Navigation – Plan du site
Émergences

Les tubes de la pornosphère : des logiques documentaires entre information et déformation

Olivier Le Deuff

Résumés

Les tags sur les plateformes de vidéos pornographiques en libre accès, la pornosphère, constituent l’expression d’un nouveau discours qui tend à se populariser dans le langage courant. D’autres éléments organisationnels viennent accompagner les systèmes folksonomiques afin d’améliorer l’accès au contenu pour les usagers et leurs possibilités d’action. Seulement, cette liberté d’accès dissimule une complexité plus grande, celle qui finit par former les usagers à une nouvelle grammaire, qui influe sur leurs manières de voir et qui renseignent les plateformes sur l’expression de leurs désirs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les enquêtes se contredisent et les acteurs du domaine ont tendance à gonfler les chiffres. Toutefo (...)

1Les pratiques de consultation pornographique sur les plateformes en ligne de vidéos ou tubes représentent une activité régulière chez de nombreux internautes. Certaines études évaluent qu’un quart de requêtes sur les moteurs de recherche sont en rapport avec le sexe, tandis que plus de 10 % des sites web seraient à caractère pornographique1. Ces pratiques reposent sur des aspirations communes, mais aussi parfois spécifiques aux besoins des internautes selon leur sexe, leur nationalité et leurs propres désirs. L’usager peut ainsi manifester son choix par l’expression d’une requête afin de trouver la vidéo la plus approchante à ce qu’il désire voir. Le dire et le voir (Foucault, 1966) semblent ici rapprochés pour mieux pouvoir retrouver la possibilité d’exprimer une pornographie de plus en plus imagée (Baudry, 1997).

2Or, il n’est pas si aisé de pouvoir mettre des mots sur des désirs. La quête du tag idéal demeure un mythe, comme le dit fort justement le créateur du site le tag parfait2 qui met en avant les tags préférés des personnes interviewées et qui consacre sa ligne éditoriale à la culture porn, La notion de culture associée à la pornographie reste toutefois à interroger, même s’il s’agit pour le site web de mettre en avant des pratiques existantes qui sont trop souvent regardées comme faisant partie d’un « mauvais genre » artistique. De ce fait l’expression de culture porn ou de porn culture est fréquemment employée de façon négative, notamment quand il s’agit de dénoncer des influences sur le comportement sexuel (Dines, 2010), si bien que des sites militants (stopcultureporn3) dénoncent une culture porn jugée envahissante et néfaste. L’influence pornographique est en effet de plus en plus présente dans le quotidien avec la normalisation d’un phénomène initialement à la marge, comme le montrent Sarracino et Scott (Sarracino & Scott, 2008) qui évoquent une « pornification » de l’Amérique via l’avènement d’une culture pornographique.

3Nous employons l’expression de pornosphère à dessein. L’artiste Gilles Barbier avait employé le terme en 1998 et définissait la pornosphère comme un lieu où on peut trouver de l’information « libidostimulante »4 Nous reprenons ici l’expression dans un sens quelque peu différent, tant il s’agit de distinguer une sphère médiatique, une médiasphère (Debray, 1991) particulière. La pornosphère constitue une vidéosphère qui puise aux logiques de l’hypersphère (Debray, Merzeau, 2005) en s’appuyant sur les possibilités du numérique. Louise Merzeau rappelle que l’important dans l’hypersphère n’est pas seulement la communication, mais l’information et notamment son traitement (Merzeau, 2010) :

« En hypersphère, objets, croyances et temporalité sont appelés à s’hybrider, parce que l’ordinateur est une machine d’intégration et de traitement. Le numérique ne convertit pas seulement toutes les données dans un même code et sur un même écran. Il ouvre de nouveaux espaces-temps propices à des alliages logistiques et cognitifs inédits. »

4La pornosphère recouvre les caractéristiques de l’hypersphère et permet aux usagers de taguer les vidéos qu’ils consultent et de participer ainsi à l’amélioration de l’indexation des vidéos. Cette indexation peut être alors une forme d’appropriation des contenus visionnés avec la possibilité d’exprimer une indexation précise avec la mention de détails, notamment dans les pratiques sexuelles présentes ou bien en identifiant un acteur ou une actrice, mais aussi en exprimant un ressenti. Il n’en reste pas moins que les vidéos pornographiques sur les tubes sont confrontées à cette problématique classique de l’indexation audiovisuelle (Gros, 2005) qui ne parvient pas à prendre en compte tous les aspects présents dans une vidéo, d’autant plus qu’une indexation automatique ne pourrait que difficilement répondre à tous les besoins exprimés. Dès lors, la meilleure solution réside dans le taguage personnel à des fins de conservation pour retrouver des vidéos favorites. En effet, il n’est pas toujours aisé de retrouver une vidéo précise lorsqu’on a oublié les aspects documentaires classiques : nom de la vidéo, nom des acteurs, etc. Cependant, les requêtes peuvent s’avérer décevantes, d’autant plus lorsque l’usager peut être à la recherche des points de détails très précis : position du corps, emplacement d’une main, voire des bruits suggestifs, etc., comme le regrettait l’actrice Judith Minx lors de sa participation à une émission sur France Culture5. Les folksonomies ne parviennent pas à répondre totalement au fantasme de l’indexation exhaustive du fait de la somme de détails présents dans une vidéo. Tandis qu’on peut réaliser aisément l’indexation automatique d’un texte, le même résultat pour les vidéos apparait encore bien illusoire.

