Navigation – Plan du site
Dossier

L’information médiatique : un domaine foisonnant de recherche

Béatrice Fleury et Jacques Walter

Résumés

Depuis leur émergence, les médias sont ou bien soumis à des critiques diverses, ou bien investis de fortes attentes sociales. Pour traiter des ressorts heuristiques et épistémologiques des recherches en lien avec ce constat, sept thématiques sont proposées dans le dossier « État des recherches en SIC sur l’information médiatique ». Elles n’ont pas la prétention d’être exhaustives mais ont pour ambition de donner un aperçu de questions qui sont autant en prise avec les évolutions de la technique et/ou du social qu’avec la dynamique scientifique. Regroupées en trois problématiques, « À la recherche du mediascape français », « Des recherches en prise avec des objets en mutation », « Entre même et autre : l’écriture journalistique en question », elles attestent de la richesse et de l’inventivité de ce domaine de recherche au sein des SIC.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les démocraties occidentales, l’information médiatique a toujours vu son fonctionnement et son identité discutés. Qu’il s’agisse de récuser l’indépendance des journalistes vis-à-vis des pouvoirs politiques ou de celle en lien avec les contraintes financières et techniques, l’étude du domaine ne s’est jamais départie d’une forme de soupçon quant à la capacité des professionnels à agir selon les termes d’une éthique véritable. En 1919, dans Le Savant et le Politique, Max Weber mettait déjà en évidence les relations ambivalentes que les journalistes allemands de l’époque entretenaient avec les hommes politiques. Le sociologue expliquait que si ces derniers pouvaient inviter des journalistes à se joindre aux soirées qu’ils organisaient, c’est parce qu’ils attendaient d’eux qu’ils valorisent leur propre personne, ne se privant toutefois pas de les critiquer lorsqu’ils se retiraient. D’ailleurs, pour comprendre les ressorts de cette relation, Max Weber s’est employé à retracer les temps forts de l’évolution politique dans l’Histoire. Or, lorsqu’il en vint aux démocraties occidentales, c’est à la figure du démagogue qu’il s’est intéressé, un homme politique soucieux de son image et désireux de convaincre, enclin donc à instrumentaliser les médias à des fins personnelles :

« Les expériences souvent amères de la vie professionnelle sont peut-être l'aspect le moins pénible de ce métier. Car ce sont justement les journalistes de grande notoriété qui sont obligés de faire face à des exigences particulièrement cruelles pour leur personne. En tout cas, ce n'est pas une petite affaire que de fréquenter les salons des puissants de la terre, apparemment sur un pied d'égalité, d'être en général et même souvent adulé, parce que l'on vous craint, et d'avoir en même temps parfaitement conscience que dès que l'on aura franchi le seuil de la porte votre hôte sera peut-être obligé de se justifier devant ses invités de fréquenter les "morveux de la presse" » (Weber, 1919 : 50).

2Asymétrique, la dépendance entre les deux métiers est ici flagrante. Toutefois, elle n’est pas le seul fait d’un contexte social qui voit des frontières professionnelles se brouiller. Elle est un élément structurant d’une profession dont l’une des missions est d’assurer la médiation des actions conduites par d’autres. D’ailleurs, Max Weber n’est pas le seul à avoir souligné cet aspect à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. En France, Gustave Le Bon (1895) ou Gabriel Tarde (1901), chacun à leur façon, ont souligné cette interdépendance des genres et fonctions. D’ailleurs, selon le deuxième, le journalisme est né de la Révolution, une période de renégociation des termes et contours politiques qui a vu l’explosion de journaux et qui caractérise, selon lui et en opposition à Gustave Le Bon et son postulat d’une ère des foules, celui d’une ère des publics.

3Justement, à cette ère des foules ou à celle des publics, fait écho la Théorie critique de l’École de Francfort qui met en relation l’évolution de la culture et des médias avec la prégnance du capitalisme, la montée des totalitarismes et l’émergence d’une société de masse. Par exemple, dans la Dialectique de la raison, Theodor Adorno et Max Horkheimer (1947) montrent la part de la valorisation marchande dans l’art et la culture (dont les médias) et l’appauvrissement qui en résulte. S’inscrivant « dans une critique générale de la société » (Voirol, 2010)1, les deux philosophes postulent que les médias reproduisent un monde conformiste dont ils mettent en scène des représentations détachées de toute perspective critique et qu’ils adressent à des individus incapables de leur résister. Pour autant, selon Olivier Voirol (2010), ce n’est pas seulement à une critique interne des médias que Theodor Adorno et Max Horkheimer se sont livrés. En effet, « l’expérience de la réception des contenus médiatiques ne saurait être examinée en elle-même et doit être reliée aux processus de formation des individus » (ibid.). S’appuyant sur une enquête engagée dès les années 30 au sein de l’École et portant sur « les mutations de la famille et la formation de la personnalité » (ibid.), ils ont fait état de l’incapacité des « sujets modernes […] [à] développer un soi "fort" et une autonomie personnelle ». Précisément, cette enquête montre

« que ces derniers, inscrits dans un processus de socialisation et de construction de soi (disparition de la figure du père indépendant dans une famille éclatée soumise au capitalisme de la grande industrie) qui leur ôte toute possibilité de se confronter à des instances d’autorité immédiate, tendent à se soumettre à des instances d’autorité secondaires (partis politiques, institutions, État, leaders politiques et religieux, etc.) » (ibid.).

  • 2 Lors d’un hommage qu’elle lui rend après sa mort, Violette Morin (1978 : 3) décrit G. Friedmann sel (...)

4Pour Olivier Voirol et contrairement aux idées reçues, des hypothèses ayant trait à la réception figurent déjà dans ces travaux. Loin de n’être que spéculative, la Théorie critique inscrit donc la culture médiatique dans un ensemble social complexe et, d’une certaine façon, rejoint les points de vue défendus par la recherche empirique, notamment celle conduite par la sociologie américaine dès les années 30 et 40 et à laquelle a fortement contribué Paul Lazarsfeld. Ainsi la première moitié du xxe siècle est-elle riche en travaux dont les enjeux et motifs sont en phase avec des préoccupations contemporaines. Qu’il s’agisse de contester la mainmise des médias, de nuancer le postulat selon lequel ils exerceraient un fort impact sur les individus ou qu’ils participeraient d’une conception humaniste des interactions sociales (i.e. Friedmann, 1963)2, leur rôle social est souligné. Quel que soit le cadre, cette synergie entre médias et société n’a donc jamais cessé, amplifiée qu’elle est aujourd’hui par des considérations ayant trait aux transformations rapides des pratiques et usages en lien avec des spécificités techniques.

