Navigation – Plan du site
Regards Croisés

Information et communication territoriales. Approches croisées

Cyril Masselot

Texte intégral

Information et communication territoriales

1Il s’agit ici, sur la base d’une expérience de recherche au sein d’un réseau scientifique international, de s’interroger sur les multiples approches des sciences de l’information et de la communication territoriales que l’on peut y rencontrer. Cette expérience recouvre les échanges, passés comme actuels, entre plusieurs acteurs de la recherche comme des professionnels en activité, tous impliqués dans des démarches d’intelligence territoriale, liées à l’action sociale, sanitaire, culturelle, à l’aménagement du territoire, ou encore aux politiques publiques au sens large.

International Network of Territorial Intelligence

2La notion d’Intelligence Territoriale telle que le réseau INTI l’élabore (International network of territorial intelligence, Inti, http ://www.intelligence-territoriale.eu) est apparue à partir de 1999 sous la plume de Jean-Jacques Girardot, qui a constitué un premier réseau européen de l’Intelligence Territoriale, dans une perspective résolument multidisciplinaire, réunissant des chercheurs d’horizons divers : sciences économiques et sociales, histoire, géographie, archéologie, psychologie, éducation, didactique, SIC, informatique…

3Ce réseau a pour objectifs « d’organiser des séminaires transnationaux afin de développer les échanges d’expérience, d’organiser la formation méthodologique et de partager les coûts de développement des outils. Il a été officiellement constitué en 2002 pour développer des activités de recherche en intelligence territoriale concernant le développement des connaissances multidisciplinaires sur les dynamiques des territoires, la diffusion des méthodes scientifiques multicritères et des outils génériques d’analyse spatiale, ainsi que les modes de gouvernance appropriés au développement durable. » [Girardot 2009].

4Cette notion a connu de nombreuses évolutions sans pour autant perdre ses fondements :

  • comprendre et accompagner la structuration de l’information territoriale dans la société de l’information,

  • comprendre et accompagner les changements sociaux et organisationnels nécessaires dans une démarche de concertation latérale (Rifkin 2012a) plutôt qu’imposée par des décideurs aux acteurs, puis aux citoyens (démarche dite « top-down »)

  • encourager la participation des citoyens à la construction collective des dynamiques de structuration de l’information et aux processus communicationnels territoriaux nécessaires à l’action concertée.

5Sur la base de cette initiative impulsée par des chercheurs en sciences économiques et en géographie, il a paru important dès le début des années 2000, d’en élargir le spectre scientifique, notamment en SIC. La thèse que j’ai soutenue en 2004 est une première étape de démonstration du rôle fondamental que les SIC peuvent jouer sur ce champ de réflexions, comme en témoignent de nombreux travaux menés depuis dans la communauté et au sein de groupes de recherche comme Org & Co par exemple (http ://org-co.fr/, où un séminaire spécifique a été organisé en janvier 2012 à ce sujet). Le dossier du numéro 2 de la RFSIC coordonné par Anne-Marie Laulan questionne également des recherches croisées qui rejoignent des préoccupations du réseau INTI : culture et gouvernance, mondialisation et régulation, prise de conscience collective et actions concertées, démocratie… : « La communication démocratique entre les hommes relève plus de l’utopie que du comportement spontané. » (Laulan 2013).

D’autres regards connexes

6Il existe à l’heure actuelle de nombreuses études et activités de recherche qui cherchent à comprendre et capitaliser les conceptions de l’enseignement et de la recherche en SIC de par le monde. La Société française des sciences de l’information et de la communication en soutient et dynamise certaines, tout du moins s’en fait l’écho (www.sfsic.org, rubriques Sic-infos et relations internationales). Il est ainsi possible de mieux comprendre comment les SIC sont appréhendées en Roumanie, au Vietnam, en Chine, en Afrique, en Amérique du Nord comme en Amérique du Sud en suivant les travaux de nombreux laboratoires et enseignants-chercheurs. Nous pouvons citer entre autres références l’enquête menée par José Luis Piñuel (Professeur à la Complutense de Madrid) dès 2008 et nourrie depuis (Piñuel 2009).