5Même si elles sont insuffisantes, les solutions d’indexation sociale ou folksonomies constituent cependant une réponse pratique et sont caractéristiques de l’expression d’un discours pornographique (Paveau, 2014) dont tout un pan d’expressions tend à quitter les marges pour intégrer le langage courant. Les teens et les milfs (Mother I’d Like to Fuck) figurent parmi ces expressions qui sont utilisées désormais à l’international.

6Un phénomène qui mérite un examen attentif à la fois dans les disciplines des sciences de l’information et de la communication, mais aussi en ce qui concerne les porn studies (Williams, 2004). L’intégration de termes issue du vocabulaire pornographique dans le langage courant pose question sur la manière dont sont désormais perçus les individus. En effet, peut-on imaginer que ces tags ou catégories réservées initialement à des contenus pornographiques puissent devenir des éléments de communication plus courants ? Quelle est la grammaire des désirs que développent ces plateformes qui prétendent de plus en plus pouvoir faciliter la recherche de l’usager ?

Méthodologie

7Notre objectif était d’étudier les éléments d’organisation des éléments des plateformes pornographiques pour mieux comprendre les moyens d’accéder à l’information désirée pour l’usager. Comment l’information est-elle traitée sur la pornosphère et comment les usagers peuvent la rechercher et agir en fonction des contenus auxquels ils ont pu accéder ?

8Le corpus examiné provient des sites populaires et en accès libre de vidéos de type pornographique contenant des vidéos de durée variable d’une minute jusqu’à des films complets. Ces sites sont parfois qualifiés de « tubes », car ils reprennent le principe de youtube appliqué à des contenus pornographiques6. Nous avons principalement analysé les menus et les catégories proposées par les sites ainsi que les tags apposés par les usagers. Les tags proviennent à la fois des usagers dépositaires de la vidéo, dont bien souvent ils n’ont pas les droits, et des usagers spectateurs qui peuvent compléter l’indexation de la vidéo. Ces plateformes présentent des similarités de fonctionnement et de présentation, d’autant qu’elles appartiennent souvent à des réseaux communs, qui ont les mêmes propriétaires. Toutefois, des variantes s’observent notamment en ce qui concerne la liberté de taguer qui peut être encadrée par des listes de catégories prédéfinies ou plus simplement réservée aux membres inscrits. Nous utilisons également dans cet article des données mises à disposition par l’équipe de sexualitics.org7 (Mazières, 2004) en les comparant avec des statistiques de requêtes8 qui prennent en compte un public plus large et notamment ceux qui ne taguent pas. Notre approche est néanmoins différente, car ce n’est pas tant le côté statistique ou représentatif qui nous intéresse que les logiques informationnelles et organisationnelles.

9Nous montrerons d’abord en quoi les tubes de la pornosphère présentent des moyens d’exercer différentes actions pour l’usager tout en constituant des éléments de formation à un discours pornographique. Nous nous intéressons dans la seconde partie aux logiques documentaires qui sont mobilisées pour organiser les éléments de ces sites puis nous interrogerons l’influence de la pornosphère notamment en ce qui concerne l’indexation des usagers eux-mêmes.

Des lieux d’information et de formation à un discours pornographique

10De quel type relèvent les catégorisations sur les tubes, si on reprend l’opposition foucaldienne entre utopies et hétérotopies (Foucault, 1984a) ? Utopies, car l’usager peut avoir l’impression qu’il est possible d’y trouver rassemblé, en un lieu impossible à réunir dans la réalité du quotidien, des contenus capables d’assouvir mille fantasmes. Hétérotopies également, car les plateformes tentent de représenter la somme des désirs et la diversité des pratiques sexuelles dans une sorte de Kâma-Sûtra dans lequel il est possible de naviguer et d’intervenir via les folksonomies, et conférant ainsi à l’usager des possibilités d’appropriation de l’organisation. Une hétérotopie sous la forme d’une médiathèque qui rassemblerait l’intégralité des pratiques sexuelles en accès libre.

Des espaces de formation

11Tout espace d’organisation des contenus constitue une manière de représenter des connaissances et s’il est difficile d’évoquer une similitude avec les classifications traditionnelles documentaires ou scientifiques, les organisations des contenus de la pornosphère ne peuvent pas être totalement neutres et sans influence. Elles sont révélatrices de points de vue et peuvent être « formatrices ». Au premier abord, la domination d’un point de vue masculin et hétérosexuel pourrait être évoquée.

  • 9If we were to postulate that words inform sexuality our research explores the possibility that por (...)

12La pornographie est en effet généralement considérée comme un territoire essentiellement masculin, ce qui en fait un domaine très clivé sexuellement. Toutefois, les statistiques récentes démontrent un rééquilibrage avec une féminisation des spectatrices, au point que certaines réalisations leur sont théoriquement dédiées. Outre la vision d’une domination masculine, la pornographie appartient aux « mauvais genres » culturels, sous-culture indigne ou qu’il faut taire. La désignation en tant que mauvais genre correspond à une indexation par l’exclusion, une mise à l’index qui va de la censure aux mises en garde. Le projet d’extension d’adresses web en .xxx avait surtout pour but de pouvoir mieux cerner les sites pornographiques afin de mieux les filtrer et les censurer. Seulement, l’erreur est de considérer ces lieux comme des espaces uniformes. Même si la pornosphère, tend à offrir sur une même plateforme des vidéos aux contenus fort différents, différentes sexualités s’y retrouvent voire s’y opposent. Du coup, l’étude des catégorisations et des tags apposés par les usagers constituent une forme de renseignement sur la sexualité et sur la pornographie elle-même, postulat avancé par l’étude de Mazières9 (Mazières et ali, 2014).