5Pour autant, une approche qui inscrit ce constat dans la durée fait apparaître des rémanences, comme si les médias vivaient dans une crise permanente fragilisant l’information et précarisant les professionnels du secteur. Afin de retracer les ressorts heuristiques et épistémologiques des recherches en lien avec ces constats, sept thématiques sont proposées dans le dossier présenté. Elles n’ont pas la prétention d’être exhaustives ; en revanche, elles ont pour ambition de donner un aperçu de questions qui sont autant en prise avec les évolutions de la technique et/ou du social qu’avec la dynamique scientifique. Pour conduire à bien ce projet, des spécialistes francophones ont été sollicités pour rendre compte de thématiques regroupées en trois problématiques principales. Dans « À la recherche du mediascape français », Nicolas Pélissier et François Demers abordent l’évolution des études de ce secteur tandis que Tristan Mattelart s’intéresse à la circulation internationale de l’information. Dans « Des recherches en prise avec des objets en mutation », il est question des publics de l’information et du rapport à la modernité (Aurélie Aubert et Pascal Froissart) mais aussi de la fécondation des contenus entre information et spectacle (François Jost et Virginie Spies). Enfin, dans « Entre même et autre : l’écriture journalistique en question », Béatrice Damian-Gaillard et Sandy Montañola envisagent l’information au prisme du genre, Arnaud Mercier et Nathalie Pignard-Cheynel étudient ce qu’il en est des transformations à l’œuvre via le Web et Marc Lits et Adeline Wrona interrogent plus largement l’écriture journalistique selon une problématique mettant en regard permanence et nouveauté.

6Bien sûr, compte tenu de l’intitulé de la discipline, les travaux ici présentés sont rangés, en France, à l’enseigne des sciences de la communication, les sciences de l’information étant réservées à la documentation et à ses domaines connexes. Toutefois, quelle que soit son attache scientifique, la recherche sur l’information médiatique témoigne à la fois d’un habitus relatif aux méthodes et théories traditionnellement convoquées, mais aussi de préoccupations et ajustements en phase avec la circulation des savoirs (entre disciplines, entre traditions de recherche…).

À la recherche du mediascape français

7Depuis plus d’un siècle, la presse et le journalisme font l’objet d’études dans le champ académique. Or, les sciences de l’information et de la communication (SIC) françaises sont loin d’avoir cet âge vénérable… Outre la prise en compte de cette dimension temporelle, qui n’est pas indifférente dans la configuration du territoire travaillé par les chercheurs de la discipline, se pose la question de savoir comment un secteur scientifique a circonscrit des chantiers originaux, tant du point de vue de la discipline que du point de vue géographique. Dans ce cadre, la question des méthodes, des approches théoriques, des hommes et institutions mais aussi des évolutions des médias eux-mêmes sont à prendre en compte.

Les recherches sur le journalisme

8Nicolas Pélissier et François Demers traitent des études sur l’information médiatique sous l’angle de leur ancrage au sein du territoire que constituent les SIC. Les deux chercheurs partent d’un constat : la « turbulence » que, depuis la fin du xxe siècle, le mediascape (Appadurai, 2001) français connaît. Partant de là, ils postulent que ce changement a fait du journalisme un lieu d’observation privilégié qui se maintiendra comme tel dans les années suivantes :

« Nous défendons que le journalisme a été le lieu d’apparition des symptômes du changement et d’une expression d’alarme en direction du monde de la recherche. Les conséquences du changement sont grandes, tant pour le maintien symbolique de la nation française au sein de l’Europe(Anderson, 1983) et dans le monde, que pour le rôle — prêté par le discours démocratique au journalisme et à la pluralité de médias — de phare de la conscience citoyenne et de la vie politique françaises(Tétu, 2008) ».

9Sur un plan scientifique, la conséquence est importante. En effet, selon les deux chercheurs, depuis deux décennies, on connaît un bond en avant des recherches qualifiées de « Journalism studies au sein des SIC ». Pour démontrer la pertinence de ce constat, ils retracent la chronologie des points saillants avec une mise en relation des travaux français et québécois. Reprenant certains aspects des résultats développés dans Journalisme. Avis de recherches. La production scientifique française dans son contexte international (Pélissier, 2008), ils montrent les temps forts d’une activité scientifique dont ne sont omis ni les thématiques, ni les collectifs de chercheurs engagés dans ce cadre, ni même les institutions qui sont venues en soutien de la démarche. Au fil de cette histoire, surgissent des textes ou personnalités dont le rôle moteur est indéniable. Par exemple, en 1976, la parution — dans Sociologie du travail — d’un article de Jean-Gustave Padioleau, intitulé « Systèmes d'interaction et rhétoriques journalistiques » est essentielle pour comprendre l’importance qu’occupera désormais une sociologie du journalisme enrichie d’une perspective interactionniste. Déterminante aussi, mais d’un point de vue institutionnel cette fois-ci, « la nomination de Francis Balle, un chercheur spécialiste du journalisme, à la tête de l'Institut français de presse ».

  • 3 Voir aussi J. Walter (1998).

10Outre le repérage de ces facteurs déclenchants — qui sont aussi symptomatiques de l’évolution de la recherche en France —, Nicolas Pélissier et François Demers mettent en évidence les éléments de débat conduisant monde scientifique et monde journalistique à dialoguer. Les interventions de Pierre Bourdieu dans ce cadre — dont la publication en 1996 de son ouvrage critique Sur la télévision. Suivi de l’Emprise du journalisme — fertiliseront grandement la recherche française3. Au-delà, sera renforcé l’intérêt — d’instances professionnelles, associatives, scientifiques — pour les questions relatives aux médias et au journalisme. Une focalisation dont la particularité fut de diversifier les sujets de recherches, de susciter des rapprochements disciplinaires, de stimuler des initiatives qui ont contribué à la structuration et à la légitimation du champ.

11Pour autant, selon Nicolas Pélissier et François Demers, se référant à l’évolution du monde anglo-saxon, les recherches françaises seraient à l’aube d’un autre bond en avant, notamment de fait des changements que connaissent les médias. De ce point de vue, la mise en regard avec la recherche canadienne s’avère pertinente. Elle permet de mettre à profit des notions testées ailleurs, dont celle d’hyperconcurrence (Charron, de Bonville, 2004), ou des problématiques déjà éprouvées dans le contexte nord-américain dont celles relatives au monde virtuel (Demers, 2012) et aux transformations induites par de nouveaux usages. Elle permet aussi d’interroger des concepts plus anciens comme celui de communication publique (Demers, Lavigne, 2007 ; Demers, 2008) pour penser « le retournement du monde » contemporain.

12En SIC, les études francophones en journalisme connaissent donc une forme de maturité que conforte une histoire en lien avec la discipline, mais aussi avec les échanges scientifiques motivés par la nature hybride de l’objet. Une caractéristique que rend particulièrement visible le cas de la circulation internationale de l’information dont traite Tristan Mattelart et qui se révèle complexe tant sont multiples les données et processus à prendre en compte.