Corpus

7Le réseau INTI a connu une nouvelle étape en 2010 : le CNRS, rejoint par le FNRS (son équivalent belge) et le Conicet (Argentine) l’a reconnu en tant que groupe de recherche international. Ce renforcement a permis de tisser des liens plus étroits avec certaines équipes de recherches internationales et de coopérer sur cette intelligence collective, communautaire, territorialisée, dans de nombreuses dimensions interculturelles. Il a alors été possible d’explorer la vision des SIC par d’autres disciplines scientifiques, en France comme à l’étranger, et avec le concours d’autres acteurs du monde professionnel aux aspirations souvent disparates. Nous baserons donc les propos qui suivent sur l’analyse déchanges et d’expériences issus des activités du réseau INTI, émanant d’acteurs et de chercheurs venant de France, d’Espagne, d’Italie, de Hongrie, Roumanie, d’Argentine, d’Uruguay, du Québec, d’Asie…

En quête d’une ébauche de caractérisation de la diversité des approches communicationnelles

8Dans le cadre des travaux du réseau INTI, les SIC paraissent caractérisées par une grande diversité culturelle, que sous-tendent des paradigmes scientifiques différents, des habitus spécifiques, ainsi que des sémiologies du monde contrastées. Ces constats mènent à des questionnements plus qu’à des hypothèses, politiques comme épistémologiques.

9Quels apports multiculturels et polydisciplinaires (Morin 2011) de la structuration de l’information et des procédures communicationnelles s’expriment dans ce cadre ? Quelles visions ont les acteurs de terrain comme les acteurs scientifiques rencontrés dans ce réseau vis-à-vis de ces approches ? En quoi les SIC favorisent-elles et participent-elles à l’accompagnement du changement social dans les notions de vivre ensemble, de gouvernance latérale (Rifkin 2012a) ?

10Nous avons pu observer par nos activités de recherche divers points de vue sur ces notions, qu’il s’agit ici de formaliser et d’analyser tout en tentant de les comprendre.

11Plusieurs pistes d’analyse ont ainsi été identifiées :

  • Les rapports entre Information-Communication et Informatique

  • La dichotomie Information/Communication

  • La conception du rôle didactique de la communication

  • Communication sociale et marketing

12Ces pistes seront donc exploitées ici sur la base du corpus d’échanges, de productions et de publications obtenues auprès de chercheurs et de professionnels en activité

Visions, contrastes et controverses

Information-Communication et Informatique

13Cette opposition est encore répandue et observable, particulièrement dans les autres disciplines, dans le monde francophone comme hispanophone ; il s’agit par exemple de la confusion entre « SIC » et « TIC », où la communication est réduite à une vision souvent technophile (donc valorisante pour une large partie de la population, même scientifique), et où l’information n’est que très peu abordée, comme si elle était évidente.

14On retrouve cette même ambiguïté par exemple dans le programme pédagogique national du Diplôme Universitaire Technologique (DUT) récemment réorienté et intitulé « Métiers du Multimédia et de l’Internet » (MMI, ex-Systèmes et Réseaux de Communication).

15On la retrouve encore dans nombres de formations dispensées en Argentine et en Espagne par exemple, lorsque l’on aborde le design par les seules techniques d’infographie, où sont confondues manipulation de logiciels et conception info-communicationnelle. Toujours en Argentine, de nombreuses formations comportent dans leur intitulé le binôme "communication et informatique". Pour beaucoup de collègues, un-e communicant-e (« communicador-a ») sait utiliser les logiciels d’infographie, faire appel à ses talents de création pour réaliser comme par magie de beaux documents : c’est ici le côté créatif qui est mis en avant, plutôt qu’informatique.

16En France, la page d’accueil du CNRS compte dans ses domaines de recherche l’intitulé « Sciences de l’information », qui renvoie plus exactement à « l’institut des sciences de l’information et de leurs interactions » avec pour sous-titre « Informatique, signal, image, automatique, robotique » (http ://www.cnrs.fr/ins2i/). En Hongrie également, les SIC et l’informatique sont intimement liées dans le monde de la recherche. Cependant, dans le contexte universitaire hongrois, ce rapprochement ne semble pas être source de difficulté : la vision technologique de l’information et de la communication est culturellement admise, et s’équilibre avec les fondements sociaux et fonctionnements humains plutôt travaillés par la communication.

