’article avoisinent généralement 30 000 (espace compris), ce qui oblige cette sélectio (...)

7Si la question se pose, comme nous l’avons évoqué en première partie, dans les objets choisis, l’identité des chercheurs et le choix de titres des ouvrages ou articles… elle semble se poser de façon plus accrue du point de vue méthodologique. Comment, en effet, analyser les représentations socialement construites sans les solidifier ? Comment les appréhender pour ce qu’elles sont, à savoir des dispositifs de classification constitutifs d’un ordre symbolique ? Il nous semble possible de distinguer deux postures, non exclusives l’une de l’autre. La première s’appuie, à partir des revues de littérature, sur des grilles préétablies de ce qui est considéré comme féminin ou masculin, pour les confronter ensuite avec un matériel de recherche. La seconde se fonde sur le discours (corpus et entretiens) afin d’en identifier les schèmes spécifiques de représentations genrées. Dans les deux cas, la binarité surgit. Soit nous débouchons sur des explications préétablies des inégalités ou des dépassements des frontières instituées entre espaces féminin et masculin. Par exemple, l’absence de femmes reporters de guerre s’expliquerait par une non conformité aux attentes du féminin. Tandis que leur présence renverrait à des enjeux commerciaux édictés par les dirigeants d’entreprise de presse. Soit nous risquons de nous enfermer dans des définitions indigènes. Cécile Méadel et Marlène Coulomb-Gully ont soulevé, à propos de la méthodologie de l’enquête du Global Media Monitoring Project, un risque d’enfermement catégoriel et de tautologie puisque la grille d’analyse est construite, justement, pour repérer les stéréotypes : « Cette enquête qui met la focale sur la femme repose sur l’hypothèse fondatrice de la différence des sexes » (2012, p. 17). La position est donc toujours inconfortable, car, à chaque fois, le danger est d’objectiver, voire de réifier, des catégories de sexe que l’on cherche à déconstruire. Les raisons sont également à chercher du côté des formats de publication édictés par les revues scientifiques, qui incitent, par exemple, les chercheurs à mettre l’accent sur les extraits des entretiens les plus à même de souligner l’inégalité des rapports hommes-femmes, au détriment d’une plus grande complexité15. Ce mode opératoire est révélateur d’une vraie difficulté méthodologique, à savoir celle du statut à donner à ces entretiens. Deux possibilités, la parole donnée aux femmes vient illustrer les inégalités vécues. À l’inverse, si ces femmes disent ne pas vivre d’inégalité, leurs propos viennent illustrer leur non-conscience ou leur refus de s’engager dans la lutte. Le danger qui en découle est alors d’expliquer chacun des éléments par avance. Par exemple, si les femmes sont absentes d’un corps professionnel c’est qu’il s’est historiquement construit par leur exclusion, si elles s’y intègrent c’est parce qu’il y aurait dévaluation du métier. Les réponses précèdent alors les constats, indépendamment d’autres variables comme l’économie par exemple, mais également des propos des enquêtés. Cet angle amène ainsi parfois à une méthodologie par extractions de corpus venant illustrer une « mauvaise image » des femmes, tandis que l’exploitation systématique d’un corpus masculin mettrait à jour des pistes plus complexes de la réalité médiatique, sans remettre en cause la domination subie. La prise en compte de figures fonctionnant les unes par rapport aux autres offre une piste intéressante et montre l’intérêt à travailler sur les liens entre genre, minorités ethniques (Dalibert) ou sexuelles (Gavillet), orientations sexuelles (Damian-Gaillard), espaces médiatique et journalistique. Car dénaturaliser ces catégories de sexe oblige aussi les chercheurs à s’interroger sur d’éventuelles alternatives conceptuelles. Dans le domaine sportif, la comparaison systématique de l’ensemble des comptes-rendus fait ressortir un champ lexical de la couture. Nous pourrions associer celui-ci à des jeux de mots relatifs aux activités féminines (avec des expressions comme Myriam Lamare « tricote un peu » ou après une blessure « c’est de la boxe hein, pas du tricot »), dans une tentative de renvoi des femmes à une essence féminine. La même étude appliquée aux sportifs montre que ce champ est aussi présent au travers de jeux de mots autour de « dentelle », « chiffons », « tricot » (Montañola, 2009). Marlène Coulomb-Gully et Cécile Méadel ont ainsi pu illustrer que l’analyse conjointe des hommes et des femmes permet d’observer que les hommes sont plus souvent que les femmes représentés comme père de famille ou époux (2011, p. 24) ; mais également que si la sensualité est utilisée dans la description des femmes, elle l’est aussi pour les hommes, comme avec Robert Pattinson à l’occasion de la sortie de Twilight. Ces exemples, parmi d’autres, montrent la pertinence heuristique du dépassement de l’opposition hommes-femmes, en privilégiant une approche relationnelle du masculin et du féminin, afin d’identifier les principes sociaux et politiques qui sous-tendent les processus de catégorisation genrée (les normes et leurs assignations), mais également les difficultés à les appliquer systématiquement et non sur quelques exemples choisis.

