Navigation – Plan du site
Ligne Sud

Mise en perspective de la recherche en SIC : un exemple de coopération Nord/Sud

Fathallah Daghmi

Texte intégral

  • 1 Il s’agit du Projet Migramedia de l’ISCC, période 2007-2009 et projet Toubkal (Volubilis) « Offres, (...)

1L’objectif de cette contribution est la mise en perspective d’une collaboration scientifique fructueuse entre des chercheurs et des universités du Nord et du Sud. Il s’agit d’un bel exemple de coopération équilibrée entre le Nord et le Sud entamée il y a quelques années grâce à deux projets de recherche1 qui ont donné un élan formidable à d’autres activités scientifiques au niveau de la valorisation de la recherche, de l’encadrement doctoral, de l’organisation de manifestations scientifiques, de mobilité des chercheurs, etc. Il s’agit d’un projet de recherche développé entre des universités françaises et marocaines dans le domaine de SIC. L’objectif majeur du projet est d’impulser la recherche scientifique au Maroc globalement dans le domaine des SIC et particulièrement dans celui de l’analyse des médias et des usages des publics.

2Sur le plan de la recherche, les impératifs du projet sont par conséquent multiples et renvoient à l’analyse pluridisciplinaire des offres des médias, aux études exploratoires permettant un recensement et une typologie des médias reçus par les publics marocains, l’étude des nouveaux médias afin d’évaluer les capacités de mobilisation des TIC et les stratégies de contournement de la censure des pouvoirs en place. Ces outils sont approchés comme des appareils de médiation de la spécificité d’un groupe pour tenter d’en cerner les deux dimensions de leur fonctionnement à savoir la visée stratégique et symbolique.

Contexte général et terrains de recherche

3Dans le monde arabe, les grands médias demeurent sous influence étatique. Les observateurs sont souvent partagés sur les changements survenus dans cette région. On pourrait évoquer d’une part l’ouverture sous la volonté des États de l’espace médiatique, le pluralisme, l’avènement de groupes privés, etc. D’autre part, il faudrait rester extrêmement prudent sur la liberté de l’information et d’expression. Aussi, les nouveaux bouleversements politiques et sociaux dans le monde arabe sont de nature à bousculer nos perceptions de cette région. Ces changements réinterrogent le rôle des Médias et des TIC dans les constructions des identités des publics arabes aussi bien dans le monde arabe que dans les pays accueillant des diasporas arabes.

4Dans une perspective pluridisciplinaire, nous nous intéressons à l’étude du cas du Maroc qui pourrait être un révélateur des caractéristiques des nouveaux dispositifs de médiation dans le monde arabe. Il s’agit par conséquent de saisir les permanences et les ruptures propres à cette région en matière de consommations médiatiques. La priorité est donnée à l’analyse de l’offre des médias et des pratiques et usages notamment des TIC dans une approche comparative avec les usages classiques (presse écrite, radio, télévision). Il apparaît pertinent de savoir ce que font les publics arabes des productions médiatiques qu’ils reçoivent qu’elles soient classiques ou nouvelles.

5Dans ce sens, Internet et notamment les réseaux sociaux numériques comme Facebook, la convergence téléphonie/internet le tout combiné à une baisse des coûts d’équipement et de connexion ont permis, parfois dans un contexte de « fractures numériques » dans les pays du Sud, un déplacement paradigmatique de l’information en faveur d’une généralisation d’une information indépendante et « agir en concert ».

6Dès lors, à partir de l’analyse des consommations médiatiques, la question d’une « opinion publique arabe » peut être abordée de manière plus souple. Si on convient que les cultures des audiences et culture des médias interagissent, il s’agit de saisir l’espace de production des messages et l’espace de réception comme lieu d’interaction. Partant, il devient possible de mieux cerner les processus d’appropriation des formats industriels dans leur diversité sociale et culturelle.

Une mise en évidence des regards croisés Nord/Sud

7L’autre volet des diverses collaborations rendues possible par le projet concerne particulièrement la recherche et les échanges scientifiques. C’est dans ce sens que nous avons initié une série de rencontres scientifiques dont les plus importantes sont sans doute les deux éditions du colloque international d’Agadir.

  • 2 Colloque organisé du 4 au 6 avril 2012 par MIGRINTER (CNRS- UMR 7301) de l’Université de Poitiers e (...)