17Dans ce cadre, l’information et la communication territoriales semblent utiles aux collègues pour accompagner des problématiques de gestion de l’accès aux réseaux (très haut débit, wifi citoyen, villes intelligentes), ou pour la promotion publicitaire de l’identité des territoires, c’est-à-dire in fine des collectivités territoriales.

La dichotomie Information/Communication

18Certains acteurs (lato sensu) expriment une représentation séparant ces notions. La communication est alors souvent confondue avec des techniques d’expression au sens le plus basique, ou encore avec un procédé classique de médiatisation (mass media) selon un simple aspect de transmission, sans envisager ni les processus relationnels, culturels, sociaux, ni les usages, ni les effets.

19Force est de constater dans notre champ de recherche que les tensions relatives à ce couple notionnel continuent à perdurer. Il en a été longuement mention lors du congrès 2010 de la Sfsic à Dijon, dont le titre poétique à lui seul résume cette idée : « Au cœur et aux lisières des SIC » (http ://www.sfsic.org/congres2010blog/). On retrouve sur ce plan une opposition se voulant paradigmatique dans les enseignements et dans la structuration de la recherche en France, comme dans beaucoup de pays européens (Italie, Espagne, Belgique…) ainsi qu’en Argentine.

  • 1 Professeur de géographie, Théma, directeur de l’équipe Intelligence Territoriale, Université de Fra (...)

20Plus rarement, certains acteurs d’autres disciplines font appel aux SIC pour compléter une approche innovante. Ainsi Alexandre Moine1, exposait lors de la première conférence intercontinentale INTI à Gatineau (Québec) (Moine 2011) une « matrice de la complexité du territoire », et concluait ainsi :

« Après ses défauts de structure, l’information géographique est également soumise à des difficultés dans son processus de production et sa confrontation au délicat processus décisionnel. »

21Il aura également insisté sur la nécessité de coopérer étroitement avec les SIC, notamment avec les approches qui réconcilient le binôme information–communication, pour concevoir le processus décisionnel. Construire l’information de manière collective, et surtout coopérative, est en soi un processus communicationnel pensé et réfléchi. Les expressions de co-construction et d’actions concertées font partie des isotopies remarquables du réseau INTI. Divers projets ont démontré que le processus décisionnel mentionné plus haut est grandement facilité par l’imbrication de ces phases de co-construction de l’information dans des processus communicationnels : travailler ensemble à produire de l’information est un processus créatif inscrit dans une série de situations de communication. Ces activités réitérées permettent d’approfondir la conscientisation des phénomènes. Ce qui se joue dans ces échanges spécifiques (modélisés dans la méthode d’intelligence territoriale Catalyse, Masselot 2011) entend dépasser les jeux d’acteurs classiques tels que démontrés par les sciences de gestion, pour y réintégrer l’humain dans ses dimensions éthiques et philosophiques.

  • 2 Professeur de sociologie à l’Université d’Alba Iulia en Roumanie.

22Enfin, Mihaï Pascaru2, donne une troisième dimension au binôme information- communication dans sa thèse :

« L’information humaine est définie par la mise en évidence de l’unité qui existe entre la connaissance, la communication et l’action : un produit de la connaissance objectivé par la communication et/ou l’action (Pascaru, 1987).

Une telle manière de définir (redéfinir) l’information humaine impliquerait, au cas où l’on adopte une perspective informationnelle sur la réalité socio-humaine, perspective agréée par nous, la concentration simultanée de l’attention et des approches des trois dimensions impliquées et, en réalité, étroitement liées entre elles : 1) la dimension de la connaissance, 2) la dimension de la communication et 3) la dimension de l’action. »

23Il est proposé dans cette thèse d’une part de rompre avec cette dichotomie, et d’autre part, de rejoindre les partisans de la « communic’action ». Pour M. Pascaru, l’information et la communication territoriales permettent de mener des actions locales.