Comprendre la circulation internationale de l’information

13C’est donc une complémentarité entre l’histoire de ce phénomène, l’analyse des effets de celui-ci en termes de contenu et de structuration, une mise à plat des acteurs institutionnels et/ou privés que donne à lire Tristan Mattelart. Loin d’une vision enchantée, il montre l’âpreté des débats relatifs à la circulation de l’information, montrant de quels enjeux — notamment politiques — celle-ci est investie. Surtout, il donne à comprendre un secteur dont la diversité n’est pas toujours reconnue, tant est prégnante l’injonction relative à l’internationalisation.

14Sur un plan historique, les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale constituent une étape importante de ce mouvement et de cette préoccupation. Dans un premier temps, ce sont les États-Unis qui prennent position. En effet, en lien avec leurs idéaux et au regard de la configuration internationale, ils font du « free flow of information la clef de voûte de leur diplomatie en matière de communication internationale ». Quelques années plus tard, au temps de la Guerre froide, ce sont les Soviétiques qui, pour leur part, opposent à ce programme celui de « respect de la souveraineté nationale ». Or, jusque dans les années 80, armés de ce principe, ces derniers feront du contrôle de l’information la condition de leur légitimité. L’information internationale n’est donc pas une évidence. Débattue dans le cadre des relations est-ouest, elle l’est aussi dans les échanges nord-sud. Un constat qui devient une préoccupation et qui se traduit « dans l’agenda de l’Unesco [, par] la revendication en faveur d’un Nouvel ordre international de l’information (NOII), bientôt englobée dans celle plus large d’un Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (NOMIC) ».

15Mais, pour Tristan Mattelart, les débats laissent dans l’ombre le rôle positif que les radios internationales ont pu jouer au fil du temps. Pourquoi cette absence ? Si leur aptitude à faire circuler les informations est reconnue, elles pâtissent d’une image en lien avec les stratégies de propagande que plusieurs d’entre elles ont pu soutenir. Pourtant, en d’autres circonstances, elles sont parvenues à contourner les pouvoirs, offrant des informations différentes à des populations qui, sans elles, n’auraient pu y accéder. Si le chercheur prend de la distance avec l’idée d’une liberté que les ondes favoriseraient, il propose une version plus modeste quoiqu’essentielle : les radios ont pu donner une autre vision du monde. Même regard surplombant dans le cas de la diffusion des images, Tristan Mattelart montre autant le déficit d’images que certains pays endurent, ou la domination à laquelle d’autres — ou les mêmes — sont soumis. Et cela, quels que soient les secteurs géographiques concernés et les rapports de force qui s’y exercent. Enfin, la circulation internationale de l’information ne signifie aucunement la présence massive de l’information internationale sur les chaînes nationales. Traitant de cet aspect, il relaie les travaux de plusieurs chercheurs (dont Marchetti, 2002 ; Hannerz, 2004) et fait état d’une situation paradoxale :

« Les nouvelles sur l’étranger ont, dans ce contexte, de plus en plus tendance à migrer vers les écrans des télévisions internationales d’information, visant un public plus restreint. La situation est à cet égard des plus paradoxales : alors que le nombre des chaînes et que les capacités d’acheminement des images du globe ont considérablement augmenté, la possibilité pour le public ordinaire — celui qui ne suit pas quotidiennement les télévisions internationales d’information en continu — d’avoir accès aux nouvelles du monde tend, elle, à considérablement diminuer ».

16Or, l’internet — support apte à faire circuler largement des contenus — ne paraît pas lui non plus susceptible de modifier la donne. Tristan Mattelart pose donc la question de savoir quelles seraient les nouvelles sources pour l’information internationale. Passant en revue plusieurs supports et acteurs de cette circulation, il suggère :

« Une chose est sûre, il est important de se défaire de la vision binaire qui consiste à opposer radicalement les médias d’un côté et les outils de communication issus du web de l’autre en ce qui concerne la circulation sans frontières des nouvelles. Il faut plutôt chercher à mieux comprendre comment, ensemble, ils participent à cette diffusion ».

17Ainsi sa conclusion atteste-t-elle du fait que les discours valorisant la libre circulation de l’information sont récurrents dans l’Histoire. Selon lui, ceux prononcés par le gouvernement américain à l’heure de l’internet sont proches de ceux entendus au moment de la Guerre froide :

« L’arrivée de ces nouveaux entrants dans le champ de la circulation internationale de l’information s’est traduite par la domination accrue qu’exercent, sur celui-ci, les sociétés occidentales, en premier lieu américaines. Loin d’être porteur d’un rééquilibrage des flux de nouvelles en faveur des pays émergents, l’avènement d’internet tend de ce point de vue, sous bien des aspects, à aggraver les déséquilibres existants ».

18Plus largement, renouveau et permanence sont au cœur de l’argumentation de Tristan Mattelart qui écarte l’idée que la circulation internationale de l’information serait forcément salutaire. Un argument défendu aussi dans les travaux sur les publics, le divertissement et le genre. Tous les chercheurs partagent cette interprétation : si émergence il y a (des modèles, des théories), elle prend place dans un contexte social et politique particulier.

Des recherches en prise avec des objets en mutation

19La réflexion sur les publics de l’information médiatique s’est considérablement enrichie, notamment avec une multiplication de notions qui cohabitent avec plus ou moins de bonheur et de pertinence : lectorat, audience, usagers, ménagères de moins de 50 ans, internautes, infonautes, etc. Une multiplication qui a pour effet de complexifier le rapport que les chercheurs entretiennent avec les catégories qu’ils utilisent, provoquant ce qui peut s’apparenter à une crise notionnelle. D’autant que chacun y va de son système d’investigation : enquêtes quantitatives, ethnographiques, baromètres, méthodes expérimentales plus ou moins raffinées… Même constat du côté des catégories qui permettraient de désigner les contenus médiatiques. En l’espèce, on assiste à un jeu de circulation des notions et méthodes entre les mondes des chercheurs académiques et ceux des professionnels des médias ou des organismes spécialisés. En rendre compte permet de comprendre de quels jeux d’influences la recherche est le résultat et de mesurer le poids de la demande sociale à son égard.

Les publics de l’information médiatique : pratiques, mesures, radiographie…

20C’est notamment cette complexité que présentent Aurélie Aubert et Pascal Froissart qui, dès les premières lignes de leur contribution, constatent la contradiction entre la place importante de l’information dans le fonctionnement social et la connaissance partielle du public qui la consomme. En retraçant le chemin emprunté par les études d’audience, les deux chercheurs montrent donc de quelles idées reçues celles-ci sont le résultat, précisant qu’elles ont longtemps amalgamé information et choix des électeurs.