13L’étude de Mazières démontre que la répartition des tags reflète des tendances proches des pratiques majoritaires essentiellement hétérosexuelles, plaçant à la marge les pratiques homosexuelles ou de niches. Toutefois, ce qui peut être initialement à la marge peut opérer un déplacement progressif vers la norme. En ce sens, des études longitudinales seraient intéressantes à mener pour observer si des déplacements ou des usages s’opèrent sur le long terme, notamment pour mesurer si les particularismes nationaux liés notamment à telle ou telle star finissent par s’estomper par rapport à une logique « mondialisante » et normalisatrice. Finalement, il convient aussi de se demander si les tags et les catégories ne finissent pas par former à un nouveau discours, voire par déformer les perceptions des usagers et leurs manières de rechercher l’information.

14En effet, si les différentes dimensions folksonomiques existantes vont au-delà de la seule action de taguer, seulement cette liberté d’actions contraste avec le succès de tags très souvent employés.

Particularismes et internationalismes : le succès des milf et des teens

  • 10 Paveau, M.-A.. Signes, sexe and linguistique 2. 69, X, BDSM : des crypto-pornèmes  ? La pensée du d (...)

15La recherche d’informations par tags suppose qu’il est possible de catégoriser des désirs et donc de pouvoir les exprimer par des mots-clés ciblés. La logique en matière de recherche d’information est de pouvoir manifester de la façon la plus précise son besoin d’information. La logique documentaire est par essence celle de la réduction du langage naturel en un langage documentaire type thésaurus qui facilite l’indexation et la recherche d’information. Les tags employés sur les plateformes pornographiques sont en fait une augmentation du langage naturel qui se voit enrichi d’un lexique nouveau et précis qui finit par entrer peu à peu dans le langage courant. Du coup, paradoxalement les tags opèrent une réduction des termes pour décrire le contenu d’une vidéo d’une façon assez classique au niveau de l’indexation, mais constituent également une augmentation du vocabulaire employé avec des néologismes qui finissent par devenir couramment employé en dehors du corpus initial. Le discours pornographique possède ainsi un lexique bien précis, des pornèmes10 propres à chaque langue, mais dont les exemples les plus courants émanent de l’anglais au point de devenir internationaux.

16Dans cette production massive de tags, certains ressortent plus fréquemment et émergent au niveau international. D’autres au contraire relèvent davantage des particularismes nationaux. Les résultats donnés par les statistiques nationales sur les requêtes sur les sites de PornMD11 sont intéressants à observer à cet effet.

  • 12 Paveau, M.-A.. idem

17On y retrouve beaucoup de pornèmes anglo-saxons pour lesquels il n’existe pas de traduction française efficace notamment pour les Milf12. Justement, cette non-traduction démontre l’importation dans d’autres langues de pornèmes qui deviennent également des moyens de désigner des personnes dans le langage courant. Les statistiques issues de xHamster dans l’étude de Mazières (Mazières, 2004) confirment nettement cette domination d’une novlangue pornographique que contribuent à populariser les tubes. Ce vocabulaire est assez fortement similaire entre une plateforme à l’autre, comme le montrent les nuages de tags réalisés à partir des occurrences les plus fréquentes (images 1 et 2).

  • 13 Visualisation obtenue avec le tagcloud Builder de Jean Véronis en utilisant les données mises à dis (...)

Image 1. Nuage des tags les plus fréquents sur xHamster13

Image 1. Nuage des tags les plus fréquents sur xHamster13

Image 2. Nuage des tags les plus fréquents sur xxnxx

Image 2. Nuage des tags les plus fréquents sur xxnxx

18Il est classique dans les travaux documentaires que les thésaurus ou les listes de descripteurs constituent aussi un bon moyen de connaitre le vocabulaire d’un domaine. C’est le même cas de figure pour les vidéos pornographiques. Finalement, un vocabulaire relativement réduit à moins d’une centaine de mots permet de catégoriser quasiment l’ensemble des vidéos et des pratiques sexuelles recherchées. Cette logique de réduction est classique des pratiques d’indexation professionnelle, même si la logique documentaire professionnelle opère ensuite une hiérarchisation dans les termes.

19Il faut cependant ne pas se contenter d’examiner les tags de façon isolés, ils font partie d’un écosystème informationnel plus complexe.

Les différentes dimensions folksonomiques sur les plateformes pornographiques

20Les motivations pour taguer sont de nature diverse et répondent à différentes manières d’organiser l’information et les connaissances (Strohmaier et ali, 2012). D’ailleurs, tous les usagers des plateformes pornographiques ne taguent pas, notamment quand une inscription est requise, même si l’usage d’un pseudonyme est évident. Les plateformes de vidéos pornographiques représentent un type particulier d’organisation des connaissances. A priori, elles semblent s’inscrire dans des logiques éphémères liées au plaisir personnel. Pourtant, l’inscription réalisée par l’acte de taguer constitue une marque, mais aussi une volonté de conservation. Comme il a déjà été montré (Le Deuff, 2012), il ne faut pas considérer les tags et les folksonomies uniquement du point de vue de l’indexation, mais en prenant en compte l’ensemble des éléments qui les entourent à savoir les dimensions d’annotation et mnémotechnique. Autour des trois dimensions essentielles des folksonomies (voir fig. 1), les usagers des plateformes pornographiques peuvent ainsi réaliser leur désir de collection voire trouver un moyen de matérialiser une présence numérique de façon affirmée, même si elle s’effectue dans un registre identitaire basé sur l’anonymat. Le registre de l’annotation se manifeste plutôt dans l’espace des commentaires, même s’il s’agit finalement d’un espace restreint qui ne permet guère une annotation partagée sur la vidéo elle-même. Dès lors, l’annotation s’effectue par le fait de mentionner et de décrire des passages particuliers en mentionnant le moment précis où l’action se déroule (ex : « mon passage préféré début à 3 minutes et 37 secondes).