La conception du rôle didactique de la communication

24Les processus communicationnels imaginés par le réseau INTI proposent de questionner régulièrement les savoirs manipulés, non seulement pour en réactualiser les contenus comme les formes, mais aussi pour inventer de nouvelles techniques d'apprentissage, et de conscientisation.

25Yves Chevallard [Chevallard, 1985] explicite ainsi la notion fondamentale de "transposition didactique", négligée par les divers concepteurs de systèmes d'information :

« Un contenu de savoir ayant été désigné comme savoir à enseigner subit dès lors un ensemble de transformations adaptatives qui vont le rendre apte à prendre place parmi les objets d'enseignement. »

26La méthode, les techniques et procédures à transférer doivent ainsi être traitées, non pas dans la perspective d'une vulgarisation scientifique associée à un objectif de communication, mais en permettant de favoriser la reconstruction de la compréhension du "contenu de savoir" par l'apprenant, dans son contexte propre. Il est important ici de prendre en compte l'environnement social et culturel des acteurs, et leur conception des objets scientifiques appréhendés.

27L'enjeu est de taille, puisqu'il est question de la compréhension la plus complète possible d'un objet créé par une autre personne. L'objectif ultime est que l'apprenant redécouvre à son tour le savoir par son propre cheminement intellectuel. La transposition didactique entend re-penser le contenu de savoir, afin de faciliter les recherches individuelles et de permettre aux apprenants la modélisation structurant le savoir dans leurs schémas conceptuels. On dé-modélise, on dé-structure un savoir, en fonction de multiples paramètres (public, besoins…), pour en faciliter l'approche.

28Enfin, il est important, surtout dans des domaines innovants dont la recherche est le fer de lance, de pouvoir réellement s'interroger sur ces divers objets et sur ces diverses notions, tant il est vrai que la didactique est "un outil qui permet de prendre du recul, d'interroger les évidences, d'éroder les idées simples, de se déprendre de la familiarité trompeuse de son objet d'étude." [Chevallard, 1985].

29Mihaï Pascaru, après avoir piloté un observatoire Catalyse dans une région rurale roumaine, s’est interrogé sur ces processus de co-construction et sur les situations de restitution des résultats, fondamentaux dans l’appropriation des informations comme pour l’invention d’actions concertées :

« La restitution des résultats semble être un bon procédé pour identifier les solutions à la majeure partie des problèmes présentés par l'enquête. L’ajustement du niveau de responsabilité, comme il est démontré dans les dialogues entre les acteurs locaux (villageois et habitants) peut représenter le principal gain de la restitution des résultats comme un instrument de connaissance profonde des problèmes de la communauté territoriale.»

30Il appréhende ainsi cette étape de restitution comme un processus communicationnel permettant une didactisation de la méthode en elle-même. Nous avons retrouvé cette même démarche dans les pratiques des collègues de Pécs en Hongrie, lorsqu’ils accompagnent les acteurs à concevoir puis interpréter les enquêtes de terrain. En Uruguay également, où les moments d’échanges collectifs sont des préalables à toute étape d’activité en réseau.

Communication sociale vs marketing

31La communication sociale, concept énoncé par J. Devèze (1980), est une notion qui a énormément évolué ces dernières décennies. En particulier la source religieuse de la notion s’est peu à peu estompée au profit d’aspects sociaux tels que ceux travaillés par l’ethnologie en particulier. Ce qui est frappant dans le réseau INTI, c’est de se rendre compte que cette notion fait partie des vrais « faux amis » : on ne l’entend pas de la même manière dans le monde francophone et notamment dans les espaces hispanophones. En Argentine, Uruguay, Espagne, par exemple, il s’agit maintenant d’étudier les relations entre les changements sociaux et les changements communicationnels, ce qui reste une large définition, laquelle recouvre des réalités souvent militantes, toujours citoyennes, dont des exemples concrets sont les radios communautaires, le journalisme citoyen (en ligne ou non), l’alphabétisation médiatique (traduction littérale de l’espagnol) ou l’éducation aux médias (si l’on veut correspondre à la réalité francophone : capacité d’accéder aux moyens de communication, de les comprendre et de les évaluer sur la base de divers critères)…