21Selon eux, une première idée reçue a trait aux données chiffrées et à la valeur qui leur est accordée. En effet, savoir qui consomme l’information (en l’occurrence politique), en quelle quantité et avec quels résultats fut longtemps le questionnement principal des études de réception. S’inspirant de recherches élaborées aux États-Unis pour mesurer les estimations de vote, les courbes d’audience ont donc, un temps, empêché qu’émerge une approche plus fine de ce que pouvait être la catégorie « public ». Toutefois,

« à partir de 1948 (Berelson et Gaudet) et surtout 1954 (Berelson, Lazarsfeld et McPhee), les études sur le lectorat de la presse et l’auditoire de la radio se précisent davantage : non seulement on établit avec fermeté le crible sociographique, jamais démenti depuis (les classes aisées à haut capital culturel sont les plus consommatrices de nouvelles de toute sorte), mais surtout on met en place un questionnement sur la circulation de l’information et de l’opinion politique ».

22À des considérations centrées sur les données chiffrées se sont donc ajoutées des analyses d’ordre sociographique, la place occupée par des individus dans un collectif étant également envisagée dans la réception. Avec cette conséquence : « La mesure des lectorats, des auditorats et des audiences en général est laissée peu à peu aux organismes privés, cabinets d’études, instituts divers d’inspiration universitaire mais versés dans la recherche lucrative ». Ensuite, dans les années 70, à la faveur de travaux engagés dans le cadre des cultural studies, c’est à la diversité des lectures et interprétations que des chercheurs se sont intéressés. Plusieurs noms se distinguent alors : par exemple Stuart Hall et David Morley en Angleterre, Georges Friedmann, Edgar Morin, Roland Barthes en France. Pour tous et en dépit de leurs différences, la communication de masse n’est pas un bloc monolithique. Du fait de ce principe, les études de réception — principalement en France — ont dès lors pris en compte les discours des récepteurs, complexifiant largement les modèles initiaux. Pour Aurélie Aubert et Pascal Froissart :

« Malgré les divergences dans les méthodes d’appréhension des publics, les recherches menées "en réception" depuis les années 1980 ont eu pour but de dépasser la simple question des effets et de mettre en lumière les usages sociaux, les compétences mobilisées dans le décodage, voire de qualifier la nature des engagements via l’intérêt, la participation, la réception proprement dite ».

23Ainsi, à la complexité des publics, correspond une complexité des genres informationnels, l’offre brouillant quelque peu les classifications ordinaires. En effet, peuvent cohabiter des registres apparemment opposés tels les sujets politiques ou de divertissement. Du coup, la question de la réception connaît des inflexions théoriques et méthodologiques à l’initiative desquelles on trouve des chercheurs en SIC, et qui sont amplifiées via l’utilisation des nouveaux médias. Dans ce cadre, si l’on parle de médias sociaux, c’est que ces derniers « apparaî[ssent] aujourd’hui comme générat[eurs] de lien social en permettant aux récepteurs de devenir émetteurs de contenu via le web, d’avis et de recommandations ».

24Pour conclure, Aurélie Aubert et Pascal Froissart considèrent que les chercheurs doivent à nouveau se saisir de l’audience et étudier « ces contenus générés en temps réel pour accroître et améliorer la connaissance sur les publics de l’information et pour remettre en perspective les usages réels de la télévision tels qu’ils se configurent actuellement ». Une manière de revenir à l’Histoire tout en l’ajustant à des préoccupations en phase avec le contexte contemporain.

L’information télévisée : un spectacle ?

25Si de porosité des frontières il est question pour Aurélie Aubert et Pascal Froissart, c’est au regard de supports et de pratiques en constante évolution qui remettent en cause les idées reçues. Pour Virginie Spies et François Jost, il est également question de porosité, cette fois-ci entre information et spectacle, l’un pénétrant la scène de l’autre. Si ce constat fait souvent l’objet d’un discours de déploration — propre à fabriquer des formules telle celle d’info-spectacle —, les deux chercheurs en étudient les manifestations pour déjouer tout jugement moral. Une approche qui leur permet de mettre à jour la complexité des associations auxquelles donne lieu le mélange entre sujets de divertissement et préoccupations réputées sérieuses. Autant pour décrire des espaces professionnels hybrides — où animateur et journaliste mêlent leur identité — que des lieux polyphoniques de paroles.

26Pour les deux chercheurs, l’expression « information spectacle » connaît trois lieux « où elle s’éclaire » :

« Le journal télévisé, conçu comme un terrain où s’exerce la compétence des journalistes à "décrypter" la forêt de symboles d’un monde regardé à la fois comme un spectacle et une scène où l’on se donne en spectacle ; ces cérémonies que sont les retransmissions des grands événements mis en scène et organisés, mais aussi les débats à grand spectacle ; enfin, l’infotainment qui […] emprunte de plus en plus aux habitus du monde du spectacle ».

27Pour nourrir la démonstration du premier lieu que François Jost et Virginie Spies étudient, c’est au Trésor de la Langue Française qu’ils ont recours pour en extraire une définition connotée péjorativement : « Événement, phénomène, institution présenté, organisé de manière à agir comme un spectacle ». Ainsi, selon eux, l’information spectacle exemplifie-t-elle « cet usage, de même que protestation-spectacle ou l'État-spectacle ». Mais ce spectacle n’est pas le seul fait du journaliste ou metteur en images, il est aussi celui du monde en général et des acteurs de celui-ci « les acteurs du réel » qui se donnent à voir dans les médias, en l’occurrence à la télévision. Concernant le deuxième lieu — les grands événements ou les débats —, ils mettent en évidence la part qu’y occupe la mise en scène via, par exemple, les dispositifs de monstration. Là encore, le spectacle n’est pas seulement formaté par les médias, il figure aussi dans l’usage qu’en font ceux qui le sollicitent dont les hommes politiques : « Par ailleurs, les analyses du champ politique dépassent le lieu télévisuel pour appréhender, de manière plus globale, la façon dont les politiciens eux-mêmes font de leur métier un spectacle médiatique qui les transforme en people ». Et si l’on ajoute à ceci la porosité entre les médias eux-mêmes, on ne peut qu’être prudent quand on évoque la spectacularisation de l’information. D’ailleurs, François Jost et Virginie Spies rappellent que le spectacle n’est pas une donnée nouvelle, il est constitutif de l’essence de la télévision.