La position située comme ressource

8Alors que les cultural studies ont montré le caractère historiquement et socialement situé des modes de production de la science, dans le contexte français, la recherche attend l’objectivité du chercheur et l’universalité de ses résultats (Bertini). Le soupçon semble peser davantage sur les chercheurs qui développent des recherches sur le genre et qui sont sans cesse interpellés sur leur position vis-à-vis de l’objet d’étude. Or l’objectivité résulte d’un travail constant, qui consiste à expliciter les cadres qui influencent l’analyse du chercheur (Bertini). Cela nécessite aussi de rendre compte de son vécu par rapport à l’objet (Martin-Juchat). La question se pose encore comme en témoigne le récent numéro d’Argumentation et Analyse du discours (n° 11, 2013) intitulé « Analyses du discours et engagement du chercheur. »

  • 16 « Le sexuel, le savant et le vulgaire. Retour sur deux enquêtes sur la pornographie », dans Christi (...)
  • 17 Sur la question de la contextualisation de la recherche, voir Sandra Harding, Whose Science ? Whose (...)

9Ces travaux ouvrent des perspectives enrichissantes parce qu’ils intègrent la position du chercheur, ses appartenances sociales, genrées, de classe voire ses orientations sexuelles, dans une réflexion sur les spécificités méthodologiques, voire les difficultés auxquelles il est confronté. Ces questions sont amplifiées lorsqu’il travaille sur des objets ou qu’il interroge les enquêtés sur des pratiques de l’ordre de l’intime, en lien avec leur médiatisation. Par exemple, Matthieu Trachman et Béatrice Damian-Gaillard16 s’appuient sur une double enquête dans la pornographie française : l’une, menée par une femme de 2010 à 2013, portant sur la presse pornographique hétérosexuelle masculine ; l’autre, menée par un homme de 2006 à 2010, portant sur la production d’images pornographiques, pour saisir comment le sexe des enquêteurs est un élément central et fait apparaître les rapports sociaux qui sous-tendent les processus de sexualisation de la relation d’enquête (le corps de l’enquêteur est un sujet sexuel pour les enquêtés), de rapports supposés à un objet obscène et illégitime, et en particulier la vision différentialiste de la sexualité qu’ont les enquêtés. Ce faisant, des ramifications stimulantes se créent avec les travaux de sociologues et d’ethnologues qui se sont penchées sur les incidences de la position du chercheur dans l'enquête (sexe, race, social)17. Ainsi, les appartenances sexuées et sexuelles produisent des perceptions et des assignations spécifiques : on ne perçoit ni n’est perçu de la même manière, comme sujets de désir et de savoir. Ce qui est donc mis à nu, ce sont moins les désirs des chercheurs que les constructions sociales de ces désirs, et les hiérarchies instituées entre désirs légitimes et illégitimes. Prendre en compte ces assignations permet d’éclairer les processus de catégorisations sexuelles sous-tendant les pratiques de production à l’œuvre dans les mondes sociaux enquêtés.

  • 18 Françoise Bernard et Catherine Loneux (sous la dir. de), RFSIC n° 4 – Recherches au féminin en Scie (...)