32Ces constats renvoient à des questions de communication dite alternative, mais alternative à quoi ? Les contenus des enseignements comme la recherche actuelle en embrassent une large palette : alternative au marketing, aux mass media, à la propagande, à la manipulation, au prosélytisme. On touche ici parfois à des conceptions négatives de la communication, héritées à la fois du statut de la parole papale, royale, des méthodes d’embrigadement des religions et des militaires, des théories de la communication de masse visant à contrôler les populations (Chomsky et Herman 2009), aux propagandes de pouvoirs totalitaires… Bref, ce sont des tendances qui visent à communiquer autrement, parfois en poussant à l’extrême les théories dites de l’empathie, de l’engagement positif et non violent.

33On retrouve alors dans cette communication alternative une réelle méfiance vis-à-vis de la communication « des organisations », souvent mal perçue mais surtout mal appréhendée au sein de milieux relevant de la philosophie et/ou de la sociologie critiques, comme étant une instrumentalisation d’un concept vénérable au service d’un libéralisme déshumanisant. Il s’agit ici certainement d’une confusion avec certaines pratiques marketing bien connues. C’est en ce sens qu’Eric Dacheux (2013) précise :

« (…) la prétendue efficacité pragmatique du marketing s'appuie, en réalité, sur une efficacité symbolique qui met en danger la société démocratique. »

34Le même auteur défend ensuite une position communicationnelle réellement distincte de celle du marketing classique. Dans ce texte, il interroge l’efficacité du marketing politique, mais il a également décliné sa thèse de la communication non-marketing dans d’autres secteurs comme ceux des associations et de l’économie sociale et solidaire.

  • 3 XIV Coloquio de Geografía del Turismo, Ocio y Recreación : "Espacios turísticos e inteligencia terr (...)

35Dans le secteur humanitaire comme dans celui du tourisme, on cherche actuellement à défendre des positions issues du développement durable, sans pour autant tomber dans le « social ou green washing » ; il faut reconnaître que cela reste encore difficile, tant il s’agit souvent de se référer à des réflexes conduisant à utiliser des outils de séduction que le marketing est censé porter. Au sein du réseau INTI, nous avons pu constater des tendances de ce genre dans les formations au tourisme durable à Ouarzazate au Maroc ou encore à Malaga en Espagne, où certains chercheurs s’interrogent sur l’équilibre à trouver entre la volonté d’éviter un tourisme de masse socialement et écologiquement discutable, et le maintien d’une activité économique nécessaire voire indispensable. Un colloque aura d’ailleurs lieu en Octobre à Malaga et Séville3 sur ces questionnements, où sera abordé également le rôle que peut y jouer l’Économie Sociale et Solidaire.

  • 4 Docteur en TIC, de l’Université de Pécs en Hongrie.

36Par ailleurs, la dimension relationnelle est présente dans la définition portée par Peter Àcs4 :

“The communication is some kind concept of understanding the perceptible. In this concept perceptible can be interpreted as symbolic. It means perceptible not only possible to understand as row facts of the physical environment, but result of teleological behavior of an actor, called agent. The presupposition of an agent and entailed common preparedness it (let say knowledge : meaning of signs, common sense, attitudes, motives) makes it possible to build communicative understanding of a situation regardless on content of presupposition is real or not.”

  • 5 Aspray & Luhmann.

37Partant des théories de deux auteurs hongrois5, il rejoint ici le souci du réseau INTI de lier intimement compréhension réciproque, co-construction de connaissances, du sens, du monde, et apprentissage, ce dernier se positionnant lui aussi loin des techniques de séduction.

Nous avons également observé que les échanges suscités par l’action sociale, le développement culturel, patrimonial, environnemental ou encore économique, nécessitent des dispositifs de communication que les organisations ne pensent pas toujours au préalable, en dehors d’actions de type marketing ou institutionnelles inspirées du monde de la publicité. De nombreuses études de terrain menées au sein du réseau international de l’intelligence territoriale ont permis d’esquisser l’importance de la conception des procédures communicationnelles dans des organisations partenariales de développement de type horizontal, latéral (RIFKIN 2012a), schéma qui se confronte à une « gouvernance » classique de type « top-down ».