28Quant à l’infotainment, ce genre hybride dont les anglo-saxons ont marqué la spécificité en associant un terme évoquant le sérieux, un autre, le divertissement, il désigne les talk-shows, tout en étant classé par Médiamétrie dans la catégorie du divertissement. Or, cette catégorie ne relève pas de l’évidence. En effet, « des journalistes animent des talk-shows tandis que des animateurs font des interviews de politiques ». Avec cette conséquence, « au fur et à mesure, les émissions de divertissement sont devenues des lieux de représentation légitime de la politique, dont la dimension spectaculaire s’opère parfois au détriment de l’approche journalistique ». Dans ce cadre, brouillant plus encore les registres, les deux chercheurs évoquent l’exemple du « Petit Journal de Canal + [qui] a développé une stratégie transmédia qui se développe à la fois à la télévision et sur le web, notamment à travers une page Facebook ».

29Enfin, sur un plan théorique, François Jost et Virginie Spies constatent que la nature hybride de l’infotainment conduit les chercheurs à déborder « parfois le domaine de l’analyse pour adopter un point de vue et introduire une dimension éthique à la recherche ». Ainsi concluent-ils sur un constat relatif à la contrainte qu’exercerait « la dimension spectaculaire du discours télévisuel » sur le monde et qui constituerait une manière pour la télévision « de tendre à elle-même son propre miroir » et « de mettre en avant ses capacités de médiation ».

Entre même et autre : l’écriture journalistique en question

30En arrière-fond des recherches sur les médias — qu’il s’agisse de comprendre le fonctionnement et la structuration, la production et le contenu, des usages et pratiques —, se profile un questionnement sur l’écriture de ceux-ci. Or, en volume, les recherches sur l’écriture journalistique ne sont pas équivalentes d’un sujet à l’autre. Traiter par exemple des rapports de Genre dans les organisations de presse, ou des modes de traitement genré de l’information, constitue un domaine de recherche encore peu exploré en France. En revanche, quand bien même l’objet est-il récent car soumis à des innovations rapprochées dans le temps, aborder les effets de l’écriture Web sur le traitement de l’information est devenu un pan important des recherches sur le journalisme. Pourtant, quel que soit l’angle des recherches conduites, l’écriture journalistique est au cœur de préoccupations où il s’agit d’étudier les ressorts d’un geste fondamental au prisme de pratiques et usages en évolution.

Le genre : un angle productif pour traiter des médias

31Croiser les questions de genre avec des problématiques professionnelles permet de mettre en évidence des pratiques où se côtoient la persistance de stéréotypes et leur intériorisation avec des façons de faire diversifiées. Parallèlement à cette mise en évidence, Béatrice Damian-Gaillard et Sandy Montañola s’emploient à préciser de quels emprunts théoriques et méthodologiques ce champ de recherche est l’héritier. Ceci afin de montrer qu’en la matière, non seulement les frontières de la science se déplacent, mais qu’elles se redéfinissent au gré de préoccupations qui sont celles d’autres champs dont le monde associatif et/ou politique. Ainsi penser le genre, par exemple en France, c’est aussi penser un rapport particulier entre recherche et idéologie. Une filiation qui, en partie, explique la timidité des recherches relatives à ce secteur en SIC. Toutes deux en quête d’identité et de légitimité, les SIC comme les recherches sur le genre ont connu quelques réticences et embarras à se rencontrer (Coulomb-Gully, 2009).

32Ceci posé — et dépassé —, les deux chercheuses posent la question de savoir qui sont les chercheurs qui travaillent sur ces questions ? Leur réponse est sans ambages. D’une part, « les travaux sur le genre sont, en grande majorité, initiés par des femmes qui étudient d’autres femmes » (Coulomb-Gully, 2010) ; d’autre part, ils portent « majoritairement sur les femmes et non sur le genre, révélant un accord implicite qui consisterait à assimiler le genre à la "question des femmes" » ; enfin, ils ne traitent pas des hommes. Les études sont donc centrées sur la médiatisation des femmes ou des hommes, tous caractérisés par leur profession, leurs actes, leur appartenance à un mouvement et/ou une minorité sexuelle. Or, paramètre essentiel et pourtant souvent tu, du fait des contraintes de rentabilité auxquelles sont soumis les chercheurs, ces études ont pour terrain des lieux facilement accessibles et ne demandant pas plusieurs années d’investigation. Avec cette conséquence en termes de recherche :

« Ce n’est […] pas un hasard si la plupart des recherches couple genre, journalisme et politique, objets reconnus légitimes par les pairs. Ces éléments ont toutefois des conséquences sur la construction d’un savoir collectif telles qu’une redondance méthodologique ; une confirmation, par sélection d’extraits de corpus, de résultats tirés d’autres supports et, corrélativement, le risque collectif d’une incapacité à monter en généralité. L’hétérogénéité tant quantitative que qualitative des corpus médiatiques exploités renforce cette tendance : de quelques articles à plus de 2 000, d’un média à une dizaine, d’une approche centrée sur un média aux approches multisupports, etc. ».

33Par ailleurs, Béatrice Damian-Gaillard et Sandy Montañola expliquent que, pour mener à bien leurs travaux, les chercheurs en SIC ont plus particulièrement recours à quatre disciplines : l’histoire, la sociologie, l’anthropologie et la science politique. Dans les références citées, se retrouvent des auteurs inscrits dans l’une ou l’autre des quatre étapes décrites par Laetitia Biscarrat (2013) dans l’émergence du « "front scientifique" de l’analyse des médias au prisme du genre : la critique féministe (1960-1970), suivie par une lecture idéologique des contenus (fin des années 1970), les cultural studies (les années 1980), et enfin, la conceptualisation des médias comme "technologie de genre" (années 1990) ». Concernant les résultats, ceux-ci ont pour particularité d’être éloignés d’une critique médiacentriste des médias tout en pointant la persistance d’éléments sexistes. D’où des hypothèses heuristiques pertinentes articulant représentations et dispositifs propres aux médias.

34Toutefois, en dépit de cet intérêt, Béatrice Damian-Gaillard et Sandy Montañola constatent que les recherches sur le sujet ne parviennent pas à se départir d’une conception binaire (homme/femme) des relations sociales. Un caractère qui se retrouve autant dans les grilles d’analyse permettant d’étudier les objets que dans les discours recueillis. En résulte un risque pointé plusieurs fois par les deux chercheuses, celui de voir « objectiver, voire […] réifier, des catégories de sexe que l’on cherche à déconstruire ».

35Enfin, Béatrice Damian-Gaillard et Sandy Montañola concluent sur un aspect qui relève des modes de fabrication et d’identification de la recherche : « Interroger la production journalistique ou médiatique selon une perspective genrée nécessite la maîtrise d’une multiplicité de domaines scientifiques : sociologie du journalisme, socio-économie des médias, gender studies, cultural studies ». Portant plusieurs casquettes, le chercheur peut difficilement en valoriser une plus qu’une autre. Est-il spécialiste des médias ? Du genre ? Du journalisme ? Du coup, sur un plan institutionnel, et du fait de la diversité de ses compétences, comment est-il reconnu par ses pairs ?