10Au vu du nombre restreint de travaux en SIC sur genre et information journalistique, nous avons, dans cet article, étendu la réflexion aux recherches sur genre et médias. Ce faisant, nous avons tenté de pointer quelques éléments qui structurent ces recherches, en termes d’objet, de méthodologie, de terrain, mais aussi en lien avec les appartenances du chercheur. Pour compléter ce dernier point, nous voudrions évoquer, en conclusion, les coûts éventuels supportés par les chercheurs de ces travaux concernant leur reconnaissance et leur carrière professionnelles. Tout d’abord, interroger la production journalistique ou médiatique selon une perspective genrée nécessite la maîtrise d’une multiplicité de domaines scientifiques : sociologie du journalisme, socio-économie des médias, gender studies, cultural studies… Cela constitue, certes, un enrichissement intellectuel, mais parallèlement cela brouille les contours de l’expertise des chercheurs et leur identification par les pairs : spécialistes des médias, du journalisme ou du genre ? La question est donc celle de l’affichage et de la visibilité institutionnelle. Un titre d’article ou d’ouvrage ne mentionnant pas le genre mais restant générique sur les processus de médiatisation, ne sera pas partagé par cette communauté de savoir. Enfin, peut-on considérer qu’une recherche portant sur genre et médias puisse fournir des résultats sur les procédés de médiatisation eux-mêmes et non uniquement sous l’angle du genre (sur le fonctionnement des rédactions, par exemple) ? Ensuite, comme cela a été indiqué, la plupart des chercheurs concernés sont des femmes, lesquelles sont moins nombreuses à occuper des postes de professeur des universités, et donc, à diriger des thèses, des laboratoires, à siéger dans les instances nationales (CNU, AERES), à être responsables de revues scientifiques, etc. L’appel à communications lancé pour la revue RFSIC (n° 4), intitulé18 « Recherches au féminin en Sciences de l’Information et de la Communication », sans affirmer qu’il y aurait une spécificité de la recherche au féminin, entendait « contribu(er) à la reconnaissance d’un statut d’égalité entre genres. Et ce dernier point n’est pas secondaire lorsque l’on regarde certaines données plus institutionnelles en SIC, par exemple la proportion de femmes rang A (une minorité) comparée au nombre de femmes rang B (une majorité), ou si on a à l’esprit qu’il a fallu attendre 2009 pour qu’une femme soit enfin promue classe exceptionnelle par la voie nationale de la section 71 du CNU, ou enfin que la présidence de cette même section du CNU n’a été exercée qu’une fois par une femme, section qui existe cependant depuis plus de 40 ans ». Enfin, s’ajoute à ces éléments la moindre légitimité octroyée par les pairs aux études sur le genre.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bertini Marie-Joseph, « Le gender turn, ardente obligation des sciences de l’information et de la communication françaises », Questions de communication, 2009, n° 15, p. 155-173.
DOI : 10.4000/questionsdecommunication.532

Bertini Marie-Joseph, Ni d’Eve ni d’Adam. Défaire la différence des sexes, Paris, Max Milo, 2009, 278 p.

Bertini Marie-Joseph, « Genre et médias à l'épreuve de l'affaire DSK. Réflexions sur le commentaire en ligne, nouvel espace de construction de l'inégalité des sexes », Sciences de la société, n° 83, 2012, p. 55-66.

Bouchard Julie, Froissart Pascal (sous la dir. de), Sexe et Communication, MEI, n° 20, 2004, p. 1-158.

Bourcier Marie-Hélène, Queer Zones, Politique des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, Paris, Balland, « Le Rayon », 2001, 247 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Biscarrat Laetitia, « L’analyse des médias au prisme du genre : formation d’une épistémè », Revue française des sciences de l’information et de la communication, [En ligne] n° 3, 2013
DOI : 10.4000/rfsic.619

Biscarrat Laetitia et Bourdaa Mélanie (dir), dossier « Les études médiatiques au prisme du genre : retour sur une problématique », Les cahiers de la SFSIC n° 9, 2014.

Bonnafous Simone, Jouët Josiane, Rieffel Rémy, (sous la dir. de), Une communication sexuée ?, Réseaux n° 120, 2003, p. 9-173.