Pour une vision concertée

38En guise de conclusion, cette diversité des approches représente, dans le cadre du réseau INTI, une chance d’enrichir les échanges, d’opérer des fertilisations croisées entre disciplines, en donnant le temps nécessaire à l’écoute, préalable indispensable à la recherche de la compréhension mutuelle.

39Dans ces contextes, apparaissent également des différences culturelles fortement ancrées, parfois déroutantes pour ceux qui les découvrent. Ainsi, l’importance de la « pachamama », la terre mère et nourricière d’Amérique du Sud se retrouve dans la manière même d’établir et de maintenir des relations, ce que l’on détecte alors dans certaines postures communicationnelles. L’importance prise par l’approche technologique, par exemple en Hongrie, ne supplante pas pour autant la prise en compte réelle des sciences humaines et de leur imbrication effective dans la conception même de ces technologies. Certains chercheurs de pays du Maghreb se montrent critiques sur l’utilisation commerciale de notions comme la communication publique, participative et territoriale, l’économie solidaire, ou bien entendu le développement durable.

40À partir de toutes ces approches identifiables au sein du réseau INTI, apparaissent des points de convergence, autant de « regards croisés » qui dépassent les clivages disciplinaires :

  • Les technologies occupent une place importante dans les SIC, sans pour autant en devenir le seul objet ; leur conception et leurs usages sont à étudier avec attention, et ce à partir de méthodes issues des SIC, et plus largement des SHS

  • Une synthèse logique est nécessaire entre les notions d’information et de communication : les géographes et les économistes par exemple martèlent fortement cette position, et appellent les recherches en SIC à s’intéresser à « leurs » objets

  • La didactique reste utile à la communication, où l’apprentissage est à la fois à la base et au sommet des processus en spirale de la communication

  • Un mix culturel s’avère indispensable contre un mainstream culturel qui est souvent imposé

  • Enfin, le réseau INTI semble collectivement s’entendre sur les dérives marketing liées à la prégnance des principes de gestion libérale.

41Ces deux approches coexistent, il est donc nécessaire de les prendre en compte dans le monde actuel : c’est ce qui nourrit les réflexions en cours sur la transition socio-écologique (Hopkins 2008, Girardot 2009) où l’équilibre entre économie, environnement et société est réinterrogé, ainsi que sur la théorie de l’empathie (Rifkin 2012b), et sur les nécessaires recherches en SIC à amplifier dans le secteur de l’économie sociale et solidaire (Dacheux 2011).

Haut de page

Bibliographie

ÁCS P., 2014. « Communication devices and the virtual agent (communication theory approach of computer applications) » Pp. 138-156 in. DEMETER Márton (Ed.) Communication Theory Descriptions of the Social Sciences Phenomena, Typotex

BONNET R., BONNET J., RAICHVARG D., 2010. « Les savoirs communicants – Entre histoire, usages et innovations », (dir.) Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 178 p.

BONNET R., BONNET J., GRAMACCIA G., 2010. « Management et communication – Mutations, emprunts et résonances », (dir.) coll. Communication des organisations, Paris, L’Harmattan, 291 p.

CHOMSKY N. et HERMAN E., 2009, « La fabrication du consentement – De la propagande médiatique en démocratie », Agone

COLLET H., 2004. « Communiquer : pourquoi, comment », éditions CRIDEC

DACHEUX E., 2013. « Marketing politique : le mythe de sa toute puissance est un danger pour la démocratie », chp2 du livre collectif, Marketing remède ou poison ?, dirigé par P. Bourgne, EMES éditions

DACHEUX E., 2011. « Economie solidaire et communication » in J.L. Laville coordination, L'économie solidaire coll. Les Essentiels d'Hermès, CNRS éditions.