36Finalement, cette question qui peut sembler en écart avec l’argumentaire développé est symptomatique de nombreux secteurs scientifiques et explique que, dans les pays anglo-saxons, les collectifs de chercheurs ne s’agrègent pas autour de disciplines mais autour de questionnements et/ou d’objets. Aussi la question soulevée par Béatrice Damian-Gaillard et Sandy Montañola est-elle plus largement celle que l’on peut poser à l’ensemble des recherches conduites en SIC. Du fait de l’interface qui caractérise les objets sur lesquels elle travaille et les problématiques qu’elle pose, la discipline ne peut que mêler des compétences différentes. Le web journalisme est un des exemples de cette dimension.

Le Web. Un autre journalisme ? Un autre type de recherche ?

37En janvier 2013, dans « Manifeste pour un autre journalisme », Patrick de Saint-Exupéry et Laurent Beccaria de la revue XXI écrivaient qu’« en basculant sur le Web, le journalisme ne change pas simplement de support, il change aussi de nature. Ce n’est ni une transmutation, c’est un autre média ». Si leur affirmation a fait débat, elle a le mérite de poser des questions dont les chercheurs ont tout intérêt à s’emparer. Pourquoi ? Pour comprendre les mutations — ou non — des groupes professionnels et mettre à nu les processus de professionnalisation et déprofessionnalisation dans la sphère des producteurs de données et d’informations. Mais aussi, dans un contexte de précarisation, pour revenir aux origines de ce que signifie le fait d’informer et comprendre le rapport aux sources qui sous-tend autant ce cadre originel que les inflexions de celui-ci. Le projet est considérable mais il est aussi « excitant » tant la modernité semble bouleverser tous les usages en présence. Un caractère qui explique l’abondance des travaux dans ce champ et qui contraint Arnaud Mercier et Nathalie Pignard-Cheynel à préciser le projet de leur contribution. Précisément, ces derniers expliquent qu’ils ont dû faire des choix drastiques pour traiter d’un sujet dense et prolixe, tant en France qu’à l’étranger :

« La recherche sur les pratiques journalistiques est à l’image de son objet : riche, foisonnante, protéiforme, tiraillée entre l’immédiateté de l’analyse du présent et la mise en perspective sur le long terme, en prise avec des formes d’engouement et de résistances critiques. Elle irrigue en outre plusieurs des champs des SHS au premier rang desquels les SIC, mais également la sociologie (des médias, des publics, de l’internet), l’histoire, l’économie, les sciences de gestion et même plus récemment l’informatique et les humanités digitales ».

38Outre le caractère foisonnant du sujet « Webjournalisme », la délimitation des contours de celui-ci pose aussi question : « Faut-il se risquer à étudier des pratiques, des objets, des terrains amenés à disparaître ou à se transformer si rapidement que le chercheur peut vite se trouver confronté à une forme de caducité de ses données ? ». D’où l’option privilégiée par les deux chercheurs : traiter des recherches francophones en se centrant sur ce qui a trait aux organisations ou réorganisations professionnelles, aux recherches liées à l’extension des territoires du journalisme, aux enjeux de la formation…

39Les deux chercheurs commencent donc leur panorama en posant des repères historiques : les études sur le journalisme en ligne commencent dans les années 90 pour se développer surtout dans les années 2000. Euphoriques dans les premiers temps, elles ont adopté un versant empirique ensuite. Présentant la diversité des terrains de recherche, Arnaud Mercier et Nathalie Pignard-Cheynel relèvent par exemple les domaines les moins étudiés — tels le webdocumentaire ou les moteurs de recherche — ou ceux plus exploités tel le journalisme « participatif » ou « citoyen ». Sur ce sujet, ils constatent : « Terrain fertile d’études et de réflexions, le participatif est l’objet d’avis et de conclusions contrastés, tant pour les chercheurs en sciences humaines et sociales qu’au sein de la profession ».

40Quant aux recherches portant sur l’articulation journalisme/réseaux socionumériques, les auteurs présentent un florilège de travaux fondés sur l’analyse des usages par les lecteurs ou par les journalistes, en lien avec les dispositifs techniques et leurs potentialités. Ainsi font-ils référence à leurs propres recherches (Mercier, Pignard-Cheynel, 2012) montrant, à partir d’une enquête conduite auprès de 600 comptes de journalistes, que ces derniers privilégient Twitter par rapport à Facebook, le second réseau combinant usage personnel et professionnel alors que le premier se serait rapidement institutionnalisé au sein de la profession.

41En amorce à leur conclusion, Arnaud Mercier et Nathalie Pignard-Cheynel soulignent l’obsolescence qui eut guetté les travaux sur ce sujet. Ceci « du fait du rythme effréné des changements qui s’opèrent, entre dispositifs émergents, nouvelles appropriations et usages inédits, notamment en mobilité, dimension qui est sans conteste l’horizon nouveau des pratiques et donc des recherches ». Et si les recherches prennent le risque d’être dépassées avant même d’être achevées, les formations peuvent aussi rencontrer un problème de cet ordre, elles qui, de fait, sont impactées par les transformations techniques et sociales que connaît la profession. À l’instar d’Alain Joannès (2010), les deux chercheurs formulent donc ce conseil : « Les futurs journalistes doivent devenir polyvalents. Et la programmation fait partie de ces compétences nouvelles. Mais pas pour faire du futur journaliste un informaticien », mais pour faire en sorte que celui-ci puisse dialoguer avec des programmateurs et soit susceptible de formuler des demandes précises en matière de programmation.

42S’assurer que les futurs journalistes acquièrent une culture numérique est donc devenu incontournable. Le métier change, les hommes aussi. Les formations sont contraintes de s’adapter pour éviter qu’un écart ne se creuser entre la réalité et des représentations professionnelles pouvant se révéler dépassées.

Permanence et renouveau de l’écriture journalistique

43On vient de le voir, dans beaucoup des recherches, l’écriture et ses transformations constituent un aspect des interrogations. En lien avec ce constat, deux questions qui rejoignent une partie des études conduites en SIC peuvent être posées : la notion de récit médiatique a-t-elle un futur ? Les recherches qui portent sur ce postulat théorique en ont-elles un aussi ? En fait, ces interrogations s’inspirent du titre d’une contribution — « Quel futur pour le récit médiatique ? » — de Marc Lits dans Questions de communication, publiée à l’occasion de la livraison anniversaire des 10 ans de la revue. Mais plus particulièrement, elles interrogent l’évolution d’une écriture journalistique confrontée à un triple jeu d’influences : la transformation des pratiques professionnelles ; celles de l’information et de son déploiement dans un cadre concurrentiel ; celle relative à la diversité des lieux de production informationnelle. Enfin, elles conduisent à examiner l’évolution — ou non — des catégories qui structurent les formats journalistiques et les règles de composition qui s’y rapportent et à mettre à l’épreuve la notion d’intermédialité dont on peut interroger la pertinence et le gain heuristique.