Bonnafous Simone, Coulomb-Gully Marlène (sous la dir. de), Femmes et médias, Le 8 mars à la « une ». Une comparaison internationale, Sciences de la Société n° 70, 2007.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Connell Raewyn, Messerschmidt W. James, « Hegemonic masculinity. Rethinking the concept », Gender & society, vol. 19, n° 6, décembre 2005, p. 829-859.
DOI : 10.1177/0891243205278639

Coulomb-Gully Marlène, Présidente : le grand défi. Femmes, politique et médias, Paris, Payot, 2012.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Coulomb-Gully Marlène, « Féminin/masculin : question(s) pour les SIC », Questions de communication [En ligne] n° 17, 2010.
DOI : 10.4000/questionsdecommunication.383

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Coulomb-Gully Marlène, « Les sciences de l’information et de la communication : une discipline gender blind ? », Questions de communication, n° 15, 2009, p. 130-154.
DOI : 10.4000/questionsdecommunication.518

Coulomb-Gully Marlène (sous la dir. de), Sciences de la société n° 83 la fabrique du genre, 2011.

Coulomb-Gully Marlène, Méadel Cécile, « Plombières et jardinières. Résultats d’enquêtes et considérations méthodologiques sur la représentation du genre dans les médias » Sciences de la société n° 83, 2011, p. 15-36.

Dalibert Marion, « Le genre construit-il la race dans le discours d’information ? », Damian-Gaillard Béatrice, Montañola Sandy, Olivesi Aurélie (sous la dir. de), L’Assignation de genre dans les médias, PUR, 2014, p. 38-47.

Damian-Gaillard Béatrice, Trachman Mathieu, « Le sexuel, le savant et le vulgaire. Retour sur deux enquêtes sur la pornographie », Guionnet Christine et Rétif Sophie (sous la dir. de), Manuel sur les difficultés méthodologiques de l’entretien (titre provisoire), Rennes, PUR, à paraître.

Damian-Gaillard Béatrice, « Prince Charmant. Représentations des ressources et des coûts des masculinités dans les romans sentimentaux des collections Harlequin », Dulong Delphine, Guionnet Christine et Neveu Erik (sous dir. de), Boys don’t cry, Rennes, PUR, « Le sens social », 2012, p. 91-109.

Damian-Gaillard Béatrice, Frisque Cégolène, Saitta Eugénie (sous la dir. de), Le journalisme au féminin : assignations, inventions et stratégies, Rennes, PUR, 2010, 282 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Damian-Gaillard B., Saitta E., « Processus de féminisation du journalisme politique et réorganisations professionnelles dans les quotidiens nationaux français », Communications, vol. 28(2), 2011, en ligne : <http://www.revues.org/2083>.
DOI : 10.4000/communication.1725

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Debras Sylvie, « Lectrices oubliées au quotidien », Réseaux n° 120, 2003, p. 175-204
DOI : 10.3917/res.120.0175

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Delforce Bernard et Noyer Jacques, « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale » Etudes de communication n° 22, 1999, p. 13-39.
DOI : 10.4000/edc.2341

Dorlin Elsa, « L’expérience vécue de la domination », sixième Congrès international des recherches féministes francophones, Université de Lausanne, 29 août-2 septembre 2012.

Dulong Delphine, Guionnet Christine, Neveu Erik (sous la dir. de), Boys don’t cry, Rennes, PUR, « Le sens social », 2012, 330 p.

Faludi Susan, Backlash. La guerre froide contre les femmes, Paris, Editions Des femmes, 1993, 746 p.

Fleury Béatrice et Jacques Walter (sous la dir. de), « Penser le genre », Questions de communication n° 15, 2009, p. 111-259.

Fleury Béatrice et Jacques Walter (sous la dir. de), « Penser le genre en sciences de l’information et de la communication et au-delà», Questions de communication, n° 16, 2009, p. 131-209.

Garcin-Marrou Isabelle, « Une “mère”, une “meurtrière” : les deux figures médiatiques
de la violence d’une femme », Sciences de la société n° 83, 2011, p. 67-82.

Gavillet Isabelle, « Constructions sociales, scientifiques et médiatiques d’un lieu commun. L’acceptation croissante de l’homosexualité à la télévision », MEI n° 20, 2004, p. 83-92.

Goepfert Eva-Marie, « Les politiques dans la presse people : une affaire de femmes ? », Sciences de la société n° 82, 2011, p. 105-118.

Harding Sandra, Whose Science? Whose Knowledge? Thinking from Women’s Lives, Ithaca et New York, Cornell University Press, 1991, 336 p.