Figure 1. Les différentes dimensions des folksonomies sur les tubes pornographiques

Figure 1. Les différentes dimensions des folksonomies sur les tubes pornographiques

21Comme dans les plateformes sociales, un effet de mise en relation est à prendre en compte, notamment le fait de repérer un usager qui collectionne ou met en ligne des vidéos comportant des tags particuliers. Une pratique classique et fréquente sur les plateformes de vidéos traditionnelles ou sur les signets sociaux (Le Deuff, 2011), où il est opportun de repérer des personnes aux préoccupations proches pour bénéficier de leur travail de veille ou des éléments qu’ils mettent à disposition. Par conséquent, les pratiques informationnelles et communicationnelles peuvent être diverses et mériteraient certainement une étude plus approfondie sous forme d’enquête.

22Une partie de la collecte peut s’opérer sur le disque dur de l’usager, tout comme il est possible de collecter les url des vidéos en utilisant un système de signets sociaux en mode privé. De ce fait, une partie des usages de collecte se déroulent probablement hors plateforme, notamment parce qu’il est facile d’imaginer que des usagers effectuent leur travail de collecte au travers différents sites, d’autant qu’il est possible pour les usagers abonnés de télécharger les vidéos sur certaines plateformes selon les abonnements souscrits, souvent au format. flv (flash video).

23La plupart des plateformes offrent d’ailleurs une série d’actions variées à partir de la vidéo visionnée. Nous les avons récapitulées comme dans le tableau de bord ci-dessous (tableau 1).

Tableau 1. Tableau de bord des actions possibles à partir d’une vidéo.

Like

Pourcentage de vote positif

Dislike

Possibilités de partage

Ajouter aux favoris

Ajouter à ses playlists

Vidéo mise en ligne par (nom du profil)

Catégories ou tags

Ajouter une catégorie

Drapeau pour signaler un contenu inapproprié

Nombre de vue

Ajouter un acteur ou une actrice

24La possibilité de signaler un contenu inapproprié est plus optionnelle et s’inspire des plateformes plus classiques comme Youtube. A priori, il n’y a pas de contrôle des tags ou des éléments descriptifs qui pourraient être considérés comme des spams, tel que cela peut s’effectuer sur Youtube. On constate parfois des erreurs dans le choix des tags, difficile de savoir s’il s’agit d’une erreur ou d’une tentative d’augmenter le nombre de vues par des stratégies de sur-indexation ou d’ajouts de tags justement populaires.

25Pour éviter que toute l’organisation repose uniquement sur des tags, plusieurs stratégies d’organisation de l’information sont également à noter.

Indexation et logiques documentaires

26Les tags ne sont pas les seuls principes d’organisation de l’information sur les plateformes pornographiques que nous avons observées. On peut ainsi remarquer plusieurs éléments qui visent à faciliter la navigation et le repérage de l’information pour l’usager.

Un effort de catégorisation pour faciliter la navigation

27Un effort manifeste de classification et de catégorisation pour guider l’usager est fréquemment réalisé, alors que les plateformes traditionnelles de vidéo mettent moins l’accent sur ces aspects et privilégient peu de catégories et au profit des logiques affinitaires par suggestions générées à partir des consultations précédentes.

28Les catégories sont généralement présentées par ordre alphabétique quand elles sont sous forme de listes (voir exemple ci-dessous)

Un exemple de catégorisation sur pornhub

Un exemple de catégorisation sur pornhub

29Toutefois, la logique n’est pas celle d’un annuaire avec une arborescence développée. Le choix est de privilégier les tags à des sous-catégories. La catégorisation est à la fois présentée sous forme de listes, élément de base dans l’organisation de connaissance (Eco, 2009) et pratique ici pour se repérer dans sa navigation, mais aussi sous forme de vignettes qui illustrent la catégorie et qui facilitent également la compréhension des termes choisis pour catégoriser le contenu. Des logiques de popularité sont privilégiées dans l’affichage des vignettes avec des stratégies de présentation différentes selon les sites qui mettent souvent en avant les tendances du moment. Certains sites proposent des navigations par liste de tags en indiquant parfois le nombre de fois où le tag a été utilisé14. D’autres proposent la liste de tags sous forme d’index avec des précisions quant à la signification du tag en utilisant des escamots définitionnels (Betrancourt et Bisseret, 1998).15 L’index de tags devient un moyen de naviguer par plusieurs entrées et d’acquérir le vocabulaire spécifique au domaine.

Exemple d’escamot définitionnel dans un index de tags

Exemple d’escamot définitionnel dans un index de tags

30La prise en compte du besoin d’information repose sur cette logique de catégorisation couplée avec un moteur intégré qui permet d’effectuer des requêtes plus précises et qui sont parfois guidées sur certains sites avec l’affichage par autocomplétion des requêtes les plus populaires.

Les vignettes animées : une indexation par l’image

31La logique de catégorisation s’effectue en parallèle des logiques du moment (les vidéos qui sont en train d’être regardées par d’autres) et les dernières vidéos mises en ligne. Si la logique des tags est davantage sérendipitaire dans la mesure où elle incite au rebond hypertextuel, la logique de l’image prédomine fréquemment face au texte, car les propositions de similarité cherchent d’abord à attirer l’œil dans des stratégies d’économie de l’attention. Les tags permettent d’afficher des résultats, mais ce sont les vignettes qui facilitent le choix. Le titre de la vidéo aidant éventuellement au choix dans un second temps.