8En effet, le premier colloque international d’Agadir 20122 portant sur les « Usages et pratiques des publics dans les pays du Sud : des médias classiques aux TIC » se voulait l’occasion de se pencher entre autres sur l’évolution et les grands bouleversements de nos sociétés ces dernières années tant sur le plan social, économique que politique. Il s’agissait de rendre compte de la position des SIC et des SHS plus globalement quant au rôle joué par les médias et technologies de l’information et de la communication dans les changements récents, baptisés le « printemps arabe » initié en Tunisie fin 2010. Le choix de cette thématique est justifié autant par l’actualité sociopolitique du monde que par la volonté de rendre audibles les positions scientifiques sur le sujet. Actuellement, les technologies de communication de masse sont omniprésentes, et comme souvent dans l’euphorie des changements, elles servent d’explication aux discours déterministes qui les présentent comme instigatrices des changements sociopolitiques. Ainsi, l’objectif majeur est de s’interroger, avec un intérêt particulier porté aux travaux empiriques, sur le rôle supposé déterminant des réseaux sociaux numériques, de la téléphonie mobile et autres techniques nouvelles dans la transformation de l’ordre social et politique.

9Ces questionnements mettent également en évidence les réalités sociales des usages des TIC. Ces dernières ont-elles engendré des usages radicalement différents comparés aux pratiques des publics des générations précédentes, notamment de la presse, la radio et la télévision ? L’intérêt porté aux TIC ne devait pas éclipser l’influence des médias transnationaux. Comment cette influence intervient-elle dans les démarches et stratégies d’adaptation des audiences, leur intégration, les recompositions et réinventions identitaires, les mobilisations politiques ou linguistiques, l’expression des minorités ethnique, linguistique, régionale, religieuse, etc. ? La dimension transnationale tend à se pérenniser et constitue un enjeu majeur pour les États du Sud comme pour les États du Nord en raison de la présence dans ces pays des « minorités » ethniques, culturelles, religieuses, etc.

10Il s’agissait dès lors pour le colloque d’Agadir 2012 de saisir les permanences et les ruptures propres aux pays du Sud et particulièrement dans le monde arabe en matière de consommations médiatiques, de saisir l’interaction entre l’espace de production et celui de la réception mais aussi les processus d’appropriation des formats industriels dans leur diversité sociale et culturelle. Les cultures sont ainsi perçues comme des dimensions qui s’élaborent et se transmettent à travers des processus et des dispositifs de communication ; d’où la nécessité d’en observer les formes comme circulation de messages, et de les étudier également à partir des supports utilisés.

  • 3 AMSIDDER A., DAGHMI F., TOUMI F. (coord.), (2012), Usages et pratiques des publics dans les pays du (...)

11Les Actes3 de cette manifestation scientifique, qui favorisent des approches pluridisciplinaires et comparatives, ont tenté de répondre à ces interrogations. Ils fournissent des éléments de réponse aux interpellations de l'actualité sociopolitique que traversent le monde arabe en particulier et les pays du Sud de manière générale mais aussi dans d’autres parties du monde.

  • 4 Colloque organisé du 23 au 25 avril 2014 par MIGRINTER (CNRS- UMR 7301) de l’Université de Poitiers (...)

12La deuxième édition du colloque international pluridisciplinaire d’Agadir 20144 s’inscrit quant à elle dans la continuité des préoccupations soulevées plus haut. Elle porte sur le « Changement médiatique et nouvelles pratiques langagières citoyennes ».

13Le choix des thématiques du colloque favorise des sujets transversaux portant sur les enjeux et les problématiques intéressant les chercheurs du Nord comme ceux du Sud. Son objectif peut renvoyer vers trois finalités. Il est tout d’abord l’occasion de permettre la rencontre, l’échange et la confrontation de points de vue entre les chercheurs du Nord et les chercheurs du Sud. Il vise également le débat entre différentes disciplines des SHS sur les diverses approches et méthodes de recherche dans ces disciplines. Il a enfin pour finalité, d’offrir un cadre de réflexion scientifique capable de comprendre les grands bouleversements de nos sociétés ces dernières années et leurs évolutions aussi bien sur le plan culturel, social, économique et politique. Cette réflexion proposée dans les différentes contributions fournit des éléments de réponse aux interpellations de l'actualité entre autres sociopolitiques que traversent le monde ces dernières années et une occasion pour les chercheurs en Sciences sociales de participer à la compréhension des diverses transformations des sociétés actuelles.

14Agadir 2014 a permis donc de poursuivre le débat scientifique dans divers domaines. Les différentes disciplines et approches guidant les travaux représentés lors du colloque sont de nature à ouvrir des pistes de réflexions capables d’offrir des perspectives de lecture du changement dans ses différentes dimensions notamment en rapport avec les TIC, l’engagement citoyen, les pratiques langagières, les représentations sociales, etc. Les influences médiatiques sur les publics ne sont évidement pas automatiques. Cependant, l’usage des médias peut faire évoluer les modes d’expression ou de contestation.

  • 5 TOUMI F., DAGHMI F., AMSIDDER A., (coord.), (2014), Le Changement entre stratégies médiatiques et p (...)