Ibanez-Bueno, « Ouvertures phénoménologiques sur la télé-communication sexuelle électronique », MEI n° 20, 2004, p. 93-103

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Julliard Virginie, « Pour une intégration du genre par les sciences de l’information et de la communication », Questions de communication, n° 16, 2009, p. 191-209.
DOI : 10.4000/questionsdecommunication.356

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kulick Don, « La vie sexuelle des anthropologues : subjectivité érotique et travail ethnographique », Genre, sexualité et société, n° 6, 2011, en ligne : http://gss.revues.org/index2123.html.
DOI : 10.4000/gss.2123

Lauretis (de) Teresa, Théories queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, La dispute, Paris, La dispute, « Le genre du monde », 2007, 189 p.

Montañola Sandy, Olivesi Aurélie, « Quels locuteurs pour quelles définitions de l’identité sexuée dans les médias ? Le cas de Caster Semenya », colloque Rapporter et être rapporté(e) : une affaire de genre(s), Ci-Dit, Stocholm, 14-16 juin 2012.

Montañola Sandy, « La complexe médiatisation des sportives de haut niveau : le cas des championnats du monde d’athlétisme », Sciences de la société, n° 83, 2011, p. 82-103.

Moreau Emilie, La médiatisation de l'homosexualité dans la presse française (1990-2004), Thèse en SIC, Delforce Bernard (sous la dir. de), Université Lille 3, 2008.

Olivesi Aurélie, Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique, Toulouse, PUM, 2012, 313 p.

Perrot Michelle, Les femmes ou les silences de l'histoire, Paris, Flammarion, 1998, 493 p.

Quemener Nelly, « Les contradictions corps/langage comme moteur du rire. Parodies et incarnations de genre chez les humoristes femmes en France », Chetcuti Natacha et Greco Luca (sous la dir. de), La face cachée du genre : le rôle du langage dans la transmission et la contestation des normes, Presses Sorbonne nouvelle, 2012, p. 85-103.

Sohn Anne-Marie, Une histoire sans les hommes est-elle possible ? Genre et masculinités, ENS Edition, à paraître, 372 p.

Tavernier Aurélie « De la parité de genre à l’égalité des sexes. La construction d’un référentiel médiatique » MEI, n° 20, 2004, p. 149-158.

Verjus Anne, « Les coûts subjectifs et objectifs de la masculinité le point de vus des masculinistes (et des féministes) », Dulong Delphine, Guionnet Christine et Neveu Erik (sous la dir. de), Boys don’t cry. Les coûts des la domination masculine, Rennes, PUR, « Le sens social », 2012, p. 41-57.

Wittig Monique, La pensée straight, Paris, Editions Balland, 2001, 157 p.

Haut de page

Notes

1 Damian-Gaillard Béatrice, Montañola Sandy et Olivesi Aurélie, L’assignation de genre dans les médias, colloque CRAPE/LERASS, IEP Rennes, 14-16 mars 2012.

2 Nous avons fait le choix ici de nous appuyer sur les états des lieux consacrés aux SIC, ce qui concourt éventuellement à favoriser certains travaux. Si cette démarche nous a semblé indispensable, nous l’avons néanmoins complétée en intégrant à notre réflexion des travaux en SIC et hors SIC. Cet élargissement interne et externe à la discipline éclaire aussi les territoires oubliés de la recherche. Voir notamment les articles parus en 2009 dans la rubrique « Echanges », des numéros 15 et 16 de la revue Questions de communication sous la direction de Jacques Walter et Béatrice Fleury, ceux publiés en 2012 dans le n° 83 de la revue Sciences de la société, intitulé La fabrique du genre, sous la direction de Marlène Coulomb-Gully, ou l’article paru en 2013, dans la rubrique « Emergences » de la revue Française des sciences de l’information et de la communication n° 3, rédigé par Laetitia Biscarrat.

3 Les hommes ne sont pas traités par une partie des recherches, ce que notaient Cécile Méadel et Marlène Coulomb-Gully (2011), par exemple, à propos du Global Media Monitoring Project pour lequel les hommes sont complètement absents de la partie analytique.

4 Nous avons eu connaissance de ces réactions par la participation au colloque de l’une des auteures. Voir Dulong Delphine, Guionnet Christine et Neveu Erik (coord.), les coûts de la masculinité, CRPS université Paris 1 Sorbonne, CRAPE, université Rennes 1, 14-15 janvier 2010. L’ouvrage publié à la suite de ce colloque, Boys don’t cry, Rennes, PUR, « Le sens social », 2012, ne fait état que d’une chercheure issue des SIC.