32L’emploi des miniatures d’images n’est pas nouveau dans les sites de vidéos pornographiques, c’est une technique employée pour donner un aperçu du contenu pour faciliter initialement la décision d’achat sur les plateformes payantes. Sur les plateformes de vidéos en libre accès, il s’agit de donner un aperçu du contenu avec une sélection d’une dizaine captures d’écrans qui défilent sous forme de miniatures les unes à la suite des autres un peu à la manière des gifs animés. Le choix opéré est donc d’indexer un contenu audiovisuel par une dizaine d’images à la suite. Ces captures d’écran consistent en une forme de « chapitrage » qui permet de prendre connaissance du déroulé de la vidéo. Le choix en matière d’indexation audiovisuelle est donc de considérer que les images issues du document audiovisuel constituent le meilleur moyen de donner un aperçu du contenu en quelques secondes. Le procédé est très simple, mais il est d’une grande efficacité. Une forme d’indexation par captation qu’il serait intéressant d’étendre à d’autres domaines.

33Une autre forme d’indexation plus classique est apparue nécessaire dans le traitement des contenus, celle de l’identification des protagonistes.

Des listes d’autorités

34En effet, ce sont les acteurs, et notamment les acteurs connus qui sont les mieux tagués sur les vidéos. De ce fait, la plupart des sites proposent des navigations par pornstars, notamment car elles suscitent un grand nombre de requêtes. Généralement, une photo est associée pour faciliter le choix des usagers selon leurs préférences physiques. Par conséquent, les plateformes encouragent fortement la pratique de l’ajout de tags se rapportant à des acteurs. Le choix est d’ailleurs de les séparer du reste des tags en améliorant l’indexation par une méthode de classement traditionnelle qui réside dans l’ajout d’« autorités » en mentionnant le nom des acteurs ou actrices dans les vidéos, ce qui permet de rattacher à un acteur l’ensemble des vidéos dans lesquelles il est présent. Le choix est ainsi guidé afin de proposer des noms de pornstars déjà listés. Les usagers ignorent qu’ils utilisent une logique documentaire reposant sur le principe des listes d’autorités, car il s’agit bien d’en référer à un auctor, si ce n’est qu’ici ce sont surtout des acteurs.

35La liste d’autorité désigne la « liste des termes normalisés, soit des mots matières, soit des noms propres, qui doivent être obligatoirement et nécessairement utilisés dans l’indexation.16 » Cette logique éminemment documentaire évite le risque de doublon en ce qui concerne les noms des acteurs et permet de guider l’usager dans son choix à l’instar du documentaliste ou bibliothécaire qui voudrait associer un ouvrage à un nom d’auteur déjà dans la base. Cette logique d’autorité est essentielle, car une partie des requêtes se rapportent à des noms d’actrices. À cet effet, le site PornMD, qui est une sorte de métamoteur de recherche sur un grand nombre de tubes, a mis en place un annuaire des acteurs et actrices17.

36Difficile de dire si la logique documentaire pourrait être prolongée plus loin, notamment avec la mention des références dont sont tirés les extraits. Il suffirait pour cela de lier la ressource à une fiche d’une base comme l’IMDB18. Mais bien souvent pour des raisons de droits, les plateformes n’ont pas intérêt à ce que ce repérage soit aisé, si bien que ce type d’informations est échangé dans la partie commentaires. Il n’est pas rare que l’espace de commentaires soit également un espace d’échanges d’informations avec beaucoup de demandes autour des acteurs ou actrices quand ils ne sont pas mentionnés dans le titre et les tags. Beaucoup de questions se rapportent ainsi à l’identification du film d’origine. La zone de commentaires est aussi un moyen d’exprimer son ressenti, mais il n’est pas rare que les commentaires soient envahis de spams en tout genre. Pour ces raisons, il est possible de voter pour les meilleurs commentaires afin d’afficher les mieux notés en premier lieu sur beaucoup de plateformes.

37Finalement, l’indexation des sites pornographiques puise aux recettes classiques de l’indexation en mêlant différentes techniques issues des logiques documentaires professionnelles (notamment les listes d’autorité et les tentatives classificatoires), les logiques folksonomiques et les logiques de l’indexation du contenu par le contenu lui-même. Par conséquent, on retrouve logiquement le côté double de l’indexation qui en puisant aux techniques de l’indexation de contenu, finit par procéder à l’indexation des personnes.

Mieux indexer les usagers pour mieux les servir ou les asservir ?

  • 19 C’est-à-dire une dégradation progressive de l’action d’indexer un contenu au simple fait de manifes (...)
  • 20 Le gonzo influencé par la pornographie amateur privilégie des scènes de sexe généralement courtes a (...)