15Autant d’interrogations qui nous ont permis de penser, déconstruire et analyser les diverses dimensions du changement en rapport avec les médias5. Certes les changements mettent l’accent sur des réalités, des pratiques professionnelles, des contextes sociopolitiques, culturels, linguistiques fort différents, mais ils peuvent renvoyer à des constantes permettant de saisir la nature de divers phénomènes liés aux mondes professionnels, aux pratiques citoyennes ou à l’évolution des modes de vie du point de vue culturel et social ou aux stratégies d’engagement politique au niveau de l’e-démocratie, de la « citoyenneté virtuelle », de l’agir militant, de l’action à distance de la diaspora, des modes d’écriture journalistiques, etc.

Une mobilité qui rend fluide la collaboration scientifique

  • 6 Le Partenariat Hubert Curien (PHC) « TOUBKAL » est un programme de coopération scientifique bilatér (...)
  • 7 Le projet est porté par un responsable marocain Abderrahmane Amsidder et un responsable français Fa (...)

16Sur un autre niveau, la constitution d’un grand réseau d’échange scientifique est une priorité de départ. C’est dans ce sens que le projet « Offres, usages et pratiques des publics au Maroc » du programme TOUBKAL6 voit le jour porté par deux laboratoires de recherche principaux français et marocain7, respectivement Migrations internationales, espaces et société- Migrinter (CNRS- UMR 7301) et Laboratoire de recherche en langue et communication- Larlanco ; ainsi que deux laboratoires associés français et marocain, respectivement le Centre de recherche sur les pouvoirs locaux dans la Caraïbe (CNRS- UMR 8053) de l’université des Antilles et de la Guyane et le Groupe de recherche Géopolitique, identité et migrations de l’Institut Universitaire de la Recherche Scientifique (IURS) de Rabat.

17Dans le cadre de ce projet TOUBKAL, les chercheurs français pouvaient apporter leur savoir et compétence dans le domaine de l’analyse des médias et des études des usages à partir des approches des SIC et plus largement des SHS. Les scientifiques marocains pouvaient valoriser entre autres leur savoir relatif à la connaissance de terrain et des différents contextes permettant de mieux cerner l’espace public au Maroc.

18Concrètement, sur le plan de la mobilité et des échanges scientifiques, le projet permet le déplacement/séjour de quatre chercheurs par an : deux chercheurs français effectuent des séjours d’une semaine au Maroc et deux chercheurs marocains effectuent des séjours d’une semaine en France. L’objectif est l’échange des connaissances et compétences entre collègues travaillant sur des thématiques de recherches similaires ou proches, l’encadrement doctoral, l’animation de séminaire, la participation aux colloques et conférences organisés par les laboratoires Migrinter et Larlanco partenaires dans le projet TOUBKAL.

19Des projets de recherche similaires sont susceptibles se traduire par des collaborations communes. C’est ainsi des chercheurs de Migrinter spécialistes des diasporas manifestent leur intérêt pour les travaux des collègues de l’université d’Agadir sur cette thématique.

Un encadrement doctoral comme gage de continuité

20L’une des priorités du projet TOUBKAL est la formation des futurs enseignants-chercheurs des universités marocaines. Le projet favorise ainsi la formation de jeunes chercheurs et leur mobilité. Nous avons par conséquent sélectionné trois jeunes doctorants afin de réaliser leurs travaux de recherche en codirection dans le cadre du projet TOUBKAL. Les thématiques de recherche s’inscrivent dans l’esprit global du projet. Elles concernent l’étude des politiques d’offres médiatiques et enjeux d’usages des médias des minorités ethniques (Amazight) ; l’analyse la formation et la transformation de l’opinion publique à travers les nouveaux médias au Maroc ou encore l’étude comparative du traitement des soulèvements arabes par les médias des deux côtés de la Méditerranée.

21Sur le plan de la mobilité, le projet permet le déplacement/séjour de deux doctorants par an pour des séjours d’un mois en France. Il s’agit là de la possibilité d’effectuer des recherches documentaires, de rencontrer les doctorants français, de s’initier au fonctionnement des écoles doctorales françaises, de rencontrer des chercheurs travaillant sur des thématiques similaires, etc.

22Cette initiative de former des doctorants en Sciences de l’information et de la communication constitue également un des moteurs favorisant l’étude et la réflexion sur les terrains marocains et de la consolidation de la recherche au Maroc notamment en matière d’approches en SIC. L’initiative permet enfin de dynamiser la formation doctorale « Langues et Communication » de l’université d’Agadir, habilitée par le ministère marocain de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche en novembre 2010.

Une grande valorisation de la recherche et des réseaux scientifiques

  • 8 Les diverses collaborations ont donné lieu à une quinzaine de publications scientifiques communes. (...)