5 Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l'histoire, Paris, Flammarion, 1998, 493 p.

6 Susan Faludi, Backlash. La guerre froide contre les femmes, Editions Des femmes, 1993, 746 p.

7 www.theoriedugenre.fr, consulté le 24 octobre 2013, www.lamanifpourtous.fr/fr/on-lache-rien/plan-vigi-gender‎ (consulté le 21 octobre 2013). Voir aussi l’article d’Anne Verjus, « Les coûts subjectifs et objectifs de la masculinité le point de vus des masculinistes (et des féministes) », Dulong Delphine, Guionnet Christine et Neveu Erik (sous la dir. de), Boys don’t cry. Les coûts des la domination masculine, Rennes, PUR, « Le sens social », 2012, p. 41-57.

8 Appel à contributions, Les masculinités au prisme de l'hégémonie, EHESS, Paris, 13 et 14 juin 2013 disponible sur http://actualites.ehess.fr/nouvelle5363.html.

9 Et c’est une historienne, Anne-Marie Sohn, qui pose la question à travers un ouvrage à paraître Une histoire sans les hommes est-elle possible ? Genre et masculinités, ENS Éditions, 372 p.

10 Nous nous référons, dans ce paragraphe, à plusieurs travaux menés par ces chercheurs, par conséquent, nous n’indiquons pas d’année de parution de textes.

11 Delforce Bernard et Noyer Jacques, « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale » Etudes de communication n° 22, 1999, p. 13-39.

12 Ce paragraphe sur les corpus médiatiques exploités par les recherches se fondent à la fois sur un relevé dans l’ensemble des textes publiés sur la question de la médiatisation du genre en SIC, complété par une recherche internet sur les masters et les thèses. Toutefois, ces données ne semblent pas suffisamment représentatives pour exposer un état des lieux chiffré.

13 Teresa de Lauretis, Théories queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, La dispute, « Le genre du monde », 2007, 189 p.

14 Appel à communications, Le genre dans la communication et les médias, RFSIC n° 4, rubrique Émergences, coordonnée par Virginie Julliard et Nelly Quemener.

15 Les formats d’article avoisinent généralement 30 000 (espace compris), ce qui oblige cette sélection.

16 « Le sexuel, le savant et le vulgaire. Retour sur deux enquêtes sur la pornographie », dans Christine Guionnet et Sophie Rétif (sous la dir. de), Manuel sur les difficultés méthodologiques de l’entretien (titre provisoire), Rennes, PUR, à paraître.

17 Sur la question de la contextualisation de la recherche, voir Sandra Harding, Whose Science ? Whose Knowledge ? Thinking from Women’s Lives, Ithaca et New York, Cornell University Press, 1991 ; Don Kulick, « La vie sexuelle des anthropologues : subjectivité érotique et travail ethnographique », Genre, sexualité et société, n° 6, 2011, en ligne : http://gss.revues.org/index2123.html.

18 Françoise Bernard et Catherine Loneux (sous la dir. de), RFSIC n° 4 – Recherches au féminin en Sciences de l’Information et de la Communication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Damian-Gaillard et Sandy Montañola, « Genre et information médiatique en SIC : une articulation à approfondir », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 26 juin 2016. URL : http://rfsic.revues.org/1088

Haut de page

Auteurs

Béatrice Damian-Gaillard

Béatrice Damian-Gaillard est maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'université de Rennes 1. Ses recherches, menées au Centre de Recherches sur l'Action Politique en Europe, analysent les dispositifs d’organisation du travail journalistique (gestion des ressources humaines et marketing) et leurs articulations avec les stratégies économiques des organisations, avec les pratiques et les représentations des journalistes, et la question du genre. Ses travaux actuels portent sur les rapports sociaux de sexe et de sexualité dans la presse pornographique hétérosexuelle masculine. Mail : beatrice.damian@univ-rennes1.fr

Sandy Montañola

Sandy Montañola est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université de Rennes 1. Ses recherches, menées au Centre de Recherches sur l'Action Politique en Europe, portent sur les processus de médiatisation, en lien avec la perspective genrée. Ses travaux actuels portent sur la médiatisation des controverses sur l’intersexuation. Mail : sandy.montanola@univ-rennes1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page