38Comment exprimer un besoin d’information de nature sexuelle ? Comment rendre rationnel ce qui relève davantage de l’impulsif ? La démarche semble dès lors inverse de celle qui mène du tag au like19(Le Deuff, 2012). L’indexation par tags pourrait requérir davantage d’originalités et de précisions. Pourtant, les catégorisations sont jugées peu développées et témoignent d’un récit raccourci notamment par le gonzo20, qui privilégie des scènes courtes sans réelle construction narrative (Perrea, 2012). Dès lors, c’est une vision réduite qui serait rendue visible autant par les catégories que par les tags choisis par les usagers. Cependant, l’indexation est toujours une forme de réduction nécessaire pour parvenir à conférer du sens et des catégories communes. Une réduction et une transformation qui sont le propre de l’analyse documentaire. Les études sur la recherche d’information insistent depuis longtemps sur l’importance du besoin d’information (Kuhlthau, 1991) et de sa prise de conscience par l’usager afin qu’il puisse éventuellement parvenir à l’exprimer ensuite notamment par mots-clés. L’acquisition d’un vocabulaire spécifique facilite souvent cette expression sur les bases de données notamment avec des langages documentaires professionnels comme les thésaurus. La connaissance des tags les plus fréquents joue ici un rôle similaire. Les contenus disponibles étant sans cesse en augmentation, les plateformes tentent d’ajouter des fonctionnalités avancées en matière de recherche d’informations.

Une recherche avancée

39Ainsi le site pornhub tente de mieux cerner les besoins de ses usagers à partir de leurs choix précédents. Un algorithme a été développé et les usagers ont la possibilité de le filtrer selon leurs désirs. Le PornIQ21 repose ainsi sur un algorithme qui donne des réponses à l’usager selon ses désirs. Cette logique est celle que développe PornMD en étant un métamoteur qui utilise la recherche avancée en permettant à l’usager d’agir sur plusieurs critères (capture d’écran ci-dessous), comme l’orientation sexuelle principale, la durée, les sources, etc. Une recherche avancée qui va offrir ensuite à l’usager en fonction des résultats des rebonds potentiels avec d’autres mots-clés jugés proches ou fréquemment employés en même temps, des « related tags ». Une logique de catégorisation que l’on rencontre notamment sur le moteur de recherche traditionnel Exalead qui propose depuis plusieurs années ces possibilités de filtrage et de rebond après une première requête.

Un exemple de recherche avancée sur PornMD

Un exemple de recherche avancée sur PornMD

40Pornmd permet également la recherche au hasard en générant une requête en cliquant sur un dé à droite de la barre de recherche.

La tentation de mieux cerner les besoins de l’usager

41Il n’est pas impensable que cette logique de filtrage des résultats puisse également s’exercer à terme à partir des requêtes précédentes. La plupart des plateformes sont partenaires, notamment parce qu’elles appartiennent aux mêmes propriétaires. Au final, l’hétérotopie du sexe peut être également vue comme une dystopie, tant la légalité du contenu est douteuse. On ne sait rien finalement des conditions de tournage et la plupart des vidéos sont mises en ligne sans aucune autorisation des principaux concernés. Or cette origine douteuse de la source bafoue clairement les critères traditionnels de l’évaluation de l’information (Serres, 2012). Si les plateformes tentent d’offrir un vaste panel de vidéos relativement bien organisées avec une réelle qualité en matière d’architecture de l’information, c’est pour mieux dissimuler un côté obscur que la plupart des usagers préfèrent ne pas savoir. Il est bon de rappeler que la société Mindgeek22 qui détient la plupart des sites de la pornosphère est une société spécialiste en gestion de contenus et en monétisation. L’entreprise est prospère et possède tous les corps de métiers des spécialistes des technologies web et de l’information. Aucun paramètre n’est donc négligé dans la conception et l’écosystème de la pornosphère, domaine délaissé par les leaders traditionnels, ce qui pourrait s’avérer à terme une erreur, tant il s’agit des lieux de la libido dont la psychologie a depuis longtemps montré l’importance.

  • 23 « If you know exactly what you’re looking for, just search. But if you don’t know exactly what you (...)
  • 24 Ce phénomène est décrit de façon humoristique dans une vidéo de Norman, les sites pour adultes. <ht (...)

42Or, l’indexation ne porte pas que sur les contenus au final, mais également sur les usagers eux-mêmes. Il est déjà possible de consulter les fiches de membres et pornhub permet d’ailleurs un filtrage simple dans sa barre de recherche en permettant de choisir si la requête porte sur des vidéos, des photos, des membres ou des pornstars. Certes, la plupart des profils sont sous des pseudos ou s’avèrent des fakes, mais rien n’empêche de collecter les adresses Ip et de construire un profil mieux ciblé, même si l’usager a l’impression de consulter des plateformes différentes. La pornosphère parait libre, mais elle a les moyens de capter l’attention de l’usager pendant un bon moment pour acquérir des données sur lui… au point d’en savoir plus sur ses désirs que lui-même. C’est en tout cas, ce qu’annonce un des dirigeants du site pornhub.com, Corey Prince23 qui met en avant le fait que beaucoup d’usagers n’ont pas d’idées précises de ce qu’ils veulent chercher. Dès lors, la plateforme peut agir notamment sur les publics adolescents comme des lieux de formation de l’esprit, mais aussi des corps en imposant une nouvelle grammaire des vocabulaires et des pratiques. Le terme de free est souvent mis en avant par ces plateformes, mais il convient de s’interroger sur ce que cache cette gratuité et cette liberté apparente. En effet, il semble qu’il puisse y avoir des risques de déformation au point que les pornèmes deviennent plus connus et plus usités que des mots plus courants en anglais24.

Sommes-nous tous des tags sur Youporn ?25

  • 25 Référence à la phrase prononcée par Virginie Elfira « Sommes-nous toutes des mots-clés sur youporn  (...)