23En somme cette collaboration est sans doute un exemple parmi tant d’autres. Il a le mérite de monter qu’une collaboration équilibrée entre le Nord et le Sud est non seulement possible mais la façon la plus efficace de travailler ensemble et de faire avancer la recherche scientifique. Le projet été un support formidable à une activité de valorisation de la recherche qui s’est traduit par de nombreuses publications communes8. Il a été également à l’initiative de la création de la l’Association marocaine des sciences de l’information et de la communication (AMSIC) en avril 2014. Le rôle de cette dernière est l’impulsion de la recherche en SIC au Maroc par la création de réseaux de collaboration, par le soutien des jeunes chercheurs et doctorants, par l’organisation de manifestation scientifiques, etc. La consolidation des rapports de confiance entre les porteurs du projet a également permis de lancer d’autres projets ambitieux à l’instar de la création de la revue Francophone des Sciences de l’Information et de la Communication (REFSIC) dont la publication du premier numéro est prévue au second semestre 2014.

24L’implication des acteurs principaux est une condition sine qua non au bon fonctionnement de ce type de projet. Le critère des moyens financiers alloués à ce type de collaboration est également primordial entre autres pour la mobilité des chercheurs, l’organisation de manifestations scientifiques, la valorisation de la recherche.

25Ce projet a donné naissance à divers réseaux scientifiques entre la France d’un côté et les pays du Maghreb et le Canada de l’autre. Il dépasse ainsi le cadre de la coopération Nord/Sud et sert de tremplin à d’autres collaborations Sud/Sud.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit du Projet Migramedia de l’ISCC, période 2007-2009 et projet Toubkal (Volubilis) « Offres, usages et pratiques des publics au Maroc » de Campus France (MA/12/185), période 2012-2014.

2 Colloque organisé du 4 au 6 avril 2012 par MIGRINTER (CNRS- UMR 7301) de l’Université de Poitiers et LARLANCO de l’Université Ibn Zohr en partenariat avec la SFSIC.

3 AMSIDDER A., DAGHMI F., TOUMI F. (coord.), (2012), Usages et pratiques des publics dans les pays du Sud : Des médias classiques aux TIC, Agadir, Université Ibn Zohr, 450 p.

4 Colloque organisé du 23 au 25 avril 2014 par MIGRINTER (CNRS- UMR 7301) de l’Université de Poitiers et LARLANCO de l’Université Ibn Zohr, en partenariat avec la SFSIC et l’Association marocaine des sciences de l’information et de la communication (AMSIC).

5 TOUMI F., DAGHMI F., AMSIDDER A., (coord.), (2014), Le Changement entre stratégies médiatiques et pratiques communicatives citoyennes, Agadir, Université Ibn Zohr, 370 p.

6 Le Partenariat Hubert Curien (PHC) « TOUBKAL » est un programme de coopération scientifique bilatéral franco-marocain, d’une durée de 3 ans. Il est initié par les Ministères français des Affaires Etrangères et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et les Ministères marocains de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Agriculture et du Développement rural.

7 Le projet est porté par un responsable marocain Abderrahmane Amsidder et un responsable français Fathallah Daghmi.

8 Les diverses collaborations ont donné lieu à une quinzaine de publications scientifiques communes. A titre d’illustration nous pouvons citer : DAGHMI F., TOUMI F., AMSIDDER A. (dir.), (2013), Les médias font-ils les révolutions ? Regards critiques sur les soulèvements arabes. Paris, L'Harmattan, 206 p. ; TOUMI I., DAGHMI F., TOUMI F., AMSIDDER A., (2013), « Pratiques sociopolitiques et usages d’internet au Maroc°», in Communication et débat public : les réseaux numériques au service de la démocratie ? Coordonné par Béatrice Vacher, Christian Le Moënne, Alain Kiyindou, Paris, L'Harmattan, 554 p. ; DAGHMI F., PULVAR O., TOUMI F., (2012), « Médias et publics au Maroc » in Les Enjeux de l’information et de la communication, octobre 2012, 14 p. http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2012/Pulvar-et-al/index.html ; TOUMI I., DAGHMI F., TOUMI F., AMSIDDER A., (2012) « La mobilisation sociale à l’ère des réseaux sociaux. Cas du Maroc », ESSACHESS. Journal for Communication Studies, vol. 5, no 1(9) / 2012, 151-161 http://www.essachess.com/index.php/jcs/article/view/156/141

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fathallah Daghmi, « Mise en perspective de la recherche en SIC : un exemple de coopération Nord/Sud », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1003 ; DOI : 10.4000/rfsic.1003

Haut de page

Auteur

Fathallah Daghmi

Maître de conférences à l’Université de Poitiers. Chercheur au laboratoire Migrations internationales, espaces et société- Migrinter (CNRS-UMR 7301). Courriel : fathallah.daghmi@univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page