44Marc Lits et Adeline Wrona le rappellent : en France, les études sur les médias se sont structurées parallèlement à l’institutionnalisation des SIC et ont suivi l’émergence des supports. Portant sur la presse dans un premier temps, elles se sont penchées sur la télévision ensuite pour s’orienter sur l’internet et les réseaux. Concernant l’objet étudié, les recherches le concernant mettent en évidence les relations entre un type de technique et une écriture. Pour ce qui est de la méthodologie et de l’ancrage théorique, les analyses font se rencontrer plusieurs disciplines du texte et les routines propres à chacune : l’histoire, l’analyse littéraire, les sciences du langage et les SIC. Un constat : « Si le web transforme le journalisme, il offre aussi de nouvelles opportunités pour observer ces mutations, car les médias informatisés présentent la caractéristique de combiner accélération des flux et archivage généralisé des textes mis en ligne ». Si les recherches puisent aux sources d’une tradition scientifique, du fait de la spécificité de l’objet, elles s’en distinguent aussi. Marc Lits et Adeline Wrona donnent un exemple significatif. L’analyse automatisée de 40 000 articles parus sur 4 jours, issus de 199 sites, « met en évidence le jeu lui-même automatisé des publications en ligne ; la conséquence en est l’apparition, à la même heure, et à la même seconde, de titres exactement similaires sur des médias aussi différents que le site d’une télévision publique et celui d’un journal quotidien ».

45Le constat est sans appel : on assiste à une forme évidente de standardisation du contenu journalistique dont Michael Palmer (1983) avait situé l’émergence avec les premières dépêches et agences mondiales. Pour autant, qu’en est-il en termes d’écriture ? Sur ce plan, les auteurs sont prudents. S’ils se réfèrent à l’idée avancée par Marc Lits (2012) selon laquelle il serait judicieux de substituer à la notion de narratologie celle d’hypernarratologie, ils apportent un contre-point à cette option. Se référant à la thèse soutenue en 2013 par Anne Küppers qui comparait l’écriture propre à des titres de la presse papier et d’autres en ligne, ils font état d’une indifférenciation des supports entre eux :

« Le résultat le plus marquant de cette recherche, pour ceux qui analysent l’écriture de presse, réside dans le constat que des nouveaux médias électroniques de type participatif reprennent finalement, inconsciemment ou non, les patterns de l’écriture journalistique classique. Soit parce que certains de ces journalistes en ligne sont issus de la presse papier traditionnelle, où ils ont appris l’écriture ; soit parce que des journalistes “citoyens” reproduisent, peut-être sans le vouloir, les procédés de l’écriture traditionnelle, pour leur permettre de s’inscrire et d’être reconnus dans le champ journalistique ».

46Toutefois, en dépit de cet aspect, l’analyse de l’écriture résultant des effets technologiques requiert la mise en évidence « du caractère plurisémiotique des textes d’information ». Ce qui suppose, « de penser le texte avec l’image, qu’elle soit fixe ou mobile, et même avec les éléments sonores ; de combiner l’étude des architextes informatisés et l’analyse des textes d’information ».

47Enfin, pour Marc Lits et Adeline Wrona, les transformations de l’écriture journalistique ne sont pas seulement fonction du vocabulaire utilisé mais aussi des genres convoqués. Pour traiter de cet aspect, ils rappellent que la notion de récit médiatique s’est développée à un moment où « les quotidiens d’information et le journal télévisé étaient encore les supports privilégiés de diffusion de l’information ». Si « l’émergence de nouveaux modes de production et de diffusion de l’information » ne touche pas autant qu’on aurait pu le penser l’écriture journalistique, en revanche, les transformations « se retrouvent […] dans le retour de l’écriture longue et subjective ». Et les auteurs d’ajouter à ce constat le caractère hybride des productions contemporaines, véritable enjeu de la narratologie médiatique.

Conclusion

48À la lecture du dossier, on constate que si crise il y a du côté des médias — au vu des commentaires et analyses qui sont portés à leur sujet —, côté recherche, les travaux sur l’information médiatique sont riches et nombreux. Ils suivent les évolutions contextuelles, s’attachent à des terrains et perspectives variés et s’enrichissent d’apports disciplinaires divers. Ils ne cèdent pas non plus à un optimisme béat devant la magie techniciste. Ils tentent au contraire de comprendre des pratiques et de les inscrire dans le temps, une perspective qu’encourage Éric Guichard (2014) quand il écrit :

« L’apparition d’un nouveau système d’écriture, électronique et réticulé, nous incite à dresser une comparaison avec de plus anciens bouleversements : invention de l’écriture, mutations intellectuelles et donc conceptuelles induites par des amas textuels, comme ce le fut pour la bibliothèque d’Alexandrie (Jacob, 2007a), celle de Gabriel Naudé (Damien, 1995), l’essor des revues savantes au xixe siècle (Duclert et Rasmussen, 2002 […]) et celui du web récemment ».

49Pour tous les chercheurs ici rassemblés, c’est donc de continuité dont il a été question, mais une continuité qui se nourrit de ruptures, de transformations, de mutations. Aussi l’épaisseur historique — celle de la recherche comme celle du champ étudié — est-elle partie prenante du point de vue développé. Car, comme l’écrivent Marc Lits et Adeline Wrona, « l’analyse de l’écriture journalistique se conjugue au présent et au passé ».

Haut de page

Bibliographie

Adorno Theodor, Horkheimer Max, 1947, Dialectique de la raison, trad. de l’allemand par E. Kaufholz, Paris, Gallimard, 1974.

Appadurai Arjun, 1996, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, trad. de l’américain par Fr. Bouillot, Paris, Payot, 2001.

Biscarrat Laetitia, 2013, « L’analyse des médias au prisme du genre : formation d’une épistémè », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 3.

Bourdieu Pierre, 1996, Sur la télévision. Suivi de Le champ journalistique, Paris, Seuil/Liber.

Charron Jean, de Bonville Jean, 2004, « Le journalisme et le marché : de la concurrence à l’hyperconcurrence», pp. 273-316, in : Brin C., Charron J., de Bonville J., dirs, Nature et transformation du journalisme. Théorie et recherches empiriques, Québec, Presses de l’Université Laval.

Coulomb-Gully Marlène, 2009, « Les sciences de l’information et de la communication : une discipline gender blind ? », Questions de communication, 15, pp. 130-154.

— 2010, « Féminin/masculin : question(s) pour les SIC », Questions de communication [En ligne] 17.

Damien Robert, 1995, Bibliothèque et État. Naissance d'une raison politique dans la France du XVIIe siècle, Paris, Presses universitaires de France.