43Les usages des tags et des qualificatifs initialement réservés aux genres pornographiques finissent par se démocratiser au point de devenir présents dans les conversations. Même si Instagram comme d’autres réseaux ont délibérément choisi de les bannir, la popularisation de ces nouvelles manières de décrire les personnes, sont-elles des préfigurations des qualificatifs qui pourraient nous être attribués au quotidien ? Cette transposition dans le langage courant d’expressions ciblées démontre l’effet d’une certaine popularité d’expressions issues de la pornographie peut se développer chez des usagers qui ne sont pas nécessairement anglophones. Mais ce vocabulaire restreint, constitue aussi une réduction de nos identités quand il s’agit de nous décrire par ces termes.

44Les logiques pour nous lister sont développées par les réseaux sociaux plus classiques comme twitter, facebook, ou Google +. Mais est-il possible que le vocabulaire des catégories et des tags sur les sites pornographiques puissent nous être attribués au quotidien ou pour mieux cerner nos pratiques sexuelles ou nos fantasmes secrets ?

Conclusion

45Finalement, la pornosphère, en puisant aux logiques de l’indexation des connaissances mais en privilégiant celle des désirs, dépasse de loin les tentatives d’indexation des existences des leaders du web comme Google ou Facebook pour aller former ou plutôt déformer les pratiques et esprits en prenant position sur la façon dont se forment les désirs. Le contrôle des fantasmes et des corps paraît un territoire tout aussi important. Le dire et le voir produisent une nouvelle grammatisation des individus en prenant appui sur leur libido. Les hétérotopies pornosphériques aspirent à rassembler l’ensemble des désirs planétaires dans un nouveau Kâma-Sûtra guidant et constituant une nouvelle grammaire des désirs à laquelle l’individu est sommé quelque part de se reconnaitre. Dès lors, il peut se produire des courts-circuits (Stiegler, 2010) dans le souci de soi et dans le processus d’individuation :

« Cet art de soi-même n’insiste plus tellement sur les excès auxquels on peut se livrer et qu’il conviendrait de maîtriser pour exercer sa domination sur les autres ; il souligne de plus en plus la fragilité de l’individu à l’égard des maux divers que peut susciter l’activité sexuelle ; il souligne aussi la nécessité de soumettre celle-ci à une forme universelle par laquelle on se trouve lié et qui est fondée pour tous les humains à la fois en nature et en raison. (…) Ce n’est pas l’accentuation des formes d’interdit qui est à l’origine de ces modifications dans la morale sexuelle ; c’est le développement d’un art de l’existence qui gravite autour de la question du soi, de sa dépendance et de son indépendance, de sa forme universelle et du lien qu’il peut et doit établir aux autres, des procédures par lesquelles il exerce son contrôle sur lui-même et de la manière dont il peut établir la pleine souveraineté sur soi. » (Foucault, 1984, p. 315-316)

46Cette étude sur l’organisation de l’information et des contenus sur les plateformes pornographiques mériterait d’être prolongée par des analyses sociologiques et des études de pratiques sur le développement d’une grammaire de la sexualité qui finit par discipliner autant les corps que les esprits.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Baudry P. (1997), La pornographie et ses images, Armand Colin

Bétrancourt M. & Bisseret A. (1998) « Integrating textual and pictorialinformation via pop-up windows : an experimental study”, Behaviour & Information Technology, 1998, vol. 17, no. 5, p. 263-273.

Debray, R. (1991) Cours de médiologie générale. Bibliothèque des Idées

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Debray, R., Merzeau L. (2005) « Médiasphère », Médium 3/ 2005 (N° 4), p. 162-169
DOI : 10.3917/mediu.004.0162

Dines, G. (2010) PornLand : How Porn Has Hijacked Our Sexuality. Boston : Beacon Press.

Eco, U. (2009). Vertige de la liste. Flammarion

Foucault, M. (1966). Les mots et les choses ; une archéologie des sciences humaines. Gallimard.

Foucault, Michel (1984a), Des espaces autres (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), in Architecture, Mouvement, Continuité, n° 5, octobre 1984, pp. 46-49.

Foucault, M. (1984 b), Histoire de la sexualité III. Le souci de soi. Gallimard.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gros, Patrick [2005] « Description et indexation automatiques des documents multimédias : du fantasme à la réalité », Documentaliste-Sciences de l’Information 6/2005 [Vol. 42], p. 383-391
DOI : 10.3917/docsi.426.0383

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kuhlthau, Carol C. (1991). “Inside the search process : Information seeking from the user’s perspective.” Journal of the American Society for Information Science, 42 (5) : 361–371.
DOI : 10.1002/(SICI)1097-4571(199106)42:5<361::AID-ASI6>3.0.CO;2-#

Le Deuff, O. (2011) « Contrôle des métadonnées et contrôle de soi », Etudes de communication n° 36, p. 23-38

Le Deuff, O. (2012). Du tag au like : la pratique des folksonomies pour améliorer ses méthodes d’organisation de l’information, Fyp Editions, 2012.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mazières, A., Trachman, M., Cointet, J.-P., Coulmont, B., & Prieur, C. (2014). Deep tags : toward a quantitative analysis of online pornography. Porn Studies, 1(1-2), 80–95.
DOI : 10.1080/23268743.2014.888214

Paveau, M. (2014). Le Discours pornographique. La Musardine.

Perea, F. (2012) « Les sites pornographiques par le menu : pornotypes linguistiques et procédés médiatiques », Genre, sexualité & société [En ligne], 7 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 21 novembre 2013. URL : http://gss.revues.org/2395; DOI : 10.4000/gss.2395

Sarracino, C., & Scott, K. M. (2008). The Porning of America : The Rise of Porn Culture, what it Means, and where We Go from Here. Beacon Press.

Serres, A. (2012). Dans le labyrinthe  : Evaluer l’information sur internet. C&F Editions.