DEVEZE J., 1980. La face cachée du titre, Lettre d’Inforcom n° 6, 11-16.

de SEDE-MARCEAU M.-H., MOINE A. et THIAM S., 2011/2. « Développement d’observatoires territoriaux, entre complexité et pragmatisme ». L’Espace Géographique, vol. 40, p. 117-126. En ligne : http ://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2011-2-page-117.htm.

GIRARDOT J.J., 2009. « Evolution of the concept of territorial intelligence within the coordination action of the European network of territorial intelligence », Res-Ricerca e Sviluppo per le politiche sociali, 1-2/2009. Pp. 11-29. ISSN : 1970-9080

HOPKINS R., 2008. « Manuel de la Transition », Ecosociété et revue Silence.

LAULAN Anne-Marie, « Communication et diversité culturelle », Revue française des sciences de l'information et de la communication [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 10 mai 2014. URL : http ://rfsic.revues.org/277

MASSELOT C., 2011. « Information territoriale : une construction collective nécessaire » in Les Cahiers de la SFSIC n° 6, pp. 71-76, Bordeaux, ISSN 1959-6227

MASSELOT C., 2009. « Information, communication, and territorial intelligence : new challenges », in Acts of International Conference of Territorial Intelligence, Salerno (Italy).

MOINE A., FAIVRE E., 2011. « Le territoire comme un système complexe : de la représentation… à l’action ». in Actes de la Conférence Intercontinentale en intelligence territoriale INTI 2011, Gatineau, Québec, pp. 95 à 103 (en cours de publication sur : http ://halshs.archives-ouvertes.fr/INTI/fr/)

MORIN E., 2011. « La Voie : Pour l'avenir de l'humanité », Paris, Éditions Fayard, 307 p. (ISBN 9782213655604)

RIFKIN J., 2012b. « Une nouvelle conscience pour un monde en crise : Vers une civilisation de l'empathie », Babel

RIFKIN J., 2012a. « La Troisième Révolution industrielle : comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde », Les liens qui libèrent

PASCARU Mihaï, 2006. « Territorial intelligence and local development. The restoring of results of the sociological inquiry in a micro-regional area », Actes de la 1re conférence internationale INTI « Région, identité et développement durable », en ligne. URL : http ://www.territorial-intelligence.eu/portail/site/index.php/eng/Publications/International-conferences/Proceedings-of-Alba-Iulia-2006

Sitographie

XIV Coloquio de Geografía del Turismo, Ocio y Recreación : "Espacios turísticos e inteligencia territorial : respuestas ante la crisis", Malaga-Sevilla, 23-25/10/2014, http ://red-intur.org/index.php/congresos/250-xiv-coloquio-de-geografia-del-logogoogle-turismo-ocio-y-recreacion.html

Collection INTI sur HalSHS : http ://halshs.archives-ouvertes.fr/INTI/fr/

PINUEL José Luis, site professionnel : http ://personales.jet.es/pinuel.raigada/

PINUEL José Luis, Présentation des résultats de l’enquête, Assises de la Sfsic 2009 : http ://www.slideshare.net/sfsic/sfsicassises09pinuel

Portail de l'Intelligence Territoriale [en ligne], INTI (International Network of Territorial Intelligence) : http ://www.territorial-intelligence.eu

Haut de page

Notes

1 Professeur de géographie, Théma, directeur de l’équipe Intelligence Territoriale, Université de Franche-Comté.

2 Professeur de sociologie à l’Université d’Alba Iulia en Roumanie.

3 XIV Coloquio de Geografía del Turismo, Ocio y Recreación : "Espacios turísticos e inteligencia territorial : respuestas ante la crisis", Malaga-Sevilla, 23-25/10/2014, http://red-intur.org/index.php/congresos/250-xiv-coloquio-de-geografia-del-logogoogle-turismo-ocio-y-recreacion.html.

4 Docteur en TIC, de l’Université de Pécs en Hongrie.

5 Aspray & Luhmann.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Masselot, « Information et communication territoriales. Approches croisées », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 21 juillet 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1007

Haut de page

Auteur

Cyril Masselot

Maître de Conférence, Sciences de l’Information et de la Communication. Universités de Franche-Comté et de Bourgogne. CIMEOS-COSMOS EA 4177.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page