Demers François, 2008, « La communication publique, un concept pour repositionner le journalisme contemporain par rapport au débat public et à la démocratie », Les Cahiers du Journalisme, 18, pp. 208-230.

Demers François, Lavigne Alain, 2007, « La comunicación pública : una prioridad contemporánea de investigación », Comunicación y Sociedad, 8, pp. 65-87.

Duclert Vincent Duclert, Rasmussen Anne, 2002, « Les revues scientifiques et la Belle Époque des revues 1880-1914 », in : J. Pluet-Despatin, M. Leymarie, J.-Y. Mollier, dirs, La Belle Époque des revues 1880-1914, Paris, Éd. de l’IMEC, pp. 237-254.

Friedmann Georges, 1963, « L’école et les communications de masse : opinion, document, débats », Communications, 2, pp. 123-134.

— 1988, Les merveilleux instruments. Essais sur la communication de masse, Paris, Denoël-Gonthier.

Guichard Éric, 2014, « L’internet et les épistémologies des sciences humaines et sociales », Revue Sciences / Lettres, 2. Accès : http://rsl.revues.org/389. Consulté le 07/03/14.

Hannerz Ulf, 2004, Foreign News. Exploring the World of Foreign Correspondents, Chicago, The University of Chicago Press.

Jacob Christian, 2007a, « Alexandrie, IIIe avant J.-C. », in C. Jacob, éd., Lieux de Savoir. Espaces et communautés, Paris, A. Michel, pp. 1120-1145.

Joannès Alain, 2010, « La formation des journalistes face à l’innovation technologique », Les Cahiers du journalisme, 21, pp. 148-157.

Küppers Anne, 2013, Private State in Public Media : Potential Subjective Elements in French-speaking (Online) News, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, août.

Le Bon Gustave, 1895, Psychologie des Foules, Paris, F. Alcan, 1905.

Lits Marc, 2012, « Quel futur pour le récit médiatique ? », Questions de communication, 21, pp. 37-48.

Marchetti Dominique, 2002, « L’internationale des images », Actes de la recherche en sciences sociales, 5, pp. 71-83.

Mercier Arnaud, Pignard-Cheynel Nathalie, 2012, « Les usages des réseaux sociaux par les journalistes français », Obsweb.net. http://obsweb.net/2012/05/14/enquete-sur-les-usages-des-reseaux-sociaux-par-les-journalistes-francais/

Morin Violette, 1978, « À Georges Friedmann », Communications, 28, pp. 1-4.

Padioleau Jean-Gustave, 1976, « Systèmes d'interaction et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travail, 3, pp. 256-282.

Palmer Michael, 1983, Des petits journaux aux grandes agences. Naissance du journalisme moderne, 1863-1914, Paris, Aubier.

Pélissier Nicolas, 2008, Journalisme. Avis de recherches. La production scientifique française dans son contexte international, Bruxelles, Bruylant.

Tarde Gabriel, 1901, L’Opinion et la Foule, Paris, Presses universitaires de France, 1989.

Voirol Olivier, 2010, « La Théorie critique des médias de l’École de Francfort : une relecture », Mouvements, 61, 1, pp. 24-31. Accès : www.cairn.info/revue-mouvements-2010-1-page-23.htm. Consulté le 07/03/2014.

———, 2012, « Quel est l’avenir de la théorie critique ? », Questions de communication, 12, pp. 107-122.

Walter Jacques, 1998, « Pensées en clair-obscur : télévision et théorie des champs », pp. 75-88, in : Bourdon J., Jost Fr., dirs, Penser la télévision. Actes du colloque de Cerisy, Paris, Nathan/INA.

Weber Max, 1919, Le Savant et le Politique, trad. de l’allemand par J. Freund, Paris, Union Générale d’Éditions, 1963.

Haut de page

Notes

1 Pour consulter la contribution d’O. Voirol, voir www.cairn.info/revue-mouvements-2010-1-page-23.htm. Voir aussi Voirol (2012).

2 Lors d’un hommage qu’elle lui rend après sa mort, Violette Morin (1978 : 3) décrit G. Friedmann selon des termes qui attestent des valeurs que ce dernier attribuait à la communication de masse : « En vérité, si Georges Friedmann a voulu rester jusqu’à sa mort notre compagnon en sciences des communications-de-masse, ce n’est pas seulement en vertu de leur privilège distanciateur face à son propre mode de pensée. Ce n’est pas seulement parce que cet écart culturel tend à devenir aujourd’hui, de culture classique en culture de masse, du livre à l’écran, l’essentiel du militantisme pensant. C’est aussi, me semble-t-il, parce que ce dédoublement mental se présentait à lui comme le support d’un projet commun d’universalisme. Il existait une sorte de convergence démocratique entre le cartésianisme de la pensée friedmanienne et la clarté de l’évidence audiovisuelle ».

3 Voir aussi J. Walter (1998).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Fleury et Jacques Walter, « L’information médiatique : un domaine foisonnant de recherche », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1071

Haut de page

Auteurs

Béatrice Fleury

Béatrice Fleury est professeure en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lorraine (Nancy, France). Directrice-adjointe du Centre de recherche sur les médiations (EA 3476) et directrice du master Information-communication (université de Lorraine), elle est co-fondatrice et co-directrice de la revue Questions de communication. Auteure de nombreux articles et ouvrages, ses travaux portent sur les représentations et médiations mémorielles de conflits du xxe siècle (Deuxième Guerre mondiale, Guerre d’Algérie). Son dernier ouvrage, paru en 2014, s’intitule La guerre d’Algérie en première personne. Histoires d’anonymes. Pour plus d’informations, voir : http://www.univ-metz.fr/ufr/sha/crem/chercheurs/fleury.html

Jacques Walter

Jacques Walter Jacques Walter est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine (Metz, France), directeur du Centre de recherche sur les médiations (Équipe d’accueil 3476) et directeur-adjoint de la Maison des sciences de l’Homme Lorraine (Unité de service et de recherche 3261, CNRS). Il est co-fondateur et co-directeur de la revue Questions de communication Actuellement, il préside la Conférence permanente des directeurs de laboratoires en sciences de l’information et de la communication (CPdirSIC). Spécialiste de la médiatisation des conflits et des médiations mémorielles, il a notamment publié des articles et ouvrages sur la Résistance et la Déportation, la Shoah, la guerre en ex-Yougoslavie, le génocide au Rwanda. Il s’intéresse aussi à la culture et au patrimoine. Son dernier ouvrage, paru en 2014, s’intitule : Régionalismes littéraires et artistiques comparés Québec/Canada – Europe (avec Aurélien Boivin et Hans-Jürgen Lüsebrink). Pour plus d’informations, voir : jhttp://www.univ-metz.fr/ufr/sha/crem/chercheurs/walter.html

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page