Stiegler, B. [(2010). Ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue : De la pharmacologie, Flammarion

Strohmaier, M., Körner, C., Kern, R. (2012) “Understanding Why Users Tag : A Survey of Tagging Motivation Literature and Results from an Empirical Study”. Web Semantics : Science, Services and Agents on the World Wide Web, North America, 17, oct. 2012. Available at : <http://www.websemanticsjournal.org/index.php/ps/article/view/318/318>. 

Williams, Linda [dir.], (2004). Porn Studies, Durkam, Duke University Press

Haut de page

Notes

1 Les enquêtes se contredisent et les acteurs du domaine ont tendance à gonfler les chiffres. Toutefois, l’enquête FamilySafemedia de 2007 considérait que 12 % des sites étaient à caractère pornographique. Un chiffre parfois majoré voire minoré autour de 4 % dans le livre « 1 milliard d’idées vicieuses » (Ogas, O., & Gaddam, S. (2012). A Billion Wicked Thoughts : What the Internet Tells Us About Sexual Relationships. New York : Plume.). En effet, les sites pornographiques génèrent beaucoup de pages web pour inciter les visiteurs à cliquer. Ce qui est évident, c’est que les sites pornographiques représentent d’importants consommateurs de bande passante, ce que démontrait une étude d’extremetech, disponible sur : < http://www.extremetech.com/computing/123929-just-how-big-are-porn-sites>

2 <http://www.letagparfait.com>

3 http://stoppornculture.org/

4 Voir le site consacré à la théorie de la pornosphère (1998). Disp. Sur : http://www.culture.gouv.fr/entreelibre/Barbier/pornosphere.htm

5 Tubes et culture porno. Place de la Toile du 19 octobre 2013. <http://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile-tubes-et-culture-porno-2013-10-19>

6 Nous avons particulièrement porté nos observations sur : pornhub.com, redtube.com, porntube.com, youporn.com, xhamster.com, xnxx.com.

7 http://sexualitics.github.io/

8 Notamment celles mises à disposition par PornMD < http://www.pornmd.com/sex-search>

9If we were to postulate that words inform sexuality our research explores the possibility that porn tags inform pornography”.

10 Paveau, M.-A.. Signes, sexe and linguistique 2. 69, X, BDSM : des crypto-pornèmes  ? La pensée du discours. Disp. Sur : <http://penseedudiscours.hypotheses.org/6100

11 Disp. Sur : <http://www.pornmd.com/sex-search#>

12 Paveau, M.-A.. idem

13 Visualisation obtenue avec le tagcloud Builder de Jean Véronis en utilisant les données mises à disposition par l’équipe de sexualitics.com sous licence creative commons, partage à l’identique, attribution non commerciale : <http://sexualitics.github.io/>

14 C’est le cas sur http://www.xnxx.com/tags/

15 <http://www.keezmovies.com/tags> Le site propose la même stratégie par escamots dans la navigation catégorielle dans le bandeau supérieur.

16 Définition disponible sur le glossaire de l’Adbs : <http://www.adbs.fr/liste-d-autorite-17636.htm?RH=OUTILS_VOC>

17 <http://www.pornmd.com/pornstars>

18 Internet Movie Database <http://www.imdb.com/>

19 C’est-à-dire une dégradation progressive de l’action d’indexer un contenu au simple fait de manifester une appréciation passagère en cliquant simplement sur un pouce levé.

20 Le gonzo influencé par la pornographie amateur privilégie des scènes de sexe généralement courtes avec une scénographie fortement réduite et qui privilégie l’immersion avec des scènes filmés notamment par un des acteurs.

21 <http://www.porniq.com/> L’objectif est de guider l’usager dans sa recherché en lui faisant préciser des critères. Une nouvelle forme de recherche avancée, en quelque sorte.

22 http://mindgeek.com/

23 « If you know exactly what you’re looking for, just search. But if you don’t know exactly what you want, this is a great way to deliver a different kind of experience. » Cité dans l’article de Sarah Boboltz, Adult Film Site Curates NSFW Videos Based On Viewer Interests. [2013, November 8]. PSFK. <http://www.psfk.com/2013/11/pornhub-user-preference-algorithm.html>

24 Ce phénomène est décrit de façon humoristique dans une vidéo de Norman, les sites pour adultes. <http://www.youtube.com/watch?v=PVP6T4qZIVk>

25 Référence à la phrase prononcée par Virginie Elfira « Sommes-nous toutes des mots-clés sur youporn » dans le film « 20 ans d’écart ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1. Nuage des tags les plus fréquents sur xHamster13
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1024/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Titre Image 2. Nuage des tags les plus fréquents sur xxnxx
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1024/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 1. Les différentes dimensions des folksonomies sur les tubes pornographiques
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1024/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Un exemple de catégorisation sur pornhub
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1024/img-4.png
Fichier image/png, 11k
Titre Exemple d’escamot définitionnel dans un index de tags
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1024/img-5.png
Fichier image/png, 12k
Titre Un exemple de recherche avancée sur PornMD
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1024/img-6.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Le Deuff, « Les tubes de la pornosphère : des logiques documentaires entre information et déformation », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 21 juillet 2014, consulté le 30 juin 2016. URL : http://rfsic.revues.org/1024

Haut de page

Auteur

Olivier Le Deuff

Olivier Le Deuff est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Bordeaux Montaigne. Laboratoire MICA EA 4426. Il est l’auteur de la formation aux cultures numériques et du Tag au like chez Fyp éditions. Mail : oledeuff@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page